La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Nom de la présentation Date Recommandations canadiennes pour les pratiques optimales de soins de l'AVC Recommandation 4 : Prise en charge de lAVC en phase.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Nom de la présentation Date Recommandations canadiennes pour les pratiques optimales de soins de l'AVC Recommandation 4 : Prise en charge de lAVC en phase."— Transcription de la présentation:

1 Nom de la présentation Date Recommandations canadiennes pour les pratiques optimales de soins de l'AVC Recommandation 4 : Prise en charge de lAVC en phase aiguë chez le patient hospitalisé (mise à jour en 2008)

2 4.0 Prise en charge de lAVC en phase aiguë chez le patient hospitalisé 4.1 Soins en unité dAVC 4.2 Éléments des soins actifs chez le patient hospitalisé

3 4.1 Soins en unité dAVC * Il faudrait soigner les patients hospitalisés pour un AVC aigu ou pour une ICT dans une unité interdisciplinaire dAVC. Une unité dAVC est une unité spécialisée, spatialement distincte dans un hôpital, et consacrée à la prise en charge des patients ayant subi un AVC. Léquipe interdisciplinaire de base devrait comprendre du personnel de niveaux appropriés de compétences dans les domaines suivants : médecine, soins infirmiers, ergothérapie, physiothérapie, orthophonie, travail social et nutrition clinique. Parmi les disciplines additionnelles : la pharmacie, la neuropsychologie et la thérapie par les loisirs.

4 4.1 Soins en unité dAVC Langhorne et al., 2002, ont défini différents éléments des soins en unités d'AVC, y compris : Évaluations : l'examen médical et les tests de diagnostic; l'évaluation précoce des besoins en matière de réadaptation; les politiques de gestion précoce : la mobilisation accélérée, la prévention des complications, le traitement de l'hypoxie, de l'hyperglycémie, de la fièvre et de lhydratation; les politiques de réadaptation continue : le travail en équipe interdisciplinaire coordonné, l'évaluation précoce des besoins après le congé de l'hôpital.

5 4.1 Soins en unité dAVC Léquipe interdisciplinaire devrait évaluer les patients dans les 48 heures qui suivent leur admission et préparer un plan de prise en charge. Les cliniciens devraient utiliser des outils normalisés et valides pour mesurer les incapacités liées à lAVC et létat fonctionnel du patient. Tout enfant admis à lhôpital en raison dun AVC devrait être traité dans un centre compétent en soins de lAVC chez lenfant et pris en charge selon les protocoles normalisés relatifs à lAVC chez lenfant.

6 National Institute of Health Stroke Scale (en anglais seulement)

7 Canadian Neurological Scale (en anglais seulement)

8 Exigences pour le système Un système de soins organisés de lAVC. Des protocoles et des mécanismes pour permettre le transfert rapide des patients. Linformation sur lemplacement des unités dAVC et les autres modèles de soins dAVC spécialisés doivent être mis à la disposition des fournisseurs de services communautaires.

9 Indicateurs de rendement choisis * Nombre de patients ayant subi un AVC et qui sont soignés dans une unité dAVC à nimporte quel moment durant leur séjour à lhôpital pour un AVC aigu par rapport au nombre total de patients ayant subi un AVC admis à lhôpital. * Pourcentage des patients qui rentrent chez eux à leur congé de lhôpital où ils étaient admis pour un AVC. Proportion de la durée totale dhospitalisation pour un AVC aigu passée dans une unité dAVC. Augmentation en pourcentage de la couverture par télémédecine/Télé-AVC des communautés éloignées pour appuyer les soins organisés de lAVC dans le continuum des soins.

10 4.2 Éléments des soins actifs chez le patient hospitalisé Chez tous les patients hospitalisés pour AVC, il faut tenir compte des éléments suivants : risque de thromboembolie veineuse, température corporelle, mobilisation, continence, nutrition et soins de la bouche. Il faut appliquer les stratégies thérapeutiques appropriées aux problèmes détectés lors de lexamen de dépistage. La planification du congé fera partie de lévaluation initiale et des soins continus chez les patients ayant subi un AVC aigu.

11 4.2a Prophylaxie de la thromboembolie veineuse * Chez tous les patients ayant subi un AVC, il faut évaluer le risque de thromboembolie veineuse (y compris la thrombose veineuse profonde et lembolie pulmonaire). Les patients considérés à risque élevé sont ceux qui sont incapables de bouger lun des deux membres inférieurs ou les deux et ceux qui sont incapables de se mouvoir seuls. Il faut envisager le traitement prophylactique chez les patients jugés à risque élevé à légard de la thromboembolie à moins de contre-indications. La mobilisation précoce et lhydratation adéquate sont à encourager chez tous les patients ayant subi un AVC aigu afin de contribuer à prévenir la thromboembolie veineuse.

12 4.2a Prophylaxie de la thromboembolie veineuse Lutilisation de mesures de prévention secondaire de lAVC, comme le traitement antiplaquettaire, doit être optimisée chez tous les patients ayant subi un AVC. On peut opter pour les interventions suivantes chez les patients ayant subi un AVC ischémique aigu exposés à un risque élevé de thromboembolie veineuse, en labsence de contre-indications : héparine de faible poids moléculaire ou héparine aux doses prophylactiques; bas de compression. Pour les patients ayant subi un AVC hémorragique, des mesures prophylactiques non pharmacologiques sont à envisager afin de réduire le risque de thromboembolie veineuse.

13 4.2a Prophylaxie de la thromboembolie veineuse Les facteurs de risque de thromboembolie veineuse comprennent : la chirurgie; l'immobilité : la parésie; l'âge avancé; les tumeurs malignes; les antécédents de thromboembolie veineuse; l'insuffisance cardiaque ou respiratoire; l'obésité.

14 4.2b Température Il faut mesurer la température corporelle pendant les vérifications périodiques des signes vitaux. Toutes les 4 heures pendant les 48 premières heures; puis selon le protocole de lunité de soins ou le jugement clinique. Si la température > 37,5 °C : augmenter la fréquence des vérifications et amorcer la prise de mesures antipyrétiques. Il faut traiter les causes de la fièvre et administrer des antipyrétiques afin de ramener la température à < 38 ° C chez les patients fébriles qui ont subi un AVC. En cas de fièvre, on recommande de rechercher une infection afin damorcer lantibiothérapie qui simpose.

15 4.2c Mobilisation * On définit la mobilisation comme la « capacité dun patient de changer de position dans son lit, de sasseoir, de se lever et possiblement de marcher. » Tous les patients hospitalisés pour un AVC aigu doivent être mobilisés aussi rapidement et aussi souvent que possible et préférablement au cours des 24 premières heures suivant le début de leurs signes avant-coureurs dAVC, à moins de contre-indication.

16 4.2c Mobilisation Les contre-indications comprennent : la détérioration de létat de santé au cours de lheure suivant l'admission et justifiant une hospitalisation directe aux soins intensifs; la décision dun traitement palliatif ou dune chirurgie immédiate; une fracture soupçonnée dun membre; une coronaropathie ou un autre problème de santé instable; une pression artérielle systolique 220 mmHg une saturation en oxygène < 92 % malgré loxygénothérapie; une fréquence cardiaque au repos 110 battements/minute; une température > 38,5 °C.

17 4.2c Mobilisation Au cours des trois premiers jours suivant un AVC, il faut vérifier avant chaque mobilisation : la pression artérielle; la saturation en oxygène; la fréquence cardiaque. Tous les patients hospitalisés pour un AVC aigu doivent être évalués par des professionnels de la réadaptation le plus rapidement possible après leur admission, préférablement au cours des 24 à 48 premières heures.

18 4.2d Continence Il faut vérifier la présence dincontinence ou de rétention urinaire et dincontinence fécale ou de constipation chez tous les patients ayant subi un AVC. Les patients ayant subi un AVC et qui souffrent dincontinence urinaire doivent être évalués par un personnel dûment formé, à laide de critères dévaluation fonctionnelle structurés. Lutilisation de sondes à demeure est à éviter. Le cas échéant, ces sondes doivent être vérifiées quotidiennement et retirées le plus tôt possible.

19 4.2d Continence Il faut appliquer un programme dentraînement vésical chez les patients qui souffrent dincontinence urinaire. Lutilisation dun appareil à échographie portable est recommandée comme méthode indolore et non effractive à privilégier pour mesurer la quantité durine résiduelle après la miction et réduire ainsi le risque dinfection urinaire dorigine effractive ou de traumatisme urétral causé par le cathétérisme. Il faut appliquer un programme dentraînement intestinal chez les patients ayant subi un AVC et qui souffrent de constipation opiniâtre ou dincontinence fécale.

20 4.2e Nutrition Il faut vérifier léquilibre nutritionnel et hydrique des patients ayant subi un AVC au cours des 48 premières heures suivant leur admission, à laide dun outil de vérification validé. Selon le cas, les résultats du processus de dépistage permettront dorienter les patients vers un diététiste pour une évaluation plus approfondie et pour vérifier si une prise en charge prolongée de létat nutritionnel et hydrique simpose ou non.

21 4.2e Nutrition Les patients ayant subi un AVC et chez qui on soupçonne des carences nutritionnelles ou hydriques, ou les deux, ce qui inclut la dysphagie, doivent être référés à une diététiste pour les mesures suivantes : des recommandations visant à combler les besoins nutritionnels et hydriques par voie orale, tout en encourageant des modifications à la texture des aliments ou à la consistance des liquides, selon lévaluation par lorthophoniste ou un autre professionnel dûment formé; un éventuel soutien nutritionnel par voie entérale dans les sept jours suivant ladmission des patients qui sont incapables de salimenter et de boire suffisamment bien par la bouche. Cette décision doit être prise en collaboration avec léquipe multidisciplinaire, les patients, leurs personnes soignantes et leur famille.

22 4.2f Soins de la bouche Il faut soumettre tous les patients ayant subi un AVC à un examen buccal et dentaire, ce qui inclut un dépistage des signes manifestes de maladie dentaire, lévaluation de lhygiène de la bouche et des appareils dentaires lors de ladmission ou peu après. Pour les patients qui portent des prothèses dentaires complètes ou partielles, il faut déterminer si leurs habiletés motrices leur permettent de les porter en toute sécurité. Un protocole de soins de la bouche approprié doit être utilisé chez chaque patient ayant subi un AVC, y compris chez ceux qui portent des prothèses.

23 4.2f Soins de la bouche Le protocole des soins de la bouche doit tenir compte de différents éléments, notamment : o la fréquence des soins buccaux; o les types de produits pour soins buccaux; o la prise en charge spécifique des patients atteints de dysphagie; o la concordance avec les recommandations actuelles de lAssociation dentaire canadienne. Si lapplication dun protocole de soins de la bouche pose problème, il faut envisager une consultation en médecine dentaire, en ergothérapie, en orthophonie ou en hygiène dentaire. Si lon cerne des problèmes relatifs à la santé buccale ou aux prothèses dentaires, les patients doivent être référés à un dentiste pour consultation et prise en charge le plus rapidement possible.

24 4.2g Planification du congé Il faut planifier le plus tôt possible le congé du patient après son admission à lhôpital. Il faut établir un processus pour assurer la participation des patients et des personnes soignantes à lélaboration du plan de soins, à sa gestion et à la planification du congé. Les discussions sur la planification du congé doivent se poursuivre tout au long de lhospitalisation afin dassurer une transition en douceur lorsque le patient quittera lunité de soins aigus. Peu de temps après ladmission, il faut déjà fournir aux patients et aux personnes soignantes de linformation sur les enjeux entourant le congé et les besoins possibles des patients après leur départ de lhôpital.

25 4.2g Planification du congé Pour que la planification du congé soit efficace, elle doit comprendre les éléments suivants : des rencontres avec la famille et l'équipe; des plans de soins; une évaluation des besoins avant le congé; la formation des personnes soignantes; le suivi après le congé; des renseignements et de la formation; des liens avec les ressources accessibles dans le milieu communautaire; l'examen des besoins psychologiques et des besoins de soutien du patient et de sa personne soignante.

26 Exigences pour le système Ladmission des patients ayant subi un AVC aigu dans les unités dAVC durant leur hospitalisation. La prise en charge des patients hospitalisés ayant subi un AVC aigu par les équipes dAVC interdisciplinaires. Des protocoles normalisés fondés sur des preuves pour les soins aigus optimaux pour tous les patients hospitalisés pour AVC, peu importe lunité de soins où ils se trouvent. Une formation professionnelle continue et des possibilités de formation pour tous les professionnels de la santé qui prodiguent des soins aigus aux patients ayant subi un AVC. Des systèmes de référence pour assurer laccès rapide à des soins spécialisés, par exemple en dentisterie.

27 Indicateurs de rendement choisis * Pourcentage de patients hospitalisés pour AVC qui présentent des complications durant le séjour hospitalier : pneumonie; thromboembolie veineuse; saignement gastro-intestinal; hémorragie cérébrale secondaire; ulcères de pression; infection urinaire; embolie pulmonaire; convulsions. * Durée du séjour pour les patients ayant subi un AVC qui sont hospitalisés.

28 Conseils de mise en vigueur Former un groupe de travail en pensant à la représentation locale et régionale. Évaluer les pratiques actuelles à l'aide de l'outil danalyse de lécart des Recommandations canadiennes pour les pratiques optimales de soins de l'AVC (2008). Cerner les forces, les défis et les occasions. Créer un mécanisme pour mesurer le rendement et en faire le suivi. Cerner 2 ou 3 priorités d'action. Établir des champions à l'échelle locale et régionale.

29 Conseils de mise en vigueur Cerner les besoins en matière de formation professionnelle et mettre au point un plan de formation professionnelle. Penser à utiliser des ateliers locaux ou régionaux pour se concentrer sur la gestion des AVC aigus. Accéder à des ressources comme la Fondation des maladies du cœur et les personnes-ressources provinciales. Consulter d'autres stratégies pour les leçons apprises et les ressources.

30


Télécharger ppt "Nom de la présentation Date Recommandations canadiennes pour les pratiques optimales de soins de l'AVC Recommandation 4 : Prise en charge de lAVC en phase."

Présentations similaires


Annonces Google