La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Www.atilf.fr et www.stih.paris-sorbonne.fr Plaidoyer pour la désolidarisation des notions de pragmaticalisation et de grammaticalisation Claire Badiou-Monferran.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Www.atilf.fr et www.stih.paris-sorbonne.fr Plaidoyer pour la désolidarisation des notions de pragmaticalisation et de grammaticalisation Claire Badiou-Monferran."— Transcription de la présentation:

1 et Plaidoyer pour la désolidarisation des notions de pragmaticalisation et de grammaticalisation Claire Badiou-Monferran (EA STIH, Université de Paris-Sorbonne) Éva Buchi (UMR ATILF, CNRS & Université de Lorraine) 3 e CMLF (Lyon, 4-7 juillet 2012)

2 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 2 Plan 1. Introduction 2. Argument chronologique 3. Argument cognitif 5. Argument sémantico-terminologique 7. Conclusion 6. Argument systémique 4. Argument communicationnel

3 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 3 Protohistoire de cette communication 1 er colloque de la Société internationale de diachronie du français (Nancy, 6-8 septembre 2011) « Grammaticalisation vs. pragmaticalisation. Bref retour sur les éléments dun débat » (Badiou-Monferran à paraître a) Fondée lors du 1 er CMLF !

4 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 4 Contexte de recherche (1/2) Claire Badiou-Monferran : HDR : Les marqueurs dinférence en français moderne (XVI e -XXI e siècles). Donc, alors, partant, par conséquent et quelques autres (à paraître b) ains (2007) alors que (2011a) donque(s) (2011b) ne/ni [...] aussi/non plus (2006) Réflexion théorique (2008, à paraître a, b)

5 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 5 Contexte de recherche (2/2) Éva Buchi : enfin (Buchi & Städtler 2008) quoi (2000) toujours (2007a) « Un autre aspect, plus embryonnaire encore, mais de grand intérêt théorique, de ce quon pourrait appeler la pragma-étymologie (létymologie des unités lexicales à contenu pragmatique) est en voie de développement grâce à Éva Buchi. » (Chambon à paraître : 5) déjà (2007b) encore (2008) finalement (Benzitoun, Buchi & Polguère en préparation) Plénière CILPR 2010 :

6 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 6 Pragmaticalisation ? « Développement, par une unité lexicale ou grammaticale, dun emploi stabilisé où elle ne participe plus à la construction dun sens référentiel, mais marque une prise de position métadiscursive du locuteur. » (cf. Dostie 2004 : 27 ; Buchi 2007b : 252) « [...] it is generally agreed that these items [= discourse markers] do not operate in the referential (or truth- functional) domain, i.e., they do not display lexical semantics in the narrow sense and therefore cannot be used to denote elements of the propositional content of the sentence [...] » (Diewald 2006 : 404) Définition largement partagée :

7 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 7 La communication sinsère dans un débat en cours 1 ère approche : pragmaticalisation = cas particulier de grammaticalisation (Traugott 1995, Brinton 1996, Traugott & Dasher 2002, Dostie 2004, Brinton & Traugott 2005, Diewald 2006, Marchello-Nizia 2006, Prévost 2011) 2 e approche : pragmaticalisation et grammaticalisation = deux types de figements linguistiques (Waltereit 2006, Hansen 2008, Claridge & Arnovick 2010) Question de catégorisation

8 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 8 Grammaticalisation ? Grammaticalisation 1 : cadre morphosyntaxique Critères : (1) perte de poids (phonologique, accentuelle, de portée), (2) perte dautonomie (cohésion, agglutination, cliticisation), (3) perte de variabilité (caractère obligatoire, perte de flexion) Grammaticalisation 2 : focalisation sur le cadre cognitivo-communicationnel Critères supplémentaires : (4) passage concret > abstrait, (5) subjectivation/intersubjectivation Renouveler le débat : plaidoyer pour une désolidarisation des deux notions à lintérieur du cadre de la grammaticalisation 2

9 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 9 Plan 1. Introduction 2. Argument chronologique 3. Argument cognitif 5. Argument sémantico-terminologique 7. Conclusion 6. Argument systémique 4. Argument communicationnel

10 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 10 Chronologie des processus ? « Une unité lexicale/grammaticale peut développer des emplois où elle ne joue pas un rôle sur le plan référentiel, mais bien, sur le plan conversationnel : elle sera alors le résultat dun processus de pragmaticalisation. Ce parcours peut être illustré en français avec le mot bien. Celui-ci passe des catégories substantivale/adjectivale à celle, notamment, de quantificateur nominal (Il y avait ben du monde [...] = beaucoup), puis de MD (Ben, je pense quil vaudrait mieux laisser tomber).» (Dostie 2004 : 27)

11 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 11 Contre-exemple : alors Cet adverbe connaît une multitude demplois grammaticaux ainsi que quelques emplois pragmatiques Les emplois grammaticaux se sont développés selon une chaîne de grammaticalisation progressive Toutefois, les emplois pragmatiques ne se situent pas, historiquement, dans la continuité de cette chaîne de grammaticalisation : le mouvement de pragmaticalisation de alors est très largement antérieur à sa grammaticalisation Enquête sur corpus

12 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 12 Antériorité de la pragmaticalisation Alors pragmatème (ponctuant de lexclamation : ça alors !) Première attestation : Ils ne saccordent au contraire presque jamais. Il y a peu de questions où vous ne trouviez que lun dit oui, lautre dit non. [...]. Mais, mon père, lui dis-je, on doit être bien embarrassé à choisir alors ! (1657, Pascal, Les Provinciales) Alors dans son emploi grammatical le plus abouti (inférentiel : Les volets sont fermés, alors ils sont partis.) Première attestation : Le sieur Hubaut jeune réveilla le général Bedeau. – Général, vous êtes prisonnier. – Je suis inviolable. – Hors le cas de flagrant délit. – Alors, dit Bedeau, flagrant délit de sommeil. (1883, Hugo, Histoire dun crime : Déposition dun témoin)

13 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 13 Valide hypothèse dErman & Kotsinas « It is possible [...] for a lexical element to develop directly into a discourse marker without an intermediate stage of grammaticalization. As a consequence, we suggest that lexical items on their way to becoming function words may follow two different paths, one of them resulting in the creation of grammatical markers, functioning mainly sentence internally, the other resulting in discourse markers mainly serving as textstructuring devices [...]. We reserve the term grammaticalization for the first of these two paths, while we propose the term pragmaticalization for the second one. » (Erman & Kotsinas 1993 : 79) Mais attention : cet argument est inopérant pour réfuter dautres formes dinclusion de la pragmaticalisation dans la grammaticalisation !

14 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 14 Plan 1. Introduction 2. Argument chronologique 3. Argument cognitif 5. Argument sémantico-terminologique 7. Conclusion 6. Argument systémique 4. Argument communicationnel

15 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 15 Mode dinstitutionnalisation Processus de grammaticalisation = unidirectionnel et progressif (Marchello-Nizia 2006 : 30-34) Progressif dans le sens où dans un premier temps, il met en jeu des « grammaires en compétition» (Kroch 1994) Donc pragmatème (ponctuant dopération de parcours) : - interrogation (Où veulent-elles donc en venir?) - injonction (Taisez-vous donc !) - exclamation (Que ce papier est donc ennuyeux !) Donc valide ou renforce le type phrastique requis Pragmatème sans concurrence dans toute lhistoire du français (Ponchon 2004 ; Badiou-Monferran à paraître b) Non pas progressif, mais catastrophique !

16 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 16 Plan 1. Introduction 2. Argument chronologique 3. Argument cognitif 5. Argument sémantico-terminologique 7. Conclusion 6. Argument systémique 4. Argument communicationnel

17 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 17 Modèle quadriphasé de la grammaticalisation Heine 2002 : I. Stade initial : sens 1 II. Contexte de transition : ambiguïté sens 1 /sens 2 III. Contexte de passage : sens 2 IV. Conventionalisation : sens 2 généralisé Marchello-Nizia 2006 : : Subjectivation Ø Ø

18 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 18 pragmaticalisation ! Heine 2002 : I. Stade initial : sens 1 II. Contexte de transition : ambiguïté sens 1 /sens 2 III. Contexte de passage : sens 2 IV. Conventionalisation : sens 2 généralisé Exemple alors : Subjectivation Ø Subjectivation accrue Définitoire du pragmatème !

19 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 19 Plan 1. Introduction 2. Argument chronologique 3. Argument cognitif 5. Argument sémantico-terminologique 7. Conclusion 6. Argument systémique 4. Argument communicationnel

20 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 20 Au-delà de la « vérité terrain » Étymologie : grammaticalisation : création française (Meillet 1912) pragmaticalisation : emprunt à langlais (Dostie 2001) [ création française pragmatisation (Büchi 1998)] En synchronie, compositionnalité sémantique : grammatical -is- -ation /grammaire/ /transformation/ /action/ pragmatic -al--is- -ation /pragmatique/ Ø/transformation/ /action/ Si la définition de la pragmatique fait débat au sein des pragmaticiens (synchroniciens), elle nest jamais conçue par eux comme une partie de la grammaire (Ducrot & Schaeffer 1995 : ) ?

21 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 21 Plan 1. Introduction 2. Argument chronologique 3. Argument cognitif 5. Argument sémantico-terminologique 7. Conclusion 6. Argument systémique 4. Argument communicationnel

22 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 22 Types de transferts entre catégories linguistiques Morphosyntaxe (grammèmes) Lexique (lexèmes) Pragmatique (pragmatèmes) Onomastique (noms propres) Discours (énoncés) Grammaticalisation : protorom. */'m ɛ nt-e/ s.f. « manière » frm. -ment (suffixe adverbial) Pragmaticalisation : frm. déjà adv. aspectuel « dès maintenant » marqueur discursif déjà (C'est quoi son nom, déjà ?) Lexicalisation : afr. garz CS/garçon CR frm. gars s.m. « type »/ garçon « enfant mâle » Délocutivité : Énoncé Cessez le feu ! frm. cessez-le-feu s.m. « trêve » Déonomastique : nom propre Mentor frm. mentor s.m. « conseiller sage » Fixation des noms propres : afr. et picard viez adj. « vieux » nom de famille picard Viez Pragmaticalisation : frm. écouter v.tr. « s'appliquer à entendre » marqueur discursif écoute ! (Je vais lui parler. Écoute, c'est mon frère.)

23 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 23 Classification de ces types de transferts ? Délocutivité occupe une place à part : énoncé > unité de première articulation lexicalisation, déonomastique, fixation des noms propres, grammaticalisation, pragmaticalisation Critère le plus général pour les départager : sens référentiel procédural Cf. Diewald 2006 : « it is generally agreed... » Écoute, il sagit bien dune sorte de cessez-le-feu : son mentor M. Viez lui a formellement interdit de sapprocher des deux garçons avec qui il sétait chamaillé. Grammaires de construction : rapprochement entre grammaticalisation et lexicalisation

24 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 24 Plan 1. Introduction 2. Argument chronologique 3. Argument cognitif 5. Argument sémantico-terminologique 7. Conclusion 6. Argument systémique 4. Argument communicationnel

25 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 25 En guise de conclusion Cest le point de vue qui crée les objets ainsi que leur classification ! Légitimité du point de vue qui considère la pragmaticalisation comme logiquement indépendante de la grammaticalisation Claire Badiou-Monferran vient dêtre nommée professeur à lUniversité de Lorraine XXVII e Congrès international de linguistique et de philologie romanes Nancy, juillet 2013


Télécharger ppt "Www.atilf.fr et www.stih.paris-sorbonne.fr Plaidoyer pour la désolidarisation des notions de pragmaticalisation et de grammaticalisation Claire Badiou-Monferran."

Présentations similaires


Annonces Google