La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Une séance dhistoire des arts en sixième La force narrative de Gustave Doré Le Christ quittant le prétoire MAMCS de Strasbourg Atelier décriture en visite.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Une séance dhistoire des arts en sixième La force narrative de Gustave Doré Le Christ quittant le prétoire MAMCS de Strasbourg Atelier décriture en visite."— Transcription de la présentation:

1 Une séance dhistoire des arts en sixième La force narrative de Gustave Doré Le Christ quittant le prétoire MAMCS de Strasbourg Atelier décriture en visite autonome MAMCS de Strasbourg, Janvier 2014 Justine GRENIER Programme de 6° en lettres : Les textes fondateurs, la Bible. Deux domaines : Arts du langage et Arts du visuel. Une thématique : Arts, mythes et religions.

2 Pourquoi venir le voir ? Gigantisme du tableau : peinture monumentale, proche des films historiques à grand spectacle. Force narrative et dramatique du tableau : choix significatif dun passage biblique particulièrement impressionnant (Jésus arrêté et livré). Travail de restauration réalisé depuis plusieurs années au MAMCS, enfin montré au public depuis le mois de novembre Traitement remarquable de la lumière : dans la composition du tableau et pour les tissus et les visages (touches de blanc pour représenter laspect chamarré des étoffes, des pierreries et des armures). Une étude des regards permet une meilleure compréhension du texte de la Bible et des relations entre les personnages. De nombreuses expressions bibliques sont représentées au sein de lœuvre. Un atelier décriture au musée peut amener les élèves à mieux regarder le tableau, à aborder plus facilement un texte fondateur comme la Bible et à développer des compétences du socle commun.

3 Repères biographiques et histoire du tableau Né à Strasbourg en 1832, Gustave Doré est un des plus fameux illustrateurs du XIXe siècle. Il fut aussi, mais on le sait moins, un excellent aquarelliste et un peintre qui souffrit toute sa vie du peu de cas fait de sa peinture par les critiques français de lépoque. Et pourtant, de 1849 à 1883, date de sa mort, il consacra autant sinon plus dénergie à ses tableaux quà ses innombrables illustrations. Considérant que sa peinture était injustement traitée en France, il accepta en 1868 la proposition des marchands dart Fairless et Beeforth douvrir à Londres une « Doré Gallery » où seraient exposés en permanence ses tableaux. Une oeuvre à la destinée hors du commun : Le chef doeuvre de la Doré Gallery était cette gigantesque peinture religieuse (609 x 914 cm) que Doré réalisa à partir de 1867 et quil acheva en 1872 : Le Christ quittant le prétoire, appelé aussi Le Praetorium. De 1872 à 1892, le tableau fut présenté à la « Doré Gallery » de Londres, avant dêtre de 1892 à 1898, le clou dune très longue exposition itinérante à travers les Etats-Unis, dont la première étape fut le Carnegie Music Hall de New York. A lissue de cette tournée, Le Christ quittant le prétoire fut renvoyé à Londres et, les propriétaires de la Doré Gallery étant décédés, fut stocké puis oublié. Dans les années 60, il fut redécouvert et acquis par Oscar Kline qui possédait la Central Picture Gallery à New York. Puis en 1984, il entra dans la collection de George Encil, qui le mit en dépôt dans une église néogothique de Vienne, la Votivkirche, avant de le vendre en 1988 au Musée dArt moderne et contemporain de Strasbourg. Un long chantier de restauration : Létat de conservation critique du tableau, dû pour partie à son histoire mouvementée, mais aussi, au début des années 1970, à une restauration hâtive et maladroite, a nécessité après son acquisition une restauration longue et complexe. Etalée sur plusieurs années et confiée à une équipe dune dizaine de restaurateurs qualifiés, cette restauration a eu lieu dans lactuelle salle consacrée aux peintures de Gustave Doré et sest achevée en novembre (Source : fiche de salle du MAMCS)

4 Le choix de lépisode biblique Judas est quant à lui placé dans la foule à gauche et, en se retournant, présente un visage peu avenant, déformé par un rictus. A droite, parmi la foule, retenue par des soldats romains, on distingue Marie-Madeleine qui seffondre aux pieds de la Vierge elle-même vêtue traditionnellement de bleu et blanc. Placé parfaitement au centre du tableau, le Christ, déjà blessé par la couronne dépines, se dirige vers la croix quil va être condamné à porter jusquau mont Golgotha. Vêtu de blanc, le personnage semble irradier une douce lumière surnaturelle, et il est le seul parmi la multitude de personnages à tourner son regard vers le spectateur. Cette oeuvre, dune taille impressionnante, est tout à fait exemplaire de la peinture de Gustave Doré qui les quinze dernières années de sa vie multiplia les paysages et les scènes religieuses. Elle frappe demblée par lampleur de sa composition, par la vitalité émanant dune foule grouillante et gesticulante, et par lefficacité dune mise en scène théâtrale et dramatique. Cette peinture « à grand spectacle » évoque fortement les futures superproductions cinématographiques, comme par exemple celles de Cecil B. de Mille. Dautres versions plus petites existent actuellement : lune aux Etats-Unis à la Bob Jones University de Greenville et une seconde (réplique autographe) au Musée des Beaux- Arts de Nantes, acquise en (Source : fiche de salle du MAMCS) Jésus, après sa condamnation par les autorités religieuses juives, et notamment par le grand prêtre Caïphe, est amené là où le préteur romain rendait ses arrêts, le prétoire. Sous la pression populaire, Ponce Pilate choisit de gracier Barrabas plutôt que Jésus, puis se lave symboliquement les mains pour ne pas porter la faute de cette condamnation. Jésus après cette scène sera flagellé puis couronné dépines (Ecce Homo), et enfin crucifié. Dans la composition de Gustave Doré, se tiennent en arrière-plan Pilate et Hérode qui nont pas réussi à sauver Jésus, alors que Caïphe, Annas, et Alexandre, placés à droite, se réjouissent en haut des marches de sa condamnation.

5 Trois Evangiles pour raconter une même histoire Objectifs : retrouver des informations dans trois textes différents, les comparer, apprécier le choix du peintre. Lecture des trois Evangiles qui évoquent la sortie du prétoire (Matthieu, Luc et Jean, versions grecque et latine en complément) : En amont en classe : Trouver les actions les plus développées dans chaque récit : la violence des soldats (Matthieu), les doutes de Pilate (Luc) ou le discours des deux parties (Jean). Rajouter des guillemets et surligner les paroles rapportées. Repérer les passages descriptifs peu nombreux à limparfait (souvent itératif) et les verbes au passé simple qui font progresser laction (texte dramatique avant tout). Quelles phrases sont les plus impressionnantes ? Quel est le passage quon aimerait représenter si on était peintre, cinéaste, poète ?

6 Matthieu à : Alors Pilate leur relâcha Barabbas; et, après avoir fait battre de verges Jésus, il le livra pour être crucifié. Les soldats du gouverneur conduisirent Jésus dans le prétoire, et ils assemblèrent autour de lui toute la cohorte. Ils lui ôtèrent ses vêtements, et le couvrirent d'un manteau écarlate. Ils tressèrent une couronne d'épines, qu'ils posèrent sur sa tête, et ils lui mirent un roseau dans la main droite; puis, s'agenouillant devant lui, ils le raillaient, en disant : Salut, roi des Juifs! Et ils crachaient contre lui, prenaient le roseau, et frappaient sur sa tête. Après s'être ainsi moqués de lui, ils lui ôtèrent le manteau, lui remirent ses vêtements, et l'emmenèrent pour le crucifier. Lorsqu'ils sortirent, ils rencontrèrent un homme de Cyrène, appelé Simon, et ils le forcèrent à porter la croix de Jésus. Bible de Louis Segond (1880)

7 Luc à : Pilate leur parla de nouveau, dans l'intention de relâcher Jésus. Et ils crièrent : Crucifie, crucifie-le! Pilate leur dit pour la troisième fois : Quel mal a-t-il fait? Je n'ai rien trouvé en lui qui mérite la mort. Je le relâcherai donc, après l'avoir fait battre de verges. Mais ils insistèrent à grands cris, demandant qu'il fût crucifié. Et leurs cris l'emportèrent : Pilate prononça que ce qu'ils demandaient serait fait. Il relâcha celui qui avait été mis en prison pour sédition et pour meurtre, et qu'ils réclamaient; et il livra Jésus à leur volonté. Comme ils l'emmenaient, ils prirent un certain Simon de Cyrène, qui revenait des champs, et ils le chargèrent de la croix, pour qu'il la porte derrière Jésus. Il était suivi d'une grande multitude des gens du peuple, et de femmes qui se frappaient la poitrine et se lamentaient sur lui. Bible de Louis Segond (1880)

8 Jean 19.1 à : Alors Pilate prit Jésus, et le fit battre de verges. Les soldats tressèrent une couronne d'épines qu'ils posèrent sur sa tête, et ils le revêtirent d'un manteau de pourpre; puis, s'approchant de lui, ils disaient : Salut, roi des Juifs! Et ils lui donnaient des soufflets. Pilate sortit de nouveau, et dit aux Juifs : Voici, je vous l'amène dehors, afin que vous sachiez que je ne trouve en lui aucun crime. Jésus sortit donc, portant la couronne d'épines et le manteau de pourpre. Et Pilate leur dit : Voici l'homme. Lorsque les principaux sacrificateurs et les huissiers le virent, ils s'écrièrent : Crucifie! Crucifie! Pilate leur dit : Prenez-le vous-mêmes, et crucifiez-le; car moi, je ne trouve point de crime en lui. Les Juifs lui répondirent : Nous avons une loi; et, selon notre loi, il doit mourir, parce qu'il s'est fait Fils de Dieu. Quand Pilate entendit cette parole, sa frayeur augmenta. Il rentra dans le prétoire, et il dit à Jésus : D'où es-tu? Mais Jésus ne lui donna point de réponse. Pilate lui dit : Est-ce à moi que tu ne parles pas? Ne sais-tu pas que j'ai le pouvoir de te crucifier, et que j'ai le pouvoir de te relâcher? Jésus répondit : Tu n'aurais sur moi aucun pouvoir, s'il ne t'avait été donné d'en haut. C'est pourquoi celui qui me livre à toi commet un plus grand péché. Dès ce moment, Pilate cherchait à le relâcher. Mais les Juifs criaient : Si tu le relâches, tu n'es pas ami de César. Quiconque se fait roi se déclare contre César. Pilate, ayant entendu ces paroles, amena Jésus dehors; et il s'assit sur le tribunal, au lieu appelé le Pavé, et en hébreu Gabbatha. C'était la préparation de la Pâque, et environ la sixième heure. Pilate dit aux Juifs : Voici votre roi. Mais ils s'écrièrent : Ote, ôte, crucifie-le! Pilate leur dit : Crucifierai-je votre roi? Les principaux sacrificateurs répondirent : Nous n'avons de roi que César. Alors il le leur livra pour être crucifié. Ils prirent donc Jésus, et l'emmenèrent. Jésus, portant sa croix, arriva au lieu du crâne, qui se nomme en hébreu Golgotha. Bible de Louis Segond (1880)

9 Texte latin (Vulgate) 27:26 tunc dimisit illis Barabban Iesum autem flagellatum tradidit eis ut crucifigeretur 27:27 tunc milites praesidis suscipientes Iesum in praetorio congregaverunt ad eum universam cohortem 27:28 et exuentes eum clamydem coccineam circumdederunt ei 27:29 et plectentes coronam de spinis posuerunt super caput eius et harundinem in dextera eius et genu flexo ante eum inludebant dicentes have rex Iudaeorum 27:30 et expuentes in eum acceperunt harundinem et percutiebant caput eius 27:31 et postquam inluserunt ei exuerunt eum clamydem et induerunt eum vestimentis eius et duxerunt eum ut crucifigerent 27:32 exeuntes autem invenerunt hominem cyreneum nomine Simonem hunc angariaverunt ut tolleret crucem eius 27:33 et venerunt in locum qui dicitur Golgotha quod est Calvariae Locus

10 26 Τ τε π λυσεν α το ς τ ν Βαραββ ν: τ ν δ ησο ν φραγελλ σας παρ δωκεν να σταυρωθ. Alors Pilate leur relâcha Barabbas ; et, après avoir fait battre de verges Jésus, il le livra pour être crucifié. 2627(Π) Τ τε ο στρατι ται το γεμ νος, παραλαβ ντες τ ν ησο ν ε ς τ πραιτ ριον, συν γαγον π α τ ν λην τ ν σπε ραν: Les soldats du gouverneur conduisirent Jésus dans le prétoire, et ils assemblèrent autour de lui toute la cohorte. 2728κα κδ σαντες α τ ν, περι θηκαν (N περι θηκαν α τ χλαμ δα κοκκ νην χλαμ δα κοκκ νην περι θηκαν α τ ) α τ χλαμ δα κοκκ νην. Ils lui ôtèrent ses vêtements, et le couvrirent d'un manteau écarlate. 2829Κα πλ ξαντες στ φανον ξ κανθ ν, π θηκαν π τ ν (N τ ν κεφαλ ν τ ς κεφαλ ς) κεφαλ ν α το, κα κ λαμον π (N π τ ν δεξι ν ν τ δεξι ) τ ν δεξι ν α το : κα γονυπετ σαντες μπροσθεν α το ν παιζον (N ν παιζον ν παιξαν) α τ, λ γοντες, Χα ρε, (N βασιλε ς βασιλε ) βασιλε ς τ ν ουδα ων: Ils tressèrent une couronne d'épines, qu'ils posèrent sur sa tête, et ils lui mirent un roseau dans la main droite ; puis, s'agenouillant devant lui, ils le raillaient, en disant : Salut, roi des Juifs ! 2930κα μπτ σαντες ε ς α τ ν, λαβον τ ν κ λαμον, κα τυπτον ε ς τ ν κεφαλ ν α το. Et ils crachaient contre lui, prenaient le roseau, et frappaient sur sa tête. 3031Κα τε ν παιξαν α τ, ξ δυσαν α τ ν τ ν χλαμ δα, κα ν δυσαν α τ ν τ μ τια α το, κα π γαγον α τ ν ε ς τ σταυρ σαι. Après s'être ainsi moqués de lui, ils lui ôtèrent le manteau, lui remirent ses vêtements, et l'emmenèrent pour le crucifier. 3132(Π) ξερχ μενοι δ ε ρον νθρωπον Κυρηνα ον, ν ματι Σ μωνα: το τον γγ ρευσαν να ρ τ ν σταυρ ν α το. Lorsqu'ils sortirent, ils rencontrèrent un homme de Cyrène, appelé Simon, et ils le forcèrent à porter la croix de Jésus. 3233Κα λθ ντες ε ς τ πον λεγ μενον Γολγοθ, στιν λεγ μενος (N λεγ μενος Κραν ου Τ πος Κραν ου Τ πος λεγ μενος) Κραν ου Τ πος, Arrivés au lieu nommé Golgotha, ce qui signifie lieu du crâne. Texte grec, Matthieu 27

11 Atelier décriture Observation : Faire remarquer le gigantisme du tableau, notre position en contreplongée, et le point de vue différent quon peut en avoir si on lobserve depuis la fenêtre ou le petit balcon du haut (on observe le Christ comme un des badauds perchés). On peut aussi remarquer notre position improbable sur le parvis désert devant le Christ : le spectateur est comme le caméraman des péplums autour de qui se construit laction. Prédominance des couleurs sombres. Doù vient la profondeur et la force de cette scène ? Se servir des diapositives suivantes pour faire trouver les lignes de construction, les sources de lumière, les regards des personnages qui convergent tous vers le Christ sauf ceux de Judas, la Vierge, Marie-Madeleine et les soldats (faire tracer). Ce qui donne limpression que la foule est monumentale : lopposition avec les endroits vides du tableau (le parvis, le ciel, lescalier), les personnages qui sortent des lignes de construction, ceux qui débordent au-dessus des éléments darchitecture du haut de lescalier, ceux dont on ne voit quune partie (un bras, une jambe …) Dessiner quelques détails quon aime (le pied nu, la ceinture orange au premier plan à gauche, …) Retrouver les éléments du texte biblique étudié en classe dans le tableau : quest-ce qui intéresse surtout le peintre ? Ecriture préparatoire sur place et valises de mots : Le vocabulaire des émotions. Suivant le niveau de la classe, faire trouver des adjectifs ou faire choisir parmi la liste suivante ceux qui expriment le mieux les expressions du visage des personnages de la foule : étonné, fier, amoureux, envieux, tendu, honteux, heureux, oppressé, fasciné, méprisant, fatigué, terrifié, avide, horrifié, stupéfait, triste, affligé, effondré, inquiet, suppliant, consterné, miséricordieux, curieux, ravi, furieux, admiratif, … Chercher quelques antonymes pour qualifier le visage et lattitude du Christ. Conjuguer les verbes suivants à limparfait pour décrire les actions des personnages : regarder, toucher, rire, descendre, empêcher, crier, suffoquer, écarquiller, pousser, retenir, enjamber, brandir, être couché, se pencher, sapprocher, observer, tendre, porter, tourner la tête, sagenouiller, supporter, se tourner, sappuyer, se lever, escalader, gésir, tomber, sasseoir, laisser, attendre, glisser, supplier, se hausser, … Trouver des expressions bibliques représentées dans le tableau (cf. diapositive suivante). Ecriture finale en classe : Choisir un des soldats qui raconte la scène le lendemain à un camarade de cohorte : il utilise limparfait de description, le vocabulaire des émotions et quelques expressions bibliques. On pourra commencer par : Je tassure …, ou Cétait très étrange …

12 Expressions bibliques utilisables Porter sa croix (Calvaire). Pleurer comme une Madeleine (effondrement de Marie-Madeleine lors de la crucifixion). Être un vrai Judas (baiser de Judas pour livrer Jésus aux Romains). Quel Capharnaüm ! (ville à grande activité commerciale où Jésus commença son ministère, qui évoque le désordre et la confusion). Un tohu-bohu (mot hébreu pour évoquer le chaos avant la Création).

13 Lignes de construction pour faire du Christ une figure centrale au sein de la foule grouillante.

14 Sources de lumière et de brillance.

15 Convergence des regards rouges (la foule) et divergence des regards noirs (Judas, la Vierge, Marie-Madeleine, les soldats).

16 Compétences du socle commun à mobiliser Palier 3 Compétence 1 La maîtrise de la langue française. L i r e Repérer les informations dans un texte à partir des éléments explicites et des éléments implicites nécessaires. Manifester, par des moyens divers, sa compréhension de textes variés. É c r i r e Rédiger un texte bref, cohérent et ponctué, en réponse à une question ou à partir de consignes données. Palier 3 Compétence 5 La culture humaniste. A v o i r d e s c o n n a i s s a n c e s e t d e s r e p è r e s Relevant de la culture littéraire : oeuvres littéraires du patrimoine. Relevant de la culture artistique : oeuvres picturales, musicales, scéniques, architecturales ou cinématographiques du patrimoine. S i t u e r d a n s l e t e m p s, l e s p a c e, l e s c i v i l i s a t i o n s Établir des liens entre les oeuvres (littéraires, artistiques) pour mieux les comprendre. Palier 3 Compétence 7 Lautonomie et linitiative. F a i r e p r e u v e d i n i t i a t i v e Manifester curiosité, créativité, motivation à travers des activités conduites ou reconnues par létablissement.

17 Pour aller plus loin … Bien avant Gustave Doré, des œuvres de la Renaissance présentées au Musée des Beaux-Arts de Strasbourg évoquent la même scène du Nouveau Testament ou des moments proches de celle-ci : on peut envisager un parcours inter-musées (MAMCS et Musée des Beaux-Arts) pour comparer le choix du passage biblique, le traitement du visage du Christ, voire les oppositions entre les expressions de douleur et de sérénité. Bassano, Christ aux outrages. Le Tintoret, Descente de croix. Crespi, Le Christ tombé sous la croix. Peterzano, Déposition de croix. Lotto, Evanouissement de la Vierge.

18 Dossier réalisé par Justine GRENIER Professeur de lettres chargé de mission au service éducatif des Musées de Strasbourg.


Télécharger ppt "Une séance dhistoire des arts en sixième La force narrative de Gustave Doré Le Christ quittant le prétoire MAMCS de Strasbourg Atelier décriture en visite."

Présentations similaires


Annonces Google