La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

OC « Nous Autres » LAutre observé, lAutre comme représentation au travers de lHistoire antique.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "OC « Nous Autres » LAutre observé, lAutre comme représentation au travers de lHistoire antique."— Transcription de la présentation:

1 OC « Nous Autres » LAutre observé, lAutre comme représentation au travers de lHistoire antique

2 LAutre observé Première étape du regard sur laltérité Dissection en fonction du miroir identitaire Tout est affaire de traduction

3 Exemples tiré dHérodote, « l ethnologue » « Hérodote est le médiateur entre un ailleurs et le monde grec. Il lui faut traduire, transcrire ce quil voit, ce quil entend de telle sorte que cet ailleurs étranger devienne intelligible pour le lecteur grec. » Hartog

4 Mécanique de la traduction Comparaison - A est comme B Analogie - A est à B comme C est à D

5 Le regard en miroir inversé « Que fait concrètement Hérodote? Il fait dabord référence au monde grec, prenant tel ou tel rite funéraire en précisant que chez les non-Grecs, cest la même chose à cela près que cest linverse ou presque » Hartog On va donc du connu à linconnu, même si cette manœuvre va distordre la réalité observée du monde inconnu pour la ramener vers quelque chose de compréhensible pour le public grec.

6 Les coutumes, mœurs, comme véhicule privilégié de lobservation de laltérité « En effet, que lon propose à tous les hommes de choisir, entre les coutumes qui existent, celles qui sont les plus belles et chacun désignera celles de son pays - tant chacun juge ses propres coutumes supérieures à toutes les autres - Tous les hommes sont convaincus de lexcellence de leurs coutumes. » Hérodote, III. 38 Ce seront donc les habitudes grecques qui lui serviront de grille de lecture du monde.

7 Quelques exemples La plus honteuse des lois de Babylone est celle qui oblige toutes les femmes du pays à se rendre une fois dans leur vie au temple dAphrodite pour sy livrer à un inconnu. Beaucoup dentre elles, fières de leur richesse, refusent de se mêler aux autres femmes et se font conduire au temple dans des voitures couvertes où elles demeurent, avec de nombreux serviteurs autour delles. Mais en général cela se passe ainsi : les femmes sont assises dans lenceinte sacrée dAphrodite, la tête ceinte dune corde, toujours nombreuses car si les unes se retirent, il en vient dautres. Des allées tracées en tous sens par des cordes tendues permettent aux visiteurs de circuler au milieu delles et de faire leur choix. La femme qui sest assise en ce lieu ne peut retourner chez elle avant quun des passants nait jeté quelque argent sur ses genoux, pour avoir commerce avec elle en dehors du temple. (…) Quelle que soit la somme offerte, la femme ne refuse jamais : elle nen a pas le droit et cet argent est sacré. Elle suit le premier qui lui jette de largent et ne peut repousser personne. (…) Hérodote, I. 199

8 Hérodote, I « A ces mots Harpage se prosterna devant le roi et sen retourna chez lui, fort soulagé de voir lheureux résultat de sa faute, et dêtre invité à dîner au palais pour fêter cette faveur de la fortune. Il avait un fils unique denviron treize ans ; de retour chez lui, il se hâta de lenvoyer au palais avec ordre daller trouver le roi et de lui obéir en tout ; et lui-même, tout joyeux, va raconter laventure à sa femme. Quand Astyage eut lenfant près de lui, il le fit égorger et couper en morceaux, puis il fit rôtir ou bouillir les chairs pour en confectionner des plats appétissants quon tint prêts à être servis. A lheure du dîner, les hôtes étaient tous là, Harpage parmi eux ; on plaça devant tous, ainsi que devant le roi, des tables chargées de viande mouton, mais lon servit à Harpage le corps entier de son fil, sauf la tête, les mains et les pieds, mis à part dans une corbeille doser sous un voile. Lorsque Harpage sembla rassasié, Astyage lui demanda sil avait apprécié le repas ; Harpage affirmat quil en était enchanté ; alors les serviteurs chargés de ce soin mirent devant lui la tête de son enfant, toujours dissimulé sous un voile et, debout à ses côtés, linvitèrent à soulever le voile et à se servir à son gré. Harpage obéit, soulève létoffe, et voit les restes de son fils. Cependant il ne manifesta rien et sut se maîtriser. Astyage lui demanda sil reconnaissait la bête dont il avait mangé la chair. Il répondit quil la reconnaissait et que le roi ne pouvait rien faire qui ne lui plût. Après cette réponse et prit ce qui restait des chairs et revint chez lui. »

9 Lobservation de laltérité pour un grec comme Hérodote? Lavantage avec Hérodote, cest que laltérité y est soigneusement observée, décortiquée de cette première couche stéréotypée et altérante. Le problème découle du fait que Hérodote est plutôt une exception pour lHistoire antique. Cest plutôt la généralisation- caricature qui apparaît dans les sources.

10 Comment observe-t-on les Barbares dans les autres civilisations? Petit tour dhorizon pour lEgypte antique, la Perse achéménide et Rome

11 Scènes de tributs, Tombe de Menna, Abd el Gurna, VIIIe

12 Tombe de Menna, Abd el Gurna, VIIIe

13 Captifs nubiens et syropalestiniens, NE

14

15

16 Les Neufs Arcs

17

18

19 Persépolis: Détails des porteurs du trône

20 Persépolis: Porteurs de tributs

21 Bilan, comment les civilisations se comportent-elles en face de laltérité? LEgypte regarde laltérité sans finesse, produit des archétypes figés, sans nuance ni profondeur. LAutre est un archétype et il est dangereux. La Perse, « liste » létrangeté et cette dernière montre déjà plus de subtilités dans le « classement » des étrangers. LAutre fait partie du monde perse comme une réalité du monde. La Grèce, notamment grâce à Hérodote, observe et décrit beaucoup plus précisément laltérité, même si la finalité reste la généralisation pour les Barbares. LAutre peut intégrer le monde comme les Grecs, malgré toutes ses singularités. Rome décrira avec un soucis minutieux et constant la différence, pour mieux la comprendre, opérant ainsi un réel travail de classification « ethnologique ».


Télécharger ppt "OC « Nous Autres » LAutre observé, lAutre comme représentation au travers de lHistoire antique."

Présentations similaires


Annonces Google