La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Quels référentiels pour une EPP adaptée à la Psychiatrie ? Marie-Christine Hardy-Baylé

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Quels référentiels pour une EPP adaptée à la Psychiatrie ? Marie-Christine Hardy-Baylé"— Transcription de la présentation:

1 Quels référentiels pour une EPP adaptée à la Psychiatrie ? Marie-Christine Hardy-Baylé

2 LEPP Lévaluation de la qualité des pratiques consiste à comparer, sur des critères pré -déterminés, une pratique réelle à une pratique de référence considérée comme optimale ANAES

3 EPP et référentiels Il ny a pas dEPP sans « comparaison » à une «norme » : Les référentiels actuels ne peuvent pas constituer une norme acceptable LEPP ne peut se réduire à la traditionnelle concertation pluri- professionnelle Le choix se situe entre : ladoption de normes peu contraignantes pour une EPP sans pouvoir réel damélioration ou lappropriation par la discipline dune démarche de qualité seule susceptible délaborer un savoir sur les pratiques utiles à leur amélioration Cette démarche de qualité nous inscrit dans une « épistémologie du soin »

4 Cette démarche nous impose de valider techniquement nos pratiques La démarche de qualité (recherche en qualité) ne procède pas de la méthode de la recherche appliquée « la clinique nest pas une science et ne sera jamais une science, alors même quelle usera de moyens à efficacité toujours plus scientifiquement garantie. La clinique ne se sépare pas de la thérapeutique et la thérapeutique est une technique dinstauration ou de restauration du normal dont la fin échappe à la juridiction du savoir objectif »

5 Comment répondre aux exigences de lEPP tout en élaborant les recommandations utiles à une amélioration des pratiques réelles ?

6 Lélaboration de référentiels relève des professionnels : quel contenu pour une référence utile ? Une référence utile formalise le degré de consensus de la discipline en matière de pratiques de soins sur une question de pratique quotidienne Ce consensus repose sur une validation du caractère prédictible des propositions pour une restauration de la «normalité » de la personne Ce consensus sappuie sur une connaissance de lensemble des leviers thérapeutiques, de leur intérêt et de leurs limites Que faire devant un déprimé partiellement amélioré par le traitement AD ? Que choisir dun psychotrope, dune TCC, dune psychanalyse ou dune thérapie systémique ?... (une mise en forme technique « à lusage du praticien ») Quand hospitaliser ? Doit on assurer soi-même la prise en charge ou adresser le patient à un professionnel plus compétent dans lune ou lautre des techniques

7 Nous avons les référentiels que nous méritons ! Nous navons pas de référentiels adaptés parce que nous navons jamais répondu à ces questions Lenjeu est de répondre à ces questions ce que notre éthique de praticien nous impose

8 Le projet Prat Psy : dispositif national agréé par la HAS Objectifs : 1. Fédérer les données obtenues dans un cadre méthodologique précis (reposant sur deux principes : concertation pluri- professionnelle et suivi du patient) pour lélaboration de recommandations validées par les professionnels de terrain 2. Permettre aux professionnels de participer à cette formalisation des pratiques en tenant compte des contraintes de leur exercice et de remplir les exigences de FMC et de certification

9 Les échanges dinformations / le partage de données cliniques Conseil scientifique (experts / représentants des Adhérents / GCPP Les groupes de concertation pluri-professionnelle locaux (données de la littérature / réfentiels existants Recueil des données / dossiers présentés) Action Ponctuelle : Une « recherche en qualité » Choix dun thème Élaboration dune référence utile « évolutive » Action Continue : CPP autour de cas rapportés de patients / suivi Formalisation de la démarche Clinique : le dossier – patient Relevé des « écarts à la norme » Validation des Références utiles Données utiles

10 Adhésions et modalités de travail Conseil scientifique Une charte de ladhérent Les groupes de Concertation pluri-professionnelle locaux Constitués en Associations Le professionnel / équipe de soins isolé Une association locale Convention Partenariale : Groupe de CPP Prat Psy

11 Des réserves des professionnels ? La réserve à légard de toute « réduction » / la crainte du « tout scientiste » : nous réduisons notre clinique plus que nous ne pensons le faire / une logique indicielle Labsence de goût pour une telle mise en forme du savoir en psychiatrie La difficulté daccepter de rendre publique ses pratiques La question de la confidentialité La difficulté de la concertation pluri-disciplinaire

12 Labsence de goût pour une telle mise en forme du savoir en psychiatrie « face à des professionnels de la formalisation, le « psy » cède, de façon un peu subtile, à une facilité : fuir la responsabilité quil a, en tant que « psy », quant au choix du modèle quil emploie et sen remettre, en la matière, à la décision dun autre, le mathématicien, le formalisateur. Le développement dun corps autonome de « constructeurs de modèles » ne pourrait que linciter plus fortement encore à adopter cette attitude » (M.Reuchlin, 1969)

13 La difficulté daccepter de rendre publique ses pratiques La question de la confidentialité Guillaume Surena, psychanalyste, écrit « les exigences déontologiques obligent de préserver la vie privée des patients de la curiosité malsaine dauteurs comme ceux du livre noir de la psychanalyse. Freud ne parle de ses analysés quen utilisant uniquement ce qui est nécessaire à sa démonstration du moment. » La difficulté de la concertation pluri-disciplinaire « lissue (de cette concertation pluri-professionnelle) consiste sans doute, comme en recherche médicale, à toujours considérer quil est possible que les faits sexpliquent par une théorie différente de celle à laquelle on tient. Le problème réside ici dans lattitude du chercheur (praticien) qui doit être capable de résister au puissant sentiment dévidence que lui procure lapparition de faits compatibles avec la théorie à laquelle il adhère du plus profond de lui même » (Reuchlin, 1969).


Télécharger ppt "Quels référentiels pour une EPP adaptée à la Psychiatrie ? Marie-Christine Hardy-Baylé"

Présentations similaires


Annonces Google