La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

ANALYSE DE LECG Repérage des ondes P - Morphologie - Fréquence - Mesure de lespace PR Analyse du QRS - Morphologie, largeur, axe - Fréquence et régularité

Présentations similaires


Présentation au sujet: "ANALYSE DE LECG Repérage des ondes P - Morphologie - Fréquence - Mesure de lespace PR Analyse du QRS - Morphologie, largeur, axe - Fréquence et régularité"— Transcription de la présentation:

1 ANALYSE DE LECG Repérage des ondes P - Morphologie - Fréquence - Mesure de lespace PR Analyse du QRS - Morphologie, largeur, axe - Fréquence et régularité Analyse du couplage AV Etude de la repolarisation -Largeur du QT -Morphologie du ST -Morphologie de londe T

2 DIAGNOSTIC DES TACHYCARDIES Généralités - symptomatologie très variable - pouls périphériques = source d'erreur - étude du retentissement hémodynamique - antécédents ; ECG de référence - traitement en cours. anti arythmique. diurétique. autre - circonstances de survenue (effort, repos…) - mode de début et de fin du trouble rythmique

3 DIAGNOSTIC DES TACHYCARDIES Diagnostic ECG A - analyse de la morphologie du QRS B - analyse de la séquence ventriculaire C - analyse de l'activité auriculaire

4 Analyse de la morphologie du QRS - tachycardie sinusale QRS fin : TPSV - flutter - AC / FA (TAP) - TSA - tachycardie jonctionnelle

5 Analyse de la morphologie du QRS. avec pré-excitation ventriculaire QRS large - TPSV - TV. avec trouble de conduction intraventriculaire (bloc de branche pré existant ou fonctionnel)

6 DIAGNOSTIC DES TACHYCARDIES Diagnostic ECG A - analyse de la morphologie du QRS B - analyse de la séquence ventriculaire C - analyse de l'activité auriculaire

7 Analyse de la séquence ventriculaire Tachycardie irrégulière - pré excitation ventriculaire (AC/FA - QRS larges) - AC / FA - flutter ou TSA irrégulièrement dégradés - extra systolie auriculaire ou ventriculaire - rarissime TV irrégulière

8 Analyse de la séquence ventriculaire - TV Tachycardie régulière - tachycardie sinusale - tachycardie jonctionnelle - pré excitation ventriculaire - flutter ou TSA dégradé 1/1, 2/1, 3/1

9 DIAGNOSTIC DES TACHYCARDIES Diagnostic ECG A - analyse de la morphologie du QRS B - analyse de la séquence ventriculaire C - analyse de l'activité auriculaire

10 Analyse de l'activité auriculaire - TV Pas d'activité auriculaire visible - AC / FA - tachycardie jonctionnelle Existence d'une activité auriculaire fréquence auriculaire > fréquence ventriculaire - flutter - TSA fréquence ventriculaire > fréquence auriculaire

11 fréquence auriculaire = fréquence ventriculaire - tachycardie atriale (flutter ou TSA) à conduction 1/1 - tachycardie jonctionnelle (intérêt de la Striadyne) - TV à conduction rétrograde

12 DIAGNOSTIC D'UNE TACHYCARDIE REGULIERE A COMPLEXE LARGE - évaluation de la tolérance (liée à la fréquence et à la dysfonction ventriculaire gauche sous-jacente) Diagnostic différentiel entre TV et TPSV + bloc de branche ou pré excitation A - Contexte clinique - en cas d'antécédent d'infarctus, toute tachycardie régulière à complexe large est à priori une TV - traitement antérieur (effet pro arythmogène des anti-arythmiques de classe I)

13 Recherche des petits "accidents" se répétant à intervalle régulier et déformant le ventriculogramme B - Analyse de l'ECG - tracé 3 pistes minimum - dérivations longues privilégiant l'analyse de l'activité auriculaire (D2-D3-VF-V1) Recherche d'une dissociation AV L'existence d'une dissociation AV (fréquence A < fréquence V) affirme la TV. Dissociation AV absente en cas de conduction rétrograde I / I

14 En cas de capture ou de fusion, les QRS sont généralement fins ou affinés : rechercher ces changements de morphologie qui affirment la TV Recherche de complexes de capture et de fusion (d'autant mieux visibles que la TV n'est pas trop rapide) Une capture correspond à une onde P qui dépolarise normalement le ventricule ; le QRS retrouve l'aspect du rythme sinusal Une fusion correspond à une dépolarisation du ventricule par des influx simultanés : sinusal et ventriculaire. Le QRS prend un aspect intermédiaire entre le QRS du rythme sinusal et le QRS de la TV

15 - l'absence de complexe RS dans les précordiales (QRS identique avec aspect QS dans toutes les précordiales) Étude de la morphologie des QRS Sont en faveur d'une TV : - un aspect de retard gauche alors que l'ECG de référence montre un aspect de BBD (et inversement) - l'existence de QRS très large (> 140 ms) - un axe des QRS hyperdroit - l'existence sur un ECG de référence d'ESV menaçantes de même morphologie que les QRS de la tachycardie

16 Ces critères diagnostiques morphologiques sont d'autant plus performants qu'ils sont associés. En cas de retard droit : en cas d'onde triphasique, l'aspect RS r' évoque une TV alors que l'aspect rSR' évoque un BBD En cas de retard gauche, la TV peut être évoquée sur : - en V6 : l'existence d'un aspect qR - en V1 - V2 : R > 30 ms ; ( encoche sur la branche descendante de S) - en V6 : un aspect rS ou un aspect QS sont en faveur d'une TV - en V1 : une onde R en aspect mono ou biphasique (onde R exclusive ou aspect QR) évoque une TV ;

17 Si la Striadyne est inefficace, le diagnostic reste incertain. L'enregistrement endocavitaire est alors souhaitable d'autant qu'il va permettre le traitement électro-physiologique C - L'apport des manœuvres vagales et la Striadyne La Striadyne diminue la perméabilité antérograde du nœud AV : - dans les TPSV, elle peut soit réduire la tachycardie, soit la dégrader c'est-à-dire diminuer la fréquence ventriculaire : les ondes P sont alors mieux visibles et en nombre supérieur au QRS - dans les TV, elle peut diminuer la conduction rétrograde (gênant l'interprétation lorsqu'elle se fait I / I avec fréquences auriculaire et ventriculaire identiques)

18 CONDUITE A TENIR DEVANT UNE TACHYARYTHMIE PAROXYSTIQUE (TAP) 1 - Affirmer le diagnostic - AC/FA avec réponse ventriculaire rapide : absence d'activité auriculaire décelable, QRS irréguliers mais fins (sauf si troubles conductifs associés pré existants ou fonctionnels) 2 - Apprécier la tolérance - hémodynamique - coronarienne - embolique pouvant révéler l'AC/FA

19 CONDUITE A TENIR DEVANT UNE TACHYARYTHMIE PAROXYSTIQUE (TAP) 3 - Rechercher l'étiologie Évolution d'une myocardiopathie - valvulaire - congénitale - dégénérative (HTA) Complication d'une pathologie - cardiaque : péricardite, insuffisance cardiaque, infarctus du myocarde - cardio-pulmonaire : embolie pulmonaire - pulmonaire : infection pulmonaire (mycoplasme) - endocrinienne : hyperthyroïdie - métabolique : hypokaliémie - iatrogène : intoxication digitalique, usage de catécholamines

20 CONDUITE A TENIR DEVANT UNE TACHYARYTHMIE PAROXYSTIQUE (TAP) 4 - Prise en charge thérapeutique A - Traiter prioritairement le trouble hémodynamique B - Traiter le trouble rythmique 1° - en cas d'urgence vitale : * choc électrique externe 2° - dans les autres cas : * décoaguler avec une dose de charge * réduire ou ralentir le trouble rythmique

21 CONDUITE A TENIR DEVANT UNE TACHYARYTHMIE PAROXYSTIQUE (TAP) a) Indication de réduction immédiate - les critères suivants doivent être remplis : * AC/FA récente inférieure à 12 heures * pas d'antécédent de cardiopathie sous jacente * sans cardiomégalie radiologique * bilan thyroïdien prélevé Tildiem 0,25 mg/kgs IVD : théoriquement uniquement ralentisseur, mais réduction de l'AC/FA possible sous enregistrement ECG Si échec, Cordarone : de préférence per os (veinotoxicité) : 9 cps / jr (imprégnation cordaronique après 18 cps) Si nécessité de VVC : 300 mg au PSE en 15 à 20 mn Traitement effectué sous scope

22 CONDUITE A TENIR DEVANT UNE TACHYARYTHMIE PAROXYSTIQUE (TAP) b) Indication de réduction différée Si AC/FA ancienne ou si cardiopathie sous jacente - en l'absence d'hypokaliémie ou d'hypercalcémie - ralentir l'AC/FA : digoxine 1/2 ampoule / 8 h IVD - débuter l'imprégnation cordaronique : 1 à 2 cps/jr - programmer l'ETT ou mieux ETT + ETO - prévoir la cardioversion si l'ETO est normale, soit à 3 semaines, soit dès que la décoagulation est correcte et vérifiée

23 SIGNES ECG PREDICTIFS D'UN TROUBLE RYTHMIQUE RESPONSABLE D'UN MALAISE - BAV de haut degré 1 - Trouble de conduction intra ventriculaire et auriculo ventriculaire - alternance BBD et BBG - alternance au cours d'un BBD, d'un HABG et d'un HBPG - onde P bloquée - BBG du sujet jeune - BBG + BAV 1 - BBD + HBPG

24 SIGNES ECG PREDICTIFS D'UN TROUBLE RYTHMIQUE RESPONSABLE D'UN MALAISE - syndrome de Brugada 2 - Dysfonction sinusale - bradyarythmie sévère 3 - Troubles ventriculaires 4 - Anomalies plus rares - hyperkaliémie - rythme lent avec ou sans onde P - compression carotidienne - ESV (polymorphe, couplage variable, R/T…) - intervalle QT - pré excitation ventriculaire - hypokaliémie

25 DIAGNOSTIC DES TROUBLES DE CONDUCTION

26 B B D COMPLET QRS 0,12 sec onde R secondaire en V1 morphologie en V1 type rsR' morphologie en V6 type qRs morphologie en Vr type QR Avec HVD grande onde R' R exclusive V1 absence d'onde q en V6 rsr' jusqu'en V2 V3

27 B B G COMPLET QRS 0,12 sec Absence d'onde q initiale en D1 VL V5 V6 Morphologie type QS ou rS en V1 Morphologie type onde R exclusive en V6

28 H B A G Axe moyen de QRS dans le plan frontal au-delà de - 30° (typiquement entre - 45° et - 75°) Ondes r initiales dans toutes les dérivations inférieures (aspect rS D2 D3 VF) Absence d'onde q en V6 Durée QRS < 0,12 sec

29 H B P G Degré modéré de déviation axiale droite de QRS entre + 90° et + 120° (en l'absence d'HVD ou de morphologie longiligne) Aspect RS ou Rs en D1 et V1 et qR en D2 D3 VF Durée QRS < 0,12 sec

30 BLOCS SINUSO AURICULAIRES BSA 1er degré Simple allongement de la conduction entre la commande sinusale et les oreillettes tracé normal BSA 2ème degré * Périodes de Wenckebach Allongement des intervalles sinus-P jusqu'au blocage raccourcis- sement des intervalles P-P jusqu'à la pose auriculaire (toujours < au double de l'intervalle P-P qui précède) * BSA 2/1 poses auriculaires = double de l'intervalle P-P précédent BSA 3ème degré Blocage total sinus-oreillette plus d'onde P sinusale éclosion d'un automatisme sous jacent soit rythme auriculaire ectopique (sinus coronaire) soit rythme jonctionnel

31 B A V BAV 1er degré Simple ralentissement de la conduction Allongement PR > 200 msec BAV 2ème degré Interruption intermittente de la conduction ondes P bloquées Mobitz 1 = période de Wenckebach Mobitz 2 = onde P sinusale bloquée de manière inoppinée Bloc 2/1 : 1 onde P sur 2 bloquée. PR fixe au niveau des complexes conduits BAV 3ème degré = BAV complet Blocage de toutes les ondes P Rythme d'échappement lent et dissocié du rythme auriculaire soit à QRS fins (jonctionnel) soit à QRS larges (idioventriculaire)

32 LOCALISATION DU BAV MAV = bloc nodal Tronc du faisceau de His = bloc tronculaire ou intra hissien Ensemble des branches du faisceau de His = bloc bifasciculaire ou infrahissien

33 BLOC NODAL - qMI fins - BAV 1er degré avec PR très allongé > 310 msec - périodes de Wenckebach (Mobitz 1) - BAV complet avec rythme jonctionnel à 50/min - régression partielle à l'effort sous Atropine

34 BLOC INFRANODAL - Mobitz 2 (tronculaire si qrs fins, bifasciculaire si qrs larges) - BAV complet avec échappement lent à qrs larges - BDV du 1 er ou 2 ème degré avec bloc de branche (surtout bloc alternant ou BBD + HBPG)

35 Classification des antiarythmiques I aQuinidiques, Rythmodan I bXylocaïne I c Cipralan, Rythmol, Flécaine, Fiboran IIBéta-bloquants sauf Sotalol IIICordarone, Sotalol IVCalcium-bloquants (Diltiazem, Vérapamil)


Télécharger ppt "ANALYSE DE LECG Repérage des ondes P - Morphologie - Fréquence - Mesure de lespace PR Analyse du QRS - Morphologie, largeur, axe - Fréquence et régularité"

Présentations similaires


Annonces Google