La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Connections: Connect with other disciplines and acquire information. Standard 3.1: Students reinforce and further their knowledge of other disciplines.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Connections: Connect with other disciplines and acquire information. Standard 3.1: Students reinforce and further their knowledge of other disciplines."— Transcription de la présentation:

1 Connections: Connect with other disciplines and acquire information. Standard 3.1: Students reinforce and further their knowledge of other disciplines through the foreign language. Standard 3.2: Students acquire information and recognize the distinctive viewpoints that are only available through the foreign language and its cultures.

2 Halliday, M. A. K. (1978). Language as Social Semiotic: The Social Interpretation of Language and Meaning. Baltimore: University Park Press, p. 11.

3

4

5

6 Multiple translations Literature from the start Music

7 Jacques Prévert Barbara Rappelle-toi Barbara Il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-l à Et tu marchais souriante É panouie ravie ruisselante Sous la pluie Rappelle-toi Barbara Il pleuvait sans cesse sur Brest Et je t'ai crois é e rue de Siam Tu souriais Et moi je souriais de même Rappelle-toi Barbara Toi que je ne connaissais pas Toi qui ne me connaissais pas Rappelle-toi Rappelle-toi quand même ce jour-l à N'oublie pas Un homme sous un porche s'abritait Et il a cri é ton nom Barbara Et tu as couru vers lui sous la pluie Ruisselante ravie é panouie Et tu t'es jet é e dans ses bras Rappelle-toi cela Barbara Et ne m'en veux pas si je te tutoie Je dis tu à tous ceux que j'aime Même si je ne les ai vus qu'une seule fois Je dis tu à tous ceux qui s'aiment Même si je ne les connais pas Rappelle-toi Barbara N'oublie pas Cette pluie sage et heureuse Sur ton visage heureux Sur cette ville heureuse Cette pluie sur la mer Sur l'arsenal Sur le bateau d'Ouessant Oh Barbara Quelle connerie la guerre Qu'es-tu devenue maintenant Sous cette pluie de fer De feu d'acier de sang Et celui qui te serrait dans ses bras Amoureusement Est-il mort disparu ou bien encore vivant Oh Barbara Il pleut sans cesse sur Brest Comme il pleuvait avant Mais ce n'est plus pareil et tout est abim é C'est une pluie de deuil terrible et d é sol é e Ce n'est même plus l'orage De fer d'acier de sang Tout simplement des nuages Qui cr è vent comme des chiens Des chiens qui disparaissent Au fil de l'eau sur Brest Et vont pourrir au loin Au loin tr è s loin de Brest Dont il ne reste rien.

8 Bonnie and Clyde Serge Gainsbourg & Brigitte Bardot, 1968 Le Nouveau Western MC Solaar, 1994

9

10 Des Noms chapeau poire robe homme fruits main dame bar éé soleil chien bouteille veste fête femme vin table fleur nappe verre rivière bateau chaise banane pomme tête vue arbre champagne cerise raisins bras soirée anniversaire Des adjectifs romantique rouge gros chaud beau grand petit jaloux gai noir heureux bleu jeune blanc vert rond carré étranger calme timide content mécontent élégant poétique triste blond magnifique Des verbes parler regarder êre assis écouter briller danser boire manger porter flirter penser sourire jouer chanter respirer admirer tenir pleurer

11 Transformations possibles: Un conte Un poème Une chanson Jouer une scène du tableau Racconter une histoire Faire des phrases avec les mots Décrire limage Une publicité Les pensées dune des personnes du tableau Une petite pièce…

12 Un poème Une belle soirée Je suis à la fête Ma femme danse avec Paul Et moi, je regarde une femme élégante Je bois du vin et toi aussi Les fleurs, le vin et les fruits cest poétique Je ne suis pas mécontent Non, je suis très content Je suis assis longtemps et je te regarde Vous parlez et jécoute La soirée est chaude Je ne porte pas ma veste Les hommes à la fête dansent, chantent et parlent La soirée est longue

13 Une chanson Cest lété le soleil brille Une dame mange des fruits Elle est assise dans un bar Parle avec un homme jaloux Il est grand, elle est petite Ils boivent et mangent des fruits

14 Jouer une scène Sophie, Claudine et Jean sont assis à une table. Jean regarde Claudine tout le temps avec attention. Sophie est très jalouse. Sophie: Donnez-moi une poire sil vous plaît. [Jean nentend pas.] Sophie: Jean ! Donnez-moi une poire sil vous plaît. Jean: Excusez-moi. Voilà. Sophie: Merci. [Jean continue à regarder Claudine.] Sophie: On va danser, Jean? Jean: Mais, mangez votre poire dabord, Sophie. Claudine: Vous voulez danser avec moi, Jean? Moi, je peux manger ma poire après la danse. Jean: On prend un verre de vin ensemble? Claudine et Sophie: Oui. Sophie: Je peux prendre votre chien dans mes bras? Claudine: Oui, mais ne le laissez pas tomber ! Jean: A votre santé, mesdemoiselles ! Claudine et Sophie: A la vôtre !

15 Décrire limage Sur limage il y a beaucoup de personnes. La vue est magnifique, il y a une rivière, il y a beaucoup darbres. Beaucoup de personnes portent un chapeau. Une personne porte un chapeau melon. Sur la table, il y a des bouteilles et des fruits. Une dame a un chien. Cest lété. Il fait beau. Deux hommes et une femme dansent. Au milieu il y a un tonneau. A gauche du tonneau il y a un grand arbre. Devant larbre il y a des fleurs. Derrière les hommes il y a une rivière avec un bateau. Il y a aussi une femme qui joue de la guitare et qui chante. A droite il y a une table et trois chaises. Sous la table il y a un chat. Sur la table il y a une banane, deux pommes, deux poires, deux bouteilles et quatre verres. Derrière la table il y a une maison.

16 A lauberge Monsieur: Garçon! Garçon! Garçon: Oui Messieurs Dames, vous désirez? Madame: Quest-ce que vous avez? Garçon: Voilà le menu. Monsieur : Des oranges, des bananes, des cerises et des raisins. Madame : Des pommes, des poires… Vous navez pas dananas? Garçon: Désolé, Madame. Madame: Quest-ce que vous recommandez? Garçon: Les cerises sont très bien aujourdhui. Madame: Je naime pas les cerises. Garçon: Les raisins noirs sont bien aussi. Monsieur: Je prends des poires et des cerises. Madame: Donnez-moi des raisins bleus. Garçon: Et à boire? Monsieur: On prend du vin rouge. Madame: Non! Je veux du champagne! Monsieur: Du champagne? Non, non, non, cest trop cher. Garçon: Hmmm Madame: Mais Michel, cest mon anniversaire aujourdhui. Monsieur: Mais cest trop cher quand même. Garçon: Monsieur Dame Madame: Garçon, du champagne sil vous plaît!

17 Exchanges with other classes

18 Let me introduce myself: I am Julie LHote. I have just celebrated my nineteenth birthday. I am now in the second year of the two year course preparing a brevet which mainly deals with the sales techniques. My school is the lycee de Fresnes. I live in Fresnes which is located south of the Paris area, in a flat, with my parents and my younger brother. I am very happy and moved at starting exchanging letters with students of one of the greatest universities in the States. I hope our letters will allow us to learn a lot about our differences and to know one another better and to come to an understanding. My text is called la dechirure because I tell about my father and my family coming to France after being born and growing up in Algeria. My words convey the sadness they felt when they had to go that heartrending period of their lives. I hope I will hear from you soon.

19 La Dechirure Mon père, Serge, est né en 1944 à Annaba en Algérie. La guerre dAlgérie éclate alors quil a dix ans. Huit ans plus tard il doit quitter son pays avec un sentiment de rancœur. Depuis des décennies, lAlgérie était le pays de ma famille. Ils y sont nés, y ont vécu et certains y sont morts, notamment mon grand-père paternel. Algériens et Français, appeléspieds-noirs, vivaient en parfaite harmonie. Mais un jour, la différence de culture, de religion, de points de vue sur lavenir de lAlgérie remit tout en cause. Les Algériens commencèrent à se révolter et à demander leur indépendance. Mon père a alors dix ans. Trop jeune pour comprendre, il côtoie toujours ses amis algériens. En 1954, la guerre éclate vraiment. Les Algériens et les pieds-noirs deviennent des ennemis. Les horreurs commencent. Je ne sais ce que ma famille a éprouvé durant cette guerre. Par contre, je sais quil y a eu une véritable déchirure quand De Gaulle a donné lindépendance en Ainsi ma famille a dû partir en France qui était soi-disant son pays. En France, ma grand-mère et mes tantes pleuraient. LAlgérie leur manquait. La France nétait pas leur pays. Je ne suis au courant que dun événement qui a marqué mon père: il était avec son meilleur ami, un arabe, pendant un bombardement. Celui-ci a sauté sous ses yeux. Il navait que quatorze ans. Cela la vraiment choqué. Mon père parle peu de lAlgérie mais je sais quil y pense. Tandis que mes tantes et mon oncle en parlent souvent pendant les dîners de famille. Ils extériorisent leur peine mais mon père, lui, se renferme sur lui-même. Je sais quil aime lAlgérie, quil na pas de rancune car il suit lactualité et souhaite de tout cœur quelle sen sorte. Il a promis à ma mère quil nous emmènerait tous là-bas, un jour.

20 TORN My father, Serge, was born in 1944 in Annaba in Algeria. The Algerian War broke out when he was ten. Eight years later he had to leave the country with a feeling of bitterness. For decades, Algeria was my familys country. They were born there, they lived there, and some died there, notably my paternal grandfather. The Algerians and the French, called pieds-noirs, lived in perfect harmony. But one day, differences in culture, religion, points of view on the future of Algeria put everything into question. The Algerians began to revolt and to demand their independence. My father was 10 years old at the time. Too young to understand, he still frequented his Algerian friends. In 1954 the war really broke out. Algerians and pieds-noirs became enemies. The horrors began. I dont know what my family went through during that war. But I do know that there was a real rift when De Gaulle gave Algeria independence in Consequently my family had to leave for France, which was our so-called country. In France my grandmother and my aunts cried. They missed Algeria. France was not their country. I only know of one incident that affected my father: he was with his best friend, an Arab, during a bombing. His friend was blown up before his eyes. He was only 14. That was a real shock to him. My father doesnt say much about Algeria but I know that he thinks about it. On the other hand, my aunts and my uncle often talk about it at family dinners. They externalize their pain but my father doesnt; he closes in on himself. I know that he loves Algeria, that he doesnt have hard feelings, because he follows the news and wishes with all his heart that it gets out of the mess it is in. He has promised my mother that he will take us all back there one day.

21 Cher Julie, Jai lu votre histoire avec interet. La guerre dAlgerie nest pas tres connue aux Etats-Unis. Donc, jai appris, de votre histoire, beaucoup dinformation sur lhistoire dAlgerie et de France. De plus, jai quelques questions pour vous. Vous avez dit que les Algeriens et Francais...vivaient en perfaite harmonie, mais, tout a coup, les Algeriens commencerent a se revolter. Dans votre opinion, quest-ce que cetait la plus grande raison pour cet changement? Et pourquoi est- ce que les Francais appeles pied-noirs? Dun autre cote, est-ce que votre pere se renferme encore sa peine sur lui-meme. Je pense quil y a certains choses pour chaque famille qui sont tres desagreables a discuter. Mais quest-ce que cest le role de la publication de votre histoire sur votre famille? Parlent-ils plus facilement ces jours au sujet de la guerre? Ou est-ce que le sujet est encore tres desagreable? Je crois que la peine a cause de la separation des citoyens de leurs patrie est dificile a comprendre. En fin, je suis content que vous connaissez Berkeley. Berkeley, et la Californie en general, ont des reputations bizarres. Beaucoup de gens, par exemple, pensent que tout letat est une grand plage, et les citoyens font toujours du surf. Bien sur, ce nest pas le cas; nous sommes, en realite, tres ennuyeux. Au revoir, Carl Dear Julie, I read your story with interest. The Algerian War is not well known in the United States, so I learned a lot of information about Algerian and French history from your story. Also, I have several questions for you. You said that the Algerians and the French… lived in perfect harmony, but, suddenly, the Algerians began to revolt. In your opinion, what was the biggest reason for this change? And why are the French calledpieds-noirs? On the other hand, does your father still close in his pain on himself? I think that there are certain things in every family that are uncomfortable to talk about. But what effect has the publication of your story had on your family? Do they talk about the war more easily these days? Or is it still a very uncomfortable subject? I think that the pain from the separation of citizens from their country is hard to understand. Finally, Im happy that you know about Berkeley. Berkeley, and California in general, have weird reputations. Many people think, for example, that the whole state is a big beach, and its inhabitants are always surfing. Of course its not the case; in reality we are quite boring. Bye, Carl

22 Carl, Je tiens a te remercier de mavoir ecrit et de tetre interesse a mon texte. Je vais donc commencer par repondre a tes questions: Tu mas demande pourquoi les Algeriens se sont revoltes? car lAlgerie etait un pays colonise par la France, et meme si mon pere et ma famille sentendaient avec les Algeriens, beaucoup de colons les exploitaient, leur imposaient notre invasion de facon parfois brutale. Les Francais dAlgerie sappelaient et sont toujours appeles pieds noirs a cause des bottes noires quils portaient. Lorsque mon pere et ma famille parlent de lAlgerie, ils ne mentionnent jamais la guerre. Jai rarement entendu le mot guerre dans leur discussion, ils preferent se rappeler des bons moments car cest toute leur jeunesse. La publication de mon texte a emu ma famille car ils etaient contents que je minteresse a eux mais sinon rien na change dans leur facon de penser. La separation de ma famille et de lAlgerie a ete une veritable dechirure car en France, ils netaient pas consideres comme Francais mais comme pieds noirs dAlgerie. Encore aujourdhui ils sont encore un peu a part. Les gens du village de mon pere se reunissent chaque annee pour etre ensemble comme en Algerie. Il est vrai que les Francais pensent que la Californie est un Etat peuple de mannequins montes sur patins a roulettes ou sur un surf. Cest a cause des series americaines qui ont malheureusement envahi la television francaise. Jaimerais savoir ce que les Americains pensent de la France, de Paris, de la Cote dAzur et bien sur des Francais. Julie

23 Carl, Thank you for writing me and for being interested in my text. Im going to start by answering your questions: You asked me why the Algerians revolted? because Algeria was a country colonized by France, and even though my father and my family got along with the Algerians, many of the colonizers exploited them, imposed our invasion on them in sometimes brutal ways. The Algerian French were and still are called pieds noirs because of the black boots that they wore. When my father and my family talk about Algeria, they never mention the war. I have rarely heard the word war in their discussions; they prefer to remember the good times because its their whole youth. The publication of my text touched my family because they were happy that I was interested in them, but otherwise nothing has changed in their way of thinking. My familys separation from Algeria was a real tearing away because in France they werent considered as French but as pieds noirs from Algeria. Even today they are still a little apart from the rest. The people from my fathers village get together every year to be together, as they were in Algeria. Its true that the French think that California is a state full of models on roller skates or on a surfboard. Thats because of the American TV series that have unfortunately invaded French television. I would like to know what the Americans think of France, of Paris, of the Côte dAzur and, of course, the French. Julie

24 Text-based projects 1.Focusing on the frame 2.Colonialization 3.Transmission and translation of culture 4.Poetry from prose 5.Crime

25


Télécharger ppt "Connections: Connect with other disciplines and acquire information. Standard 3.1: Students reinforce and further their knowledge of other disciplines."

Présentations similaires


Annonces Google