La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 ATELIER DE STIMULATION COGNITIVE Dr Christine POUJOL Gériatre Coordinateur des ateliers Centre d Examens de Santé Pôle Promotion Santé

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 ATELIER DE STIMULATION COGNITIVE Dr Christine POUJOL Gériatre Coordinateur des ateliers Centre d Examens de Santé Pôle Promotion Santé"— Transcription de la présentation:

1 1 ATELIER DE STIMULATION COGNITIVE Dr Christine POUJOL Gériatre Coordinateur des ateliers Centre d Examens de Santé Pôle Promotion Santé

2 2 LA COGNITION Qu est ce que la cognition? C est l ensemble des processus d acquisition et d utilisation des connaissances, le support de la pensée, de l action, de la communication, de la perception de notre environnement. Parler, comprendre, analyser, synthétiser, organiser, anticiper, planifier, se concentrer, mémoriser,réfléchir, sont des fonctions cognitives. La mémorisation ne peut être satisfaisante que si, au préalable, une analyse cognitive de bonne qualité a été faite.

3 3 Comment vieillit la cognition? Multi- factorielle: Le patrimoine génétique personnel les facteurs environnementaux le niveau socio -culturel la curiosité intellectuelle, motivation les compétences particulières dans un domaine ou un autre certaines maladies ( cérébrales ou générales)

4 4 lhygiène de vie la disponibilité affective et psychologique. Tous ces éléments programment le vieillissement cérébral. Il existe donc d importantes différences entre les individus chacun ayant son potentiel à explorer.

5 5 Ce qui change avec l age: Vision et audition s altèrent. La vitesse de transmission de l information au cerveau diminue. Lattention « simple » est généralement bien conservée, par contre l attention « soutenue », et l attention « divisée », sont moins efficaces. La mémoire de travail, mémoire à court terme, correspondant au stockage temporaire d un nombre limité d informations, varie du fait qu elle est très dépendante de l attention qu elle mobilise.

6 6 La mémoire épisodique, dite aussi autobiographique, appartient à la mémoire à long terme ( de quelques minutes à des années) et reste solide avec l age. C est elle qui est impliquée dans les souvenirs personnels, mêmes très anciens. L orientation dans le temps et l espace demande plus d organisation. Avec l age la production de mots diminue Les compréhensions écrites et orales ne sont globalement pas modifiées.

7 7 La mémoire sémantique, culturelle, conceptuelle, du savoir en général, reste très solide. La mémoire procédurale, celle des automatismes,aussi.

8 8 Au terme de ces constats, devant un oubli, d allure souvent banale,et avant de s inquiéter, se poser les bonnes questions: Est ce que jai bien vu? Bien entendu? Est ce que l information dont je ne me souviens pas m intéressait? Est ce que je n avais pas la tête ailleurs au moment où? Est ce que j ai bien compris ce qui m a été expliqué? Est ce que j ai fait en sorte de retenir efficacement l information?

9 9 POURQUOI DES ATELIERS DE STIMULATION COGNITIVE ? La plainte mnésique est fréquente La crainte de voir sa mémoire fléchir, Les premiers prémices d une déficience, Etre acteur plutôt que de subir. Etre intellectuellement actif, Communiquer Savoir utiliser sa pensée Peur d une maladie cérébrale

10 10 OR: Le cerveau possède une certaine plasticité, c est à dire des ressources compensatrices. Il existe une réserve cognitive qui permet d optimiser les capacités restantes.

11 11 QUE SONT LES ATELIERS DE STIMULATION COGNITIVE ? Les ateliers de stimulation cognitive sont une approche globale des difficultés mnésiques desquels chacun dégagera ce qui lui correspond. Les bénéfices attendus sont: - culturels - psychologiques - relationnels, sociaux - l apprentissage de stratégies de mémorisation

12 12 Ils nécessitent un effort intellectuel. Il y a des contraintes : - assiduité - applications quotidiennes

13 13 LE P.A.C SENIOR Programme d activité cognitive C est l outil pédagogique utilisé dans les ateliers qui a été crée par le PR Forette (PR de gérontologie, présidente de la Société Française de Gérontologie) et Mme de Rotrou (neuropsychologue ). Le P.A.C est destiné aux seniors ayant une plainte mnésique et dont le fonctionnement cognitif est compatible avec un vieillissement normal.

14 14 Il vise à optimiser l efficience cognitive. Il est basé sur l apprentissage de stratégies, qui vont faciliter les 3 étapes clefs de la mémoire que sont: l encodage, le stockage, la restitution. Il propose d apprendre à apprendre et de constater ainsi au fil des séances une réelle progression positive personnelle. Il repose sur des exercices mobilisant attention, concentration, organisation et gênèrant raisonnement, imagination, créativité, repères, adaptabilité etc…

15 15 LES TECHNIQUES DE MEMORISATION L organisation: Apprendre à utiliser des logiques Apprendre à fabriquer des regroupements cohérents. Apprendre à établir des classements, des liens, Savoir résumer, concentrer, structurer, décomposer, écarter des informations inutiles.

16 16 Apprendre à hiérarchiser des données, leur niveau d importance Savoir organiser peut permettre aussi d anticiper, de planifier

17 17 La fabrication d images mentales ; Il s agit de l un des outils les plus efficaces de la mémoire qui permet de retenir des informations assez complexes. Une image mentale est quelque chose que l on crée soi même, une image « synthétique », une histoire que l on fabrique autour d un ou plusieurs mots, ou images ou concepts, ou sons, des repères que l on prend, que l on se fabrique.

18 18 Exemples: Refaire un circuit touristique, urbain, ou sportif dans sa tête pour récupérer un site, un batiment ou un parcours etc. Retourner mentalement là où nous étions au moment où nous avons pensé à quelque chose. « Poser » une opération mentalement. Se représenter une carte géographique dans la tête pour situer une région, une ville.

19 19 Consulter un plan, quel qu il soit, repérer activement son but puis se déplacer, est plus efficace que de tâtonner, hésiter, chercher. Se représenter mentalement la position des pièces d un jeu ( échec par exemple ) avant de jouer. Etc.

20 20 Organisation, associations, création d images mentales, répétition, sont des techniques d amélioration de l enregistrement et du stockage de l information. Elles permettent grâce à la fabrication active d indices régulièrement utilisés au quotidien, de récupérer plus efficacement une information et de créer des automatismes libérateurs de « place ». Méthode, calme et bon sens épargnent bien des agacements et des inquiétudes….

21 21 LES A.S.C en pratique: Ils sadressent à toute personne de plus de 65 ans ayant une plainte mnésique non pathologique et désireuse de voir améliorer, et/ou d entretenir ses performances intellectuelles. Inscription : Pôle Promotion Santé.

22 22 Un R.V.est donné avec le médecin ou une infirmière: - renseignements sociaux administratifs - renseignements médicaux ciblés. - analyse et évaluation de la plainte de mémoire grâce à des tests spécifiques permettant de repérer précocement une pathologie cérébrale. ( plan Alzheimer du gouvernement ) Au décours de cet entretien d une heure environ est décidé si oui ou non les ASC peuvent s avérer profitables.

23 23 En cas d anomalies la personne est adressée à son généraliste avec un courrier explicite. Les ateliers se déroulent sur 3 sites, répartis sur la ville (PPS, Maison des aînés, foyer enclos Rey ) séances de 1h30 chacune. - une fois par semaine. - 3 sessions par an. (octobre – février – mai) Les séances sont préparées et menées par une infirmière et un animateur formés. Nous sommes très régulièrement en contact, eux et moi pour discuter du bon déroulement des séances.

24 24 Comment se déroulent les séances? 1 - La « revue de presse »: - Implique la nécessité de s intéresser à l actualité. - Permet à chacun de s exprimer. - Doit induire une curiosité intellectuelle. - Permet une participation plus active aux discussions. -Améliore la communication sociale. 2 - La mémoire verbale et le vocabulaire: - A partir d expressions courantes, de proverbes, de textes lus par l animateur, mots en vrac, etc.

25 25 - Enrichissement du vocabulaire, de l orthographe. - Facilitation des échanges écrits et oraux. - Amélioration de la précision dans les dialogues. 3 - La Mémoire associative: - Créer, inventer, expliquer des indices de mémorisation transférables aux situations quotidiennes. 4 – La logique numérique: - Raisonnement - Esprit déductif.

26 26 5 – Lorganisation dans et de l espace: - Exercices de symétrie, analyse de plans. - Mieux s orienter, se retrouver, situer. En fin de séance: - Rappel actif des acquisitions. - Conseils pour le quotidien. - Revue de presse à préparer pour la séance suivante.

27 27 CONCLUSION Le vieillissement cognitif est multi-factoriel, inéluctable,et variable d un sujet à l autre. Il se prépare activement, physiquement et intellectuellement dés l enfance, et s entretient toute la vie. Une réserve cognitive existe, qui nous donne, si nous le désirons activement, la possibilité de maintenir voire d améliorer nos performances intellectuelles.

28 28 Lorganisation est la base de la mémorisation. Oser, entreprendre, être curieux, avoir, tant que faire ce peut, une hygiène de vie équilibrée, toutes ces actions vont contribuer à améliorer l attention, la concentration, donc la mémorisation. Les ateliers de stimulation cognitive sont là pour vous aider à trouver en vous des ressources que vous pensiez peut être définitivement éteintes et ce dans une ambiance sérieuse et conviviale.


Télécharger ppt "1 ATELIER DE STIMULATION COGNITIVE Dr Christine POUJOL Gériatre Coordinateur des ateliers Centre d Examens de Santé Pôle Promotion Santé"

Présentations similaires


Annonces Google