La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Université Hassan II – Mohammedia Observatoire de Recherche en Didactique et Pédagogie Universitaire « ORDIPU » ANALYSE DE CONTENU Réalisé par Mmes : -

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Université Hassan II – Mohammedia Observatoire de Recherche en Didactique et Pédagogie Universitaire « ORDIPU » ANALYSE DE CONTENU Réalisé par Mmes : -"— Transcription de la présentation:

1 Université Hassan II – Mohammedia Observatoire de Recherche en Didactique et Pédagogie Universitaire « ORDIPU » ANALYSE DE CONTENU Réalisé par Mmes : - Achouaq Jalila AAZIM - Fatima ELABBASSI - Aouatif NAJOUA Encadré par le professeur : M. Said ELJAMALI Module : Méthodologie de recherche

2 Questions-clés Quoi ? Quest ce quune analyse de contenu Qui ? Qui procède à une analyse de contenu Où ? Quand ? Comment ? Pourquoi ? A quel moment de la recherche fait-on appel à une analyse de contenu Quelles sont les techniques et les méthodes utilisées Pourquoi procède- t-on à une analyse de contenu Où chercher linformation à analyser

3 INTRODUCTION I - APERCU HISTORIQUE II - DEFINITIONS III - OBJECTIFS IV - CARACTERISTIQUES DE LANALYSE V - TYPES DANALYSE DE CONTENU VI- ETAPES DE LANALYSE DE CONTENU VII- METHODOLOGIE DE LANALYSE DE CONTENU CONCLUSION

4 ANALYSE DE CONTENU Éliminer la subjectivité Éviter les interprétations personnelles Sinitier aux méthodes danalyse POURQUOI

5 Canal Message Émetteur Récepteur Qui parle ?A qui ? Avec quel effet ? Comment ? Rétroaction Pour dire quoi ? POURQUOI ? Schéma de la communication LASSWELL

6 ANALYSE DE CONTENU Matériel de communication verbale et non verbale Matériel créé pour la recherche QUOI

7 Aperçu historique de lAnalyse de Contenu Début du siècle : elle était journalistique et mesurable : analyse de la presse soupçonnée de subversion : désintérêt après la guerre, puis relance sensible : développement avec lavènement de linformatique Après 75 : révolution avec lintelligence artificielle

8 DEFINITION ANALYSE : « décomposition dun tout en ses parties, opération par laquelle lesprit, pour parvenir à la connaissance dun objet le décompose en ses éléments » Hachette 1998 QUOI ? CONTENU : « toute expression de la pensée qui passe par des mots, des propositions qui senchaînent et peut prendre une forme écrite (article dun journal) ou orale (entretien)

9 DEFINITION ANALYSER UN CONTENU « rechercher les informations qui sy trouvent, dégager le sens ou les sens de ce qui est présenté, formuler, classer le contenu du document ou de la communication » QUOI ?

10 Lensemble des communications utilisant des procédures systématiques et objectives des descriptions du contenu, des messages,à obtenir des indications quantitatives ou non permettant linférence de connaissances relatives aux conditions de production » Laurence BARDIN DEFINITION QUOI ?

11 exhaustive Objective CARACTERISTIQUES COMMENT? Tous les analystes doivent arriver au même résultat Ne rien oublier de son objet Procéder selon des règles claires et précises Aboutir à des résultats mesurables méthodique quantitative

12 indirecte Explorer un domaine, rechercher des hypothèses. Champ dutilisation: interviews avec échantillon réduit dune population-cible quantitative qualitative vérification exploration Types danalyse de contenu comprendre le sens du mot, de la phrase,du thème, le poids sémantique par rapport au contexte Dénombrer les fréquences dapparitions du mot, de phrase. Le plus déterminant est ce qui apparaît le plus souvent. Dégager le contenu non directement perceptible : sens latent Vérifier le degré de validité des hypothèses bien définies.Déterminer avec précision les objectifs de recherche. directe Comprendre la signification littérale du contenu : sens maifeste

13 Types danalyse de contenu Combinaison de tout ou partie des différents types danalyse analyse dun document COMMENT?

14 Étapes de lanalyse de contenu Etapes COMMENT? Pré-analyse catégorisation codage inférence

15 La pré-analyse Plate forme sur laquelle reposent toutes les opérations de lanalyse. le choix des documents à soumettre à lanalyse et la formulation des hypothèses et des objectifs de la recherche. la lecture flottante permettant davoir des impressions, en conséquence, émerger des hypothèses claires et précises. détermination de lensemble des documents à soumettre aux procédures danalyse : constituer le corpus Sa mission : Étape 1

16 Règles du corpus aucun élément ne doit être négligé léchantillon danalyse doit représenter lunivers de départ exclusion de toute singularité pour obtenir des résultats globaux la source dinformation, doit correspondre à lobjectif de lanalyse. Exhaustivité Représentativité Homogénéité Pertinence

17 LA CATEGORISATION opération de classification déléments constitutifs dun ensemble par différenciation puis regroupement par genre. Étape 2 «Une Analyse de Contenu vaut ce que valent ses catégories » BERELSON

18 LA CATEGORISATION Cest donc : Classer dans des rubriques Attribuer un nom ou un titre à chacune des classes COMMENT ?

19 Démarche de la catégorisation Deux étapes Inventaire : isoler les éléments Classification : - répartir ces éléments - chercher et imposer une certaine organisation 1 2 Étape 2

20 LA CATEGORISATION Déterminées Indéterminées Classification selon les catégories prédéfinies Définition via les lectures Étape 2 Catégories

21 Qualités de la catégorisation exhaustive- Lensemble des catégories doit épuiser toutes les positions à travers la totalité des documents analysés. - Chaque catégorie doit englober tout le contenu quelle est censée recouvrir. exclusiveles catégories sont distinctes : un élément ne peut appartenir à plusieurs catégories à la fois. objectiveLes caractéristiques de la catégorie doivent être suffisamment claires : classement des divers éléments du contenu dans les mêmes catégories. pertinence- Présence du rapport direct entre les objectifs de la recherche et le contenu spécifique analysé. - Les catégories doivent être significatives productiveRichesse des résultats en indices dinférence, en hypothèses nouvelles et en données fiables. Étape 2

22 LA CATEGORISATION Des catégories : trop rigides, trop fermées, en nombre insuffisant, nombreuses, détaillées, trop subdivisées. A éviter Étape 2

23 LE CODAGE « Savoir pourquoi on analyse pour savoir comment analyser » Étape 3 «Le codage est le processus par lequel les données brutes sont transformées systématiquement et agrégées dans des unités qui permettent une description précise des caractéristiques pertinentes du contenu ». HOLSTI

24 LE CODAGE Transformation des données brutes du texte Description précise des caractéristiques pertinentes du contenu découpage Agrégation dénombrement Étape 3

25 Élément le plus petit possible qui sera retenu pour signifier l'appartenance d'un sujet à une catégorie ou à une autre : Phrase Idée générale Partie de texte CODAGE Unité d'information Caractère Mot

26 Unité denregistrement mot phrase concept Élément unitaire qui servira de base à la quantification ultérieure Fréquence dapparition CODAGE

27 unité de numération Méthode de base de décompte. Porte sur le temps : date, heure, minute, … lespace : page, ligne, paragraphe CODAGE

28 Quantification CODAGE Transformation des éléments retenus et décomptés en quantité mathématiquement traitables Dénombrer les unités d'information par unité d'enregistrement et de numération. Accorder à chaque sorte d'unité d'information un poids relatif, un coefficient chiffré. dégager les fréquences des différentes unités d'information par catégorie. Pondérer ces fréquences par le coefficient accordé à chaque unité d'information.

29 Linférence/ interprétation contrôlée « Lintention de toute investigation est de faire des inférences valides » Holsti Etape 4 « cest linduction à partir des faits » Namenwrith émetteur récepteur Linférence message canal / médium

30 Linférence : processus et variables Lanalyse de contenu est un bon instrument dinduction Variables inférées Variables dinférences/indicateurs Causes Effets Ex. : Intelligence Facilité de communication Anxiété, agressivité, habitudes langagière Unités lexicales, Structure syntaxique, Pauses, erreurs, Expressions gestuelles chercher À partir

31 METHODES DANALYSE DE CONTENU

32 CHAMP DE METHODES DANALYSE DE CONTENU Méthode logico- esthétique et formelle Méthode logico- sémantique Méthode sémantiques et sémantiques structurales Domaine de la linguistique Herméneutique COMMENT?

33 Méthodes logico-sémantique Index Elles sintéressent au contenu manifeste Par dénombrement, Caractérisation-codification, Recherche éventuelle des corrélations Réponse à des questions ouvertes : cas de question ouverte simple Réponse dans le cadre dun entretien semi-directif Quelques domaines dapplication :

34 COMMENT? Index Liste de tous les concepts ou mots-clés ou mots importants, par rapport aux idées de lauteur et aux développements du texte.

35 Exemple : Réponse à une question ouverte simple Voir polycopiés que vous a apporté la session de formation sur le plan professionnel ? que vous a apporté la session de formation sur le plan professionnel ?

36 Méthodes logico-esthétiques et formelles Elles sintéressent aux caractéristiques socio- affectives, psycho-affectives et socio-linguistiques. Communication entre plusieurs personnes Analyse stylistique Analyse des procédés de discours COMMENT?

37 Méthodes danalyse sémantiques et structurales Elles dépassent le contenu manifeste explicite en cherchant le sens implicite. sémantique Comprendre celui qui parle à travers le sens de son discours structurale Permet de saisir la structure du discours cest- à-dire les relations entre ses différents éléments. COMMENT?

38 Relation de disjonction Méthodes danalyse sémantiques et structurales COMMENT? Les règles danalyse : Les structures

39 Relation de disjonction Le ciel est le symbole de la spiritualité, parce quil oblige à lever le regard vers le haut ; la terre, qui ramène les yeux vers le bas est par contre le symbole de la matérialité. Exemple : COMMENT?

40 La relation de disjonction est une relation : Entre deux termes du discours (postulat de binarité) telle que, du point de vue du locuteur, ces deux termes (A, B) «ex : Ciel et terre». Se réfèrent à une même catégorie de réalité, appelée axe sémantique (X) critère dhomogénéité) « ex : les symboles » Sont mutuellement exclusifs (critère dexclusivité) « ex : il ny a pas de recouvrement entre la catégorie du ciel est celle de la terre » Constituent par leur réunion lensemble des formes possibles de laxe sémantique (critère dexhaustivité) « ex : le ciel et la terre permettent bien de décrire lensemble des symboles ; le locuteur nenvisage pas dautres catégories de symboles. Le ciel est le symbole de la spiritualité, parce quil oblige à lever le regard vers le haut ; la terre, qui ramène les yeux vers le bas est par contre le symbole de la matérialité.

41 Relation de disjonction A B X Les symboles ciel Terre Elle se note : A linverse de B et réciproquement. Linverse dune réalité peut prendre deux formes. Linverse est non-marqué si cest la négation grammaticale du premier terme ou une forme équivalente de cette négation. Sinon, on parlera dinverse marqué. COMMENT?

42 Ex : gagner de largent / ne rien gagner du tout (inverse est non-marqué) Le locuteur peut connoter un ou plusieurs des termes dune disjonction à laide dun indice de valorisation. Linverse du terme valorisé est affecté de la valorisation opposée. Relation de disjonction COMMENT?

43 Ex : Interview dun inspecteur : Là, on a un bon inspecteur (…). Il met un peu de côté cette notion de programme pour mettre laccent sur les travaux personnels.. Ce matériau contient lindice de valorisation bon, qui indique quelle catégorie dinspecteur est préférable. Relation de disjonction COMMENT?

44 Les attitudes par rapport à la notion de programme Le mettre un peu de côté + (insister dessus) - Relation de disjonction COMMENT?

45 Relation de disjonction : activité Ex : Jai compris que cétait au niveau de nos mentalités que ça devrait changer. Niveau de changement Nos mentalités(nos comportements) Décrire les disjonctions de lexemple ci- dessus COMMENT? Corrigé

46 Structures : Structure parallèle Les structures unissent deux ou plusieurs disjonctions entre elles. La structure parallèle est faite de disjonctions dont les termes se trouvent membre à membre dans une relation de double implication logique. De manière générale, une structure parallèle se représente de la manière suivante. COMMENT?

47 X1 A1 B1 A2 B2 X2 Structures : Structure parallèle Schéma général : COMMENT?

48 (Les acheteurs) Ex : extrait de linterview dun jeune Tout ce qui est nécessaire, ce sont mes parents qui achètent ; ce qui est superflu, cest moi qui achète moiMes parents Superflunécessaire (les achats) Structures : Structure parallèle COMMENT?

49 Ex : extrait de linterview dun jeune Celui qui va à lécole, il ne gagne rien. A ce moment-là, ça ne me plaisait pas fort. Javais envie de gagner de largent. Cest pour ça que jai été travailler. Structures : Structure parallèle Activité : COMMENT? Décrire le matériau ci-dessus

50 Structure parallèle corrigé (les activités contraintes du jeune) Travailler + Lécole - Gagner de largent + Ne rien gagner - (Rétribution des activités) COMMENT?

51 Conclusion Ce nétait quune simple initiation le plus grand reste à faire…

52 BIBLIOGRAPHIE/WEBOGRAPHIE BARDIN, L. (1977). Lanalyse de contenu. Paris : Presses universitaires de France. MUCCHIELLI, R. (1984). Lanalyse de contenu. Paris : ESF BOURGEOIS, E., NIZET, J, PIRET, A. (1996). Lanalyse structurale. De Boeck Université. GRAWITZ, M. Méthodes des sciences sociales. Précis Dalloz (4 e édition). CAMPIOLI, G. (1975). L'analyse de contenu, Liège : Presses universitaires de Liège,. rganisations/metho_sc_soc_org_tdm.html


Télécharger ppt "Université Hassan II – Mohammedia Observatoire de Recherche en Didactique et Pédagogie Universitaire « ORDIPU » ANALYSE DE CONTENU Réalisé par Mmes : -"

Présentations similaires


Annonces Google