La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

de lHistoire des Arts à lArt des Histoires. Lart, à quoi ça sert ?

Présentations similaires


Présentation au sujet: "de lHistoire des Arts à lArt des Histoires. Lart, à quoi ça sert ?"— Transcription de la présentation:

1

2 de lHistoire des Arts à lArt des Histoires.

3 Lart, à quoi ça sert ?

4 Les muses. A lorigine elles étaient 3 : Aédé : le chant, la voix Mélété : la méditation Mnémé : la mémoire Ensemble, elles représentaient les pré-requis de lart poétique dans la pratique cultuelle.

5 Cest Platon (Socrate) qui fait des neuf Muses, les médiatrices entre les dieux et le poète ou tout créateur intellectuel.

6 - Calliope (qui a une belle voix) : le bien dire – léloquence, la poésie épique. - Clio (qui est célèbre) : lépopée – lhistoire. - Erato (laimable) : élégie et poésie amoureuse et érotique - lart lyrique et choral. - Euterpe (la toute réjouissante) : musique à danser - la musique. - Melpomène (la chanteuse) : le chant - la tragédie. - Polymnie ( celle qui dit de nombreux hymnes) : chants nuptiaux et de deuil, pantomime - la rhétorique. -Terpsichore (la danseuse de charme) : danse et poésie légère - la danse. - Thalie (la florissante, labondante) : la comédie - la poésie pastorale. - Uranie (la céleste) : lastrologie -lastronomie.

7 À la Renaissance, sopère une nouvelle partition :

8 Les six Muses. - musique : oubli/narration. - danse : beauté. - architecture : trace. - dessin, peinture, sculpture :représentation/narration. - poésie : mémoire/narration. - théâtre : miroir/narration.

9 Arts majeurs – Arts mineurs ? césure opérée à la Renaissance entre art et artisanat.

10 Lépoque est celle de laffirmation de lartiste créateur ainsi que dune émancipation par rapport au religieux.

11 Lartisanat. du côté de lutilitaire, du quotidien ou de léphémère.

12 Lart. Du côté du sublime voire du transcendant.

13 Sont alors catalogués arts mineurs ou décoratifs : - les arts mobilières. - l art vestimentaire. - lorfèvrerie. - les arts de la table.

14

15 Cinq paradigmes de lart.

16 1. Lart pour agir sur le monde. Laisser des traces. Expliquer la naissance et la mort. Permettre le passage.

17

18

19

20

21

22

23

24 2. Lart pour conquérir la beauté. Besoin dabsolu, de beauté, dharmonie. (sublimation du réel et édiction de canons)

25

26

27

28

29

30 3. Lart pour représenter le monde. Mettre le monde en dessin, en images. Lappréhender pour le comprendre. (cosmogonie, astrologie, géographie, photographie)

31

32

33

34

35

36

37 4. Lart pour témoigner, enseigner, réfléchir. Rendre compte dun vécu ou dengagement politique.

38

39

40

41

42 5.Lart pour exprimer ses émotions. (canalisation des humeurs par le mouvement. Aire intermédiaire)

43

44

45

46

47 Pourquoi créer ?

48

49 Les aires intermédiaires. - la religion. - la vie imaginaire. - la canalisation par le corps. - lart.

50 Mais alors …

51 quest-ce quune œuvre dart ?

52 du point de vue des intellectuels, philosophes, historiens de lart, critiques …

53 Lémergence de critères aboutit à des attitudes dexclusion et daccréditation :

54 « ceci est de lart, ceci nen est pas ! »

55

56

57 Ceci crée inéluctablement des tensions : chacun pouvant revendiquer ses critères de façon conflictuelle ou vindicative.

58

59 Ceux édictent des canons se met en position domnipotence ou de revendication dabsolus.

60

61 Deux approches intellectuelles ont tenté de circonscrire cette question.

62 Lapproche essentialiste.

63

64 Il sagit de trouver une définition susceptible dunifier lensemble des œuvres, dêtre universelle.

65 Centrée sur des critères édictés par des mécènes ou des institutions(Académies), elle sappuie sur des notions telles que le Beau, le Style, le Génie de lartiste, la Maîtrise Technique, la Valeur Marchande.

66 Dans cette conception, lart est une forme qui fait de lœuvre (estampillée), le lieu exclusif de lart.

67 Lartiste y est un génie ou un être exceptionnel (inspiré). Lart y est un absolu.

68

69 Lapproche existentialiste.

70 Cest une approche circonstanciée qui se pose la question suivante : quand y - a - t - il de lart ?

71 Dans cette perspective, lart nest plus un fait en soi. Il devient un évènement relatif.

72 Il suffira donc que le sujet (celui qui a fait ou celui qui regarde) décide que « cest de lart » pour que lœuvre soit admise comme telle ou quelle sinscrive dans un contexte qui la désigne comme telle.

73 Dans cette approche, nous sommes tous (potentiellement au moins) des artistes !

74 Il semblerait donc que nous ayons le choix entre une conception cultuelle et une conception culturelle de lart.

75

76 Il est possible de lier ces deux approches philosophiques dans une dialectique qui fait émerger des jeux de triangulation entre lart, lartiste et le regardeur et met en avant limportance du regard.

77

78 On doit cependant interroger les artistes eux-mêmes. « Quest-ce quune œuvre dart ? »

79 Trois critères interdépendants émergent des propos dartistes :

80 Aucun ne répond à la question quest-ce quune œuvre dart mais quand y-a-t-il œuvre dart ?

81

82 Il y a œuvre (opéra) lorsquil y a :

83 -une intention : communiquer, offrir, témoigner, dire, sexprimer, laisser une trace …

84 - une intériorité : une humanité, lexpression de sentiments, dinquiétudes, de doutes, de questionnements métaphysiques, existentiels…

85 - une réalisation concrète : la main de lartiste est aussi essentielle que son cœur, son âme, ses yeux !

86

87 « Les choses ne sont pas difficiles à faire » nous dit Constantin Brancusi « ce qui est difficile, cest de nous mettre en état de les faire ! »

88


Télécharger ppt "de lHistoire des Arts à lArt des Histoires. Lart, à quoi ça sert ?"

Présentations similaires


Annonces Google