La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Influence de la variabilité climatique ( précipitations ) sur le taux de sédimentation dans certains barrages Algériens Présentée par Mr MEDJBER A. Maître.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Influence de la variabilité climatique ( précipitations ) sur le taux de sédimentation dans certains barrages Algériens Présentée par Mr MEDJBER A. Maître."— Transcription de la présentation:

1 Influence de la variabilité climatique ( précipitations ) sur le taux de sédimentation dans certains barrages Algériens Présentée par Mr MEDJBER A. Maître de Conf. (A) Université de Saida

2 S O M M A I R E S O M M A I R E 1. Introduction 1. Introduction 2. Situation géographique des barrages étudiés 2. Situation géographique des barrages étudiés 3. Variation du volume moyen de la sédimentation 3. Variation du volume moyen de la sédimentation dans les barrages étudiés dans les barrages étudiés 4. Relation entre la moyenne interannuelle des 4. Relation entre la moyenne interannuelle des précipitations et le taux de sédimentation précipitations et le taux de sédimentation 5. Conclusion 5. Conclusion

3 Introduction Le processus de lenvasement dans les barrages constitue un problème qui influe sur la gestion de leau emmagasinée dans le barrage du fait quil diminue le volume deau utile du barrage. Ce problème de sédimentation est lié au phénomène de lérosion hydrique dans le bassin versant qui lui-même est conditionné par certains paramètres tels que la nature des sols, la couverture végétale,la pente des versants, la quantité des précipitations et leurs intensités. etc.. Lérosion dans les bassins versants est généralement importante et les quantités transportées sont extrêmement variables. On définit limportance de ce phénomène par le taux annuel de lérosion par exemple en T/Km2/An. Ce paramètre peut varier de quelques dizaines à plusieurs milliers.[1]. En Algérie les concentrations moyennes de sédiments transportées par leau des oueds varient de 50 à 150 g/l et les valeurs maximales peuvent atteindre 600g/l et plus. Létude de Lérosion spécifique effectuée sur 30 bassins versants Algériens donne des valeurs variant de 30 à 3350 T/Km2/An. [2].

4 Situation géographique des barrages étudiés Les barrages sur lesquels a portée létude de la sédimentation sont situés au nord-ouest et au centre-nord de lAlgérie, ils appartiennent a différents bassins versants hydrologiques (fig.1). Les barrages de Beni-Bahdel et Meffrouch sont situés dans la région de Tlemcen et sont inclus dans le bassin versant de loued Tafna. Les barrages de Bouhanifia et Sarno sont situés dans la région de Mascara et Sidi-Bel-Abbes et font partie du bassin versant de la Macta. Les barrages de Bakhadda, Fodda, Ghrib et Boughezoul sont situés dans le bassin versant de loued Chéliff (fig.1).

5 Fig. 1 Localisation géographique des barrages étudiés. 1 Barrage de Boughezoul 3 Barrage Fodda 6 Barrage de Bouhanifia 2 Barrage de Ghrib 4 Barrage de Bakhadda 7 Barrage de Beni-Bahdel 5 Barrage Sarno 8 Barrage Meffrouch

6 Variation du volume moyen de la sédimentation dans les barrages étudiés Dans cette étude nous avons sélectionné huit barrages contrôlant des bassins versants de différentes surfaces. Les mesures du taux de sédimentation dans les barrages sont obtenues à partir de mesures bathymétriques effectuées par lagence nationale des barrages ( A.N.B) au cours de certaines périodes, ces périodes varient dun barrage à un autre. Lanalyse de la sédimentation moyenne annuelle (en Hm3) montre que le taux le plus faible est observé dans les barrages de Sarno, Beni-Bahdel et Meffrouch (Tableau 1). Le taux le plus élevé est observé dans les barrages de Ghrib et Fodda. On constate que la moyenne de lenvasement sur les périodes étudiées a diminuée dune façon générale durant les périodes récentes dobservation part rapport aux anciennes périodes dobservation ( voir Tableau 1 ). Pour le barrage de Fodda le taux moyen annuel de sédimentation au cours des différentes périodes varie de 1.01 à 2.55 Hm3. Pour le barrage de Ghrib le taux moyen annuel varie de 1.11 à 3.48 Hm3. Concernant le barrage de Beni-Bahdel le taux de sédimentation moyen annuel varie de à 0.15 Hm3.

7 Tableau 1 Caractéristiques des barrages étudiés N° Nom du Barrage Surface du Bassin Versant En Km 2 Envasement en Hm 3 Période de calcul Période de calcul NombreDannéesEnvasementMoyen en Hm 3 /an Moyenne Inter – Moyenne Inter – Annuelle des Annuelle des Précipitations sur Précipitations sur la Période en mm la Période en mm 1BOUGHEZOUL GHRIB FODDA BAKHADDA SARNO BOUHANIFIA BENI-BAHDEL MEFFROUCH

8 Relation entre la moyenne interannuelle des précipitations et le taux de sédimentation Au cours du dernier siècle le climat algérien sest distingué par des alternances de périodes sèches et de périodes pluvieuses,ces variations de la pluviosité peuvent avoir une influence sur le taux dérosion hydrique dans le bassin versant. Les dernières décennies ont étés particulièrement sèches. Dans le Tableau 1 nous présentons les valeurs de lenvasement en hm3 dans les différents barrages pour certaines périodes, par la suite nous avons évalués le taux moyen de lenvasement pour chaque période. Nous avons ensuite calculé le module pluviométrique interannuel correspondant à ces périodes. Létude des modules moyens interannuels de précipitations fait apparaître que ce module à diminué au cours des périodes récentes dune façon généralisé pour lensemble des stations pluviométriques étudiées, stations se trouvant à coté des barrages étudiés. Si on prend la région de Beni-Bahdel ( région de Tlemcen) le module passe de 545 mm durant la période de 1944 à 1974 à 402 mm pour la période de

9 Pour la région de Ghrib le module pluviométrique qui était de 555 mm entre 1939 et 1964 passe à 461 mm entre 1975 et 1986 ( Tableau 1). Cette variation climatique ( précipitations ) est confirmée par létude de Meddi & Meddi (2007) qui montre une diminution des précipitations dans le nord-ouest de lAlgérie au cours des dernières décennies. Dautre part nous avons calculé pour chaque barrage le taux moyen interannuel de sédimentation pour les périodes dobservation correspondantes. Lanalyse des valeurs de sédimentation montre que ce taux diminue au fur et à mesure de lévolution dans le temps c'est-à-dire vers les périodes récentes. Afin de mieux appréhender la variation de la sédimentation et sa liaison avec les précipitations, nous avons tracé des graphes ( Fig. 2 ) mettant en liaison le taux moyen de sédimentation en fonction de la pluviométrie moyenne pour des périodes correspondantes. Il ressort de lanalyse des graphes de la Figure 2 lexistence dune certaine liaison entre les deux paramètres, en effet on constate que le taux de sédimentation augmente en fonction de laugmentation de la pluviométrie.

10 Figure 2. Relation entre le taux denvasement moyen et la moyenne interannuelle des précipitations dans les barrages

11 Fig. 2 Relation entre le taux denvasement moyen et la moyenne interannuelle des précipitations dans les barrages

12 Il va sen dire que la rareté des mesures bathymétriques ne nous permet pas dapprofondir la question, mais dégage quand même une tendance montrant la variabilité du taux de lérosion dans le bassin versant donc du transport solide et son dépôt dans les cuvettes des barrages en fonction du taux moyen de précipitations et ceci est constaté dans les huit barrages étudiés. Cette étude montre limportance quexerce le facteur climatique sur le taux dérosion hydrique dans la région détude, érosion hydrique quantifiable en partie sous forme de dépôts de sédiments dans les barrages. La tendance du taux de lenvasement au cours de ces dernières décennies va à la diminution, elle suit la tendance à la diminution des précipitations. Si lon prend lexemple du barrage de Ghrib on constate que le taux moyen denvasement qui était de 3.48 Hm3 durant la période de 1939 à 1964 est passé à 1.11 Hm3 pour la période de , le taux moyen des précipitations quant à lui est passé de 555 à 461 mm durant ces périodes.

13 CONCLUSION CONCLUSION Lérosion hydrique reste un problème majeur en Algérie septentrionale, la compréhension de ce phénomène, les facteurs déterminants ainsi que leurs variations permettra de mieux appréhender les mesures de lutte contre ce phénomène qui détruit la couche superficielle des sols et réduit le volume utile des barrages. A travers cette étude nous avons réussi à montrer la liaison étroite qui existe entre le facteur précipitation et le phénomène de la sédimentation dans les barrages étudiés. De plus cette étude a montré la tendance à la diminution de ce phénomène ces dernières décennies suivant ainsi la tendance à la diminution de la moyenne des précipitations dans la région. Ces variations sont donc la conséquence du changement climatique qui affecte plusieurs régions du globe. Lapprofondissement de cette étude pourrait être poursuivie à la faveur de lacquisition de nouvelles données récentes relatives aux taux denvasement dans les barrages étudiés et dans dautres régions du pays.

14 Références Berthier, A.(1973) Quelques problèmes posés par la création de barrages sur une rivière transportant des débits solides. X congrès international des grands barrages, Montréal, 1970, Mekerta, B.& Tisot, J.P.(1993) Etude de la sédimentation dans les retenues des barrages. I Congrès national des grands barrages,Alger. Meddi, H. & Meddi, M. (2007) Variabilité spatiale et temporelle des précipitations du nord-ouest de lAlgérie. Géographia Technica, no.2, Remini,B., Leduc, C. & Hallouche,W. (2009) Evolution des grands barrages en régions arides : quelques exemples algériens. Sécheresse 20 (1), Rognon, P. (1996) Sécheresse et aridité leurs impact sur la désertification au Maghreb. Sécheresse 7 (4), Servat, E. & Mahé G.( 2009) Eaux et zones arides: enjeux et complexité. Sécheresse 20 (1), 7 8. Taleb, A. (1987) Conception dun barrage en vue de réduire lenvasement de la retenue.Thèse de Doctorat, Université de Liège, Touaibia, B., Aidaoui, A., Gomer, D. & Achite,M.(2001) Quantification et variabilité temporelles de l'écoulement solide en zone semi-aride de l'Algérie du Nord Journal des Sciences hydrologiques, 46 (1) Tribak,A., El Garouani, A. & Abahrour, M. (2009) Evaluation quantitative de lérosion hydrique sur les terrains marneux du Pré-Rif oriental (Maroc) : cas du sous-bassin de loued Tlata. Sécheresse 20 (4),


Télécharger ppt "Influence de la variabilité climatique ( précipitations ) sur le taux de sédimentation dans certains barrages Algériens Présentée par Mr MEDJBER A. Maître."

Présentations similaires


Annonces Google