La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Thème Habitat Quelle approche de l’électricité dans la filière STI-2D rénovée ? 1 1.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Thème Habitat Quelle approche de l’électricité dans la filière STI-2D rénovée ? 1 1."— Transcription de la présentation:

1 Thème Habitat Quelle approche de l’électricité dans la filière STI-2D rénovée ?
1 1

2 Habitat 2 2

3 Trois sous-parties au sein du thème habitat :
Gestion de l’énergie dans l’habitat L’éclairage* Le confort acoustique * la notion d’efficacité énergétique permet d’aborder une partie de l’éclairage à travers la gestion de l’énergie

4

5 Cerner les enjeux économiques nationaux
Pourquoi s’intéresser à l’énergie dans l’habitat ?

6 Lire et analyser un graphique
Part absolue et relative de l’habitat dans le bilan énergétique en 2008 Évolution de l’énergie consommée dans l’habitat entre 1980 et 2008 Analyse des inversions de tendance au niveau de la courbe (1975, 1980)

7

8 Analyser la place particulière du gaz naturel dans le bilan énergétique national

9 Analyser la place particulière de l’électricité dans le bilan énergétique national

10 Cerner les enjeux économiques pour les particuliers
Quels sont les modes de consommation de l’énergie dans l’habitat ?

11 Source : http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr
La comparaison de la part de chaque énergie consommée par les secteurs résidentiel et tertiaire, entre 1973 et 2003 1973 2003 Source :

12 Source : http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr
1.1 Consommation totale d’énergie des secteurs résidentiel et tertiaire, par usage, de 1990 à 2008 Données mises à jour en septembre 2010 Données corrigées des variations climatiques Unité : million de tep 1990 1995 2000 2004 2005 2006 2007 2008 Résidentiel Chauffage 30,0 30,6 31,5 31,3 30,8 30,4 30,3 Eau chaude sanitaire 3,9 4,0 4,4 4,3 4,2 4,1 Cuisson 2,1 2,4 2,6 Electricité spécifique 3,6 5,0 5,8 6,0 6,2 6,4 6,6 Total 39,6 41,1 43,5 43,9 43,1 43,3 Tertiaire 8,5 8,7 9,5 9,7 9,6 9,8 Eau chaude sanitaire et cuisson 3,1 3,3 3,4 3,5 3,7 5,7 7,0 7,1 7,2 7,6 7,7 16,6 17,7 19,3 20,1 20,3 20,4 21,0 21,2 Résidentiel-Tertiaire 38,5 39,3 41,0 40,5 40,0 40,1 39,8 9,1 10,3 10,2 10,1 10,0 8,6 9,9 11,4 12,8 13,1 13,4 13,9 14,3 56,2 58,9 62,8 64,0 63,8 63,5 64,3 64,4 Source :

13 Le chauffage Le chauffage (bâtiment, eau, cuisson) représente 85% de l’énergie consommée dans l’habitat Le chauffage (bâtiment et eau) fait appel à des sources d’énergie très diversifiées

14 Source : 20 ans de chauffage dans les résidences principales en France de 1982 à Observatoire de l'énergie. Octobre 2004

15

16 Analyser la baisse de la consommation de fuel et la part croissante de l’électricité pour le chauffage domestique

17 L’électricité spécifique
L’électricité spécifique (hors chauffage) représente 15% de l’énergie consommée dans l’habitat

18

19 Répartition des consommations d’électricité moyennes par usage (hors chauffage et production d’eau chaude sanitaire) Consommation moyenne d’électricité d’un ménage français (hors chauffage et production d’eau chaude sanitaire) 2700 kWh/an

20 Vérifier les ordres de grandeur des consommations des appareils électriques mentionnés.

21

22 Le chauffage

23

24

25

26 (eau, air, matériaux de construction)
Une première approche du chauffage en système fermé parfait Système matériel (eau, air, matériaux de construction) Apport d’énergie W sous forme de chaleur (origine chimique ou électrique)

27 Aborder le sujet de façon concrète et pratique en prenant appui sur des système techniques (chauffe-eau électrique ou solaire, chaudière à gaz, radiateurs…) Caractériser le système pour relier W et Δq ? Identifier le type d’énergie mise en œuvre et la quantifier (effet Joule, énergie chimique).

28

29 (eau, air, matériaux de construction)
Dans un second temps, analyser les phénomènes liés aux pertes thermiques Système matériel (eau, air, matériaux de construction) Apport d’énergie Q sous forme de chaleur (origine chimique ou électrique) Pertes

30

31 Capacités d’électricité mobilisées dans l’étude des systèmes de chauffage
Mesurer une tension électrique, une intensité électrique dans un circuit en régime sinusoïdal. Visualiser une représentation temporelle de ces grandeurs et en analyser les caractéristiques. Mesurer et calculer la puissance et l’énergie électrique reçue par un récepteur. Mots clefs et formules Effet Joule, valeur efficace, valeur maximale, résistance, puissance, énergie. Relation entre Vmax et Veff Relation entre P,R, Ueff ou Ieff Relation entre P et W

32 Les appareils et les circuits électriques

33

34

35

36 Aborder les lois de l’électrocinétique dans des situations pratiques et concrètes
Aborder les dipôles dans leur dimension énergétique globale

37 Loi des nœuds et loi des mailles en continu
Étude d’une lampe d’ambiance à DEL RGB

38

39 Une alimentation DC 15V/500mA
Le matériel Une alimentation DC 15V/500mA Trois générateurs de tension variable (NE555 ou montages plus simples) Trois ensembles de diodes électroluminescentes haute luminosité RGB Led HL rouge 2,0V / 20mA Led HL Verte 3,6V / 20mA Led HL bleue 3,6V / 20mA

40

41 (programme de quatrième)
Pré requis : la synthèse additive des couleurs (programme de quatrième)

42 Ce qui relève des attendus du programme
Le choix du nombre de LEDs pour un éclairement donné Les caractéristiques spectrales des trois types de rayonnement et de leur synthèse additive (usage d’un spectromètre fibré si disponible)

43

44 Ce qui relève des attendus du programme
L’organisation en montage série - parrallèle des LEDs pour tenir compte des caractéristiques électriques du générateur et des récepteurs La réalisation d’une partie du circuit électrique (LEDs + résistances de protection) La mesure des grandeurs électriques d’alimentation des LEDs caractérisant l’obtention de différentes couleurs (tension, intensité, bilan énergétique) La détermination expérimentale et la modélisation de la caractéristique courant-tension d’une LED L’application de la loi des mailles et de la loi des nœuds : chaque LED pourra être modélisée par une source de tension parfaite ou par une charge (E,r)

45 Ce qui ne relève pas des attendus du programme
Le mode d’obtention des tensions variables alimentant chaque groupement de LEDs On attend uniquement des élèves qu’ils agissent sur une commande de réglage Le montage à NE555 peut être avantageusement remplacé par des solutions plus simples techniquement

46 Autre étude possible : la structure d’un panneau photovoltaïque (approche documentaire)

47 Analyser un document Modéliser une fonction sous Excel

48

49

50 Loi des nœuds et loi des mailles en sinusoïdal
Étude d’une installation domestique

51 La sécurité électrique

52 Les attendus du programme en électrocinétique

53 Ce qui ne relève pas des attendus du programme
La notion d’impédance Les relations mathématiques entre le courant i(t) et la tension v(t) pour une bobine ou un condensateur Les vecteurs de Fresnel ou les complexes

54 Une première approche possible : analyser des chronogrammes courant tension pour les récepteurs utilisés dans l’habitat

55 Dégager des typologies de chronogrammes
Des dipôles ayant un comportement purement résistif (u et i sinusoïdaux et en phase)

56 Dégager des typologies de chronogrammes
Des dipôles ayant une réponse en courant sinusoïdale mais déformée (présence d’un moteur universel)

57 Dégager des typologies de chronogrammes
Des dipôles ayant une réponse en courant non sinusoïdale (présence d’un convertisseur AC-DC) ?

58 Respect de la norme EN 61000-3-2
(elle détermine pour les réseaux 230V et les appareils de puissance supérieure à 75 W les valeurs efficaces à ne pas dépasser pour les courants harmoniques jusqu’au rang 40) Qui est concerné par EN ? La prescription EN est valable pour tous les appareils qui sont branchés au réseau standard basse tension, dont le courant d'entrée est inférieur de 16 A par phase et qui sont soumis aux normes pour les protections électro-magnétiques ou celle qui est notée dans- la prescription EN La norme concerne non seulement les appareils à régulation électronique, mais aussi les moteurs et luminaires.

59 Les classes et les exceptions
Les appareils pour la norme EN sont actuellement divisés en quatre classes, qui ont tous des valeurs limites indiquées différentes : Classe A : appareils triphasés avec charge symétrique, appareils ménagers (sont exclus les appareils qui tombent dans la classe D), outillages électriques (sans les outillages électriques transportables), régulation d'ampoules électriques (dimmer), installations audio, appareils qui ne sont pas dans les trois autres catégories. Classe B : outillages électriques transportables. Classe C : équipements pour luminaires. Classe D : PC et écran, TV avec une puissance d'entrée inférieur à 600 W. Pour les appareils suivants, il n'y a aucune limitation: Appareils avec une puissance d'entrée inférieure ou égale à 75 W et qui ne sont pas des installations luminaires Appareils professionnels avec une puissance totale supérieure à 1 kW. Eléments de chauffage réglés symétriquement avec une puissance d'entrée inférieure ou égale à 200 W. -Régulateurs indépendants d'ampoules électriques (dimmer) avec une puissance inférieure ou égale à 1 kW.

60 Courant absorbé par un ordinateur avec alimentation à absorption sinusoïdale (PFC : power factor correction)

61 Convertisseur à absorption sinusoïdale de courant à structure fly-back

62 Convertisseur à absorption sinusoïdale de courant à structure fly-back
P = 600 W k = 0,67 t = 104,6% k = 0,99 t = 5,5%

63 Nous pouvons donc en première approximation considérer que tous les récepteurs dans l’habitat ont une réponse sinusoïdale en courant et pour la grande majorité d’entre eux un facteur de puissance unitaire. On pourra donc dans un premier temps valider expérimentalement ou par le calcul les lois des mailles et des nœuds en faisant appel à des outils mathématiques simples.

64 Sensibilisation à la notion de déphasage courant tension
La lecture de la plaque signalétique d’un moteur (pompe à chaleur) est un moyen d’introduire la variable cosj.

65 Approche expérimentale des circuits RL et RC série
Ce qui relève des attendus du programme Réaliser le circuit Relever les oscillogrammes des tensions et des courants. Observer et mesurer le déphasage courant/tension. Mettre en évidence qualitativement l’influence des variables. Valider la loi des mailles à l’aide des fonctions calculatoires de l’oscilloscope (ou usage de tableur). Mesurer les valeurs efficaces et la puissance consommée. Valider par le calcul le résultat mesuré (P =U.I. cosj) Étudier qualitativement des régimes transitoires mettant en évidence le stockage d’énergie dans L ou C.


Télécharger ppt "Thème Habitat Quelle approche de l’électricité dans la filière STI-2D rénovée ? 1 1."

Présentations similaires


Annonces Google