La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

REGARDS SUR L’AFRIQUE Programme de Cinquième. Académie de Créteil

Présentations similaires


Présentation au sujet: "REGARDS SUR L’AFRIQUE Programme de Cinquième. Académie de Créteil"— Transcription de la présentation:

1 REGARDS SUR L’AFRIQUE Programme de Cinquième. Académie de Créteil
Présenté par K. Boyer-Rossol Doctorante en Histoire de l’Afrique Université Paris VII Denis Diderot

2 l’empire du Ghana (VIIIe-XIIe siècle)
CONNAISSANCES : Une civilisation de l’Afrique subsaharienne (au choix) , ainsi que les grands courants d’échanges des marchandises, saisis dans leurs permanences (le sel et l’or du Soudan, les esclaves...) entre le VIIIe et le XVIe siècle. Les traites orientale, transsaharienne et interne à l’Afrique noire (avant le XVIe siècle): les routes commerciales, les acteurs et les victimes du trafic. DEMARCHES: L’étude articule le temps long de l’histoire africaine entre le VIIIe et le XVIe siècle et l’exemple , au choix, d’une civilisation de l’Afrique subsaharienne parmi les suivantes : L’étude de la naissance et du développement des traites négrières est conduite à partir de l’exemple au choix d’une route ou d’un trafic des esclaves vers l’Afrique du Nord ou l’Orient et débouche sur une carte des courants de la traite des noirs avant le XVIe s. - l’empire du Ghana (VIIIe-XIIe siècle) l’empire du Mali (XIIIe-XIVe siècle l’empire Songhaï (XIIe-XVIe siècle) le Monomotapa (XVe-XVIe siècle) l’empire du Ghana (VIIIe-XIIe siècle) l’empire du Mali (XIIIe-XIVe siècle) l’empire Songhaï (XIIe-XVIe siècle) le Monomotapa (XVe-XVIe siècle) Insister sur le fait que c’est UNE ÉTUDE AU CHOIX !!!

3 Connaître et utiliser les repères suivants
CAPACITES: Connaître et utiliser les repères suivants La période et la situation de la civilisation de l’Afrique subsaharienne choisie par le professeur. La conquête et l’expansion arabo-musulmane en Afrique du Nord et en Afrique orientale. Carte de l’Afrique et de ses échanges entre le VIIIe et le XVIe siècle. Décrire quelques aspects d’une civilisation de l’Afrique subsaharienne et de sa production artistique. de la traite orientale ou de la traite transsaharienne . Dire que les CAPACITÉS ATTENDUES CORRESPONDENT BIEN aux démarches et aux connaissances SAUF POUR CE QUI EST ÉCRIT EN ITALIQUE. en ce qui concerne la conquête et l’expansion arabo-musulmane en Afrique du Nord et en Afrique orientale qui correspond davantage au chapitre sur les débuts de l’Islam sauf si on choisit d’étudier le Monomotapa à l’est de l’Afrique.

4 INTRODUCTION A L’HISTOIRE DE L’AFRIQUE NOIRE ANCIENNE
(VIIe-XVIe siècles). Périodisation : « Histoire médiévale », « Histoire précoloniale », quelles dénominations pour l’Histoire de l’Afrique du VIIe au XVIe siècle? → Attention à ne pas apposer à l’Histoire de l’Afrique un découpage propre à l’Histoire de l’Occident ou une périodisation « européocentrée ». Privilégier des termes plus neutres tel que « Histoire ancienne ». → bornes chronologiques, du VIIIe siècle, avec l’arrivée des Arabes au Nord et à l’Est de l’Afrique et l’expansion rapide de l’influence arabo musulmane dans ces régions, au XVIe siècle, avec l’arrivée des Européens sur les côtes africaines et le début de la traite atlantique → La traite orientale dite « traite arabe »: 1000 ans de trafic (IXe-XIXe siècle). Aborder l’étude du temps long à travers l’Histoire des Grandes civilisations d’Afrique sub-saharienne et des Traites négrières avant le XVIe siècle. → Frise et Carte des Anciens Grands Royaumes d’Afrique sub-saharienne abordés dans le programme  L’EXPRESSION « REGARDS SUR L’AFRIQUE » : Les regards sur l’Afrique sont le + souvent des regards extérieurs à l’Afrique noire, à notre objet d’étude: - des regards de voyageurs arabes, voyageurs qui ont laissé des écrits traduits tardivement (XIXè s) - des regards européens, européens qui ont confectionné des portulans à partir de récits ou des stéréotypes et qui à partir du XVè laissent des écrits. L’expression empêche aussi l’exhaustivité, rendue difficile compte tenu des sources...  LES SOURCES : peu nombreuses (on peut parler d’extrême pénurie!) + indirectes + de nature différente et difficile à croiser : quelques écrits, des portulans, des traditions orales (récits formalisés détenus par des spécialistes) et des vestiges archéologiques (archéologie devrait accroître rapidement nos connaissances mais elle est hélas entravée par des difficultés financières)  LES CONNAISSANCES sur les civilisations à étudier : très imparfaites et très parsemées (pas d’approche synthétique) ;  toute l’histoire sociale est à faire ! Impossible de faire un résumé de l’histoire des sociétés africaines médiévales avant le XVIème siècle tant – la chronologie est mal fixée - tant les espaces sont incertains - tant les lacunes documentaires sont +++. Il ne faut pas généraliser : les situations sont très différentes d’une région à une autre ! L’Afrique « ancienne » est une discipline jeune (1ère chaire à la Sorbonne en 1960). Elle a connu un vrai dynamisme dans les années 60,70 et 80, au moment des indépendances: volonté de créer une histoire nationale. L’enthousiasme est ensuite retombé et aujourd’hui on constate un relatif désintérêt, désengagement pour la discipline au profit de l’histoire contemporaine. L’INTÉRÊT D’ENSEIGNER l’histoire des sociétés africaines médiévales: au-delà de la curiosité intellectuelle 3 raisons : 1)comprendre comment l’histoire se fabrique, comment elle interroge ses traces.2) transmettre des éléments historiques à des élèves d’origine africaine de plus en plus nbeux ds nos classes et qui ignorent leur histoire. 3)Occasion de remettre en cause un certain nombre de préjugés, de clichés présentant une Afrique sans histoire

5 Frise : Tirée du manuel d’histoire-géographie, Hachette, 2010.
Aborder l’étude du temps long Frise : Tirée du manuel d’histoire-géographie, Hachette, 2010.

6 Empire du Ghana VIIIe-XIIe siècle Empire du Mali XIIIe-XIVe siècle
Mer Méditerranée Algérie Libye Egypte Mauritanie Mali Niger Empire du Mali XIIIe-XIVe siècle Sénégal Ethiopie Empire Songhaï XIIe-XVIe siècle Océan indien Océan Atlantique Mozambique AFRIQUE OCCIDENTALE : LES 3 EMPIRES SE CHEVAUCHENT DANS L’ESPACE. L’empire du Ghana s’étendait principalement au sud de la Mauritanie et du Sénégal actuels. L’empire du Mali s’étendait de l’Atlantique à la boucle du Niger L’empire du Songhai s’étendait de l’Atlantique à l’ouest du Niger AFRIQUE AUSTRALE : Le Monomotapa : se situait dans la vallée du Zambèze au Sud des grands lacs. Il doit sa notoriété à sa richesse EN OR, CUIVRE ET IVOIRE. Zimbabwe Empire du Monomotapa XVe-XVIe siècle Mali: nom de pays contemporain

7 Des grandes aires de civilisations africaines (IIIe millénaire avec J
Des grandes aires de civilisations africaines (IIIe millénaire avec J.C.- fin du XIXe siècle) AFRIQUE OCCIDENTALE : LES 3 EMPIRES SE CHEVAUCHENT DANS L’ESPACE. L’empire du Ghana s’étendait principalement au sud de la Mauritanie et du Sénégal actuels. L’empire du Mali s’étendait de l’Atlantique à la boucle du Niger L’empire du Songhai s’étendait de l’Atlantique à l’ouest du Niger AFRIQUE AUSTRALE : Le Monomotapa : se situait dans la vallée du Zambèze au Sud des grands lacs. Il doit sa notoriété à sa richesse EN OR, CUIVRE ET IVOIRE. Source: exploringafrica.matrix.msu.edu/.../activity3.php

8 L’Afrique: un continent ouvert
Regards sur l’Afrique Déconstruire les clichés trop longtemps associés à l’Afrique. L’Afrique: un continent ouvert Le Sahara n’est pas une frontière L’Océan Indien: une « Méditerranée » → Des échanges économiques mais aussi culturels Les traites orientales dans les grands courants d’échanges

9 L’empire du Mali s’étendait de l’Atlantique à la boucle du Niger
Empire du Ghana VIIIe-XIIe siècle Mer Méditerranée Maroc Algérie Libye Egypte Arabie Saoudite Empire du Mali XIIIe-XIVe siècle Mauritanie Mali Niger Yemen Sénégal Empire Songhaï XIIe-XVIe siècle Ethiopie Empire du Monomotapa XVe-XVIe siècle RDC Océan indien Océan Atlantique Mozambique AFRIQUE OCCIDENTALE : LES 3 EMPIRES SE CHEVAUCHENT DANS L’ESPACE. L’empire du Ghana s’étendait principalement au sud de la Mauritanie et du Sénégal actuels. L’empire du Mali s’étendait de l’Atlantique à la boucle du Niger L’empire du Songhai s’étendait de l’Atlantique à l’ouest du Niger AFRIQUE AUSTRALE : Le Monomotapa : se situait dans la vallée du Zambèze au Sud des grands lacs. Il doit sa notoriété à sa richesse EN OR, CUIVRE ET IVOIRE. Zimbabwe les grands courants d’échange Mali: nom de pays contemporain

10 Les grands courants d’échanges vers la Méditerranée: le Sahara n’est pas une frontière

11

12 La traite des Africains vers le monde arabo-musulman et l’Asie orientale
E. M’Bokolo, 1995, p.166.

13 L’AFRIQUE A UNE HISTOIRE
De la « non-histoire » à la réhabilitation historique. La réécriture africaine de l’Histoire de l’Afrique Sources écrites Sources orales Sources archéologiques

14 Ancien manuscrit de Tombouctou

15 SOURCES Sources arabes:
Cuoq M.Joseph, Recueil des sources arabes concernant l'Afrique occidentale du VIIIe au XVIe siècle, CNRS édition, 1975 Ibn Battûta,  Voyages, Tome III, Editions La découverte poche n° 21 , 1997 Sources portugaises: João de Barros, Décadas da Àsia, Livro X, Cap.I, Lisbonne, 1552 João dos Santos, Ethiopia Oriental, Evora, 1609. Sources orales: Epopée de Soundjata Keïta Autres sources: -Productions artistiques (architecture, poterie, sculpture…) SITE DE LA BNF nous a été très utile : pour le document référence de notre proposition pédagogique (atlas catalan) IBN BATTUTA, incontournable aussi (Les récits de voyages sont au programme de Lettres de 5ème !) L’ÉPOPÉE DE SOUNDIATA:  L’ouvrage de Kesteloot est le roman conseillé  par le ministère de l’Education nationale. Elle est spécialiste de la littérature d’Afrique noire, elle enseigne la littérature africaine à la Sorbonne. Son ouvrage est accessible et facilement exploitable par les élèves.  Konaté est un ouvrage plus illustré.

16 Source: http://fr. academic

17 Vue aérienne des ruines de « Grand Zimbabwe », 1983, copyright, Georg Gerster/Rapho/Eyedea.

18 Source: Manuel d’Histoire-géographie, classe de cinquième, Hachette, 2010

19

20 Ressources disponibles pour les professeurs
• Collection de documents: - Boilley, P. et J.-P. Chrétien, Histoire ancienne de l’Afrique, de la conquête arabe aux navigations portugaises, La Documentation Française, coll. La Documentation Photographique, 2010. -Dorigny, M., Gainot, B., Atlas des esclavages. Traites, sociétés coloniales, abolitions de l’Antiquité à nos jours, Editions Autrement, 2006. • Films Documentaires: - Documentaire « Il était une fois les royaumes d’afrique », 4 épisodes, Allemagne, 2009. - Viktine Antoine, Les esclaves oubliés, Documentaire, ARTE France, France, 2008, 45’. • Site internet: -www.histoire-afrique.org (cartes) -www. gallica.fr (récits de voyageurs)

21 • Indications bibliographiques: Ki zerbo, J
• Indications bibliographiques: Ki zerbo, J., Histoire de l’Afrique noire. D’Hier à demain, Paris, Hatier, 1er édition, 1972, 702 p. M’Bokolo, E., Afrique noire, histoire et civilisations. Tome 1 : jusqu’au XVIIIe siècle, Paris, Hatier, 1995, 405 p. (rééd. 2008). Petre-Grenouilleau, O., Les traites négrières, essai d’une histoire globale, Paris, Gallimard, UNESCO, Histoire générale de l’Afrique - tome 3 (VIIe – XIe siècle), Paris, 1990 (éd. abrégée 1997). - tome 4 (XIIe – XVIe siècle), Paris, 1985 (éd. abrégée 1991).

22 Introduction aux empires soudano-sahéliens
Situation des empires d’Afrique de l’Ouest Empire du Ghana (VIIIe-XIIe siècle) Empire du Mali (XIIIe-XIVe siècle) Empire Songhaï (XIIe-XVIe siècle)

23 E. M’Bokolo, 1995, p.101 → On assiste à une succession des hégémonies dans le Soudan occidental, avec l’édification de nouveaux empires sur des entités étatiques antérieures, affirmant leur autorité sur les royaumes tributaires tout en étendant de plus en plus leur zone d’influence.

24

25 Les sources arabes sur le « Bilad es-Sudan » ou le « Pays des Noirs ».
La richesse de Ghana, le « pays de l’or » « La demeure du roi se compose d’un château et de plusieurs huttes à toit arrondi, le tout environné d’une clôture (...) Quand il donne audience au peuple afin d’écouter ses griefs et d’y remédier, il s’assied dans un pavillon autour duquel sont rangés dix chevaux couverts de caparaçons en étoffes d’or ; (...) à sa droite sont les fils des princes de son empire, vêtus d’habits magnifiques et ayant les cheveux tressés et entremêlés avec de l’or (...) Tenkamenin est maître d’un vaste empire et d’une puissance qui le rend formidable ». Al Bakri, Description de l’Afrique septentrionale, 1068 Le Mali « Le Melli s’étend le long d’une branche du Niger sur une distance de peut-être 300 milles. Il confine au royaume précédent vers le Nord et au désert avec des monts arides vers le Sud. Il a pour limite à l’Ouest des forêts sauvages qui vont jusqu’à l’Océan et vers l’Est, il confine au territoire de Gao ». Léon l’Africain, Description de l’Afrique tierce partie du monde, 1526. L’Empire Songhaï  ou « Empire de Gao » Les chroniques (tarikh) du XVIe et XVIIe s., Tarikh al-Soudan et Tarikh al-Fattach, retracent l'histoire de l'empire du Songhay.

26 De véritables empires Aborder l’Histoire des anciens grands empires soudanao-sahéliens, à travers différents types de documents Exemple du Mali Traditions orales: Les griots rapportent encore aujourd’hui comment Soundjata Keita (vers 1230), vainquit le roi du Sosso, unifia le royaumes de la région et fonda l’empire du Mali, prenant le titre de Mansa « roi des rois ». Sources écrites arabes: Ibn-Khaldûn (XIVe s.) → Ibn Khaldûn ( ): « Les gens du Mali (…..) s’emparèrent du royaume de Ghâna jusqu’à l’Océan. (…) L’Empire du Mali s’étendait de l’Atlantique et le Ghâna à l’Ouest jusqu’au pays des Takrûr à l’Est ». In Cuoq, 1975, p. 343.

27 Source cartographique
Portulan du XIVe siècle représentant le célèbre roi du Mali Mansa Musa, qui fit le pèlerinage à la Mecque en

28 Des échanges culturels
• Les Empires soudano-sahéliens du Mali et du Songhaï : Des empires musulmans. • Développement des villes (centres culturels et religieux, palais, universités…). Mosquée de Tombouctou construite en 1328 en banco (terre crue). • La grande mosquée de Djenné, inscrite depuis 1998 à la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, est le plus grand édifice du monde en terre crue adobe. Source iconographique

29 Développement des royaumes d’Afrique sub-saharienne et du commerce transsaharien du VIIe au XVIe siècle. • Les routes caravanières: les différents axes d’échanges à travers le Sahara. • Les produits échangés: le sel, l’or et les esclaves. • La traite transsaharienne

30 Les grands axes à travers le Sahara et les produits échangés

31 La traite transsaharienne
→ Une traite qui apparait dès le début de la période et qui se développe tout au long de celle-ci. → Les chiffres restent aléatoires mais on avance quelque d’esclaves africains déportés tout au long de la période par la seule traite transsaharienne → Souligner que le commerce des esclaves se faisaient dans les deux sens. Présence dans les cours royales africaines d’esclaves importés du bassin méditerranéen. → Persistance et progression de l’esclavage interne. Le Tarikh el-Fettach mentionne l’existence dans l’Empire Songhaï de grandes plantations esclavagistes.

32 La traite orientale: des Routes de l’Esclave
Les grandes voies de la traite orientale: Océan Indien, Moyen-orient, Inde.

33 Source: Marcel Dorigny et Bernard Gainot, « Atlas des Esclavages », autrement, 2006.

34 Les sources arabes Au IXe siècle, la révolte des zendj en Mésopotamie.
Au XIe siècle, Nasîr-i Khusran parle de esclaves zendj et abyssins en Arabie orientale. Al-Bîrunî évoque l’exportation d’esclave de l’Afrique de l’Est vers le Sind et d’autres régions de l’Inde.

35 Les acteurs du trafic: marchands arabes, arabo-swahili, berbères et noirs.
Les victimes: les « kafir ».

36 Miniature du XIIIe siècle, BNF, Paris.

37 Les multiples conditions serviles: les esclaves étaient destinés à travailler dans des grandes plantations agricoles, des exploitation minières, à servir comme domestiques, eunuques, soldats ou encore concubines. Différentes fonctions, un seul état L’esclavage était pratiqué en Afrique noire depuis l’Antiquité, à partir du VIIIe siècle , avec l’expansion du monde arabo-musulman et le besoin accru en main-d’œuvre, « la traite arabe » se développe jusqu’au XVIe siècle, faisant des millions de victimes.

38 Un trafic à échelle inhumaine
7 à 14 millions d’Africains déportés par la traite orientale (VIIIe –XIXe s.) Sur seulement quatre siècles, entre 12 et 15 millions d’Africains déportés par la seule traite atlantique (XVIe-XIXe s.)

39 O. Pétré-Grenouilleau, « La traite oubliée des négriers musulmans » in « La vérité sur l’esclavage », L’Histoire, numéro spécial, 2003, p. 50.

40 CONCLUSION Le développement de la traite négrière n’a pu se réaliser que par le maintien de la souveraineté des royaumes d’Afrique sub-saharienne. Du VIIe au XVIe siècle, l’Afrique sub-saharienne était incorporée au système-monde de l’époque, participant pleinement aux échanges, que ceux-ci aient renforcé le développement de grands empires ou porter une blessure profonde au continent à travers la traite négrière. A la fin du XVe-début XVIe siècle, l’arrivée des Portugais sur les côtes d’Afrique orientale et occidentale annonce un bouleversement dans les réseaux d’échanges internationaux. C’est la naissance du monde atlantique et le début de la traite atlantique. La reconnaissance de la traite négrière comme un crime contre l’humanité, héritage d’un passé douloureux commun aux acteurs et aux victimes, la ré affirmation du caractère proprement africain de ces anciennes grandes civilisations, rappellent l’entrée multiséculaire de « L’Homme Africain » dans l’Histoire, et la remise en cause, au XXI e siècle, de cette évidence historique, manifeste l’urgence et l’importance de son enseignement.


Télécharger ppt "REGARDS SUR L’AFRIQUE Programme de Cinquième. Académie de Créteil"

Présentations similaires


Annonces Google