La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

CHAPITRE III – LES APPROCHES EVOLUTIONNISTES Introduction: les fondements des approches évolutionnistes –La critique de lapproche néoclassique –Les traits.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "CHAPITRE III – LES APPROCHES EVOLUTIONNISTES Introduction: les fondements des approches évolutionnistes –La critique de lapproche néoclassique –Les traits."— Transcription de la présentation:

1 CHAPITRE III – LES APPROCHES EVOLUTIONNISTES Introduction: les fondements des approches évolutionnistes –La critique de lapproche néoclassique –Les traits généraux dune approche évolutionniste 1.Innovation et dynamiques technologiques 1.1 Une analyse de Nelson et Winter 1.2 Paradigmes et trajectoires technologique 2.La compétition entre technologies: dépendance de sentier et rendements croissants dadoption 3.Régimes technologiques et systèmes dinnovation

2 1. Innovation et dynamiques technologiques 1.1 Une analyse de Nelson et Winter A)Les constats: Le progrès techniques est très inégal selon les secteurs Limportance de la « structure institutionnelle » et de son évolution Limportance de lincertitude B) Comment sont engendrées les innovations C) La sélection par lenvironnement

3 B ) Comment sont engendrées les innovations: stratégies de R&D et « trajectoires naturelles » 1)Les stratégies de R&D « un projet de R&D est la procédure utilisée par une organisation de R&D pour identifier et trier les projets peuvent être analysé comme des processus de recherche heuristique en interaction» La sélection des projets par une firme ne peut pas relever dun calcul de maximisation Une stratégie de R&D sera un ensemble stable de procédures heuristiques couramment utilisées pour sélectionner les projets La plupart des organisations de R&D se limitent à des stratégies qui sappuient sur un petit nombre de classes de projet de R&D. Chaque classe est défini par quelques objectifs, les moyens de les atteindre, et les ressources en R&D nécessaires. Une stratégie viable doit être capable de sadapter au changement dans la demande et dans les coûts, et donc comprendre une combinaison de différentes activités de R&D. 2)Les trajectoires naturelles Il y a « trajectoire naturelle » dune technologie quand linnovation et lévolution technologique se fait dans des directions définies et et prévisibles. Une trajectoire naturelle peut être spécifique à une technologie particulière (« régime technologique ») ou être commune à un large ensemble de technologies (mécanisation, informatisation)

4 C ) La sélection par lenvironnement 1.Une approche générale Un certain flux dinnovation étant donné, « lenvironnement de sélection » détermine comment lusage des différentes technologies change avec le temps Pour que une innovation survive il faut quune firme (ou un autre type dorganisation) la juge « profitable » (ou utile), du point de vue des objectifs et des valeurs quelle poursuit. Ce jugement dépend des objectifs de lorganisation, mais aussi des « mécanismes de perception et lévaluation» de linnovation, en particulier du côté des utilisateurs. Un modèle général de sélection dans un secteur peut être construit autour de trois éléments : La définition de lobjectif et des « valeurs » qui orientent les firmes et organisations du secteur La manière dont les usages, les règles et les préférences « régulières » agissent sur ce qui est profitable Les processus dinvestissement et dimitation

5 2.Le marché comme environnement de sélection Une reprise de la vision de Schumpeter. Les perspectives de profit orientent la sélection des innovations Importance du processus dimitation par les concurrents. Importance des relations entre innovation et investissement Importance des processus de diffusion des innovations et des liens entre diffusion et profitabilité 3.La sélection dans un environnement non marchand Une différence majeure avec la sélection par le marché: Labsence de séparation tranchée entre les innovateurs (les firmes) et les utilisateurs. La détermination des « valeurs légitimes » qui orientent la sélection des innovations est beaucoup plus complexe. Les procédures de contrôle politique et réglementaire ne fournissent pas des signaux et les incitations aussi coercitives que le marché. De ce fait est : les offreurs ont une plus grande autonomie Le choix des innovations fait souvent intervenir plusieurs acteurs. Linnovation fait intervenir souvent des coopérations et des «arrangements» divers entre différentes organisations

6 1.2 - Paradigmes et trajectoires technologique A.Les paradigmes technologiques Un paradigme technologique est « un mode général de résolution de problèmes technologiques sélectionnés, fondée sur des principes sélectionnés, dérivées des sciences de la nature (et/ou de lexpérience pratique), et sur des technologies matérielles sélectionnées et définissant des règles spécifiques sur la manière dacquérir de nouvelles connaissances et de perfectionner la technologie » (G. Dosi) Trois idées fondamentales : i.La technologie ne peut pas être réduite à un ensemble bien défini de techniques comme dans la représentation néoclassique. Elle recouvre essentiellement des activités de « résolution de problèmes » ii.Un paradigme comprend des « heuristiques spécifiques » et une certaine conception de la manière dont certaines choses doivent être faites, de la manière daméliorer les technologies, etc., conception partagée par une certaine communauté professionnelle dune certaine activité. iii.Un paradigme définit généralement des modèles de base portant sur les dispositifs, les artefacts et les systèmes techniques; modèle qui sont progressivement modifiés et améliorés. À lintérieur dun paradigme, le développement technologique prend appui sur « une base de connaissances ».

7 B.Les « bases de connaissances » Dans le cadre dun paradigme, linnovation et le résultat dactivités de « résolution de problèmes » techniques et économiques. La solution de ces problèmes nest pas immédiatement donnée, elle est construite à partir dun ensemble dinformations, de connaissances et de compétences. Cet ensemble est appelé « base de connaissances ». Les conditions de linnovation et du changement technique dépendent des caractéristiques de cette base de connaissances et de ses composantes: Connaissances génériques / connaissances spécifiques Connaissance libre (publiques) / connaissances appropriables (privées) Connaissances codifiables (ou formalisables) / connaissances tacites La vision évolutionniste : limportance des connaissances spécifiques et des connaissances tacites.

8 C.Les trajectoires technologiques Une trajectoire technologique est associée à la réalisation progressive des opportunités dinnovation liées à un paradigme. Lanalyse en termes de trajectoire technologique incorpore trois idées fondamentales : i.Un paradigme, et la base de connaissance qui lui est associée, tendent à orienter le rythme et la direction du changement technique, indépendamment des incitations de marché. ii.En conséquence on peut observer des régularités et des invariances dans le mode dévolution de la technologie, qui simposent sous différentes conditions de marché. iii.Le changement technique est en partie tiré et orienté par les déséquilibres et les problèmes technologiques quil crée lui-même. Les trajectoires technologiques possèdent de propriétés essentielles : i.Le changement technologique a un caractère « local ». ii.Le changement technologique est en grande partie spécifique. iii.Le changement technologique a un caractère cumulatif. Conséquence : lirréversibilité des choix technologiques.

9 La conception traditionnelle du progrès technique: le déplacement de la fonction de production k y f1f1 f0f0 a b c

10 Le progrès technique localisé

11 2 - La compétition entre technologies : dépendance de sentier et rendements croissants dadoption 2.1 – Le principe des rendements croissants dadoptions (RCA) 2.2 – Les implications 2.3 – Les standards technologiques

12 2.1 – Le principe des rendements croissants dadoption Un renversement analytique: rendements croissants versus rendements décroissants Les fondements théoriques, les mécanismes d« auto- renforcement » Il y a « rendements croissants dadoption », dans la mesure ou: plus une technologie est adoptée, plus elle devient attractive et performante. Des conséquences considérables

13 Un modèle simple (Arthur, 1989): -Deux technologies A et B en concurrence pour des agents économiques adopteurs potentiels nombreux. -Les technologies ne sont pas « soutenues » ou manipulées par une firme -Un agent i se présente sur le marché à la date t i, et choisit à cette date la dernière version de la technologie A ou B. -Les agents sont de deux types R ou S, en nombre égal. -Le gain quun agent obtient en choisissant une technologie A ou B dépend du nombre des adopteurs antérieurs de cette technologie: N A ou N B, à la date du choix: Rendements des technologies A et B, en fonctions du nobre dadopteurs antérieurs : Technologie ATechnologie B Agent R a r + rN A b r + rN B Agent S a s + sN A b s + sN B

14 –Rendements croissants dadoption : r, s > 0 –Rendements constants dadoption : r, s = 0 –Rendements décroissants dadoption : r, s < 0 –On suppose: a r > b r et a s > b s (Les agents R ont une préférence naturelle pour A, et les agents S pour B) Comment va évoluer dans le temps le processus de choix entre les techniques A et B? –Un processus sera dit : Prévisible (« predictable »), si un observateur peut prévoir avec précision les part de marché à long terme des deux techniques Flexible, si une subvention ou une taxe à une des techniques peut toujours influencer les choix de marché futurs Ergodique (sans dépendance de sentier), si différentes séquences dévénements historiques conduisent au même résultat de marché avec une probabilité égale à 1. « path-efficient », si, à tout moment, une adoption égale de la technologie qui est « en retard » naurait pas été plus « payante ».

15 Processus dadoption en cas de rendements croissants dadoption Source: Arthur (1989)

16 Propriétés des trois régimes PrévisibleFlexibleErgodic Nécessairement « path-efficient » Rendements constants ouiNonoui Rendements décroissants oui Rendement croissants Non

17 –Les causes des RCA: Les économies déchelle, et lapprentissage dans la production Lapprentissage par lusage: plus une technique est utilisée, mieux on sait lutiliser Les interactions technologiques: plus une technologie est adoptée, plus sont développées les technologies, les investissements, les infrastructures complémentaires. Les rendements croissants dinformation : plus une technologie est adoptée, mieux elle est connue, ce qui réduit les risques attachés à son utilisation. Le « learning about pay off » : lapprentissage des caractéristiques et des rendements ou de lefficacité dune technologie. Limportance des investissements irréversibles.

18 Les externalités de réseaux : Il y a externalités de réseaux quand lutilité dune technologie ou dun produit pour un utilisateur augmente avec le nombre des utilisateurs, par le seul fait de lélargissement de la communauté des utilisateurs. Deux facteurs peuvent expliquer les externalités de réseaux : -- lutilité dun produit est lié directement au nombre dutilisateurs du produit (exemple : le téléphone) -- plus un produit ou une technologie est diffusée, plus le parc est important, plus seront nombreux et perfectionnés les produits complémentaires.

19 2.2 – Les implications des rendements croissants dadoptions Une vision générale des conditions de concurrence entre techniques Les traits essentiels du processus de concurrence entre techniques: On ne peut prévoir, à linstant initial, quelle technique sera choisie. Ce choix pourra être fonction de facteurs accidentels, de « petits événements historiques» qui vont agir sur le choix initial dune technique. La technique choisie nest pas nécessairement la plus efficiente. On ne choisit pas une technique parce quelle est la meilleure, elle devient la meilleure parce quelle a été choisie Lirréversibilité des choix. La « dépendance de sentiers » (Path-dependency) Le rôle des anticipations

20 2.3 – Les standards technologiques Limportance du rôle des standards et de la concurrence sur les standards technologiques. La notion de standard. –Trois types de standards: Référence à une échelle ordinale (ex.: mesure de qualité dun produit) Référence à une échelle cardinale ( ex: norme se pollution) Standard qui définit des ensembles disjoints: élément compatible / élément non compatible. –La fonction des standards: Réduire les coûts de transaction Assurer la compatibilité entre produits ou composantes. Et par là: –exploiter des économies déchelle; –réduire les problèmes et coûts dutilisation; –exploiter les « externalités de réseaux »

21 Les conditions de standardisation Deux modes de standardisation: Un standard simpose et élimine les autres solutions techniques Convergence technologique et création de compatibilités Les conditions de création dun standard: Standards « de facto »: par le marché et les interactions entre les agents (privés) « Unsponsorded » standards ou « sponsored » standards. Standard « de jure »: par délibération « politique » ou procédures administratives « Standard agreements » conçus et publiés par des organismes producteurs de standards. Standards promulgués par des organismes gouvernementaux disposant dun pouvoir réglementaire. Limportance de la concurrence sur les standards.

22 3 – Les régimes technologiques 3.1 La diversité des « régimes technologiques » 3.2 Lanalyse de Pavitt

23 3.1 La diversité des « régimes technologiques » Les variables clés: Les conditions dopportunité Le caractère plus ou cumulatif du progrès technique La nature des procédures dapprentissage et dacquisition de connaissances Les caractères de la base de connaissances –Degré de complexité –Caractères plus ou moins tacite, local et spécifique / codifié, universel et daccès aisé –Lorigine des connaissances Les conditions dappropriation

24 LES CARACTÈRES DE LA BASE DE CONNAISSANCES Degré de complexité Caractères plus ou moins tacite, local et spécifique / codifié, universel et daccès aisé Lorigine des connaissances

25 UNE TYPOLOGIE DES FORMES DE CONNAISSANCES Tacite Codifiable Non enseignable Enseignable Non codifiée Codifiée Non observable dans l'usage Observable dans l'usage Complexe Simple Élément d'un système Indépendante

26 LES CONDITIONS DAPPROPRIATION –Secret –Brevets et autres modes de propriété intellectuelle –Le « lead time » –Exploitation des effets dapprentissage


Télécharger ppt "CHAPITRE III – LES APPROCHES EVOLUTIONNISTES Introduction: les fondements des approches évolutionnistes –La critique de lapproche néoclassique –Les traits."

Présentations similaires


Annonces Google