La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Lentreprise formatrice dans une stratégie globale de formation partagée. Sylvain Starck, Maître de conférences Sciences de léducation Université Lille.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Lentreprise formatrice dans une stratégie globale de formation partagée. Sylvain Starck, Maître de conférences Sciences de léducation Université Lille."— Transcription de la présentation:

1 Lentreprise formatrice dans une stratégie globale de formation partagée. Sylvain Starck, Maître de conférences Sciences de léducation Université Lille 3, Proféor-CIREL 5décembre 2012 CRDP de Lorraine S. Starck Conférence CRDP de Lorraine "L'entreprise formatrice dans une stratégie globale de formation partagée"

2 Plan de la communication Quelles relations entre école et monde du travail ? Trouver ses marques dans un dispositif de formation partagé Quelques pistes pour développer lexpérience ancrée dans les périodes en entreprise Les critères dun « bon » stage S. Starck Colloque CRDP de Lorraine "L'entreprise formatrice dans une stratégie globale de formation partagée"

3 Relations entre école et entreprise Rupture entre école et monde du travail Place centrale du travail dans notre société: une réorganisation de la « forme éducative » de la société Espace dactivités professionnelles et formation: des mises en relation Lexpérience au regard du couple travail prescrit/travail réel S. Starck Colloque CRDP de Lorraine "L'entreprise formatrice dans une stratégie globale de formation partagée"

4 Expérience selon Dewey « learning by doing » Un sujet engagé dans une activité de transformation du monde Processus qui relie deux dimensions du « vécu »: action où lon sengage/ où lon est pris et « léprouvé » Expérience est un processus, en cela elle est différente de la trace issue du processus expérientiel. S. Starck Colloque CRDP de Lorraine "L'entreprise formatrice dans une stratégie globale de formation partagée"

5 Travail prescrit/ travail réel Pourquoi revenir sur vécus en entreprise ? Du modèle de lexécution (lopérateur) à celui de « lexplication » avec le travail (le professionnel) La fonction intégrative du travail Un couple de concepts pour penser lactivité: travail prescrit/travail réel S. Starck Colloque CRDP de Lorraine "L'entreprise formatrice dans une stratégie globale de formation partagée"

6 Extrait de : Guérin et al. (2001). « Comprendre le travail pour le transformer. La pratique de lergonomie ». Lyon : ANACT.

7 Travail prescrit/ travail réel Pourquoi revenir sur vécus en entreprise ? Du modèle de lexécution (lopérateur) à celui de « lexplication » avec le travail (le professionnel) La fonction intégrative du travail Un couple de concepts pour penser lactivité: travail prescrit/travail réel S. Starck Colloque CRDP de Lorraine "L'entreprise formatrice dans une stratégie globale de formation partagée"

8

9

10 Trouver ses marques dans un dispositif de formation partagé Le statut de stagiaire : expérimenter / un autre point de vue sur lactivité Lactivité du tuteur La posture du référent (des référents?) dans lespace scolaire : laccompagnement. S. Starck Colloque CRDP de Lorraine "L'entreprise formatrice dans une stratégie globale de formation partagée"

11 Dès lors que ces nouvelles exigences [associées au principe de formation tout au long de la vie conduisent à reconnaître le caractère dapprenance lié aux situations de travail, la formation nest plus quune composante éventuelle. Elle doit prendre en compte les terrains de stage qui constituent un ancrage effectif dans les réalités professionnelles. Cet ancrage confère au stagiaire un statut dacteur de sa formation et dartisan de son parcours. (…) Il en résulte une modification conséquente de la fonction de formateur qui est alors engagé dans laide à la construction, par le stagiaire, du sens de ce quil a entrepris tant sur le plan de laction que sur celui de la réflexion. On passe alors dun modèle de la formation comme transmission à celui de développement de compétences dans lequel le formateur doit opter pour une autre posture, celle de facilitateur, en créant les conditions lapprentissage et les conditions de construction de lexpérience, sollicitant la réflexivité. Extrait de Paul Maela, « L'accompagnement dans le champ professionnel », Savoirs, 2009/2 n° 20, p

12 Des empêchements pour réaliser ce travail Sous-estimer les savoirs inhérents aux activités: le cas du tricot Sexpliquer avec le travail enseignant : les représentations sociales La difficulté à transposer les réalités de lentreprise dans lespace scolaire : la question de la re- présentation. S. Starck Colloque CRDP de Lorraine "L'entreprise formatrice dans une stratégie globale de formation partagée"

13 Claire et Marc HEBER-SUFFRIN (1992), « Echanger les savoirs », Ed. Desclée de Brouwer

14 Des empêchements pour réaliser ce travail : prendre en compte le travail réel « Nous nous démarquons en cela des chercheurs qui procèdent à des analyses « en creux » cest-à-dire en se focalisant sur les décalages existant entre les pratiques observées et celles quils jugent souhaitables. Nous nous efforçons pour notre part détudier le travail tel que les enseignants eux-mêmes le conçoivent, lexercent et le comprennent, même sils construisent et mettent en œuvre des savoirs « en attente de reconnaissance conceptuelle » (Schwartz, 1990, p. 20) quils ont du mal à expliciter (Tardif et Lessard, 1999). » S. Starck Colloque CRDP de Lorraine "L'entreprise formatrice dans une stratégie globale de formation partagée"

15 Des empêchements pour réaliser ce travail : prendre en compte le travail réel Sous-estimer les savoirs inhérents aux activités: le cas du tricot Sexpliquer avec le travail enseignant : les représentations sociales La difficulté à transposer les réalités de lentreprise dans lespace scolaire : la question de la re- présentation. S. Starck Colloque CRDP de Lorraine "L'entreprise formatrice dans une stratégie globale de formation partagée"

16 Extrait de « Vu de lestrade », Bernard Monthel, Revue Autrement, 1997,

17 S. Starck Colloque CRDP de Lorraine "L'entreprise formatrice dans une stratégie globale de formation partagée" C. Goldfinger ( Travail et hors travail : vers une société fluide, éd. O. Jacob, 1988, p.351) met en évidence ce quil appelle un paradoxe dans les processus denseignement : « Nest-il pas paradoxal que ceux qui sont censés préparer les jeunes à la vie active ne la connaissent guère, ayant pour la plupart passé lessentiel de leur carrière à lécole, dans un milieu professionnel protégé et doté de règles très particulières ? »

18 S. Starck Colloque CRDP de Lorraine "L'entreprise formatrice dans une stratégie globale de formation partagée" Entretien Liliane S = Quest ce qui vous fait dire que les enseignants comme vous dites, cest une race à part ? L = Dabord, parce que moi jai travaillé en dehors de lenseignement avant. Quand je suis arrivée dans lenseignement, je me souviens que je disais : « quand je travaillais », vous voyez ce que je veux dire, jétais entrain de travailler, mais je disais : « quand je travaillais ». Et pourtant je travaille [dans lenseignement], je vous assure je suis quelquun qui bouge [dans mon métier denseignant]. Et aujourdhui, je dis dans ma vraie vie. Ma vraie vie, elle est ici et maintenant [dans lenseignement], mais à mes élèves [lorsque je parle de lentreprise], je dis toujours « dans la vraie vie ».

19 S. Starck Colloque CRDP de Lorraine "L'entreprise formatrice dans une stratégie globale de formation partagée" Stéphane : javais un manque, enfin javais limpression davoir un manque de pas, de pas assez bien connaître justement la vie de lentreprise, de pas avoir une expérience professionnelle suffisante pour, pour présenter, présenter comment fonctionne une entreprise, alors même si cest vrai que le programme sest élargie maintenant cest toutes les organisation mais quand même on parle beaucoup de lentreprise. (…) Donc en fait ce que je savais de lentreprise enfin une grosse partie cétait finalement à travers les livres, à travers les articles, à travers, et ça finalement ça me gênait un peu quand même. Leïla : (…) Et puis lautre difficulté je dirais cest que nous on doit leur apprendre à programmer donc on commence par des choses très simples, qui nont rien à voir avec le monde de lentreprise, (…) on est confronté à ce problème là aussi donc cest bien et pas bien dutiliser des cas concrets parce dès qu'il faut que ça soit je dirais concret, comment dire, pour que ça tienne la route, que ça réponde vraiment à un problème dentreprise, cest forcément compliqué. Jean-Marc : j'ai discuté avec une collègue en nous disant euh, on parlait … on était en validation d'acquis professionnels, donc euh, procédure pour euh, et on discutait donc de stage d'entreprise etc., moi je lui dis : «ben, je trouve qu'on est dans un domaine, l'enseignement technique quand même où euh, on est un peu coupé de la réalité de l'entreprise, parce que euh, alors qu'on est censé enseigner à nos élèves»

20 S. Starck Colloque CRDP de Lorraine "L'entreprise formatrice dans une stratégie globale de formation partagée" S = Quel lien vous voyez alors entre votre travail denseignant et cette période en entreprise ? Même si vous lavez déjà un peu abordé F = Aujourdhui ? S = Oui. F = Alors ça a tout changé. Pour plusieurs raisons. Je ne sais pas trop encore combien je vais en trouver. La 1 ère cest que moi jétais totalement décomplexé, javais quand même ce complexe de lenseignant qui entend régulièrement quêtre enseignant ce nest pas un vrai métier. Et je suis ressorti de la en me disant et bien si cest un vrai métier avec des vraies compétences, c'est-à-dire que didactiser, enseigner, adapter à un public cest quelque chose qui sapprend, on a le sens ou on na pas le sens comme dans tous métiers, on a des prédispositions ou on nen a pas, mais cest quelque chose qui sapprend et cest une vraie compétence sur laquelle on progresse. Et donc ça cest quelque chose qui a été assez flagrant, notamment je suis peut être un peu méchant mais en voyant les difficultés de certains formateurs de lentreprise X qui étaient très très bons dans leurs domaines mais lorsquils venaient pour expliquer à des nouveaux embauchés ce quils faisaient ils nétaient pas passionnants alors quils étaient excellent dans leur bureau lorsquils faisaient leurs missions.

21 Quelques pistes pour développer lexpérience ancrée dans les périodes en entreprise Pour quil y ait réflexivité, il ne sagit pas seulement de développer une réflexion solitaire ne référant quà sa propre subjectivité. La double distanciation qui doit sy opérer comme mise à distance de la situation et prise de recul par rapport à soi-même suppose de lintersubjectivité, introduite notamment par le dialogue. Cette posture que lauteur définit comme « un nouveau métier » suppose un repositionnement du formateur vis-à-vis du savoir pour quil soit lui-même un praticien réflexif, capable dexplicitation et de formalisation de son savoir-agir tout en permettant à lautre de « se penser par lui-même » (Donnay, 2008). Précisément, cette « nouvelle professionnalité » le conduit à se placer en position tierce: il ne se substitue ni interfère avec la lecture et la (re)construction du réel que fait laccompagné. Autrement dit, le « compagnon réflexif » ne sinterpose pas entre le réel et la personne quil accompagne (Donnay, 2008). Extrait de Paul Maela, « L'accompagnement dans le champ professionnel », Savoirs, 2009/2 n° 20, p S. Starck Colloque CRDP de Lorraine "L'entreprise formatrice dans une stratégie globale de formation partagée"

22 Quelques pistes pour développer lexpérience ancrée dans les périodes en entreprise Des écueils à éviter : la référence unique au travail tel quil devrait se réaliser / la normalisation scolaire des mises en mots / une posture de jugement sur les récits dexpérience. S. Starck Colloque CRDP de Lorraine "L'entreprise formatrice dans une stratégie globale de formation partagée"

23

24

25

26 Quelques pistes pour développer lexpérience ancrée dans les périodes en entreprise Une précaution: peu de travaux scientifiques engagés sur cette question dans lenseignement secondaire. Des écueils à éviter : la référence unique au travail tel quil devrait se réaliser / la normalisation scolaire des mises en mots / une posture de jugement sur les récits dexpérience. Deux exigences: ancrer les retours sur les vécus en entreprise / mettre en lien avec des savoirs inhérents à ces actions S. Starck Colloque CRDP de Lorraine "L'entreprise formatrice dans une stratégie globale de formation partagée"

27 Définition proposée par Jonnaert et al. (2005) dans une note de synthèse sur la notion de compétence

28 Quelques pistes pour développer lexpérience ancrée dans les périodes en entreprise Préparer à lanalyse de lactivité : lecture photographique / la notice de montage / le challenge Solliciter les vécus en entreprise: le repérage spatial (journée type) et le repérage temporel (journée témoin) (L. Durrive, 2012) ; lanalyse de traces photographi- ques; le récit détonnement ; lenquête auprès de professionnels de lentreprise ; solliciter la mise en mots dans laction ; écriture sur lactivité (déclencheurs décriture). S. Starck Colloque CRDP de Lorraine "L'entreprise formatrice dans une stratégie globale de formation partagée"

29 Claire et Marc HEBER-SUFFRIN (1992), « Echanger les savoirs » Ed. Descl é e de Brouwer

30 Les critères dun « bon » stage Organiser des vécus en entreprises (conventionnement) Organiser les retours sur les périodes en entreprise : la reconnaissance dune culture professionnelle, de la potentielle fonction éducative du travail Formalisation des savoirs pour semparer de son pouvoir dagir : travailler en santé Stabiliser lidentité des acteurs : reconnaître/ faire reconnaître la place légitime de chacun. S. Starck Colloque CRDP de Lorraine "L'entreprise formatrice dans une stratégie globale de formation partagée"

31 … Merci pour votre attention


Télécharger ppt "Lentreprise formatrice dans une stratégie globale de formation partagée. Sylvain Starck, Maître de conférences Sciences de léducation Université Lille."

Présentations similaires


Annonces Google