La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Méthodologies appliquées à la Psychologie Sociale de la Santé Thémis Apostolidis Laboratoire de Psychologie Sociale, Equipe Psychologie Sociale de la Santé

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Méthodologies appliquées à la Psychologie Sociale de la Santé Thémis Apostolidis Laboratoire de Psychologie Sociale, Equipe Psychologie Sociale de la Santé"— Transcription de la présentation:

1 Méthodologies appliquées à la Psychologie Sociale de la Santé Thémis Apostolidis Laboratoire de Psychologie Sociale, Equipe Psychologie Sociale de la Santé Année universitaire Université de Provence, Master Psychologie, Parcours Psychologie Sociale de la Santé 1ème année, PSYR02B

2 Une définition La Psychologie Sociale de la Santé propose un ensemble de savoirs dans le domaine de la santé et de la maladie sappuyant à la fois sur les outils théoriques et méthodologiques de la Psychologie (Psychologie Sociale, Psychologie de la Santé, Psychologie Clinique) et sur les approches des Sciences Sociales (Épidémiologie, Sociologie, Économie, Anthropologie,...). Elle est centrée sur létude et la résolution des problèmes de santé dans les différents contextes sociaux et culturels dans lesquels ils se manifestent. Morin & Apostolidis (2002) In : Fischer G-N. (ed.). Traité de Psychologie de la Santé, Paris : Dunod.

3 La PSS Une approche pluridisciplinaire (regard ternaire). Une pratique de psychologie sociale appliquée.

4 Psychologie sociale appliquée : définition et origine PSA = une pratique de recherche utilisant des outils théoriques et techniques relevant de la psychologie sociale en réponse à des demandes et à des commandes qui référent la plupart du temps à des finalités de changement. Pour Lewin, la psychologie sociale doit disposer dun cadre conceptuel et méthodologique valide et pertinent pour répondre à la demande sociale. Lexemple des expériences sur le changement des habitudes alimentaires.

5 R A Une posture fondatrice en psychologie sociale : Lewin (1946) Une double fonction : résoudre des problèmes pratiques et contribuer à lélaboration théorique Une façon de faire de la recherche pouvant générer un savoir à propos dun système social en même temps quelle est en train de le changer

6 R A Des fondements scientifiques souvent contestés (rigueur méthodologique, systématisation, théorisation, …) Deux termes polysémiques et des pratiques hétérogènes (i.e. Dubost, 1984) Une tradition de recherche avec des finalités variables

7 Quatre classes des pratiques R-A (Dubost,1984) Une stratégie de recherche dans le champ scientifique qui utilise laction et/ou lobservation participante comme instrument de connaissance. Une stratégie daction dans le champ de la pratique qui intègre des études ou des techniques en tant que moyen de progression ou de contrôle. Une conduite globale, action expressive dun groupe qui se veut expérience novatrice et non démarche de connaissance. Une méthode danalyse, conçue pour aider un acteur à dégager le sens de ses conduites et des situations auxquelles il est confronté.

8 La PSA : différentes formes de partenariat Demande Extérieure (Commanditaire) Chercheur Professionnel R-A Etudes Consultation Recherche

9 Les finalités de la PSA Explorer et décrire. Comprendre et proposer un modèle explicatif. Mettre en place un dispositif visant le changement. Etudier et vérifier les résultats dune intervention.

10 Deux principales stratégies de recherche La stratégie déductive (partir dune théorie générale et lappliquer à létude dun phénomène particulier). La stratégie inductive (construction progressive dun savoir valide et pertinent à la connaissance dun phénomène particulier).

11 Un exemple de stratégie déductive : lutilisation du modèle du comportement planifié (Ajzen, 1985) Un modèle actualisé (ie. évolution du modèle de laction raisonnée) et un savoir précis (relation attitude/comportement). Un nombre très conséquent de publications et des applications très variées dans le champ des comportements de santé. Un intérêt pragmatique (dispositifs de modification de comportements).

12 Les exigences de la PSA (Delhomme & Meyer, 1997) Exigence théorique (référence à des théories psychosociales précises et actualisées). Exigence méthodologique (définir la finalité de la démarche, descriptive ou explicative; méthodologie adaptée et pertinente par rapport aux objectifs). Exigence pragmatique (des résultats opérationnels et pertinents, préconisations, aide à la décision). Exigence déontologique (consentement, éthique de la démarche, voir Comité Consultatif en santé publique; Priorité « santé publique » versus priorité patient ?). +

13 PSA ET RECHERCHE : LENJEU DARTICULER DEUX CONTRAINTES Soumission à des obligations de résultats contractuellement définis. Soumission aux normes et aux attentes de la communauté scientifique.

14 Méthodologie : les tendances actuelles en PSS Eclectisme (pas dopposition entre les méthodes; pertinence, validité, fiabilité) et pragmatisme. Pluri-méthodologie et triangulation (utilisation combinée de différentes méthodes et/ou techniques). Collaboration interdisciplinaire : articulation avec lépidémiologie (objectivation, choix dindicateurs) et la recherche clinique. Pas dunité méthodologique (diversité des stratégies et des outils : observation, entretien, questionnaire, méthode biographique, échelles, …).

15 LA MESURE EN SANTÉ PUBLIQUE DOIT SAPPUYER SUR DEUX TYPES DE DONNÉES Données objectivées (Mesures directes) Prévalences épidémiologiques (mortalité, comportements à risque) Données cliniques (symptomatologie et étiologie médicales) Données socio-économiques (distribution sociale des inégalités de santé). Données subjectivées (Auto-évaluation) Vécu singulier de la personne (santé perçue, qualité de vie, aspects psychologiques). Significations associées et théories personnelles (« la maladie du malade », JL Pedinielli, 1999). La pensée sociale concernant la santé et la maladie (représentations sociales, modèles culturels).

16 Trois remarques dordre méthodologique en psychologie de la santé (Fischer & Tarquinio, 1999) La subjectivité des informations liées à lexpérience de la maladie, au vécu des malades. La validité scientifique des données qualitatives recueillies. Le développement des recherches qui utilisent des variables psychosociales (clairvoyance normative, …).

17 La triangulation (1) Lidée de triangulation repose sur un principe de validation des résultats par la combinaison de différentes méthodes visant à vérifier lexactitude et la stabilité des observations. La triangulation a été conçue comme une procédure pour vérifier une hypothèse, mise à lépreuve dans des différentes opérations méthodologiques pour tester si oui ou non les résultats corroborent entre eux (Cambel et Fiske, 1959 ; cités par Flick, 1992).

18 La triangulation (2) Aujourdhui, la triangulation est conçue comme une stratégie alternative de recherche pour fonder une démarche épistémologique et empirique contextualisée dans les études en psychologie (Flick, 1998 ; Janesick, 1998 ; Rouan et Pedinielli, 2001 ; Willig, 2001). Développée en lien avec les démarches qualitatives (légitimité, intérêt), cette stratégie apporte non seulement de la validité mais aussi, et surtout, de la rigueur, de lampleur et de la profondeur à la recherche (Flick, 1992 ; Denzin et Lincoln, 1998).

19 Lintérêt de la triangulation en PSS Elle apporte du crédit (validité, réduction des biais liés à la méthode et/ou à loutil) et de la richesse (profondeur, complexité) à lanalyse. Elle permet darticuler « explications causalistes des comportements » et « interprétation psychosociale du sens des conduites » (Fischer & Tarquinio, 1999).

20 Les différentes formes de triangulation (Denzin, 1978) Triangulation du chercheur (engager plusieurs chercheurs pour collecter et interpréter les données). Triangulation théorique (se référer à différentes théories pour interpréter les données recueillies). Triangulation méthodologique (utiliser de façon combinée différentes méthodes et techniques). Triangulation des données (utiliser différentes sources de données dans une étude). Triangulation interdisciplinaire (articulation des données en psychologie à des connaissances issues des SHS; Janesick, 1998).

21 Développements actuels Une stratégie inductive (développée en psychologie de la santé; Flick, 1998). Hétérogénéité des pratiques (pas de démarche type, chercheur-bricoleur, posture anti-positiviste). Un idéal difficilement atteignable (Rouan et Pedinielli, 2001).

22 Un exemple : Représentations de la sexualité et perception du risque VIH (Apostolidis, 2003)

23 « Nous devons adapter nos méthodes aussi loin que nous le pouvons pour atteindre lobjet et non pas définir lobjet à partir des conditions de la méthode » (Allport, G. (1963). Pattern and growth in personnality. London : RW)

24 Différences entre recherches quantitatives et recherches qualitatives (Neuman, 1997)

25 Quelle posture pour les démarches qualitatives ? (Jodelet, 2003) Une approche holistique et globale (complexité des phénomènes, totalité des aspects sociaux, culturels et psychologiques). La recherche de la naturalité (émergence et déroulement spontané des phénomènes). La saisie dynamique dun monde en transformation (variabilité intra-individuelle, pluralité des appartenances, singularité des devenirs, particularité).

26 Lexemple de lapproche monographique (voir : RS et folies, Jodelet, 1989) Une approche inspirée de lanthropologie, longue (4 ans) et difficile à mettre en place. Jodelet a utilisé de façon combinée plusieurs outils : –Démarche ethnographique (pénétration progressive du milieu et observation participante). –Enquêtes sociologiques (connaissance statistique de la population). –Techniques psychosociologiques (entretien de recherche, observation des interactions). –Analyse historique (étude des traces).

27 Quels critères pour les démarches qualitatives ? Méthodologies Quantitatives Expérimentales Méthodologies Qualitatives GénéralisationTransférabilité

28 Les objectifs des approches qualitatives Cerner la singularité et la complexité des phénomènes (Santiago Delefosse, 2001). Les situer dans leur dynamique psychologique et sociale. Restituer leur logique interne sans les évaluer à partir dun standard de raisonnement extérieur à leurs conditions de production.

29 Un exemple : la construction du rapport aux drogues dans un contexte de précarité (Apostolidis, Rouan, Eisenlohr, 2003) Une recherche par entretien de recherche sur les problèmes et les valeurs auprès de jeunes en situations précaires à Marseille (N=30). Un thème spontanément évoqué (27/30, sans induction de linterviewer). Une double posture énonciative articulant la modalité de lexpérience personnelle de la consommation ou de la non- consommation (discours à la première personne), à celle de lexpérience sociale en tant quobservateur de la consommation des autres (discours à la troisième personne). Une thématique « narrative » (Bruner, 2000) mettant en scène le sujet, les produits, les autres et laction sur le monde.

30 Drogues et environnent de vie : un « objet » normalisé « Pour eux c'est normal, c'est pas dangereux, ils se voilent la face, souvent je leur disais cest dangereux et tout, et eux non, ils vont me dire je vais me taper un trait, c'est comme si jallais fumer ma cigarette quoi, c'est devenu normal, combien de fois, jai entendu dans le quartier tas pas un trait, ça se demande maintenant, tas pas un trait, c'est comme sils demandaient un joint ou quils vont allumer une cigarette, c'est grave, demander un trait, une ligne de coke comme si cétait, je sais pas une cigarette ou un bonbon, pour eux cest comme ça, pour moi, y a une différence encore, le consommateur de cannabis, pour moi cest devenu normal maintenant, de banal et justement ce qui des fois me fait peur, c'est avant le cannabis je le voyais de la même façon et puis maintenant la cocaïne, ça fait pareil et puis va venir un jour ou on va dire après c'est normal, et puis après, y a lhéroïne, cest beaucoup, c'est pas pris au sérieux, jai limpression que c'est normal, c'est un peu comme ça, dans le quartier dans la tête de tout le monde c'est normal, c'est devenu dans notre quotidien et puis on le vit et puis c'est comme ça quoi, des fois jentends dans le quartier un minot de dix ans, sept ans, huit ans, il me parle, il sait c'est quoi du shit, la cocaïne, lhéroïne, je lui demande comment ça se prend, il fait le geste, ils sont au courant de tout, je vois a onze ans, ça y est, ils savent déjà comment c'est, de quelle couleur c'est, ils savent tout » (Femme, 20 ans)

31 Recours aux drogues et conduites « border-line » «C'est un ecstasy qui ma sauvé mon âme, mon âme intérieure, jétais tellement, cétait au bout de deux ans de rue, je pétais les plombs, jétais en rave javais rien pris encore, jétais mais vraiment glauque, javais les lames de cutter, je métais mis dans un coin et ça allait partir quoi, ya mon collègue, il est arrivé, il me dit ouvre la bouche, enfin non, il ma ouvert la bouche, il ma foutu un ecstasy dans la bouche il savait pas que cétait un ecstasy, une demi heure après je me suis relevé et jai dansé et après jai discuté normalement et ça ma, ça ma fait saper le côté vraiment jétais mal quoi, je dis pas que, que c'est bien de prendre de lecstasy, je dis que moi dans mon expérience dans ce contexte-là, ça ma sauvé, pas la vie, mon esprit quoi, parce que mon esprit était tellement, parce que, arrivé à un certain niveau tu te mets en mode dautodestruction, tu vois, tas rien tas pas de thune, parce que tu peux ten apercevoir et te lavouer a toi même (…) parce quaprès c'est un combat interne dans ta tête, mais pourquoi je vis, pourquoi ceci, ya ça qui est bien mais, c'est une vraie prise de tête, et lecstasy ça ma libéré, toutes ces pensées ont disparu, enfin ont disparu, ont été mises de côté sur le moment » (Homme, 21 ans)

32 Principaux constats Les drogues : une thématique « analyseur » de la souffrance psychosociale dans le contexte de la précarité (altération rapport soi/autrui, puissance dagir). Une construction des relations à effets pathogènes (souffrance, déchéance, disqualification, menace, autodestruction) sur les plans sanitaire, identitaire et social, qui dépasse nettement les seuls registres de lusage abusif et/ou addictif. Des éléments pour la transférabilité (la prise de drogue : conduite à risque (observateur extérieur) / conduite de coping (acteur); épistémologie du sujet).

33 LA « GROUNDED THEORY » (STRAUSS ET CORBIN, 1990) –UNE APPROCHE QUI PART DUN PHÉNOMÈNE « PARTICULIER » POUR CONSTRUIRE PROGRESSIVEMENT UN SAVOIR PERTINENT À SA CONNAISSANCE, UNE « THÉORIE ». UN VA-ET-VIENT, PROBLÉMATISÉ ET DYNAMIQUE, ENTRE OPÉRATIONS DE RECUEIL DE DONNÉES, DANALYSE ET DE CONCEPTUALISATION. –LES OBSERVATIONS SONT REINJECTÉES SOUS-FORME DE QUESTIONNEMENT (OBJECTIFS ET/OU DHYPOTHÈSES) DANS LES OPÉRATIONS DE RECHERCHE DE FACON À GÉNÉRER DES NOUVEAUX RECUEILS EMPIRIQUES ET À LES CONFRONTER À LA PROBLÉMATISATION DU PHÉNOMÈNE. UNE DÉMARCHE INDUCTIVE : PARTIR DUN PHÉNOMÈNE OBSERVÉ SUR LE TERRAIN POUR LE DECRIRE ET LE COMPRENDRE.

34 Les cinq étapes pour mettre en place une recherche de type Grounded theory (adaptation à partir de Pandit, 1996)

35 (Apostolidis & Eisenlohr, soumis). Un programme de recherches sur les représentations du sida dans des situations de précarité

36

37 1 ère Recherche : Protocole utilisé La consigne de départ pour les entretiens fut la suivante : –« Je réalise une enquête qui porte sur les valeurs, projets et problèmes que peuvent avoir les jeunes aujourdhui, et sur leur opinion personnelle. Je ne commencerais pas en vous posant des questions précises, ce que je voudrais cest que vous me disiez ce qui est important pour vous ». Objectif de non-imposition aux interviewés de la problématique santé (Demazière et Dubar, 1997).

38

39 1 ère recherche (N=30) : Analyse Alceste

40

41

42

43 MÉFIANCE, SENTIMENT DE NON-MAÎTRISE, HÔPITAL ET RISQUE DE CONTAMINATION

44

45 Expérimentation et « enveloppe sociale globale » (Deconchy, 2002) Difficulté de travailler sur les variables qui opérationnalisent des « situations denveloppe » (processus sociaux complexes). Une orientation méthodologique expérimentale qui construit des « variables indépendantes molaires » (une perspective de cognition située).

46 Un exemple de construction dune VI molaire : Représentations du cannabis et perception de la dépendance dun fumeur régulier en fonction du contexte dusage (Apostolidis & Roche, 2002)

47

48 Nous vous présentons, ici, un court extrait dentretien réalisé auprès dune personne consommatrice de cannabis, dans le cadre dune recherche sociologique : Les consommateurs de cannabis en France. (Département de sociologie. Université de Provence, ). Nous vous demandons de bien vouloir lire cet extrait dentretien de façon attentive. Vincent (Julie) est âgé(e) de 25 ans, il(elle) vit seul(e) et travaille depuis six mois. INTERVIEWER : Dans quel contexte avez-vous consommé du cannabis pour la première fois ? VINCENT (JULIE) : Euh… il me semble que cétait dans une fête… oui, cest ça, cétait avec des copains plus âgés que moi… javais 18 ans… je me demandais ce que ça allait me faire, mais finalement, il ny a pas eu trop deffets… INTERVIEWER : Pouvez-vous me parler de votre consommation, actuelle de cannabis ? VINCENT (JULIE) : …Euh… moi jaime bien fumer, tranquille avec des copains (tout seul )…En fait, ce qui me plaît, cest daller chez les uns ou chez les autres et de fumer … (cest dêtre chez moi et de fumer) INTERVIEWER : Quelle est votre fréquence de consommation ? VINCENT (JULIE) : …Oh, de temps en temps, mais en fait, cest jamais plus dune fois par semaine … (Oh, assez souvent, en fait, cest tous les jours) INTERVIEWER : Quels sont les effets du cannabis sur vous ? VINCENT (JULIE) : …Ben…euh…je sais pas…ça me procure une sensation agréable.

49 F (1,281) = 16,073 p=.000 Représentations du cannabis et perception de la dépendance du fumeur en fonction du contexte dusage

50 Des enjeux théorico-méthodologiques pour lutilisation de la méthodologie expérimentale... La contextualisation de létude des processus socio- cognitifs dans le champ de la culture (Jodelet, 2002) en tant que opérationnalisation de larticulation système/métasystème (Doise, 1990). Limportance de la triangulation méthodologique (qualitatif, quasi-expérimental) pour mettre en place des dispositifs de recherche concernant la perception des risques sanitaires (Apostolidis, 2003).


Télécharger ppt "Méthodologies appliquées à la Psychologie Sociale de la Santé Thémis Apostolidis Laboratoire de Psychologie Sociale, Equipe Psychologie Sociale de la Santé"

Présentations similaires


Annonces Google