La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Lentraînement Raphaël LECA UFRSTAPS Le Creusot UE55 Sept. 2009.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Lentraînement Raphaël LECA UFRSTAPS Le Creusot UE55 Sept. 2009."— Transcription de la présentation:

1

2 Lentraînement Raphaël LECA UFRSTAPS Le Creusot UE55 Sept. 2009

3 Lentraînement Définition générale « Cest la somme des exercices adaptés, à intensité progressivement croissante, qui aboutissent par des modifications biologiques, physiques et techniques à la réalisation de la plus haute performance possible » (Georges Cazorla)

4 Lentraînement Définition opérationnelle Charge dentraînement =TRAVAIL (charge externe) Activité musculaire et cardio-pulmonaire= SOLLICITATION Modification dun équilibre interne = PERTURBATION Transformation de lorganisme= ADAPTATION (charge interne) Amélioration des capacités = AMELIORATION fonctionnelles de lorganismeDES PERFORMANCES

5 Lentraînement Définition opérationnelle (suite) Très simplement, lentraînement est une sollicitation qui agit sur lorganisme et vient perturber son équilibre. Face à cette perturbation, la réponse de lorganisme est une adaptation, conduisant à une amélioration de la capacité de performance. Mais pour obtenir une sommation daméliorations, certaines règles sont à respecter ; nous les avons appelées les principes dentraînement.

6 Les principes dentraînement 1. La surcompensation La surcompensation est une réaction naturelle de lorganisme qui après un effort et un temps de repos récupère plus que ce quil possédait à lorigine (il régénère et dépasse le niveau de départ). Les capacités du sportif à fournir un travail musculaire se trouvent ainsi augmentées.

7 Les principes dentraînement 2. Principe defficacité de la charge dentraînement (ou principe de surcharge) Il faut que la charge dentraînement dépasse un certain seuil pour provoquer une augmentation de la capacité de performance. Si la charge dentraînement nest pas assez importante en durée et/ou en intensité, il ny aura pas perturbation de lorganisme, donc pas dadaptation de cet organisme. Il peut se produire alors une stagnation, voir une régression des potentialités du sportif. Ce principe doit prendre en compte : 1.la nature de lexercice, 2.lintensité du travail, 3.la durée de lexercice, 4. le nombre de répétitions, 5. la durée et la nature de la récupération.

8 Les principes dentraînement 2. Principe defficacité de la charge dentraînement (ou principe de surcharge) Par exemple pour développer la puissance dun processus énergétique, il faut recourir à des exercices correspondant à lintensité maximale de ce même processus, voire à des intensités supérieures (intensité supra-maximale), la durée de ces efforts restant en deçà de la durée maximale du processus. exemple développement de VO 2 max avec des intensité de 100 à 110% de VMA. Par exemple pour développer la capacité dun processus énergétique, il faut recourir à des exercices correspondant à des intensités inférieures à lintensité maximale de ce processus, mais sur des durées supérieures à la durée maximale de son expression maximale. exemple développement de la capacité lactique avec des efforts de 130.

9 Les principes dentraînement 3. Principe de la charge dentraînement continue Les charges dentraînement doivent se succéder régulièrement afin dinduire une amélioration suivie des paramètres de la performance, jusqu'à une limite déterminée par des facteurs génétiques (ce quon appelle lentraînabilité). Si les séances dentraînement ne se succèdent pas régulièrement ou avec des intervalles trop longs, les « traces » laissées par les entraînements précédents disparaissent, sans permettre aux effets de ces entraînements de sajouter les uns aux autres.

10 Les principes dentraînement 3. Principe de récupération Tout en respectant le principe de la charge dentraînement continu, il faut laisser le temps à lorganisme de récupérer entre deux sollicitations. Le risque est de voir apparaître un surentrainement, et une fatigue préjudiciable à la capacité de performance.surentrainement Il est donc indispensable de veiller à une récupération suffisante qui devra être dautant plus importante que le sportif est jeune et/ou inexpérimenté. Si les intervalles entre chacun des entraînements sont trop courts, lorganisme na pas le temps ni de surcompenser ni de récupérer, et la fatigue sinstalle avec une altération des performances.

11 Les principes dentraînement 3. Principe de récupération Un cas particulier = la supersurcompensation Il est possible de planifier des entraînements en situation de récupération incomplète. Lobjectif est de produire un effet de surcompensation maximale après une période de récupération suffisante.

12 Les principes dentraînement 4. Principe de la charge dentraînement croissante Il ne suffit pas que la charge dentraînement soit continue, encore faut-il quelle soit croissante. Lorsque la charge dentraînement reste trop longtemps au même niveau de sollicitation, elle perd en effet son efficacité sur lamélioration de la performance. Elle permet tout juste de maintenir les acquis.

13 Les principes dentraînement 5. Dabord le volume, ensuite lintensité Laugmentation du volume doit précéder laugmentation de lintensité des charges dentraînement. Concrètement, il faut dabord solliciter la filière aérobie (endurance), avant de solliciter les autres filières (et notamment la glycolyse anaérobie). On retrouve notamment ce principe dans le cadre de la planification de lentraînement.

14 Les principes dentraînement 6. Principe de la spécificité des charges dentraînement Lentraînement doit être spécifique : Spécifique à la discipline pratiquée : les conditions particulières de réussite propres à chaque APSA supposent des sollicitations elles-mêmes particulières. Spécifique à ou aux qualité(s) à développer : le protocole dentraînement est différent selon que quil sagit daméliorer lendurance, la force, la vitesse, la souplesse, ladresse, la construction, lamélioration ou lautomatisation des habiletés motrices… Spécifique à lathlète : son niveau de développement, son vécu (années de pratique), son niveau, ses capacités, ses besoins, sa motivation…

15 Les principes dentraînement 7. Principe de la périodicité des charges dentraînement Lentraînement doit être organisé de façon raisonnée et structurée pendant une saison sportive selon des périodes distinctes et en fonction dobjectifs bien définis. Il est nécessaire de différencier des périodes dans la succession des charges dentraînement car celles-ci ne peuvent être tout au long de lannée à la limite des capacités maximale de lathlète, sans pour autant que soit remis en question le principe de la charge dentraînement continue. La forme par exemple est un état de grâce limité dans le temps et renouvelable, contrairement à la condition physique qui peut être maintenue toute lannée. Dès lors, une structuration par périodes de la saison est nécessaire afin déviter le surentraînement (+ effet positif sur la motivation et la persévérance).

16 Les principes dentraînement 7. Principe de la périodicité des charges dentraînement Périodicité des charges dentraînement sur lannée selon Matveiev (1980).

17 Bibliographie L.P.Matveiev, Les base de lentraînement, Vigot, Paris, V.N.Platonov, Lentraînement sportif : théorie et méthodologie, Editions Revue EPS, Paris, J.Weineck, Manuel dentrainement, Vigot, Paris, R.Manno, Les bases de lentraînement sportif, Editions Revue EPS, Paris, M.Pradet, La préparation physique, INSEP, Paris, V.Billat, Physiologie et méthodologie de lentraînement, De Boeck, Paris, Bruxelles, J.Saury, Lentraînement, Editions Revue EPS, Paris, G.Dupont, L.Bosquet, Méthodologie de lentraînement, Ellipses, Paris, 2007.

18 SYMPTÔMES (le surentraînement na pas dexpression clinique univoque et spécifique, mais il doit être suspecté lorsque plusieurs des symptômes suivants sont réunis) Sportifs (à leffort)PhysiquesBiologiquesPsychologiques Diminution prolongée des performances Fatigue récurrente (dès le matin au réveil) Anémie, diminution marquée de lhématocrite Saturation psychologique avec irritabilité, angoisse, manque de volonté (lassitude), mélancolie... Difficultés en course pour suivre lallure Douleurs musculaires et/ou jambes lourdes (sensation de manquer de force) Augmentation du taux de cortisol et diminution du taux de testostérone (diminution du rapport testostérone / cortisol) Anxiété / Sensibilité au stress FC que le coureur ne réussit pas à faire monter à son maximum habituel (FC max) Pouls de repos accéléré (surent. sympathique) ou ralenti (surent. parasympathique) au repos (le matin au réveil) Modification de la pression artérielle (augmentation = surent. sympathique, diminution = surent. parasympathique) Perte de confiance en soi, altération de lestime de soi, inquiétude, pessimisme Mais pour une même charge de travail (= même allure), FC en augmentation Diminution anormale du poids ( poids inf. à celui de la forme) Variations plus persistantes des CPK (créatinephosphokinase) après leffort Appréhension de la compétition Apparition plus précoce et plus rapide des lactates ( avec diminution du seuil anaérobie), mais diminution des valeurs max. de lactates Troubles digestifs (nausées, mauvaises digestions, maux destomac, diarrhées...) Elévation des taux de catécholamines (adrénaline et noradrénaline) au repos post-effort Difficultés de concentration (rester attentif) et de mémorisation Fréquents maux de têteAltération de la libido Problèmes musculo-tendineux (crampes, courbatures, contractures inhabituelles, tendinites récentes) NB : Le bilan sanguin peut malgré tout se révéler normal malgré un état de surentraînement A linverse, certaines des variations hormonales indiquées ci-dessus peuvent répondre « normalement » à des états passagers dadaptation consécutifs à des entraînements épuisants (donc sans syndrome de surentraînement) Troubles du sommeil (difficultés pour sendormir, réveils nocturnes fréquents, ou à linverse durée de sommeil très augmentée) En course, pas envie dattaquer, de boucher les trous, de remonter le peloton… Immunodéficience = vulnérabilité accrue aux infections (fragilité au niveau de la sphère ORL notamment) Petites pertes de connaissances (lipothymies, hypotension orthostatique) Fragilisation osseuse risque de fracture de fatigue Baisse sensible de lenvie de participer à des compétitions Douleurs thoraciques


Télécharger ppt "Lentraînement Raphaël LECA UFRSTAPS Le Creusot UE55 Sept. 2009."

Présentations similaires


Annonces Google