La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

GENY GONZALES CASTAÑO & ESTEBAN DÍAZ MONTENEGRO GRUPO DE ESTUDIOS LINGÜÍSTICOS, PEDAGÓGICOS Y SOCIOCULTURALES DEL SUROCCIDENTE COLOMBIANO - GELPS. UNIVERSIDAD.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "GENY GONZALES CASTAÑO & ESTEBAN DÍAZ MONTENEGRO GRUPO DE ESTUDIOS LINGÜÍSTICOS, PEDAGÓGICOS Y SOCIOCULTURALES DEL SUROCCIDENTE COLOMBIANO - GELPS. UNIVERSIDAD."— Transcription de la présentation:

1 GENY GONZALES CASTAÑO & ESTEBAN DÍAZ MONTENEGRO GRUPO DE ESTUDIOS LINGÜÍSTICOS, PEDAGÓGICOS Y SOCIOCULTURALES DEL SUROCCIDENTE COLOMBIANO - GELPS. UNIVERSIDAD DEL CAUCA Ressources multimédia pour lenseignement des langues nasa yuwe et nam trik dans le département du Cauca, en Colombie

2 Océano Pacífico Cauca Océano Atlántico Venezuela Ecuador Peru Brasil

3 Nam Trik Nasa Yuwe

4 1. Décrire la réalité culturelle, linguistique et pédagogique du Sud-ouest de la Colombie. 2. Contribuer dans les processus éducatifs développés pour les peuples indigènes. Développer des outils informatiques pour lenseignement des langues indigènes pertinents et adéquats pour des contextes culturels spécifiques : Jeux multimédia, Émissions à la radio, Communauté virtuelle de soutenance aux projets éducatifs du peuple nasa, Création dun lexique associé aux technologies de la communication (traduction à nam trik des parties du ordinateur). Cadre Institutionnel Académique Groupe dEtudes Linguistiques Pédagogiques et Socioculturels du Sud- ouest de la Colombie-GELPS

5 Organisations et autorités des peuples indigènes : Niveau local : Resguardo : institution politique administrative reconnu par l'Etat colombien, avec autonomie territoriale et coordonné par des autorités traditionnelles nommées Cabildo. Cabildo : Une façon dautorité des indigènes dont caractère spécial a par rôle la représentation légale des resguardos indigènes.

6 Niveau Régional: Dans le département du Cauca il y a deux organisations indigènes régionales qui agroupent les cabildos indigènes : Conseil Régional Indigène du Cauca-CRIC, crée en 1971, et Autorités Indigènes de la Colombie-AICO crée en Organisations et autorités des peuples indigènes :

7 Diversité, Langues et éducation Cadre légal Constitution Politique de 1991: LÉtat colombien reconnait et protège la diversité ethnique et culturelle de la Nation Colombienne" (Art. 7). "... Les langues et les dialectes des groupes ethniques sont aussi officiels dans leurs territoires. L'enseignement dispensé dans les communautés ayant leurs propres traditions linguistiques sera bilingue" (Art. 10). Les territoires ethniques sont inaliénables, imprescriptibles et insaisissables (Art. 63).

8 Diversité, Langues et éducation Cadre légal Loi 1381 de 2010 dans laquelle sont formulées les règles sur la reconnaissance, la promotion, la protection, l'usage, la préservation et le renforcement des langues des groupes ethniques de la Colombie et sur leurs droits linguistiques et ceux de leurs locuteurs parlant cette langue. Première fois que lon sintéresse à la langue hors de lécole.

9 Pourquoi dans lécole ? Notre travail est une contribution au travail commencé depuis les années 1980 par les communautés, les autorités et les organisations indigènes. Ces matériaux sont intégrés à dautres processus de revitalisation de la langue et aux Projet Educatifs Communautaires-PEC.

10 Pourquoi dans lécole ? Dans les dernières années la plupart de la planification linguistique dans le cas des langues indigènes a été développé dans les Projets Educatifs Communautaires- PEC. Les PEC ont été crées dans la loi générale déducation en 1996 dont chaque Institution Educative doit développer un Projet Educatif Institutionnel-PEI les PEC sont les équivalents au PEI dans les populations ethniques (peuples indigènes, afro descendantes et peuple rom).

11 Langues marqueurs dethnicité Dans un Etat avec un système multi-culturaliste, ce ne sont pas les personnes directement intéressées qui proposent les « règles de jeux » de la reconnaissance de la diversité, ces règles font appel aux connaissances, expériences et subjectivités locales, mais à partir de la rationalité de l'État et la connaissance experte sur la diversité culturelle et linguistique (Restrepo, 2010:118).

12 Langues marqueurs dethnicité En Colombie lethno-éducation est plus quune politique publique pour les groupes ethniques. Cest à lécole que sont construits : Qui est considéré comme l« autre », dans quelles circonstances et sous quels attributs« (Rojas 2011:178).

13 Langues marqueurs dethnicité La langue et les pratiques culturelles sont reconnues par la connaissance experte sur la diversité culturelle (anthropologie, sociologie, linguistique…) comme « traditionnelles », « ancestrales », « culturelles ». Mais dans plusieurs cas ces pratiques, qui sont enseignées à lécole, ne font aujourdhui plus partie de la vie quotidienne de ces communautés. Il y a une « muséification » de la diversité culturelle dont la langue fait partie.

14 Langues marqueurs dethnicité Idées proposées par lÉtat sur ce qui est considéré « culture traditionnelle ». Participation des autorités locaux dans la construction de ce qui est « traditionnel ». Cela ne représente pas forcement ce qui est désiré par la population concernée.

15 Pourquoi dans lécole ? Il est important de noter que ces langues peuvent vivre aussi à lextérieur du cadre scolaire. Si leur utilisation est limitée à l'environnement scolaire la force qu'il leur restait à ce jour sera perdue. Mais leur disparition de lenseignement menacerait la position politique et sociale des communautés ethniques.

16 Pourquoi dans lécole ? Il y a une perte des fonctions que la langue avait auparavant (notamment dans les domaines familiales et communautaires) mais il y a une apparition des autres fonctions sur tout ce qui est lié à un processus de standardisation, alphabétisation et scolarisation.

17 Situations Sociolinguistiques Diverses Vitalité Âge des Locuteurs Enseignants Locuteurs non enseignants Totoró (NT)Basse+60Semi-locuteurs et non locuteurs Oui La Paila-Naya (NY) Basse+45Non locuteursOui Ambaló (NT)Moyenne+45Locuteurs et non Non López-Adentro (NY) Moyenne+30 *Locuteurs et non Non Guambía (NT)HauteTous âgesLocuteurs et non - Munchique (NY) HauteTous âgesLocuteurs et non Non Novirao (NY)HauteTous âgesNon locuteursNon

18 Situations Sociolinguistiques Diverses Langue dans le PEC PlanMatériauxTIC Totoró (NT)Oui (4h/semaine)* Oui (non implémenté)Oui La Paila- Naya (NY) Oui (2h/semaine)NonOuiNon Ambaló (NT)Oui (2h/semaine)NonOuiNon López- Adentro (NY) Oui (2h/semaine)Oui (non implémenté)Oui Guambía (NT) Oui (2h/semaine)-Oui Munchique (NY) Oui (2h/semaine)NonOui*Non Novirao (NY)Non Oui*Non

19 Construction des matériaux 1. Diagnostique. 2. Donnés du départ 1. Matériaux antérieures 2. Recherche 3. Construction collective 4. Adaptation au contexte 1. Sociolinguistique 2. Éducatif 3. Physique et socio-cultural.

20 1. Diagnostique Le niveau de connaissance et utilisation des ordinateurs par les enseignants et les étudiants à lécole. La disponibilité et les caractéristiques techniques des ordinateurs disponibles. Lexistence denseignants et de cours dinformatique dans le cadre scolaire. Lintérêt général pour lutilisation des TIC.

21 Note sur lutilisation des outils Ces outils sont conçus pour lutilisation à lécole. Les salles informatiques ont fréquemment moins de 1o ordinateurs, il y a besoin de les utiliser en groupe par les étudiants. Lutilisation en groupe des outils nest pas un désavantage, par contre ça permet un apprentissage lorsque chaque étudiant peut améliorer, soit son « alphabétisation » numérique, soit sa connaissance de la langue.

22 Travail d'équipe Travail d'équipe Chercheurs de terrain Experts des langues Étudiants des écoles Enseignants et locuteurs des langues Informaticiens

23 2. Données du départ Ex. 1. Kutxh walaça – Le cycle du maïs (Nasa yuwe – López Adentro) 1. Le cycle du maïs (Lexique - Roucsana Chocue) 2. Construction des phrases simples descriptives de chaque étape (Enseignants locuteurs de nasa yuwe). 3. Enregistrement du corpus (Enseignants locuteurs et locuteurs non enseignants)

24 2. Données du départ Ex. 2. Lexique Langue Nam Trik (Totoró) 1. Ateliers lexique et phrases (Enseignants et Locuteurs) 2. Matériel écrit (Lexique) 3. Enregistrement du corpus (Locuteurs « traditionnels ») 4. Matériel Audio (Difficultés techniques)

25 3. Construction collective Estamos rozando - Waçna ũsthaw

26 Lexique Namtrik Totoró

27 4. Adaptation au contexte 1. Et 2. Sociolinguistique et Éducatif. a) Niveau de bilinguisme des enseignants et des élèves. b) Existence ou non dun alphabet pour le langue indigène. c) Niveau dalphabétisation des enseignants et des élèves en espagnol et langue indigène. d) Existence ou non des matériaux écrits en langue indigène. e) Présence de la langue dans le PEC (planifiée ou non). f) Présence des locuteurs « traditionnels » à lécole.

28 4. Adaptation au contexte 3. Physique et socio-cultural a) Références au territoire, histoire et coutumes locales. b) Appel à la vie quotidienne. c) Savoirs pertinents selon les autorités locales. d) Les voix des locuteurs « traditionnels ».

29 Conclusions Il est important de préciser que, à notre avis, les TIC ne doivent pas être considérées comme un moyen de «développement» ou une étape que les communautés devraient prendre sur une sorte de transformation téléologique vers une société plus «avancée», mais comme un outil pour la consolidation des objectifs de chaque société.

30 Conclusions Notre travail veut contribuer à l'appropriation critique de ces technologies. Notre objectif a été de sappuyer sur l'infrastructure existante et sur les connaissances des communautés pour accomplir leurs objectifs de l'enseignement des langues autochtones à l'école et de la revitalisation des langues. Dans ce travail nous voulons renverser l'hypothèse que l'utilisation des TIC est per se fragmentée et individuelle. Il était donc particulièrement important de prendre en compte les conditions physiques, sociales et culturelles dans la création de ressources et comme point de départ. En ce sens, le travail d'équipe et la coopération constante ont été le plus important accomplissement méthodologique de ce travail.

31 Conclusions Avec ce travail, nous voulons collaborer à la consolidation de l'écriture de ces langues, comme processus d'amélioration de leur statut sociolinguistique et l'expansion de leurs domaines d'utilisation. L'idée initiale était de créer des ressources multimédias pour une utilisation à l'école comme un moyen de se connecter à la nouvelle génération entourée par les nouveaux médias avec la langue indigène, fréquemment rejetée et seulement associée aux anciens de la communauté.

32 Conclusions Notre intention était d'introduire les langues Nasa Yuwe et Nam trik dans le domaine des technologies de l'information comme une stratégie de visibilité et de positionnement comme formes légitimes d'expression dans toutes les sphères de la vie sociale.

33 Conclusions Les outils numériques ne doivent pas être considérés comme une recette pour le développement, la revitalisation ou laugmentation des nouveaux domaines dusage des langues indigènes.

34 Merci ! ¡Gracias! Inkua Inkua Pay Weçx wẽseikwe


Télécharger ppt "GENY GONZALES CASTAÑO & ESTEBAN DÍAZ MONTENEGRO GRUPO DE ESTUDIOS LINGÜÍSTICOS, PEDAGÓGICOS Y SOCIOCULTURALES DEL SUROCCIDENTE COLOMBIANO - GELPS. UNIVERSIDAD."

Présentations similaires


Annonces Google