La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les Lymphomes associés au VIH François Boué Hôpital Antoine Béclère CLAMART.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les Lymphomes associés au VIH François Boué Hôpital Antoine Béclère CLAMART."— Transcription de la présentation:

1 Les Lymphomes associés au VIH François Boué Hôpital Antoine Béclère CLAMART

2 Lymphomes et VIH Le risque de développer un Lymphome est environs 200 fois plus élevé pour une personne infectée par le VIH Et 20 fois plus de développer une maladie de Hodgkin

3 Lymphomes et VIH Le risque de survenue est dautant plus important que les CD4 sont bas.

4 Incidence des lymphomes non hodgkiniens * Par pers/année

5 Lymphomes et VIH Le risque de survenue est dautant plus important que les CD4 sont bas. Les causes: –Le virus EBV nest concerné que pour la moitié –Il existe une activation des lymphocytes B tout au cours de la maladie VIH Soit directement par le virus lui même Soit indirectement par lactivation du système immunitaire => Augmentation du risque de mutations oncogènes

6

7 Evolution de lincidence des lymphomes non hodgkiniens systémiques entre et

8

9 Epidémiologie Lamélioration du statut immunovirologique des porteurs de VIH est associée à une baisse dincidence des lymphomes mais pas de la maladie de Hodgkin: Mécanismes différents??

10 Epidémiologie Les lymphomes restent la principale cause de mortalité des patients infectés par le VIH:

11 Lewden C, Salmon D, Morlat P, Bevilacqua S, Jougla E, Bonnet F, Heripret L, Costagliola D, May T, Chene G. Causes of death among human immunodeficiency virus (HIV)-infected adults in the era of potent antiretroviral therapy: emerging role of hepatitis and cancers, persistent role of AIDS. Int J Epidemiol Nov 23

12 Pronostic La survie des patients atteints de lymphome sest améliorée

13

14 Pronostic Pourquoi? –La maladie na pas beaucoup changé dans son mode de présentation Toujours beaucoup de formes extranodale avec forte masse tumorale Un peu moins de lymphomes immunoblastique que lon voyait chez les patients profondément immunodéprimés

15

16 Pronostic Pourquoi? –Les patients se présentent avec des CD4 plus élevés

17 Pronostic Pourquoi? –Le traitement?

18 Pronostic Pourquoi? –Le traitement? Les anti rétroviraux? –Lutilisation des ARV pendant linduction: »Discutée par le NCI »Pratiquée par tous les autres

19 Sparano, J. A. et al. J Clin Oncol; 22: Fig 2. Overall survival

20 Pronostic Pourquoi? –Le traitement? La chimiothérapie? –Les chimiothérapies utilisées en post HAART sont plus aggressives que au début des années 1990.

21 Pronostic Pourquoi? –Le traitement? La chimiothérapie? –Les chimiothérapies utilisées en post HAART sont plus aggressives que au début des années –Lapproche thérapeutique se rapproche de celle des lymphomes des patients HIV-

22 Pronostic Pourquoi? –Le traitement? Les anticorps monoclonaux?

23 Pronostic Pourquoi? –Le traitement? Les anticorps monoclonaux? –Améliorent la survie des patients traités pour lymphome

24 Essai Gela 98-5 DLCBL patients > 60 ans

25 Pronostic Pourquoi? –Le traitement? Les anticorps monoclonaux? –Dans les lymphomes liés au VIH?

26 Pronostic Pourquoi? –Le traitement? Les anticorps monoclonaux? –Dans les lymphomes liés au VIH? »Données discordantes: »Essai ANRS: CHOP + Rituximab »Bons résultats en terme de nombre de patients mis en rémission complète : 77%

27 Pronostic Pourquoi? –Le traitement? Les anticorps monoclonaux? –Dans les lymphomes liés au VIH? »Données discordantes: »Essai ANRS: »Bons résultats en terme de survie :

28 Overall survival 0 0,2 0,4 0,6 0,8 1 Overall survival Time (months) n=61n=40n=27n=8

29 Overall survival according to IPI Score Logrank test: p= ,2 0,4 0,6 0,8 1 Overall survival Time (months) IPI=2, 3 (n=28) IPI=0,1 (n=31)

30 Overall survival according to CD4 cells at inclusion Logrank test: p= ,2 0,4 0,6 0,8 1 Overall survival Time (months) CD4<100 (n=12) CD4>=100 (n=47)

31 Pronostic Pourquoi? –Le traitement? Les anticorps monoclonaux? –Dans les lymphomes liés au VIH? »Données discordantes: »Essai ANRS: »Bons résultats en terme de survie : »Mais pour des patients de bon pronostic

32 Pronostic Pourquoi? –Le traitement? Les anticorps monoclonaux? –Dans les lymphomes liés au VIH? »Données discordantes: »Essai AMC 10 : nombre étonnamment élevé de morts par infection bactérienne dans le bras Rituximab »Pas de bénefice en survie.

33 Conclusion Les lymphomes restent une cause de mortalité majeure de la maladie VIH Leur traitement est proche des lymphomes non VIH et difficile dans des formes évoluées.


Télécharger ppt "Les Lymphomes associés au VIH François Boué Hôpital Antoine Béclère CLAMART."

Présentations similaires


Annonces Google