La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La gestion des ressources humaines et la performance des organisations

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La gestion des ressources humaines et la performance des organisations"— Transcription de la présentation:

1 La gestion des ressources humaines et la performance des organisations
Riadh Zghal Consultation nationale sur la productivité 28 avril 2009

2 Sommaire Introduction La GRH source de création de la valeur
La nécessité de la cohérence des différentes composantes de la GRH Besoins attachés au travail, motivation et culture Problématiques de la GRH dans une économie du savoir Évolution des pratiques de GRH et PMAN des entreprises

3 Définition La gestion des ressources humaines
c’est la capacité « d’attirer et retenir des travailleurs » Question : Comment attirer et retenir les compétences dans une économie en mutation de plus en plus tirée par la concurrence, le développement technologique et l’innovation?

4 Introduction La GRH a été longtemps victime de faux paradigmes :
- la capacité d’adaptation de l’homme est infinie pas de souci concernant les conditions de travail - il y a toujours une «meilleure façon de faire» en gestion « the one best way » négligence des déterminismes culturels du comportement humain au travail - gérer le personnel c’est faire du social

5 Introduction Mutations de l’économie et nouveaux paradigmes :
- l’homme est un être libre et intelligent y compris au travail nécessité de tenir compte de sa volonté - le travail a un sens et les besoins que chacun cherche à satisfaire à travers le travail sont variables - la culture sociétale « programme » les comportements, les attitudes et le sens que l’individu donne au travail variable incontournable pour la GRH

6 Introduction La gestion du savoir : une composante principale de la GRH Gérer les RH ce n’est pas faire du social (différence avec la responsabilité sociale de l’entreprise) C’est créer de la valeur :

7 Introduction « Le 8ème congrès de la fédération mondiale des associations de responsabilités RH qui a réuni 2000 DRH venus du monde entier en mai 2000 à Paris a fait ressortir combien les 4 missions de partenaire stratégique, de levier de changement, de pilote de la motivation et d’expert opérationnel, assignées aujourd’hui à la fonction GRH, contribuaient à la création de la valeur. » Jean-Marie Peretti (2000)

8 La GRH source de création de la valeur
Rôle économique complexe : contribution à la performance, la rentabilité, le développement, la pérennité de l’organisation / par opposition au seul objectif de réduction du coût de la main d’oeuvre Rationalité : boucle de la gestion rationnelle

9 La boucle de la gestion rationnelle
Diriger Planifier Organiser Contrôler Evaluation Performance

10 La boucle de la gestion rationnelle
Diriger : coordonner vs. Commander Planifier : les tâches, prévoir les objectifs, ‘structurer’ le futur Organiser : définir les moyens et les agencer, engager les ressources, Contrôler : suivre le fonctionnement apprécier les résultats atteints

11 La boucle de la gestion rationnelle
Mesurer la performance de la fonction GRH Evaluer cette performance par rapport aux objectifs Utiliser le feed back ou information en retour conduisant à des ajustements multiples

12 La boucle de la gestion rationnelle
Spécificités de la GRH Une gestion appliquée aux hommes Les facteurs qui déterminent le comportement humains ne sont pas seulement organisationnels Ne sont pas totalement contrôlable par le gestionnaire

13 Spécificités de la GRH ‘Quand les hommes considèrent certaines situations comme réelles, elles sont réelles dans leurs conséquences’ (théorème de W. I. Thomas) L’individu (Psychologie) : Le groupe (Psychosociologie) La société (Sociologie, Anthropologie, Droit) L’organisation (théorie des organisations) :

14 Cohérence du système GRH
Structure Organisationnelle Evaluation des fonctions Sélection, recrutement Analyse des emplois Formation Rémunération Promotion Appréciation Sécurité et prévention des risques

15 Besoins attachés au travail, motivation et culture
Les aptitudes ne suffisent pas à rendre l’homme efficace L’homme qui a des capacités ne les met pas nécessairement au profit de son action, il faut pour cela un motif: l’individu éprouve un désir et reconnaît l’action à entreprendre pour satisfaire ce désir Concept de motivation Motivation : rupture avec la méthode de « la carotte et le bâton »

16 Besoins attachés au travail, motivation et culture
Pour qu’un employé s’engage versus/obéit à une contrainte, il faut que le travail comporte des stimulants réels, c’est à dire qu’il offre les moyens de satisfaire les besoins que l’individu y attache Mais quels sont les besoins que l’individu cherche à satisfaire par le travail ?

17 Besoins attachés au travail, motivation et culture
Physiologiques Sécurité Appartenance Estime - reconnaissance Réalisation de soi

18 Besoins attachés au travail, motivation et culture
Plusieurs théories mais ce qui est admis actuellement par l’état de l’art : La motivation n’est pas seulement affective, elle est aussi rationnelle : équilibre entre contribution/rétribution A chaque situation l’individu éprouve plusieurs besoins et choisit lequel satisfaire.

19 Besoins attachés au travail, motivation et culture
le travail sert des buts différents selon les individus, même s’il constitue pour tous un moyen essentiel pour maintenir l’équilibre psychologique. Nécessité de différenciation des milieux de travail Permettre une meilleure adaptation de l’individu, une plus grande impression de maîtrise, une meilleure satisfaction des besoins

20 Le Cadre institutionnel
Le facteur culturel Le culturel élément invisible d’un ensemble de déterminants du comportement Le techno logique Autres Le Cadre institutionnel L’économique L’écologique Le culturel

21 Le facteur culturel Il s’impose à l’observateur en tant qu’évidence et en même temps il est fuyant et échappe au chercheur lorsqu’il veut le saisir dans sa globalité. Lesage et Pasquet (2002) comparent la culture à un « rhizome » : Du grec rhiza, qui signifie racine. « Le rhizome a en lui-même des formes très diverses, depuis son extension superficielle ramifiée en tous sens jusqu’à ses concrétions en bulbes et tubercules. Il y a le meilleur et le pire dans le rhizome : la pomme de terre et le chiendent. »

22 Le facteur culturel Définitions de la culture
« La culture c’est un ensemble de connaissances et de valeurs qui ne font l’objet d’aucun enseignement spécifique et que pourtant tout membre de la communauté sait. » « La culture c’est le « software » de la pensée » (Geert Hofstede) « La culture est ce qui permet d’apprendre et de connaître, mais elle est aussi ce qui empêche d’apprendre et de connaître hors de ses impératifs et de ses normes... » (Edgar Morin)

23 Le facteur culturel au-delà du « dénominateur commun » culturel unissant les membres d’une société, subsistent les subcultures (région, genre, catégorie sociale, métier, système éducatif…) La culture sociétale est à la fois héritage et construit humain en perpétuelle transformation alimentée par les emprunts à d’autres cultures, par l’innovation et les interactions sociales. Les cultures ne sont pas figées : elles évoluent avec les sociétés qui les façonnent

24 Culture sociétale et comportement au travail
Paradoxe tunisien: Deux forces de quasi égale intensité coexistent : l’attachement à l’identité culturelle et l’attrait de la modernité et du modèle occidental

25 Culture tunisienne et comportement au travail
Comportement au travail : un noyau dur de variables culturelles L’égalité - dignité Le flou Les relations et les appartenances sociales

26 Culture tunisienne et comportement au travail
Résoudre le dilemme ? 1- la résignation, le « mektoub » 2- Dresser des frontières entre la durée du travail et la durée hors travail. Chaque durée obéit à un système de valeurs et le rapport de dépendance n'est pas total. 3- Le paternalisme chargé d’un sens positif : le chef hiérarchique supposé nourrir un préjugé favorable à l’égard de ses collaborateurs Une aspiration à voir les intérêts même hors du travail pris en charge par les chefs, l’affectivité prime sur la détermination objective des droits et des devoirs de chaque partie dans les rapports de travail, d'où la tendance à développer des formes de pouvoir charismatique et des situations floues

27 Culture tunisienne et comportement au travail
2- Le flou : Tendance à la déréglementation, la soustraction aux règles lorsqu'elles existent, la fuite devant la nécessité de préciser les choses et d'imputer clairement les responsabilités, la valorisation du pardon et rejet de la sanction Tendance renforcée par l’apparition de situations nouvelles exigeant à la fois inventivité et consensus

28 Culture tunisienne et comportement au travail
3 – Les relations et appartenances sociales Le flou + paternalisme valorisation des relations et de l'appartenance sociale : Face à l'insuffisance et à l'ambiguïté des règles, l'appartenance sociale devient la seule garantie de confiance, de prévisibilité des réactions d'autrui et aussi d’efficacité. Les relations sont perçues comme un capital social ”معرفتك في الناس كنوز“ Au niveau de l'organisation : des réseaux actifs de solidarité se tissent entre individus appartenant à la même famille, la même région, la même école, le même atelier… autant de repères dans un environnement flou.

29 Culture tunisienne et comportement au travail
Manifestation des valeurs culturelles dans le comportement au travail : Quête de respect, de protection de la dignité, de paternalisme, refus de la sanction même si on est le chef, évitement autant que possible des ordres directs. Sentiment de fierté et sensibilité Recherche de bienveillance « paternaliste » au sens positif du terme

30 Culture sociétale et culture organisationnelle
L’organisation (entreprise, administration, hôpital, syndicat,…) est un microcosme social et produit une culture Cette culture est influencée par le style de gestion et en particulier par la structure

31 Culture organisationnelle et structure
Valeurs Autorité Formalisme Méfiance Dépendance Aversion de l’initiative Valeurs

32 Culture organisationnelle et structure
Valeurs Confiance Responsabilité Transparence Coopération Apprentissage mutuel Top Management Managers Collaborateurs

33 Problématiques de la GRH dans une économie du savoir
Le savoir est la principale source de création de la valeur Origines multiples des savoirs nécessaires pour l’action Savoirs individuel, collectif, organisationnel Savoirs documentés, formalisés Savoirs accumulés par l’expérience Savoirs disponibles hors de l’entreprise Nécessité de gérer le savoir « Knowledge Management »

34 Problématiques de la GRH dans une économie du savoir
Hypothèse du KM : l’exploitation du savoir dépend à la fois des compétences individuelles et du système de l’entreprise. Importance de gérer le savoir organisationnel source de création de la valeur Développer le savoir spécialisé Le savoir spécialisé est complexe

35 Problématiques de la GRH dans une économie du savoir
Quatre niveaux du savoir spécialisé d’importance croissante : Le savoir cognitif Les compétences avancées La compréhension des systèmes La créativité autonome La valeur du savoir spécialisé augmente au fur et à mesure que l’on progresse du savoir cognitif à la créativité autonome

36 Problématiques de la GRH dans une économie du savoir
Le savoir cognitif

37 Problématiques de la GRH dans une économie du savoir
Les compétences avancées : Application des règles d’une discipline aux problèmes complexes de la vie réelle, compétences créatrices de la valeur

38 Problématiques de la GRH dans une économie du savoir
La compréhension des systèmes : compréhension des liens entre les choses, anticipation des interactions subtiles et des conséquences incertaines La créativité autonome : met en jeu des qualités psychologiques (volonté, motivation, adaptabilité vs. suffisance) Question : A quels niveaux de savoir forment nos institutions?

39 Evolution de la GRH en Tunisie
Une évolution impulsée par l’Etat : mise à niveau, ouverture sur les marchés, réformes (cas des EPS) Trois enquêtes étalées sur 10 ans (1994, 1999, 2004) révèlent des inerties et des changements

40 Inerties Inerties Pouvoir centralisé
Organisation et GRH Inerties Structure Pouvoir centralisé Taux d’encadrement et de qualification des employés réduit Recrutement Persistance des pratiques de sélection fondées sur les relations sociales et les connaissances Outils techniques de sélection rarement utilisés Formation Absence de structure de formation Formation sur le tas

41 Changements Evolution 1999-2004 Organisation et GRH
Stratégie et place du DRH dans l’organisation Existence d’une stratégie d’entreprise : 97,3% contre 87,5% Diffusion de la stratégie auprès des cadres : 94,7% contre 56%. Intégration du DRH dans le comité de direction : 91,4% contre 76,6%. Participation du DRH à l’élaboration de la stratégie : 50% contre 28%. Existence d’une stratégie ressources humaines : 90% contre 82%. Recrutement Accroissement des emplois précaires

42 Changements Evolution 1999-2004 Organisation et GRH
Sélection et Recrutement Moindre recours aux relations et aux connaissances pour le choix des cadres supérieurs : 8% contre 33% L’interview individuelle plus utilisée pour la sélection : % à 83% selon les catégories (2004) contre une moyenne de 50% (1999). Accroissement des emplois précaires Système d’information Ressources Humaines (enquête 2004 seulement) Indépendant : 65% Intégré dans un système général d’information : 30% Utilisation : fichiers 94%, rémunération 95%, gestion des carrières 48%, formation 37%, recrutement 35%, mesure de la performance de la GRH 33%. Individualisa-tion des salaires Les conventions collectives base des salaires : ouvriers  95% des cas, des cadres supérieurs, 68% des cas.

43 La GRH en Tunisie Ces études réalisées dans un cadre universitaire avec très peu de moyens ne prétendent pas à la représentativité Mais elles ont l’avantage de l’approche longitudinale qui révèlent les tendances de changement dans la GRH Elles suggèrent néanmoins la nécessité de conduire des études sur des échantillons plus représentatifs des secteurs d’activités et d’entreprises permettant de tracer les profils de la GRH en Tunisie ainsi que les voies à adopter pour stimuler de meilleures performances

44 La GRH en Tunisie La performance couvre aussi bien la production de biens et de services mais aussi la qualité, l’innovation, le développement du capital de savoir, l’accroissement de la compétitivité des entreprises et de la nation. Une nouvelle politique de GRH devrait s’adosser à une telle vision de la performance pour assurer un développement durable Développement durable maîtrisé à l’échelle nationale et à l’échelle des entreprises et les différentes institutions


Télécharger ppt "La gestion des ressources humaines et la performance des organisations"

Présentations similaires


Annonces Google