La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La Finance Comportementale ROY Jérome EL OMARI Yanis GOELLER Clément.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La Finance Comportementale ROY Jérome EL OMARI Yanis GOELLER Clément."— Transcription de la présentation:

1 La Finance Comportementale ROY Jérome EL OMARI Yanis GOELLER Clément

2 Introduction

3 I.Les piliers de la finance A. Les trois piliers B. Des anomalies couramment observées C. Les biais remettant en cause ces trois piliers

4 A.Les trois piliers La maximisation de l espérance dutilité Les cinq axiomes Règle de Bayes : P(A/B)=[P(B/A).P(A)]/P(B) Lefficience du marché Les trois types defficience Définition Lhypothèse dabsence dopportunité darbitrage

5 B. Des anomalies couramment observées Les anomalies calendaires Les effets jours ( FRENCH 1980 ) Les effets mois ( KAIM 1983 ) Leffet de taille et leffet PER ( BANZ 1980 ) Les anomalies météorologiques ( HIRSCHLEIFER & SHUMWAY 2003 )

6 C. Les biais remettant en cause ces trois piliers Heuristique de représentativité Heuristique dancrage et dajustement Heuristique de disponibilité Réaction excessive et rentabilité des titres Effet de disposition et sous performance surconfiance et échanges excessifs

7 II. Les théories alternatives de la finance comporetmentale A. Les alternatives a lespérance dutilité B. La finance comportementale et le choix de portefeuille C. Le sentiment de linvestisseur

8 A. Les alternatives à lespérance dutilité Resultats expérimentaux Théorie de lutilité espérée dépendante du rang La théorie des perspectives conclusion

9 A.Les alternatives à lespérance dutilité Résultats expérimentaux

10 Résultats expérimentaux : a) Effet de certitude b) Attitude face au risque c)Effet disolation d) Les différents types de comportements e) Conclusion

11 Evaluation des loteries en fonction de la variation de richesse. Surpondération des évènements à faible probabilité doccurrence. Les pertes ont un effet négatif sur le bien-être plus important que leffet lié à un gain de même montant. Prise de risque côté perte, riscophobie côté gain.

12 Théorie de lutilité espérée dépendante du rang: Quiggin 1982 Yaaris 1984 Allais 1987 Idée principale : les perspectives de gains ou de pertes sont pondérées en fonction de leur rang.

13 Loterie A GainProbaGainProba / /3

14 La théorie des perspectives : Les agents réagissent différemment aux perspectives qui suivraient la réalisation de leurs gains ou leurs pertes. Passage du biais cognitif au biais emmotionnel. Ceci aboutit à des attitudes irrationnelles.

15 Conclusion Deux théories alternatives 1°) Modèle RDEU Traitement non linéaire des probas 2°) Théorie des perspectives Intégration de laversion aux pertes et attitudes face au risque différentes selon que les loteries engendrent des résultats positifs ou négatifs. Petit bémol Difficulté pour classer les résultats possibles car trop grand nombre de titres sur les marchés fiananciers.

16 B. Finance comportementale et choix de portefeuille Rappel de la théorie de Markowitz SPA et théorie comportementale du portefeuille Théorie SPA de Lopes D(s)=P(W>s) E[W]= p i.W i la théorie comportementale du portefeuille (Shefrin et Statman) Max E(W) Sc P(W

17 C. Le sentiment de linvestisseur ( Delong, Summers, Waldman) Prise en compte des émotions de linvestisseur Incertitude sur la réaction des agents non-informés Marchés financiers inefficients


Télécharger ppt "La Finance Comportementale ROY Jérome EL OMARI Yanis GOELLER Clément."

Présentations similaires


Annonces Google