La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Effets cérébraux du binge drinking. Quelles conséquences à moyen et long terme chez les jeunes ?

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Effets cérébraux du binge drinking. Quelles conséquences à moyen et long terme chez les jeunes ?"— Transcription de la présentation:

1

2 Effets cérébraux du binge drinking. Quelles conséquences à moyen et long terme chez les jeunes ?

3 Au sommaire… 1° Quest ce que le « Binge Drinking » ? 2° Est-ce vraiment un problème? 3° Quelles en sont les causes? 4° Quels en sont les effets à court, moyen et long terme?

4 Au sommaire… 5° Quelles en sont les conséquences cérébrales? 5.1. Un petit détour: les potentiels évoqués Nos recherches sur le binge drinking. 6° Ce quon sait sur le Binge Drinking, et ce quon ne sait pas encore. 7° Quelques pistes de réflexion.

5 1° Quest ce que le « Binge Drinking » ?

6 - Une appellation récente pour une pratique ancienne. - Alcoolisation paroxystique intermittente ou « Biture express ». - Deux axes de définition: - Quantitative: seuil et fréquence - Qualitative: abus et perte de contrôle 1° Définitions

7 - Une approche intéressante. Le calcul du score binge : - consommation globale et fréquence, mais aussi - vitesse de consommation - fréquence de létat divresse - rapport nombre divresses / nombre dalcoolisations - Cibler les comportements spécifiquement associés au binge drinking. - Différence alcoolisme: abus vs dépendance. 1° Définitions Townshend & Duka, 2002

8 2° Est-ce vraiment un problème?

9 - Image positive de lalcool dans la société. - Le Binge Drinking a toujours existé. - MAIS: - Systématisation du phénomène - Extension à de nouvelles populations - Lalcool, « drogue dure »: dépendance et tolérance % des ans. 2° En quoi est-ce un problème?

10 Paradoxe: Baisse de la consommation générale 2° En quoi est-ce un problème?

11 Le Belge est un buveur moyen 2° En quoi est-ce un problème?

12 Mais un grand Binge Drinker 2° En quoi est-ce un problème?

13 % ans ayant eu leur première ivresse avant 13 ans. Source: IAS Institute of alcohol studies, UK. 2° En quoi est-ce un problème? Il se met à boire (relativement) tardivement.

14 % ans ayant été ivres plus de 20 fois dans leur vie. Source: IAS Institute of alcohol studies, UK. 2° En quoi est-ce un problème?

15 Source: IAS Institute of alcohol studies, UK. % ans ayant été ivres Au moins 3X durant le dernier mois. Mais devient un grand binge drinker.

16 Le problème majeur du Binge Drinking, cest peut-être quil nest pas vu comme un problème par les binge drinkers. Les Binge Drinkers: - Ne voient pas le binge drinking comme une pratique risquée. - Sous-évaluent leur consommation propre. - Mentionnent comme effet négatif majeur la gueule de bois. - Ont une faible conscience des risques à moyen et long terme. Or, le Binge Drinking est désormais considéré comme le premier problème de santé publique au Royaume-Uni. 2° En quoi est-ce un problème? Broadbent et al., 1994; Valencia-Martin et al., 2007

17 3° Quelles en sont les causes?

18 Approche épidémiologique Pas de déterminants stricts, mais des facteurs de risque: - Age - Genre - Facteurs personnels - Autres consommations 3° Les causes du Binge Drinking Dowdall et al., 1998; Moore et al., 1994

19 ESPAD, ° Les causes du Binge Drinking - Facteurs familiaux et relationnels - Facteurs sociétaux

20 Approche psychologique - Peu détudes sur les facteurs déterminant le binge drinking mais un modèle intéressant. - Deux facteurs majeurs pour prédire la consommation : 1° Attentes envers lalcool 2° Capacité à refuser une boisson alcoolisée - Ces deux facteurs prédisent mieux les comportements de binge drinking que des facteurs démographiques. 3° Les causes du Binge Drinking Oei & Morawska, 2004

21 La combinaison de ces deux facteurs détermine quatre catégories de buveurs: 3° Les causes du Binge Drinking

22 Binge drinkers: - Assez bonne capacité à refuser un verre dans labsolu. - Mais attentes fortes envers les effets de lalcool. Quand lalcool est présent, ils cherchent à en obtenir les effets positifs, doù une forte consommation. Intérêt de ce modèle: - Ces facteurs sont des « construits cognitifs » modifiables. - Ils peuvent donc constituer des leviers pour changer les comportements de binge drinking. - Intervention et prévention. 3° Les causes du Binge Drinking

23 4° Quels en sont les effets à court, moyen et long terme?

24 A court terme: conduites à risque - Conduite automobile - Conduites sexuelles à risque - Violences - Autres consommations - Autres conduites à risque (accidents, suicide) 4° Les effets du Binge Drinking

25 A long terme: - Désinvestissement scolaire ou professionnel, problèmes interpersonnels. - Hypothèse de continuité: alcoolisme chronique (dépendance + problèmes physiques) - Dépression, anxiété: cause ou conséquence? 4° Les effets du Binge Drinking

26 A moyen terme: - Après environ 1-2 ans de Binge Drinking - En dehors des périodes dalcoolisation aigue. - Conception générale: le binge drinking perturbe la mémoire, la concentration,… - Reste à savoir ce qui est testé et comment cest testé. 4° Les effets du Binge Drinking Tapert, 2002; 2004 ; Hartley et al., 2004

27 Capacités motrices et visuospatiales 4° Les effets du Binge Drinking

28 +

29 +

30 +

31 +

32 Attention: - sélective: se centrer sur un élément p.ex. test D2: barrer les d parmi des d, p et p - divisée: faire deux tâches en même temps. p.ex. compter à rebours 3 par 3 à partir de 100 et détecter larrivée dun son - vigilance: tâches longues avec détection de stimulations rares. 4° Les effets du Binge Drinking

33 Mémoire: - à court terme (mémoire de travail) p.ex. liste de chiffres à répéter immédiatement - à long terme p.ex. liste de mots, 3 minutes pour en mémoriser un maximum puis rappel après 30 minutes 4° Les effets du Binge Drinking

34 Fonctions exécutives (tests « frontaux ») 3 grandes sous-fonctions: - Flexibilité - Mise à jour - Inhibition 4° Les effets du Binge Drinking

35 Flexibilité - Principe: alterner une tâche et une autre - Exemple Paires Lettre – Nombre (p.ex. 2G) 4 Quadrants Tâche: Haut: dire si nombre Pair - Impair Bas: dire si la lettre Consonne - Voyelle

36 2G

37 PAIR !

38 5R

39 CONSONNE !

40 7B

41 IMPAIR !

42 4M

43 CONSONNE !

44 Mise à jour - Principe: modifier constamment une information stockée en mémoire. - Exemple Catégories présentées au bas de lécran (animal, métal, couleur) Des mots apparaissent un à un Tâche: Donner à la fin de la présentation, le dernier mot apparu pour chaque catégorie.

45 ANIMAL METAL COULEUR CANARD

46 ANIMAL METAL COULEUR ARGENT

47 ANIMAL METAL COULEUR BRONZE

48 ANIMAL METAL COULEUR BLEU

49 ANIMAL METAL COULEUR CHIEN

50 ANIMAL METAL COULEUR FER

51 ANIMAL METAL COULEUR ROUGE

52 ANIMAL METAL COULEUR CUIVRE

53 ANIMAL METAL COULEUR NOIR

54 ANIMAL METAL COULEUR POULE

55 ANIMAL METAL COULEUR JAUNE

56 ANIMAL METAL COULEUR CHEVAL

57 ANIMAL METAL COULEUR VACHE

58 ANIMAL METAL COULEUR PLOMB

59 COULEUR = ? ANIMAL = ? METAL = ?

60 COULEUR = JAUNE ANIMAL = VACHE METAL = PLOMB

61 Inhibition -Principe: stopper lapplication dune capacité automatique pour en appliquer une autre non- automatisée. - Exemple Test de Stroop Noms de couleur écrits dans une autre couleur Tâche: Donner la couleur dans laquelle sont écrits les mots

62 VERT

63 JAUNE

64 BLEU

65

66 ROUGE

67 En résumé Les Binge Drinkers présentent surtout des déficits pour les fonctions de haut niveau: - Peu de déficits moteurs ou attentionnels - Déficits marqués en mémoire et fonctions exécutives (surtout inhibition) MAIS: - tests éloignés de la réalité quotidienne - vision critique de ce qui est testé 4° Les effets du Binge Drinking

68 5° Quelles en sont les conséquences cérébrales? 5.1. Un petit détour: les potentiels évoqués Nos recherches sur le binge drinking.

69 Frontal Temporal Pariétal Occipital Cervelet Le cerveau…

70 Frontal: fonctions exécutives, mémoire à court terme, attention Temporal: langage, émotions, Mémoire à long terme Pariétal: traitements spatiaux attention visuo-spatiale calcul Occipital: perception visuelle Le cerveau…

71 Principes de base Dérivé de lEEG (enregistrement au repos de lactivité électrique cérébrale à la surface du scalp). Potentiels évoqués : enregistrement des modifications de lactivité électrique cérébrale durant une tâche cognitive. Précision spatiale faible mais précision temporelle de lordre de la milliseconde (ms). Technique des potentiels évoqués

72 Amplificateur Ordinateur d'enregistrement Ordinateur de stimulation Casque denregistrement

73

74

75 Latence (ms) = Vitesse du processus Amplitude (µv) = Intensité du processus Dénomination des ondes: Positivité / Négativité et Moment dapparition

76 Par exemple, lorsquon doit reconnaître un visage célèbre.

77 1° Stade perceptif Deux composantes : P100 : Analyse visuelle précoce. N170 : Analyse spécifique des visages.

78 2° Stade attentionnel Un complexe dondes: N2b/P3a: Allocation des ressources attentionnelles

79 3° Stade décisionnel Une composante : P3b: Achèvement des traitements cognitifs avant la réponse

80 FRONTAL OCCIPITAL GAUCHE DROITE P100/N170

81 FRONTAL OCCIPITAL GAUCHE DROITE N2b P3a

82 FRONTAL OCCIPITAL GAUCHE DROITE P3b

83 P100 : Traitements visuels précoces N170 : Traitement spécifique des visages N2b/P3a : Allocation de ressources attentionnelles P3b : « Clôture » des traitements avant la réponse Perception Décision Attention Composants étudiés…

84 5.2. Nos recherches sur le binge drinking. 5° Les conséquences cérébrales

85 On sait que le Binge Drinking: - Est une pratique en essor, surtout chez les jeunes. - Est associé à des déficits de mémoire et de FE. - Est un mode de consommation particulièrement néfaste pour le fonctionnement cérébral (modèle animal): - cerveau en maturation, très sensible à lalcool - alternance alcoolisation – sevrage - Est considéré comme une porte dentrée possible vers lalcoolisme (hypothèse de continuité). Logique générale

86 Les patients alcooliques ont: - Des altérations cérébrales importantes, aux plans anatomique et fonctionnel (notamment pour les PE). - Des déficits très marqués aux plans cognitif (attention, mémoire, FE) et émotionnel (notamment pour le décodage des visages et voix) TRISTESSE PEUR Quobserve-t-on dans lalcoolisme? DEGOUT

87 - Si le Binge Drinking est un alcoolisme a minima au plan cérébral, les binge drinkers devraient présenter des anomalies cérébrales. - Au plan anatomique, il semble que le Binge Drinking soit associé à une réduction du volume de lhippocampe et du cortex préfrontal. - Le Binge Drinking est-il associé à des troubles du fonctionnement cérébral, notamment lors du traitement de stimuli émotionnels? Question de recherche

88 - Présélection via questionnaire sur 462 étudiants de 1 ère Bac: - Mesures psychologiques de contrôle: anxiété, dépression - Questionnaire de consommation dalcool - Sélection de 18 binge drinkers « attendus » et 18 contrôles: - Pas de consommation régulière dalcool dans le passé. - Pas danxiété, dépression, ni dalcoolisme familial. - Pas de consommation dautres drogues. - Pas de troubles neurologiques, psychiatriques ou sensoriels. Méthode de recherche

89 - 2 phases dexpérience (3 jours sans consommation avant): - Début 1 ère bac (groupes identiques) - Fin 1 ère bac (binge vs contrôles) - Stimulations auditives émotionnelles (joie ou colère) - Tâche: Décider si la voix exprime une émotion positive ou négative. Méthode de recherche

90 Exemple

91 C J Boîtier de réponse

92 x

93

94 C J

95 x

96

97 C J

98 P100 : Traitements auditifs précoces N200 : Traitement spécifique des voix (N2b/P3a) : Allocation de ressources attentionnelles P3b : « Clôture » des traitements avant la réponse Perception Décision (Attention) Enregistrement des potentiels évoqués

99 Résultats: consommation

100 Pas de déficit comportemental (TR, erreurs) MAIS - Temps 1: Pas de différences entre groupes. - Temps 2: Latence retardée chez les binge drinkers, aux stades perceptif (P100, N200) et décisionnel (P3b). Après seulement 9 mois de Binge Drinking, le fonctionnement cérébral est RALENTI par rapport à un groupe contrôle. En outre, le ralentissement des PE est proportionnel: - à la consommation moyenne dalcool - au nombre dépisodes Résultats: potentiels évoqués

101

102 Implications - Jusquici: connaissances sur les effets cérébraux à court et long terme de la consommation dalcool. - Ici, évaluation du moyen terme: déficits fonctionnels cérébraux. Hypothèse dune arrivée précoce des effets cérébraux de lalcoolisme (inverse de la conception classique). - Implications sociétales et cliniques: le binge drinking a des conséquences cérébrales durables.

103 Etudes complémentaire - 4 groupes de 20 participants: - Non-buveurs - Buveurs quotidiens (2-3 dpo / 5-7 ops) - Binge Drinkers « Bas » (5-10 dpo / 1-2 ops) - Binge Drinkers « Hauts » (>10 dpo / 2-3 ops) - Etude en potentiels évoqués avec stimulations visuelles: - déficit en latence et en amplitude - déficit proportionnel: - à la quantité consommée (Binge bas vs Binge haut) - au mode de consommation (Binge vs Buv Quot)

104

105

106 6° Ce quon sait sur le Binge Drinking, et ce quon ne sait pas encore.

107 On savait que le Binge Drinking - A des effets - à court terme (conduites à risque) - à long terme (alcoolisme, désinsertion sociale) - Est associé à des déficits cognitifs, surtout pour les fonctions dites de haut-niveau: - mémoire - fonctions exécutives

108 On sait désormais que le Binge Drinking - Conduit à moyen terme à des déficits cérébraux fonctionnels (non liés à lalcoolisation aigue). - Ces déficits sont proportionnels à la quantité consommée et au type de consommation. - Le cerveau des Binge Drinkers : - est en souffrance neuronale - fonctionne plus lentement et moins efficacement - présente des déficits parallèles à celui des alcooliques (bien que moins marqués)

109 On ignore si le Binge Drinking - Est associé à des déficits cérébraux anatomiques ou à des lésions cérébrales touchant des zones spécifiques (études en IRMf à venir). - Conduit à des déficits irréversibles (effet de labstinence non étudié). - Est lié à des déficits accentués en cas de comorbidité (tabac, autres toxicomanies) ou de début plus précoce. - On ignore aussi les effets des dysfonctionnements cérébraux sur le quotidien des Binge Drinkers.

110 7° Quelques pistes de réflexion. Pour lancer la discussion…

111 a. Informer sur les effets et leur prévention - Ni moralisant, ni prohibitionniste - Mais lucidité sur le phénomène et ses effets - Programmes dinformation et de prévention: parents, enfants, enseignants. - A minima, que chacun connaisse les effets du Binge Drinking, ce qui ne semble pas être le cas actuellement. 7° Quelques pistes de réflexion

112 Chez les Binge Drinkers: Interventions courtes individuelles - Apprentissage des capacités de refus - Diminution des attentes envers lalcool - Connaissance des conséquences. Haines & Spear, 1996

113 Intervention motivationnelle brève: - Insister sur la responsabilité personnelle dans la modification de la consommation dalcool. - Parler de la motivation à boire (les raisons) et des effets négatifs possibles de cette consommation. - Envisager différents scénarios futurs en fonction de la modification possible de la consommation. - Etablir des buts concrets quant à la consommation future. - Etablir des règles pour atteindre ces buts. Aux USA, efficacité prouvée, réduction de consommation significative après 3 semaines et 6 mois post-intervention. Efficacité plus forte pour entretiens individuels quen groupe. 7° Quelques pistes de réflexion

114 b. Questionner la survalorisation de lalcool - Lien alcool – bénéfices santé (p.ex. cardiaques) - Lien alcool - valeurs positives (p.ex. sport) - Pratiques commerciales: Sponsoring, nouvelles cibles, nouveaux moments - Nécessité dinformer sur ces pratiques. 7° Quelques pistes de réflexion

115 c. Réflexion sur le coût des boissons alcoolisées - Prix de la bière = prix dun soft - Tabac: hausse fréquente des prix - Proposition: hausse réfléchie, au moins pour distinguer alcool et non alcool - Lien négatif établi entre intensité de consommation et prix (Treise, 1999) 7° Quelques pistes de réflexion

116 d. Développer les activités culturelles et sportives - Alternatives à la consommation en milieu étudiant. - Facteurs psychosociaux (isolement, stress, conformation à la norme) 7° Quelques pistes de réflexion

117 e. Un message central: les effets positifs arrivent avant les négatifs Les Binge Drinkers Obtiennent Cherchent 1° Amusement 2° Etre plus sociable 3° Se sentir joyeux, relaxé 4° Oublier les problèmes Les effets positifs sont atteints à 3-4 doses, les effets négatifs narrivent quaprès. Pourquoi continuer à boire? 7° Quelques pistes de réflexion Turrisi & Wiersma,1999; Stolle et al., 2009

118 En guise de conclusion - Eviter la dramatisation, mais aussi la sous- estimation. - Réévaluer sa position envers lalcool. - Mener une réflexion de grande ampleur: acteurs scolaires, politiques, médicaux, associatifs.

119 Merci pour votre attention Remerciements Aux co-auteurs de létude: Frédéric Joassin, Salvatore Campanella, Mauro Pesenti, Pierre Philippot A mes collègues de lUniversité Catholique de Louvain: Mandy Rossignol, Sue Hamilton, Nicolas Vermeulen Pierre MAURAGE Université Catholique de Louvain (UCL) Faculté de Psychologie, Unité de Neurosciences Cognitives (NESC) 10, place Cardinal Mercier B-1348 Louvain-la-Neuve Tél: 010/ Fax: 010/


Télécharger ppt "Effets cérébraux du binge drinking. Quelles conséquences à moyen et long terme chez les jeunes ?"

Présentations similaires


Annonces Google