La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Journées Scientifiques et Techniques du CETMEF Les systèmes et réseaux européens déchanges de données relatives au trafic maritime Paris 10 décembre.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Journées Scientifiques et Techniques du CETMEF Les systèmes et réseaux européens déchanges de données relatives au trafic maritime Paris 10 décembre."— Transcription de la présentation:

1 1 Journées Scientifiques et Techniques du CETMEF Les systèmes et réseaux européens déchanges de données relatives au trafic maritime Paris 10 décembre 2008 Vincent GUIDA

2 2 Au programme: I - Généralités sur les réseaux maritimes et la directive 2002/59/CE II - Le Serveur Méditerranéen III - SafeSeaNet IV - STIRES V - Le futur pour SSN

3 3 I.1 - Pourquoi échanger des données sur le trafic maritime? Décembre 1999, naufrage de lErika, une question: Comment est-il possible que lon ne sache pas ce qui navigue le long de nos côtes? - qui - où - quand - quoi - comment Paquets Erika, et Directive 2002/59/CE relative à la mise en place dun système communautaire de suivi du trafic des navires et dinformation.

4 4 I.2 - Qui fournit les données relatives au trafic maritime? Linformation alimentant ces réseaux peut provenir de différentes sources: Des stations côtières (CROSS) par observation directe; Des systèmes de comptes-rendus obligatoires des navires (WETREP…) approuvés par lOMI; Des systèmes dorganisation du trafic (dispositif de séparation de trafic dOuessant…) approuvés par lOMI; Des services de trafic maritime (ports de commerce) approuvés par les Etats; Des agents, exploitants ou capitaines de navires; Des réseaux AIS nationaux. Interaction avec les navires

5 5 I.3 - Quelles sont les informations transmises par ces réseaux? Suivant les sources, les informations transmises sont: Identification du navire: nom, indicatif dappel, numéro OMI, numéro MMSI; Port de destination; Heure probable dappareillage (ETD) et heure probable darrivée (ETA) au port de destination; Nombre de personnes à bord; Position; Cap; Vitesse; Heure; Cargaison: détail des marchandises dangereuses à bord.

6 6 I.4 - La base réglementaire: la directive 2002/59/CE Article 9: Les Etats Membres doivent se doter des installations à terre pour recevoir, échanger et exploiter les informations provenant dun AIS: réseaux AIS régionaux Article 9 & 14: Les Etats Membres doivent mettre en œuvre cette directive et coopérer pour échanger les données relatives au trafic maritime, avant fin 2008: SafeSeaNet

7 7 I.5 - Quels sont les principaux réseaux européens relatifs au trafic maritime? SafeSeaNet (SSN) (eaux européennes) lancé en 2002, opérationnel en janvier 2009; Helcom (mer Baltique) opérationnel depuis 2005; Safety at Sea (mer du Nord) opérationnel depuis 2006; Serveur Méditerranéen (mer Méditerranée et mer Noire), en phase de test; STIRES (eaux Européennes) opérationnel en 2009.

8 8 II.1 – Le Serveur Méditerranéen: zone de couverture - Mer Méditerranée - Mer Noire (côtes roumaines et bulgares) - Océan Atlantique (côtes espagnoles et portugaises) 10 Etats participants: - Bulgarie - Chypre - Espagne - France - Grèce - Italie - Malte - Portugal - Roumanie - Slovénie

9 9 II.2 – Le Serveur Méditerranéen: architecture

10 10 II.3 – Le Serveur Méditerranéen : résultat

11 11 III.1 - Un réseau polyvalent: SafeSeaNet Lobjectif de SSN est de permettre léchange dinformations sur la sécurité maritime sous format électronique. Sa première phase a consisté à: Etablir des systèmes nationaux pour connecter les ports et les centre côtiers à une autorité compétente nationale; Standardiser les informations échangées entre les administrations maritimes européennes. initialement, SSN est conçu pour être utilisé dans des situations durgence ou de crise.

12 12 III.2 - SafeSeaNet: quelques chiffres A été lancé par la Commission Européenne en 2002; Sous la responsabilité de lEMSA depuis 2004; Connecte 20 Etats Membres, la Norvège et lIslande; 4 messages sont échangés: –Port: port de destination et ETA; –Navire: sa position et sa cargaison (90% des messages échangés); –Hazmat: marchandises dangereuses transportées; –Alerte: SITREP, POLREP… 2,5 millions de notifications envoyées à SSN; requêtes faites à SSN; Les systèmes nationaux des Etats Membres devront être prêts pour échanger les données au 31 décembre 2008, date limite précisée dans la directive 2002/59/CE.

13 13 III.3 - SSN: les pays participants (octobre 2008) 24 pays côtiers sont impliqués dans SSN

14 14 III.4 - SafeSeaNet: le principe Les informations relatives aux navires et aux incidents sont collectées par les Etats Membres, puis les références sont transmises à un serveur européen (situé au Luxembourg) qui les indexe. Ces informations peuvent ensuite être utilisée par dautres Etats Membres. Etat A Etat B Serveur européen

15 15 III.5 - SSN, bilan après 4 ans de fonctionnement Les informations stockées dans les systèmes nationaux ne sont pas toujours disponibles -> problème lié au fonctionnement par index; Les temps de réponse sont élevés; La qualité des données échangées nest pas toujours optimale. MAIS: SSN est le seul réseau capable de combiner les informations provenant de différentes sources, et de les distribuer avec une valeur ajoutée. NOUVEAUX OBJECTIFS: Distribution automatique des messages aux utilisateurs concernés sans requête; Réduire les temps de réponse; Utiliser SSN quotidiennement, pas seulement en cas durgence.

16 16 IV.1 - STIRES: un nouveau module pour SafeSeaNet Doit permettre daméliorer SSN et son usage, en: Permettant le suivi des navires par la mise en commun des réseaux AIS nationaux; Proposant un système visuellement attractif, pouvant être consulté dun simple coup dœil; Ajoutant des fonctionnalités (informations enrichies); Intégrant STIRES dans SSN (pas de nouveaux systèmes); Distribuant les données en continu (streamed mode) par opposition au mode requête/réponse.

17 17 IV.2 - STIRES: échange en mode continu NCA EIS NCA STIRES Requête Réponse Mode continu

18 18 IV.3 - STIRES: exemple de connexion entre les réseaux AIS des Etats Membres MS1 AISMS2 AISMS3 AIS Région Baltique Région mer du Nord Région Méditerranée Autre région STIRES (AIS Européen) MSx AIS Niveau national Niveau régional Niveau UE MS4 AISMS5 AIS.....

19 19 IV.4 - Carte des stations AIS (Mai 2008) Tous les Etats Membres côtiers ont une couverture AIS: plus de 400 stations AIS en Europe. Région Baltique Région mer du Nord Région Méditerranée

20 20 IV.5 - Données fournies par STIRES: Certaines notifications ou fonctionnalités de SSN seront utilisées pour enrichir les données AIS de STIRES: –Hazmat (marchandises dangereuses); –Alertes: SITREP, POLREP… –Détection des navires bannis dans le cadre du MOU Paris; –Détection des pétroliers simple coque; La distribution suivra les standards de lIEC -> possibilité de branchement direct sur des systèmes de surveillance; Le taux de rafraichissement des positions peut descendre jusquà 6 minutes, suivant les besoins des Etats Membres.

21 21 SITREP HAZMAT INSPECTION

22 22 Radar/VTS V - Le futur pour SSN: Image composite du trafic en Europe Couverture des systèmes Couches dinformation AIS National AIS Régional AIS Européen (STIRES) LRIT SafeSeaNet Images satellite (CleanSeaNet)

23 23 Noyau SafeSeaNet _ _ _ _ DIGIT/EMSA STIRES LRIT Data Centre Serveur régional (Méd.) NCA Autres serveurs Navires bannis, pétroliers simple coque, messages Hazmat, Alerte, Port Autres NCA & utilisateurs Serveur régional (Baltique) Enrichissement des messages AIS avec les données SSN: navires bannis, simples coques, Hazmat, alerte, port Données SSN AIS

24 24 Merci pour votre attention.


Télécharger ppt "1 Journées Scientifiques et Techniques du CETMEF Les systèmes et réseaux européens déchanges de données relatives au trafic maritime Paris 10 décembre."

Présentations similaires


Annonces Google