La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La politique linguistique au Burundi : contexte, enjeux, défis Melchior NTAHONKIRIYE Professeur à luniversité du Burundi.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La politique linguistique au Burundi : contexte, enjeux, défis Melchior NTAHONKIRIYE Professeur à luniversité du Burundi."— Transcription de la présentation:

1 La politique linguistique au Burundi : contexte, enjeux, défis Melchior NTAHONKIRIYE Professeur à luniversité du Burundi

2 Plan de lexposé 0. Introduction : genèse du projet 1.Contexte géolinguistique du Burundi 2. La future politique linguistique : entre cloisonnement et ouverture 3. Conclusion : les grands défis à relever

3 0. Introduction Une expérience : lélaboration dun projet de politique linguistique du Burundi (2010, 2011 et 2012) souhaité par le Gouvernement du Burundi (Ministère de la Culture) et lUNESCO Projet de loi et plan daction en attente dadoption par les instances politiques Constat : ladhésion du Burundi à lEAC = rupture de léquilibre sociolinguistique habituel

4 1. Contexte géolinguistique du Burundi De tous les ensembles régionaux dont le Burundi est membre, lEAC semble plus viable et plus active Le statut de langlais et des autres langues y pose pourtant problème

5 1. 1. Le statut de langlais au sein de lEAC Langlais est la langue officielle de lEAC (cf. Article 137 du traité de création de la Communauté) Cest une reconnaissance ancienne en Tanzanie, en Ouganda et au Kenya, nouvelle au Rwanda Le Burundi est le seul à fonctionner en français

6 1. 1. Le statut de langlais au sein de lEAC (suite) La langue officielle garantit le fonctionnement des institutions, et cest langlais Le Burundi est marginalisé sous cet aspect : il utilise le français

7 1.2. Les autres langues de lEAC Seuls le Rwanda et le Burundi sont monolingues Le kiswahili est appelé à jouer un rôle important dans lUnion (article 137 du Traité) Il est encore marginalisé au Burundi, au profit du kirundi.

8 1. Contexte sociolinguistique de lEAC : bilan Lidentité linguistique du Burundi dans lEAC est marginale : il est le seul à miser sur le français et le kirundi, les autres pays mettant en avant langlais et le kiswahili. Langlais et le kiswahili nont pas encore de statut politique au Burundi, contrairement aux autres membres de la Communauté.

9 2. La future politique linguistique du Burundi : entre cloisonnement et ouverture Dilemme : 2.1 Se replier sur soi en misant sur son propre patrimoine linguistique ? 2.2 Souvrir au monde en adoptant les langues des autres, surtout langlais ?

10 2.1. Indices du repli sur soi Remise en cause du bilinguisme officiel traditionnel tacite en se dotant dune politique explicite des langues (EAC=menace dassimilation culturelle et linguistique) Appel urgent et appuyé pour un aménagement du statut et du corpus du kirundi, à travers lAcadémie rundi, notamment. Reconnaissance moins mitigée du français

11 2.1 Bilan Ladhésion du Burundi à lEAC a généré une certaine « insécurité culturelle » Réaction : renforcer son identité culturelle et linguistique pour se constituer un rempart contre lenvahissement imminent de l anglais et du kiswahili

12 2.2 Indices dun renoncement de soi Adhésion aux clichés en vogue faisant de langlais la langue de la modernité et de la mondialisation, non le français (EAC=opportunité de désenclavement et denrichissement à tous les plans) Langlais et le kiswahili sont indispensables pour la mobilité au sein de la Communauté et ailleurs Doù les jugements favorables en faveur de ladoption des deux langues

13 3. Conclusion : ménager la chèvre et le chou LEAC met en avant langlais et le kiswahili Au Burundi, les deux langues ont un statut précaire, au profit du français et du kirundi. Le cri du cœur entraîne vers le repli sur soi (le français et le kirundi), lappel de la raison vers le renoncement de soi (langlais et le kiswahili ) La future politique linguistique du Burundi obéit à la fois au cœur et à la raison : 3 langues officielles et 4 langues enseignées

14 Perspectives Le pays aura-t-il les moyens de sa politique ? La question linguistique continuera-t-elle de susciter un intérêt auprès dune classe politique assaillie par dautres préoccupations plus vitales?


Télécharger ppt "La politique linguistique au Burundi : contexte, enjeux, défis Melchior NTAHONKIRIYE Professeur à luniversité du Burundi."

Présentations similaires


Annonces Google