La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Le binôme dévaluation gériatrique Mme Dupire Nathalie, IDE Mme Gros Sylvie, AS.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Le binôme dévaluation gériatrique Mme Dupire Nathalie, IDE Mme Gros Sylvie, AS."— Transcription de la présentation:

1 1 Le binôme dévaluation gériatrique Mme Dupire Nathalie, IDE Mme Gros Sylvie, AS

2 2 Le court séjour gériatrique au Centre Hospitalier de Le court séjour gériatrique au Centre Hospitalier de Valenciennes Lunité de court séjour gériatrique du centre hospitalier de Valenciennes comporte 45 lits dhospitalisation. Les missions du court séjour gériatrique regroupent 4 points essentiels : –Lévaluation médico-psycho-sociale de la personne hospitalisée, –Le diagnostic et le traitement des problèmes somatiques, –La prévention de perte dautonomie, des risques infectieux, des complications liées à lalitement, –Le travail en réseau « ville hôpital ». Lune des spécificités du service de court séjour gériatrique est davoir un binôme gériatrique composé des membres de léquipe paramédicale.

3 3 La mise en du binôme (1/2) La mise en place du binôme (1/2) Le binôme est composé dune infirmière et dune aide- soignante. La participation est basée sur le volontariat. Il a pour objectif daméliorer la qualité de la prise en charge des personnes âgées en milieu hospitalier. Il travaille en étroite collaboration avec les autres partenaires de soins. La mise en place du « binôme gériatrique » est indispensable à la prise en charge du patient âgé.Créé en septembre 2005, celui-ci a su démontrer son importance dans la prévention de la perte dautonomie se concrétisant par une diminution de la durée de séjour et favorisant le retour au domicile.

4 4 La mise en place du (2/2) La mise en place du binôme (2/2) La prise en charge dune personne hospitalisée par le binôme est décidée en équipe sur prescription médicale. Elle seffectue du lundi au vendredi. Le binôme prend en charge cinq patients par jour. Cela permet aux soignants de donner des soins personnalisés (laisser le temps au patient deffectuer sa toilette seul par exemple). Le binôme peut alors instaurer une approche qui se fera progressivement et avoir ainsi une relation de confiance avec le patient. Quand la prise en charge par le binôme sarrête, le relais est pris par léquipe soignante du CSG.

5 5 Qui bénéficie de la prise en charge du binôme Le patient âgé en perte dautonomie. Le patient âgé qui vit seul à domicile. Le patient âgé pour qui il est nécessaire dévaluer lautonomie avant la sortie, afin dinformer lassistante sociale du service qui adaptera les aides à domicile en fonction des résultats. Le patient âgé qui présente des troubles du comportement, des troubles de mémoire débutants. Le patient âgé dépressif. Le patient âgé en fin de vie.

6 6 Les objectifs du binôme dévaluation gériatrique Évaluation de lautonomie du patient. Aide à la ré autonomisation. Dépistage des troubles mnésiques. Dépistage du syndrome dépressif. Accueil du patient entrant pour une problématique médico-sociale complexe. Travail en collaboration avec lassistante sociale. Maintien dune relation de qualité et décodage de la communication non verbale chez les patients dont la communication est extrêmement réduite. Accompagnement et information aux familles. Formation des familles à la prise en charge du patient âgé.

7 7 Les prises en charge associées Évaluation de la douleur. Prévention et suivi des escarres. Surveillance nutritionnelle. Accompagnement lors du repas quand présence de troubles de la déglutition. Surveillance de lélimination et évaluation des troubles du transit et rééducation. Accompagnement du patient dépressif. Accompagnement du patient présentant des troubles du comportement. Informations aux familles. Évaluation du fardeau familial. Socialisation, salle à manger.

8 8 Lorganisation quotidienne du binôme (1/2) Il intervient de 7h30 à 15h45. Cette amplitude horaire permet de couvrir la journée et prioritairement la matinée : –Le réveil –Lévaluation de lalimentation (troubles de la déglutition, troubles praxiques)au moment du petit déjeuner et du déjeuner –La toilette et la mise au fauteuil –Lévaluation de la douleur au cours des soins, des repas… –La réalisation des pansements Laprès –midi est organisée autour de : –La rencontre des familles –La rencontre avec lassistante sociale –le dépistage des troubles cognitifs et/ou dun syndrome dépressif –Les contacts avec les établissements extérieurs –Laide à la marche en collaboration avec les kinésithérapeutes –Services divers (bénévoles, diététicienne, TV…)

9 9 Lorganisation quotidienne du binôme (2/2) La régularité, la notion de continuité (plusieurs jours consécutifs) permettent au patient davoir un « référent » dans léquipe soignante. Elle peut faire naître une relation de confiance entre soignant et soigné, contribuant à une meilleure connaissance de la personne et de ses habitudes et donc favoriser de réels progrès en un laps de temps très court. La prise en charge par le binôme est réévaluée quotidiennement lors des transmissions du matin, Une synthèse écrite est faite quotidiennement par le binôme gériatrique, elle reste disponible pour lensemble de léquipe. Elle permet de constater lévolution de lautonomie au jour le jour.

10 10 La pluridisciplinarité Elle intègre les aptitudes professionnelles des différents intervenants qui sont (de manière non exhaustive) : Les médecins Les infirmiers Les aides-soignants Lassistante-sociale Les kinésithérapeutes Lergothérapeute La diététicienne Léquipe de bénévoles Les référents de diverses spécialités (escarre,douleur, stomies,…)

11 11 Dépistage des troubles mnésiques le MMS : Celui-ci se fera,de préférence, dans le calme de manière à ne pas perturber la concentration de la personne. A la fin du test, il nous paraît important de discuter du résultat obtenu et de valoriser les points positifs qui en ressortent. Si la personne se trouve en position déchec ou en opposition, il est alors préférable de reporter le test à plus tard.

12 12 Dépistage dun syndrome dépressif Le GDS : Ce test permet dévaluer lhumeur et sert souvent de « tremplin », la personne nous raconte son histoire de vie, ses angoisses, aborde les difficultés relationnelles qui peuvent exister avec ses proches et parfois même nous révèle des non-dits.

13 13 Laccompagnement de la personne soignée La personne soignée apparaît comme partenaire de soins et non pas comme objet de soin. Elle participe activement à sa prise en charge, à son rythme pour : La toilette La marche Lalimentation… Toutes ces activités permettent de détecter des événements pouvant être à lorigine dune perte dautonomie, de la perte dun élan vital.

14 14 Laccompagnement de la famille et de lentourage La famille et lentourage participent activement au projet de soins du patient âgé. Leur ressenti est très important. Il faut régulièrement les informer de létat de santé de leur parent. Nous pouvons prévenir lépuisement familial, les déculpabiliser en restant à leur écoute et en essayant dêtre le plus disponible possible. Le travail avec les aidants nous permet danticiper sur le devenir du patient âgé en : Favorisant le maintien à domicile Les faisant participer à la prise en charge de leur parent Leur expliquant limportance de ne pas laisser leur parent au lit, de ne pas faire les choses à sa place pour quil garde son autonomie… Les informant sur les conduites à tenir.

15 15 Exemple de prise en charge

16 16 Anamnèse (1/2) Mme D est âgée de 80 ans Mme D est âgée de 80 ans Elle a été admise en unité de court séjour gériatrique pour : Elle a été admise en unité de court séjour gériatrique pour : Une altération de létat général, Une confusion Une perte dautonomie et des chutes rendant difficile le maintien au domicile. Mme D est veuve depuis deux mois, elle vit seule au domicile. Mme D est veuve depuis deux mois, elle vit seule au domicile. Mme D porte des lunettes, un appareil dentaire et ne présente pas de trouble de laudition. Mme D porte des lunettes, un appareil dentaire et ne présente pas de trouble de laudition. On note dans ses antécédents : Une hypertension artérielle Une insuffisance cardiaque Un ulcère gastrique

17 17 Anamnèse (2/2) Au niveau de son autonomie, après un entretien avec Mme D et sa fille, nous notons que : Mme fait sa toilette seule au lavabo et prend une douche deux fois par semaine Mme shabille seule Mme peut aller aux WC seule Mme marche sans aide technique Mme présente parfois une incontinence à leffort et porte des protections la nuit Mme mange seule sans nécessité dinstallation par un tiers Son ADL est chiffré à 5,5/6 Par rapport au repas et au ménage, sa fille laide beaucoup, elles préparent ensemble les repas à lavance que Mme D réchauffe au micro-ondes. Parfois lorsque sa fille arrivait à 14h30, celle-ci sapercevait que sa mère navait pas mangé prétextant avoir été occupée. De ce fait, sa fille lappelle maintenant tous les jours vers 12h30 pour lui dire de manger.

18 18 Évaluation de lautonomie Nous entrons dans la chambre après avoir frappé. Nous entrons dans la chambre après avoir frappé. Mme est déjà réveillée et a déjeuné au lit. Mme est déjà réveillée et a déjeuné au lit. Nous lui expliquons que nous allons nous occuper delle pour la toilette mais quelle la fera un maximum seule, que nous resterons là pour laider. Nous lui expliquons que nous allons nous occuper delle pour la toilette mais quelle la fera un maximum seule, que nous resterons là pour laider. Mme ne voit pas dinconvénient à ce que deux personnes restent avec elle et lobservent. Mme ne voit pas dinconvénient à ce que deux personnes restent avec elle et lobservent. Avant lactivité, nous la resituons dans le temps et lespace. Avant lactivité, nous la resituons dans le temps et lespace.

19 19 Le lever et la marche Mme est allongée, nous lui indiquons le fauteuil et lui demandons de se comporter comme à la maison pour sortir du lit et sinstaller. Elle sassied au bord du lit mais retombe en arrière pendant le transfert. Elle nécessite, ce jour, deux aides pour rester au bord du lit. Une fois assise, elle demande à aller aux WC. Nous laidons à se lever. Mme tient bien sur ses deux pieds mais saccroche à ladaptable (qui est à roulettes). Lappui unipodal est impossible. Mme marche en traînant les pieds et perd ses mules trop grandes. Mme marche avec une aide humaine et se dirige vers le couloir. Elle ne retrouve pas les WC qui lui ont été indiqués le jour de son entrée. Mme se précipite dans ses gestes. Elle nécessite une aide à la marche pour aller aux WC, sy asseoir et retourner au fauteuil.

20 20 Laider à la mobilisation Pour se lever, nous lui expliquons que nous sommes là, quil y aura le lit derrière elle une fois debout et quelle ne tombera pas. Pour sasseoir au fauteuil, nous lui disons quelle doit prendre les accoudoirs, sasseoir doucement sans se jeter en arrière… Pour la marche, nous linvitons à regarder droit devant elle, à respirer profondément et de se tenir à laide offerte sans vouloir attraper les meubles ou les portes plus loin. Nous répèterons ces mêmes consignes pour chaque transfert.

21 21 La toilette Mme D est installée au fauteuil, la bassine devant elle, température deau à sa convenance. Elle cherche son gant de toilette, nous lui indiquons verbalement. Elle oublie de le savonner. Une fois le gant prêt, Mme D ne met pas sa main dans le gant et se lave très superficiellement. Mme ne respecte pas lordre de la toilette, malgré les indications, elle effectue sa toilette intime avant les bras et sa poitrine. Mme a une peau saine, qui ne présente pas de lésion ni de sécheresse. Elle a une bonne amplitude de mouvement et ne se plaint pas de douleur. Mme présente un comportement en adéquation avec lactivité. Pendant la toilette, lIDE vérifie les perfusions, les pansements…

22 22 La ré-autonomiser Nous la resituons dans la toilette et laidons à respecter lordre chronologique. Nous nommons chaque partie de son corps pour retravailler le schéma corporel. Nous retravaillons les praxies en la dirigeant verbalement et manuellement, en lui montrant les gestes… Nous laidons, indiçons mais respectons son rythme tout en valorisant ses efforts et ses progrès. Le binôme respecte les habitudes de vie de la personne, il ne peut pas lui imposer sa méthode, mais doit sadapter à sa façon de faire.

23 23 Le repas Mme est devant son plateau et se plaint de ne pas avoir dappétit. Nous lui expliquons ce quil y a à manger et proposons douvrir les opercules. Mme se sent incapable de couper sa viande et lodeur lui donne des nausées. Mme veut commencer par son yaourt, un aliment frais passera mieux, elle prend sa fourchette. Nous lui demandons ce quelle tient dans la main, elle répond, pose sa fourchette reprend sa cuillère et rit. Mme na pas présenté de trouble de la déglutition mais elle ne mange pas beaucoup.

24 24 Laccompagner pendant le repas Nous nous assurons quelle porte ses prothèses dentaires et quelle est bien installée. Nous lui expliquons la composition de son plateau repas. Nous la laissons manger seule mais restons près delle dans les premiers temps. Nous laidons à manger, en décomposant les actions, en lui présentant des couverts adaptés (préférer la fourchette à la petite cuillère pour le plat principal, lui mettre des serviettes à disposition…). Nous la guidons dans les gestes et lencourageons à continuer. Si elle mange peu, ne pas la forcer et lui proposer des collations dans la journée.

25 25 La réorienter En vue des MMS-GDS qui seront faits le lendemain et pour diminuer la confusion de Mme, nous lui indiquons : Où elle se trouve La date daujourdhui, oralement et en lui montrant le calendrier de la chambre Les WC en mettant une affiche sur la porte Que son réveil est sur la table Que sa fille a téléphoné et quelle viendra vers 16h.

26 26 Évaluer les fonctions cognitives et lhumeur Nous réalisons un MMS qui se chiffre à 24/30 chez une dame qui a eu son certificat détude et était institutrice. Perte de 2 points en orientation temporelle Perte de 1 point en orientation spatiale Perte de 2 points au rappel Perte de 1 point au dessin = Trouble de la mémoire débutant avec trouble praxique confirmé = Trouble de la mémoire débutant avec trouble praxique confirmé Nous dépistons un syndrome dépressif au moyen dun GDS qui se chiffre à 7/15. Il en ressort que Mme souffre de la solitude et na pas encore entamé le processus de deuil de son époux.

27 27 Rencontre avec la fille de Mme D Un rendez-vous avec la personne référente, en loccurrence sa fille, a été fixé avec léquipe médicale. Des informations sur létat de santé de Mme sont données. La fille prend connaissance de lexistence des troubles de la mémoire et dune dépression chez sa mère. Sa fille rencontre lassistante sociale pour mettre en place des aides à domicile. Elle rencontre également le binôme qui la conseille pour lalimentation de Mme et lui demande dapporter des pantoufles fermées ou les chaussures de ville habituelles de Mme D. Devant lamélioration de létat de Mme, la décision dun retour au domicile a été prise en accord avec Mme D et sa fille.

28 28 Le retour à domicile de Mme D Mme D est restée hospitalisée 10 jours, elle aura été prise en charge par le binôme pendant 6 jours. Mme D est restée hospitalisée 10 jours, elle aura été prise en charge par le binôme pendant 6 jours. Le jour de sa sortie, elle est capable de commencer sa toilette et nécessite une aide pour les jambes et le dos. Le jour de sa sortie, elle est capable de commencer sa toilette et nécessite une aide pour les jambes et le dos. Elle ne se précipite plus dans ses gestes et na plus peur de se lever seule du fauteuil ou du lit. Elle ne se précipite plus dans ses gestes et na plus peur de se lever seule du fauteuil ou du lit. Elle marche désormais avec une canne après lévaluation effectuée par le kinésithérapeute. Elle marche désormais avec une canne après lévaluation effectuée par le kinésithérapeute. Elle nest plus confuse. Elle nest plus confuse. Lhospitalisation a pu mettre en évidence une infection urinaire et des troubles de la mémoire débutants associés à un syndrome dépressif consécutif au décès de son mari. Lhospitalisation a pu mettre en évidence une infection urinaire et des troubles de la mémoire débutants associés à un syndrome dépressif consécutif au décès de son mari. Des aides à domicile ont été instaurées dans le cadre de lAPA pour laide à la toilette, la préparation des repas et un passage supplémentaire deux après-midi par semaine pour le ménage. Des aides à domicile ont été instaurées dans le cadre de lAPA pour laide à la toilette, la préparation des repas et un passage supplémentaire deux après-midi par semaine pour le ménage. Une consultation mémoire est proposée à la famille et au médecin traitant à distance. Une consultation mémoire est proposée à la famille et au médecin traitant à distance.

29 29 Conclusion Satisfaction de la personne soignée et de sa famille. Satisfaction du soignant Prise en charge globale personnalisée et progressive. Évaluation de la nécessité daides dans les actes de la vie quotidienne et leur mise en place éventuelle. Diminution de la durée dhospitalisation consécutive à une reprise dautonomie précoce.

30 30 Soigner en gériatrie, cest savoir réaliser des soins techniques et relationnels mais aussi rendre et maintenir lestime de soi.


Télécharger ppt "1 Le binôme dévaluation gériatrique Mme Dupire Nathalie, IDE Mme Gros Sylvie, AS."

Présentations similaires


Annonces Google