La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1. Robert AXELROD: chercheur en sciences politiques de l'université du Michigan. « Comment réussir dans un monde dégoïste » : seul titre paru en France.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1. Robert AXELROD: chercheur en sciences politiques de l'université du Michigan. « Comment réussir dans un monde dégoïste » : seul titre paru en France."— Transcription de la présentation:

1 1

2 Robert AXELROD: chercheur en sciences politiques de l'université du Michigan. « Comment réussir dans un monde dégoïste » : seul titre paru en France. L'homme a tendance à être égoïste, et pourtant la coopération existe. Comment peut-elle se développer ? Pour Thomas Hobbes (1651): « ce nest possible que par la présence d'un gouvernement central fort afin de contrôler des comportements égoïstes résultant d'une compétition impitoyable ». Pourtant, il existe de nombreux cas de coopération sans lintervention dun pouvoir central : Négociations entre pays, pour réduire la course aux armements. Un Cadre qui rend un service pour obtenir un retour d'ascenseur. Une entreprise fixe un prix élevé, espère que le marché le suivra : coopérations réciproques entre ennemis. film français (2005) « Joyeux Noël ». 2

3 L'objectif de l'étude dAxelrod : analyser la coopération, en l'absence de pouvoir central. 3 questions : 1. Comment une stratégie potentiellement coopérative peut-elle émerger dans un environnement composé principalement de non-coopérants ? 2. Quel type de stratégie peut prospérer dans un environnement hétérogène et complexe avec une grande diversité de stratégies ? 3. Comment une telle stratégie peut-elle résister à l'invasion d'une stratégie moins coopérative ? 3

4 1979 AXELROD organise un tournoi informatique où chaque stratégie « jouait » contre toutes les autres, et aussi contre elle- même. Tournoi basé sur le dilemme du prisonnier Des spécialistes (psychologues, sociologues, mathématiciens etc.) doivent établir différentes stratégies qui seront testées de façon scientifique. Une stratégie spécifie ce qu'il faut faire dans chaque situation possible. Quelques ex : "toujours seul », "aléatoire », « coopérer toujours » Stratégie gagnante : Anatol RAPOPORT la stratégie CRP (Coopération, Réciprocité, Pardon), aussi appelée "Donnant Donnant " 4

5 Bienveillance : Elle coopère toujours au premier coup. Reconnaissance : Elle évalue les comportements coopératifs de lenvironnement puis les reconnaît et les gratifie (« prime à la coopération »), pour en accroître la persistance. Susceptibilité : Elle imite le comportement non coopératif de l'autre joueur au coup précédent. Il sagit de se montrer susceptible si l'autre fait cavalier seul de manière injustifiée. Indulgence : Elle fait preuve dindulgence après avoir riposté (remise des compteurs à zéro, une fois faite la preuve de son pouvoir de rétorsion). Transparence : Avoir un comportement transparent pour que l'autre joueur puisse s'adapter à votre mode d'action. 5

6 1. Ne pas être envieux L'envie est souvent autodestructrice, on cherche à faire mieux que l'autre au risque de perdre beaucoup. Dans un univers à somme non nulle, il n'est pas nécessaire de faire mieux que l'autre pour obtenir un bon résultat. Ex dans le commerce : un acheteur voit son fournisseur faire des bénéfices. S'il cherche à les réduire, il pourra avoir affaire à des représailles (retard dans les délais, pb de qualité) Ex dans la gestion des entreprises : vendre une branche rentable mais inférieure à la rentabilité espérée. Syndrome dêtre le meilleur : valorisation de la culture de la cupidité, des comparatifs, du benchmarking… 6

7 Il est payant de coopérer tant que l'autre joueur en fait autant. Les tournois ont montré que les stratégies bienveillantes étaient gagnantes. AXERLROD en donne trois raisons: Les stratégies malveillantes entraînent de fortes vengeances, avec des conflits qui coûtent cher. Une population de règles bienveillantes est plus difficile à envahir. Une stratégie malveillante est gagnante, à court terme uniquement, car elle profite des stratégies qui sont faibles et finit par les détruire. La stratégie malveillante ne peut plus alors en exploiter d'autres. En parallèle, un petit groupe utilisant une stratégie bienveillante sera très performant et finira ainsi par triompher dune stratégie malveillante. 7

8 "Donnant Donnant" coopère au premier coup, puis adopte le comportement de l'autre joueur au coup précédent. C'est la réciprocité. Stratégie simple et très robuste: même dans la seconde manche, quand tous les participants connaissaient "Donnant Donnant" et ont essayé de faire mieux, "Donnant Donnant" a quand même gagné. Plusieurs raisons à cela: Le niveau optimal d'indulgence dépend de l'environnement: si les autres joueurs sont fortement rancuniers, on a intérêt à être plus indulgent, s'ils sont profiteurs, on a intérêt à être susceptible. L'intérêt de "Donnant Donnant" est sa simplicité et son efficacité dans un vaste éventail de stratégies. 8

9 Dans le tournoi, les règles complexes n'ont pas fait mieux que les règles simples, souvent parce que leurs déductions étaient fausses d'une part, et parce qu'elles ne tenaient pas compte du fait que leur propre comportement amenait l'autre joueur à changer d'autre part. Elles considèrent l'autre joueur comme une partie du décor et ignorent les influences réciproques. Une autre raison est que les partenaires n'arrivent pas à comprendre ces stratégies, et elles les assimilent à des choix aléatoires. Si on se trouve face à une stratégie aléatoire, elle ne peut être susceptible, et donc on n'a aucune raison de coopérer. En étant simple, "Donnant Donnant" est facilement repérable et le partenaire comprendra alors facilement l'intérêt de coopérer. 9

10 "Donnant Donnant" qui est dautant plus stable que l'avenir a de l'importance. Pour qu'elle se développe, il suffit d'un petit groupe de coopérants, même dans un monde d'égoïstes, à condition qu'il y ait réciprocité et impact de l'avenir sur le présent. De plus "Donnant Donnant" une fois installé, est bien protégé. Il n'est pas nécessaire que cette stratégie soit mûrement réfléchie par les joueurs, elle peut apparaître spontanément. L'altruisme n'est pas indispensable : un égoïste peut se mettre à coopérer, car il y verra des avantages personnels. 10

11 Augmenter l'ombre portée par l'avenir sur le présent Si l'avenir a suffisamment d'importance, les représailles deviennent possibles quand on fait cavalier seul. Que peut-on faire ? Allonger la durée des rencontres : mariage, CDI par exemple. Augmenter la fréquence des rencontres, on rend ainsi cet avenir plus proche, et on renforce ainsi son importance. Petites villes : Plus de chance de se rencontrer que dans les grandes. Réunions à différents niveaux hiérarchiques favorisent les interactions et donc la coopération 11

12 Modifier les gains Augmenter la valeur de la sanction, quelle soit positive ou négative. Enseigner au gens à se soucier les uns des autres Education des enfants : donner de la valeur à l'altruisme. Mais attention au risque des profiteurs qui veulent exploiter les autres. Donc intégrer le concept de réciprocité 12

13 Le critère moral le plus répandu est la Règle d'Or : "ne fais pas aux autres ce que tu n'aimerais pas qu'ils te fassent". Comme on cherche toujours à obtenir la coopération de l'autre, on pourrait être tenté de pratiquer la coopération inconditionnelle. Mais le risque est de se faire exploiter, si on est trop clément. Il faut donc appliquer la réciprocité. "Donnant Donnant" n'est pas forcément la stratégie la plus "morale" mais elle dépasse la moralité de l'égoïste, car elle respecte la Règle d'Or. "Donnant Donnant", en appliquant la loi du Talion peut être une justice très dure. La défection entraînant la défection, une querelle peut se poursuivre indéfiniment. 13

14 La capacité de reconnaissance est nécessaire car elle permet de reconnaître un joueur qu'on a déjà rencontré, et d'identifier le type d'interactions qu'on a eues avec lui. Les limites de l'étendue de la coopération dépendent donc de cette capacité surtout quand les situations deviennent complexes (par exemple à une époque, on ne savait pas distinguer un essai nucléaire d'un tremblement de terre). Pour augmenter la coopération, on peut donc l'enseigner aux joueurs, et modifier leur environnement pour créer des conditions qui y soient favorables. 14


Télécharger ppt "1. Robert AXELROD: chercheur en sciences politiques de l'université du Michigan. « Comment réussir dans un monde dégoïste » : seul titre paru en France."

Présentations similaires


Annonces Google