La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Dispositions législatives et réglementaires belges en radioprotection

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Dispositions législatives et réglementaires belges en radioprotection"— Transcription de la présentation:

1 Dispositions législatives et réglementaires belges en radioprotection
Loi du 15 avril 1994 relative à la protection de la population et de l’environnement contre les dangers résultant des rayonnements ionisants et relative à l’Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire (et modifications): AR 20 juillet 2001 portant règlement général de la protection de la population, des travailleurs et de l’environnement contre le danger des rayonnements ionisants (et modif.) AR 24 août 2001 redevances (et modif.) A. R. fixant le plan d ’urgence nucléaire et radiologique pour le territoire belge (17/10/2003) Loi du 11 janvier 1991: A.R. ONDRAF (30 mars 1981 et modif.)(organisme public de gestion des déchets radioactifs et des matières fissiles) février 2014 Dr Patrick Smeesters

2 février 2014 Dr Patrick Smeesters

3 février 2014 Dr Patrick Smeesters

4 février 2014 Dr Patrick Smeesters

5 février 2014 Dr Patrick Smeesters

6 février 2014 Dr Patrick Smeesters

7 février 2014 Dr Patrick Smeesters

8 ICRP 60 Système de limitation de dose (pratiques)
Justification ~ idem Optimisation: ALARA (as low as reasonably achievable); what is R? → contraintes de dose Limites de dose: signification: above: inacceptable at : just tolerable acceptable: ALARA Nouvelles valeurs numériques Non applicables pour accidents, expositions médicales, volontaires en recherche, aidants (willingly and knowingly) février 2014 Dr Patrick Smeesters

9 ICRP/BSS: Système de limitation de dose pour Interventions
Justification de l ’intervention (bénéfice net: balance risque radiologique v/ préjudice intervention ) Optimisation type, ampleur et durée de l ’intervention (bénéfice net maximal) Niveaux guides d ’intervention Personnel d’intervention (long terme): =PPE février 2014 Dr Patrick Smeesters

10 Transposition Titre IX EU BSS: interventions
Inclut: situation d ’urgence radiologique situations d ’exposition durable (suites d ’accident, suites de pratiques ou activités anciennes) Niveaux d ’intervention: fixés par Agence dans tous les cas (art. 20.2) Situations d ’exposition durable( y compris: radon habitations ): Agence chargée de : délimitation, surveillance expositions, coordination interventions, y compris usage matériaux activés ou contaminés (art. 72bis) février 2014 Dr Patrick Smeesters

11 Radioprotection en situation accidentelle: principes
Action énergique d’office (évacuation) si risque d’effets aigus ( < seuils ) Intervention= aussi détriment ( sanitaire + socio-économique): balance détriment radiologique / détriment intervention ( risque de cancer thyroïdien v/ risque d ’effets secondaires comprimés d ’iode) principe de l’intervention = faire du bien au bilan analyse « à froid »: choix de niveaux d’intervention ( doses qui déclenchent les contre-mesures) les zones où ces niveaux risquent d’être atteints = z. de planification février 2014 Dr Patrick Smeesters

12 Situations accidentelles: approches centralisées
Détriment radiologique: terme-source probable modèles complexes évaluation des doses et risques potentiels en fonction de la distance, du temps et de la météo Détriment intervention: circonstances locales: météo, manifestations publiques,… Processus de justification suppose connaissance d ’un maximum d ’éléments février 2014 Dr Patrick Smeesters

13 Niveaux de dose d ’intervention: principes
Détriment intervention varie : selon site:relief, démographie, carence iodée, .. selon circonstances: météo, manifestations publiques,. Il faut donc: Pré-justification liée à certaines hypothèses Prévoir une gamme de niveaux (souplesse…) Niveaux du PU belge: démarche en escalier du bas vers le haut (circonstances de + en + défavorables ) février 2014 Dr Patrick Smeesters

14 Niveaux de dose d ’intervention: principes
Effets aléatoires: courbe linéaire: dose évitée ~ cancers évités Uniquement doses encore évitables Effets déterministes- effets à seuil grossesse : doses totales février 2014 Dr Patrick Smeesters

15 février 2014 Dr Patrick Smeesters

16 Décision : purement scientifique?
Conflit individu-collectivité Détriments souvent traduits en coût financier: dans ce cas, intervention dite justifiée quand le bénéfice net est positif, optimisée quand il est maximal; Problème éthique: gain net ou optimal financier= gain net ou optimal humain ou sanitaire? Choix éthiques inévitables, donc différences d ’appréciation inévitables entre pays ( cfr niveaux de dose d ’intervention) février 2014 Dr Patrick Smeesters

17 Niveaux d’intervention (ERL): Limites du consensus international
Différences dans l ’évaluation des risques Différences de contenu Problèmes non résolus Différences d ’interprétation Enjeux cachés février 2014 Dr Patrick Smeesters

18 Evaluation des risques et ERL
Balance Risque sanitaire ( dose évitée ) /Coût au sens large Or points de discussion : exposition in utero: seuil pour retard mental radioinduit = hypothèse; seuil pour effets sur le SNC et pour malformations = niveau incertain coefficients de risque cancers radioinduits : moyenne? mis à jour ? Quel DDREF ? Quel coefficient pour la thyroïde? février 2014 Dr Patrick Smeesters

19 Societal issues: The 100 mSv case
frequently presented as a “level of concern” for radiation effects on human health, under this level the possibility of “any health effect” is “purely hypothetic”. février 2014 Dr Patrick Smeesters

20 Some statements Académie Nationale de Médecine (Fr; rapport 2005): »les études épidémiologiques disponibles ne décèlent aucun effet pour des doses inférieures à 100 mSv, soit qu’il n’en existe pas, soit que la puissance statistique des enquêtes ait été insuffisante pour les détecter…Une relation linéaire décrit convenablement la relation entre la dose et l’effet cancérogène pour les doses supérieures à 200 mSv où on a pu la tester ». Position statement of the Health Physics Society (2010): “below 5–10 rem ( mSv) (which includes occupational and environmental exposures), risks of health effects are either too small to be observed or are nonexistent” février 2014 Dr Patrick Smeesters

21 Either not observable or nonexistent?
Purely hypothetic? Either not observable or nonexistent? Is this true? février 2014 Dr Patrick Smeesters

22 In utero irradiation BEIR VII: « Studies of prenatal exposure to diagnostic X-rays have, despite long-standing controversy, provided important information on the existence of a significantly increased risk of leukaemia and childhood cancer following diagnostic doses of mGy in utero » février 2014 Dr Patrick Smeesters

23 Childhood thyroid cancer
FDA (2001); « FDA has concluded from the Chernobyl data that the most reliable evidence supports a significant increase in the risk of childhood thyroid cancer at exposure of 5 cGy or greater. » février 2014 Dr Patrick Smeesters

24 New data: Pearce 2012 (Lancet)
Radiation exposure from CT scans in childhood and risk of leukaemia and brain tumours: Retrospective study (based on NHS UK): patients < 22 y with CT ( ); cancers Relative risk of leukaemia for patients who received a cumulative dose of about 50 mGy: 3·18 (95% CI 1·46–6·94) Relative risk of brain cancer for cumulative dose of about 60 mGy: 2.82 ( ) Linear dose –response; supports LSS extrapolations février 2014 Dr Patrick Smeesters

25 BEIR VII and current ICRP: position regarding LNT
Support U 2000 conclusions BEIR VII conclusion: “The committee concludes that current scientific evidence is consistent with the hypothesis that there is a linear, no threshold dose-response relationship between exposure to ionizing radiation and the development of cancer in humans.” février 2014 Dr Patrick Smeesters

26 Solid Cancer Incidence among Japanese Atomic Bomb Survivors ( ) (from Preston et al., Radiat Res 2007; 168: 1-64) février 2014 Dr Patrick Smeesters

27 There is compelling evidence that there are observable effects (well below) under 100 mSv, and consistent biological explanations février 2014 Dr Patrick Smeesters

28 Why does the 100 mSv myth survive?
conflicts of interest : lead to strategies of doubt misuse of the evidence-based approach, by focusing only on the avoidance of unjustified causal associations (false positives) and neglecting the possibility of unjustified dismissal of real health effects (false negatives) misunderstanding of the precautionary principle, considered not relevant in science Value judgments: self-censorship, due to the pressure of dominant paradigms and of the peers. février 2014 Dr Patrick Smeesters

29 Srategies of doubt Alla Yarochinskaya (22 April 1996) « Lies about Tchernobyl are more terrifying than the disaster himself » février 2014 Dr Patrick Smeesters

30 Recommandations ERL Différences de contenu
Différences évidentes dans les valeurs numériques des ERL Différences de formulation des principes d ’action liés Différences de terminologie février 2014 Dr Patrick Smeesters

31 ERL Problèmes non résolus
Groupes sensibles: enfants et femmes enceintes sévérité pour tous: nivellement par le haut ? Inconvénient : coût économique et risque de retard de décision mesures sélectives? Inconvénient: réactions de panique possibles Caractère tout ou rien des contre-mesures : recommandation v/ obligation groupes spéciaux ( industrie) février 2014 Dr Patrick Smeesters

32 ERL Problèmes non résolus (suite)
Rapidité de décision : conditionne la faisabilité de beaucoup de contre-mesures suppose décision au stade pré-rejet et souvent sur base d ’une simple probabilité de rejet Adaptation des niveaux d ’intervention à l ’évolution des connaissances scientifiques février 2014 Dr Patrick Smeesters

33 ERL: Divergences d ’interprétation
Identité des niveaux partout ? Niveaux de référence à usage international # niveaux (guides) d ’intervention du plan national d ’urgence (sites, choix polit., signification ) Harmonie de réaction non garantie Modalités d ’emploi variables Décision à chaud ou à froid? Gamme: niveaux tous acceptables par définition ? février 2014 Dr Patrick Smeesters

34 Aôut 2007 COMMON REPORT ON TRANS-BORDER HARMONIZATION OF IODINE PROPHYLAXIS AND OTHER LINKED PROTECTIVE ACTIONS IN THE FIRST HOURS OF AN ACCIDENT IN BELGIUM, FRANCE, GERMANY, LUXEMBOURG AND SWITZERLAND février 2014 Dr Patrick Smeesters

35 Common report Common references:
- one critical group : the population group aged between the unborn child and 18 years old; - one intervention level : thyroid projected dose of maximum 50 mSv for the critical group. This dose is estimated for a child of one year exposed for the duration of the release or 7 days without sheltering (intervention levels are not binding limits); - source term assessment : given by the country where the accident takes place; février 2014 Dr Patrick Smeesters

36 Common health and safety recommendations with emphasis on the critical group:
- to have recommendations not to eat or drink food products possibly contaminated, regardless of any evaluation of contamination; - to decide on prophylaxis preparation on the basis of predicted dose assessment; - to decide on the issue and intake of stable iodine before release if possible (when release becomes unavoidable or is highly probable); - to link iodine prophylaxis with sheltering and food bans; - to recommend taking into account the cautions and warnings of the package insert when recommending ingestion of stable iodine, - to utilise tablets of potassium iodide (tablets of 65 mg KI); - to recommend the same dosage for the administration of tablets. février 2014 Dr Patrick Smeesters

37 Based on common preventive action:
- preventive distribution at least up to 5 km around the nuclear power plants (other nuclear installations may have different radii); - a radiological emergency plan containing pre-distribution and/or stockpiling and distribution system in order to ensure an adequate supply in a timely manner for the critical group at least up to 20 km around the nuclear power plants; - availability up to 100 km of stable iodine by stockpiling or any other means, for the critical group; - regular national information campaigns to be launched with emphasis on the critical group; - harmonized general public information handouts linked with iodine tablet boxes; - harmonized answers for frequently asked questions. février 2014 Dr Patrick Smeesters

38 ERL: ENJEUX CACHES ERL inférieur: limite des interventions justifiées?
Conflit individu-société coût de l’intervention: toujours sanitaire? Bénéfice net? B= Y-(X+R) pour qui ? Coûts peuvent être acceptés par solidarité! Optimisation :bénéfice net maximal :  février 2014 Dr Patrick Smeesters


Télécharger ppt "Dispositions législatives et réglementaires belges en radioprotection"

Présentations similaires


Annonces Google