La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Recherche collaborative

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Recherche collaborative"— Transcription de la présentation:

1 Recherche collaborative
L’approche bilingue LSQ / français à l’école Gadbois En partenariat avec Subventionnée par Michel Lelièvre Johanne Lemieux Astrid Vercaingne-Ménard Christine Gourde École Gadbois Groupe de recherche sur la LSQ et le bilinguisme sourd de l’UQAM Institut Raymond-Dewar Présentation

2 HISTORIQUE DE L’ENSEIGNEMENT BILINGUE
Novembre 1996  Journée d'information de l’AQEPA Journée d’information portant sur les moyens à utiliser pour que les enfants vivant avec une surdité puissent apprendre à lire et à écrire. Juin  Mise sur pied d'un comité de travail par l’AQEPA Élaborer les arguments et les actions permettant de rendre possible un projet pilote qui utiliserait la LSQ dans le contexte scolaire. Bâtir le cadre du projet. Septembre 1997  Le Ministère de l’éducation subventionne le comité Collecte, lectures et résumés de livres, articles et textes sur le bilinguisme dans divers pays. Choisir un type de bilinguisme. Choisir un mode de fonctionnement. Mandat  Recherche action  Étude longitudinale  UQAM - Gadbois  Modalités d’apprentissage de la LSQ et du français

3 HISTORIQUE DE L’ENSEIGNEMENT BILINGUE (suite)
Septembre  Début de l'expérimentation en classe Produire une étude longitudinale portant sur les modalités d’apprentissage de deux langues : langue signée (LSQ) et langue française. Entreprendre l’élaboration d’activités et de matériel pédagogiques en lien avec l’utilisation de la LSQ dans l’enseignement du français. Juin  Fin de l’expérimentation  Rayonnement proche Offrir l’approche bilingue à d’autres classes de Gadbois. Début de l’approche bilingue au secondaire (Lucien-Pagé) Juin 2005  Reconnaissance du MÉLS

4 Fondements du bilinguisme à l'école Gadbois
Distinction des deux langues Fondements du bilinguisme à l'école Gadbois LSQ, langue première Français, langue seconde Incidences...

5 Incidences sur les interventions pédagogiques
La LSQ est la langue première des enfants sourds et le français écrit, leur langue seconde En début d'apprentissage, le sens doit passer par la LSQ La réflexion sur la langue s'amorce en LSQ et est ensuite transférée au français de façon directe ou indirecte La forme orale du français est médiatisée par la lecture et non pas l'inverse

6 Incidences sur les interventions pédagogiques
Les deux langues doivent être distinguées En début d'apprentissage, le français est associé au professeur entendant, la LSQ au formateur sourd L'écrit est associé au français et non à la LSQ Chaque fois que c'est possible, la LSQ est comparée au français, dans ses ressemblances et dans ses différences Certains aspects du français et de la LSQ doivent être enseignés de façon explicite La L1 demeure tout au long des apprentissages

7 Interventions pédagogiques
Présence de personnes sourdes et de personnes entendantes Association langue - personne Place de la parole dans l'approche bilingue Distinction des deux langues Mise en parallèle des deux langues Comparaison systématique du français et de la LSQ Mise en évidence des ressemblances et des différences Transposition indirecte de la LSQ au français Enseignement explicite du français et de la LSQ Conscience linguistique

8 ÊTRE SOURD Les intervenants Expertise ENSEIGNANTS ORTHOPHONISTES
FORMATEURS Expertise ÊTRE SOURD Avoir de l'expérience dans l’enseignement de la LSQ Excellente maîtrise de la LSQ et du français écrit Bonne connaissance de la culture sourde Formation universitaire en linguistique ou en enseignement

9 RÔLE DE L’ENSEIGNANT En classe Dans l’équipe Communication LSQ
Tâches habituelles Choisit les activités de français Applique les suggestions de l'équipe Coopère avec le formateur à l'animation des activités de français à l’animation des activités de comparaison LSQ / français Dans l’équipe Communication LSQ Moyen de communication et non un modèle pour la langue signée Parole en relation avec l’écrit

10 RÔLE DU FORMATEUR En classe Dans l’équipe Communication
Planifie et anime les activités de LSQ Voit à la maîtrise et à la consolidation de la LSQ Applique les suggestions de l'équipe Fournit les explications nécessaires à la compréhension en tout temps. En classe Dans l’équipe Coopère avec l'enseignant à l'animation des activités de français à l’animation des activités de comparaison LSQ / français Communication Modèle adulte pour la LSQ et non pour la langue orale

11 RÔLE DE L’ORTHOPHONISTE
En consultation Travail de réadaptation habituel Relève les principales difficultés des textes avec la chercheure et la ressource Applique les suggestions de l'équipe Dans l’équipe

12 Clientèle visée Préscolaire  4 ans  5 ans
Primaire  élèves réguliers  retard d’apprentissage Secondaire  élèves réguliers  retard d’apprentissage

13 Exemple d’activité : la négation
LSQ Ajout d’un comportement non manuel Hochement horizontal de tête Relèvement des épaules Inclinaison de la tête Nez plissé et lèvres serrées Mouvement inverse NE PAS AIMER NE PAS CONNAITRE NE PAS SAVOIR NE PAS ACCEPTER NE PAS PENSER NE PAS DÉRANGER NE PAS VOULOIR NE PAS RENCONTRER Ajout de la configuration /5’/ DONNER + /5’/ DORMIR + /5’/ AIMER + /5’/ PENSER + /5’/ MANGER + /5’/ DÉSIRER + /5’/ ÉCRIRE + /5’/ LIRE + /5’/ RÉFLÉCHIR + /5’/ ÉCRIRE + /5’/ Utilisation d’un signe négatif PAS PLUS GUÈRE RIEN NON (3) JAMAIS AUCUN PERSONNE Expressions idiomatiques NE PAS VOULOIR N ’AVOIR JAMAIS VU NE RIEN Y AVOIR NE PAS AVOIR LE GOÛT (vide)

14 Exemple d’activité : la négation
Français OBSERVE LA CONSTRUCTION DES PHRASES Tu construis un igloo. Tu ne construis pas un igloo. Mon frère coupe des blocs de neige. Mon frère ne coupe pas des blocs de neige. Le plancher est recouvert de peaux. Le plancher n’est pas recouvert de peaux. La température intérieure semble idéale. La température intérieure ne semble pas idéale. Venez voir. Ne venez pas voir. Enlève ton manteau. N’enlève pas ton manteau. Décris les changements entre les phrases positives et négatives. - Quels mots indiquent qu’une phrase est négative? - Où se trouvent-ils dans la phrase? Dis dans tes mots comment on transforme une phrase positive en phrase négative, en français.

15 Exemple d’activité : la négation
Français OBSERVE D’AUTRES MOTS DE NÉGATION Je ne veux plus avancer. Si tu marches rapidement, tu n’auras plus froid. Josiane n’atteindra jamais la montagne. Marie ne pense jamais à apporter sa boussole. Tu n’as rencontré personne dans le sentier. Je ne vois personne au chalet. Nicole ne voit rien. Jessy ne dit rien. Tu n’aperçois aucun camion venant vers nous. Je ne vois aucun guide. On n’a aucune raison d’alerter le gardien. Ce plan ne donne aucune idée de l’endroit où nous sommes. Repère les mots de négation dans les phrases ci-dessus. - Dans chaque phrase, combien de mots de négation trouves-tu? - Lequel est toujours présent? Où est-il situé? - Quels sont les autres mots qui forment la phrase négative? - Est-ce que ce sont les mêmes mots qu’en LSQ? - Quel est le sens de la phrase négative? Est-ce que c’est pareil en LSQ? Dis dans tes mots comment on utilise les mots de négation en français. Donne un nouvel exemple pour chacun.

16 Exemple d’activité : la négation
Comparaison des deux langues Exemple d’activité : la négation LSQ Français Sens contraire de l’affirmation Modification apportée au verbe Adverbes de négation Comportement non manuel : Avec valeur syntaxique Comportement gestuel : Impossible à l’écrit Sans valeur syntaxique à l’oral

17 Recherche collaborative
L’approche bilingue LSQ / français à l’école Gadbois En partenariat avec Subventionnée par Michel Lelièvre Johanne Lemieux Astrid Vercaingne-Ménard Christine Gourde École Gadbois Groupe de recherche sur la LSQ et le bilinguisme sourd de l’UQAM Institut Raymond-Dewar Présentation


Télécharger ppt "Recherche collaborative"

Présentations similaires


Annonces Google