La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

JF HEAUTOT, A LARRALDE, PA LENTZ, B LANGELLA IMAGERIE CARDIOVASCULAIRE RADIOLOGIE, CHU RENNES Choix des explorations en imagerie vasculaire.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "JF HEAUTOT, A LARRALDE, PA LENTZ, B LANGELLA IMAGERIE CARDIOVASCULAIRE RADIOLOGIE, CHU RENNES Choix des explorations en imagerie vasculaire."— Transcription de la présentation:

1 JF HEAUTOT, A LARRALDE, PA LENTZ, B LANGELLA IMAGERIE CARDIOVASCULAIRE RADIOLOGIE, CHU RENNES Choix des explorations en imagerie vasculaire

2 Pré test La résolution spatiale du scanner est supérieure à celle de lIRM Vrai Faux Lallergie aux produits de contratse iodée est efficacement prévenue par une prémédication adéquate Vrai Faux

3 Pré test Linsuffisance rénale est rarement un problème pour le scanner en pratique quotidienne Vrai Faux Un scanner de laorte est plus irradiant quun scanner crânien Vrai Faux

4 Pré test Les produits de contraste utilisés en IRM ne provoquent jamais de réactions allergiques Vrai Faux LIRM permet de bien voir les calcifications vasculaires Vrai Faux

5 Pré test LIRM est plus sensible que le scanner pour détecter les lésions ischémiques cérébrales Vrai Faux Le temps dacquisition en IRM est plus rapide quau scanner Vrai Faux

6 Pré test Le Doppler est toujours lexamen de première intention en pathologie vasculaire Vrai Faux Lartériographie reste lexamen de référence en pathologie vasculaire Vrai Faux

7 DOPPLER Avantages Facilement accessible Non irradiant, non invasif, non néphrotoxique Inconvenients Opérateur dépendant Morphotype dépendant Calcifications 7/8

8 SCANNER Avantages Résolution spatiale. Reconstructions 3 plans Accessibilité (même en urgence) Non opérateur dépendant (si protocole ad hoc) Archivage et post traitement Inconvénients Irradiation Néphrotoxicité des PDCI 8

9 SCANNER 9 Risque rénal Patients âgés poly-vasculaires (± diabète) Calcul de la clairance systématique Ex Créat 100 µmol/l Femme 75 ans 60 kg: 40 ml/mn. Homme 55 ans 75 kg: 78 ml/mn Google: paris nord clairance

10 SCANNER 10 Risque allergique Lallergie à liode nexiste pas Allergie à un produit de contraste Mention du produit injecté dans le CR Pas de prémédication efficace contre le choc

11 SCANNER 11 Risque radique A apprécier en fonction du bénéfice Population de patients âgés Modulation de la dose (DLP -50%) 1 – 10 ans dirradiation naturelle.

12 SCANNER 12

13 IRM Avantages Non irradiante PDC peu néphrotoxique (risque récemment m. en év. chez les dialysés) Imagerie multiplanaire Imagerie de flux, imagerie dynamique Inconvénients Peu accessible Difficulté pour surveiller les patients instables Résolution spatiale Stimulateurs cardiaques… 13

14 IRM Restriction du gadodiamide et du gadopentetate Pas de cas de FNS chez les sujets à fonction rénale normale (ClCr > 60) Les macrocycles semblent plus sûrs (gadobutrol, gadoteridol, gadoterate de meglumine) Le Gd reste préférable à liode chez un insuffisant rénal Injecter la dose minimum 14

15 ANGIOGRAPHIE Avantages Résolution spatiale Moyen dintervention (angioplasties) Inconvénients Irradiation PDCI Invasive (hémostase) Opacification intra-luminale Incidences multiples nécessaires 15

16 PRECAUTIONS Fonction rénale 1 l SSI / 24h (12h avant -> 12 h après) Metformine Risque allergique Risque radique Hémostase si angiographie 16

17 AOMI Classification I : abolition ou diminution dun pouls. II : claudication intermittente a : > 500 m b : < 500 m III : douleurs de décubitus IV : troubles trophiques Traitements médicallésions distales endovasculairelésions proximales chirurgical 17

18 AOMI Traitement médical Contrôle des facteurs de risque Anti-agrégants Traitement chirurgical Pontages Traitements endovasculaires angioplastie ± stent Sympatholyses 18

19

20

21

22

23 TSA Symptomatiques - Accidents vasculaires cérébraux AIT AVC constitués Asymptomatiques - Découverte systématique dune sténose de CI. Bilan vasculaire Pré-op. chir. cardiaque 23

24

25 a b c 1 - a c b CCA ECA ICA

26

27

28 Artères rénales HTA réno-vasculaire (récente, mal contrôlée) IRC (surtout si récemment aggravée) IEC (si insuffisance rénale) Sujet jeunes : Dysplasie Fibro Musculaire 28

29

30

31

32 ATH, n=391

33

34 Imagerie cardiaque Coronaropathies Insuffisance cardiaque Vavulopathies Myocardiopathies ischémiques Myocardiopathies non ischémiques Tumeurs cardiaques Bilan avant traitement des troubles du rythme 34

35 Imagerie cardiaque Coronarographie Test d effort Evaluation de la réserve myocardique Echographie de stress Scintigraphie myocardique Scanner Imagerie des coronaires IRM Viabilité myocardique Imagerie de flux (valvulopathies) Fonction cardiaque 35

36 Scanner coronaire

37 Scanner cardiaque

38

39

40

41

42

43

44

45

46

47

48 Veines pulmonaires

49 Bilan dune douleur thoracique Éliminer un infarctus du myocarde ECG Troponines Embolie pulmonaire FDR maladie thrombo-embolique Dissection aortique HTA FDR 49

50

51 CT W:597 L: cc XX 0.6 mm

52 CT W:350 L: mm

53 CT W:400 L: mm

54 CT W:1366 L: CC XX 0.6 mm

55

56 Diagnostic du type et extension 56 Diagnostic du type selon Stanford Type A Aorte ascendante Type B Aorte descendante Localiser la porte dentrée de la dissection Type A : Sinus de Valsalva (racine de laorte, types I et II de De Bakey) Type B : pied de lartère SCG (types III de De Bakey) Localisée la réentrée distale Porte de sortie Aorte ascendante et crosse (types II de De Bakey) Aorte sous rénale, iliaques, fémorales (types I et III de De Bakey). Réentrées intermédiaires (ostia arrachés: intercostales, rénale, mésentérique inférieure…)

57 Diagnostic du type et extension 57

58 Diagnostic du type et extension 58 DeBakey IIIIII

59

60

61 +APPLIED 2.5 mm

62

63 Bilan dune douleur abdominale Homme de 60 ans adressé / sos médecins lombalgie g depuis 15 jours, pas de facteur déclcht retrouvé, fluctuantes, avec ains et bzd ce soir aggravation nette des dlrs, sans facteur déclcht pas de sfu pas de d, ni de c, mais n sans v douleur intense responsable d'un malaise, sans pdc douleur irradiant dans le mig pas d'incontinence pas de notion de trauma très algique, pas de position antalgique pas de sfu ni hématurie a priori pas d'extério hémo dig selles juste avant la douleur intense Digestif? Urinaire? Vasculaire?

64 Bilan dune douleur abdominale patient ré-examiné,car nouvelle crise douloureuse défense en FIG découverte diabète,déséquilibré, sd inflammatoire,sd infectieux défense FIG appel DCV appel réa car re-baisse sa TA

65 CT W:400 L: mm AAA rompu

66 CT W:400 L: mm AAA rompu

67 CT W:400 L: mm AAA rompu

68 CT W:400 L: cc XX 0.5 mm AAA rompu

69 CT W:400 L: cc XX 0.5 mm AAA rompu

70 CT W:400 L: cc XX 0.5 mm AAA rompu

71 0.6 mm AAA rompu

72 Bilan dune douleur abdominale Il est donc pris en charge, en urgence, au bloc opératoire par le Docteur KERGOSIEN. Lintervention réalisée par voie médiane, consistera à effectuer une mise à plat greffe de lanévrisme avec rétablissement de la continuité par un tube aorto aortique. Les suites opératoires seront exceptionnellement simples chez ce patient. Il sort de réanimation à J4 où aucune défaillance périphérique na été observée. Il bénéficiera durant cette période dune transfusion de culots globulaires, de 3 PFC et dun pool plaquette en raison du choc hémorragie peropératoire. Dans notre service lévolution est simple, le patient reprend un transit dans les délais normaux. Il ny aura pas de complication ischémique au niveau des membres inférieurs, ni digestif. La diurèse est conservée, et la cicatrice est propre et non inflammatoire. Le bilan biologique avant sa sortie montre un taux dhémoglobine à 10,4 g/dl ; une fonction rénale normale (créatinine 83 µmol/l) ; un léger syndrome inflammatoire (CRP à 85 mg/l) et un bilan lipidique correct.

73 Ischémie de MIG sur artères saines. Heautot, Imagerie Médicale (Nord) - Hôpital Pontchaillou

74 ... (F), 87 Y Insuffisance cardiaque (RA et maladie mitrale), ACFA. Douleurs MIG depuis une semaine.

75 CT W:436 L: cc xx 1 mm

76 CT W:436 L: cc xx 1 mm

77 CT W:436 L: cc xx 1 mm

78 CT W:436 L: cc xx 1 mm

79 CT W:436 L: cc xx 1 mm

80 Embolies MIG (iliaque interne, fémorale profonde, poplitée, tibiale post). Absence de calcifications athéromateuses. Occlusion de territoires inhabituels (iliaque interne, fémorale profonde, poplitée ). Pas d'embolie viscérale ou dans le MID. A noter le reflux massif de PdC dans la VCI traduisant l'insuffisance cardiaque.

81 Aorte

82

83

84

85

86

87

88

89

90

91

92

93

94

95 Conclusion : que choisir Scanner Gros vaisseaux Aorte, iliaques, fémorales, TSA Problème des calcifications: distalité MI +++ Prévention du risque rénal La prévention est efficace

96 Conclusion : que choisir IRM Patients allergiques Insuffisants rénaux Plus répandus quon ne le pense… Intéressante pour les membres inférieurs « Luminogramme » Pas toujours plus informative que le doppler, mais cartographie pour le chirurgien.

97 Post test La résolution spatiale du scanner est supérieure à celle de lIRM Vrai Lallergie aux produits de contratse iodée est efficacement prévenue par une prémédication adéquate Faux

98 Post test Linsuffisance rénale est rarement un problème pour le scanner en pratique quotidienne Faux Un scanner de laorte est plus irradiant quun scanner crânien Faux

99 Post test Les produits de contraste utilisés en IRM ne provoquent jamais de réactions allergiques Vrai LIRM permet de bien voir les calcifications vasculaires Faux

100 Post test LIRM est plus sensible que le scanner pour détecter les lésions ischémiques cérébrales Vrai Le temps dacquisition en IRM est plus rapide quau scanner Faux

101 Post test Le Doppler est toujours lexamen de première intention en pathologie vasculaire Vrai Lartériographie reste lexamen de référence en pathologie vasculaire Vrai

102 Evidence based medicine

103 Merci de votre attention


Télécharger ppt "JF HEAUTOT, A LARRALDE, PA LENTZ, B LANGELLA IMAGERIE CARDIOVASCULAIRE RADIOLOGIE, CHU RENNES Choix des explorations en imagerie vasculaire."

Présentations similaires


Annonces Google