La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LE MYTHE DU DIEU PAN ENFANCE MALTRAITÉE et La MISÈRE SEXUELLE et LE MANQUE Musée dATHÈNES « Car le besoin pour lhomme est lécole du mal » EURIPIDE.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LE MYTHE DU DIEU PAN ENFANCE MALTRAITÉE et La MISÈRE SEXUELLE et LE MANQUE Musée dATHÈNES « Car le besoin pour lhomme est lécole du mal » EURIPIDE."— Transcription de la présentation:

1

2 LE MYTHE DU DIEU PAN ENFANCE MALTRAITÉE et La MISÈRE SEXUELLE et LE MANQUE Musée dATHÈNES « Car le besoin pour lhomme est lécole du mal » EURIPIDE

3 MYTHOLOGIE dhier, ENFANCES daujourdhui Par le Interprétation des mythes de PAN «Interprétation des mythes de PAN »

4 Musée dATHÈNES Ladolescence au prise avec léveil de la sexualité panique La découverte de la mesure Comment contrôler ses PULSIONS ? Comment humaniser la pulsion de JOUISSANCE sans partage et ne pas réduire lautre à un objet de jouissance? Comment porter par le DÉSIR partager le PLAISIR? Que faut-il pour PLAIRE et être AIMÉ?

5 Musée dATHÈNES LE MYTHE DU DIEU PAN « Chaque nuit, jentendrais la chanson de naguère, ma chanson à moi : ÊTRE une heure, être une heure seulement, être une heure quelquefois, être une heure, rien quune heure durant, être BEAU et CON à la fois » J. BREL DÉFICIT, MALFORMATION, LAIDEUR,

6 Musée dATHÈNES LE MYTHE DU DIEU PAN Lespoir DES HANDICAPÉS, DES DÉBILES, des CANCRES, des LAIDS, des abandonnés, des exclus, des rejetés, des mal aimés, des… « Vous nauriez pas un petit quelque chose, pour moi, un petit plaisir à moffrir ? Vous ne pourriez pas me donner une existence, une petite victoire, une raison dêtre ? Vous nauriez pas un petit PLAISIR? Que faire de ma PULSION de jouissance? Y a-t-il quelquun? » Le MENDIANT de SOI

7 Musée dATHÈNES LE MYTHE DU DIEU PAN SES PROBLÈMATIQUES PAN La laideur de PAN est-elle celle de lassociation dun bec de lièvre, dun pied bot, de lichtyose ? Sa mère est la femme masquée, la femme aux coïts multiples (Pénélope). Exclu comme un cagot, seule la masturbation, les putes, le viol contiennent la détresse violente de son exclusion de la sexualité. SYRINX Il conduira au suicide la nymphe SYRINX ECCHO Il tuera sa femme ECCHO

8 Musée dATHÈNES LE DIEU PAN PANIQUÉ SES PROBLÈMATIQUES La déception dêtre soi, de nêtre que soi, la rage dêtre obligé de vivre dans une dévaluation contonue dans le rapport aux autres, dans la HONTE dêtre SOI. La haine et la terreur dêtre SOI, la panique dêtre dépossédé de soi par un besoin, par une pulsion inévitable, par leffroi de laltérité à soi- même, par ce qui est autre que lhumain en soi, par lincapacité de devenir autre pour vraiment être soi, prisonnier dune adaptabilité inaccessible. dune MÉLANCOLIE DÊTRE. Le rapport à lautre, à laltérité a été rendu catastrophique, le rapport à soi-même est source dune impuissance intolérable, de terreur, de panique, dune MÉLANCOLIE DÊTRE.

9 Musée dATHÈNES LE DIEU PAN PANIQUÉ Le tsunami, la vague déferlante, louragan, la tornade de sa pulsion sexuelle lenvahit, lobnubile, le déborde, lassigne à sa SATISFACTION… RIEN NE LA CONTIENT, Labsence de LIMITES, dINTERDITS, de PARTAGES conditionnent labsence de CONTRÔLES…

10 LE DIEU PAN PANIQUÉ Sa VIE réduite au BESOIN de satisfaction de la PULSION SEXUELLE La misère dune sexualité réduite à la MASTURBATION ou à de rares VIOLS

11 Lêtre et lobjet de la jouissance La mélancolie La mélancolie surgit JOUISSANCE quand il ne reste que la JOUISSANCE pour être… La rage La rage surgit de ne pouvoir être que de léphémère de la jouissance. Ceci ouvre à la masturbation compulsive, à lhypersexualité répétitive énigmatique et désespérée, aux viols compulsifs …

12 Lêtre et la jouissance Cette question trouve de mauvaise réponse chez bien des dieux, que dire en ce qui concerne les hommes… PAN ZEUS DIONYSOS NARCISSE

13 Lêtre de la jouissance Ne pas être dans lesprit de sa mère, être moins quun mort, moins que lenfant rêvé, moins que lenfant de linceste fantasmé. La mentalisation de soi est alors dévaluée, rendue inutile par la force des attachements toxiques à ce vide relationnel à la mère. La mentalisation de soi tourne en rond, inutile. jouissance Il ne reste pour se donner le sentiment dêtre que la jouissance que lon peut se procurer de soi à soi-même pour se rattacher à la vie. La masturbation seul ou à deux.

14 La RE présentation consciente doublement FUSIONNEL La RE présentation consciente de vise un doublement FUSIONNEL de limage de soi et du corps. NARCISSE DIONYSOS Le déficit maternel chez NARCISSE et DIONYSOS conduit à vouloir réaliser cette FUSION sans pouvoir y arriver.

15 La RE présentation consciente doublement FUSIONNEL La RE présentation consciente de vise un doublement FUSIONNEL de limage de soi et du corps grâce au tout pouvoir de limaginaire. Il ny aurait plus de dialogues, de questionnements partagés entre ce que lon est, ce que les autres voient et en pense et ce que lon pense de soi et son vécu. Dans la terreur de ne pas ÊTRE, la RE PRÉSENTATION nest plus source de mentalisation partagée. Elle vise à simposer comme INDISCUTABLE, sans autre.

16 La RE présentation FUSIONNELLE jouissance La RE présentation FUSIONNELLE INDISCUTABLE tombe sous le joug des PULSIONS et de la recherche de la jouissance Pour ÊTRE.

17 Lêtre de la jouissance Même le dieu suprême se réfugie dans la quête de la jouissance

18 La RIVALITÉ admirative au père et langoisse de castration ou dinfériorité Zeus OURANOSCRONOS / SATURNE Zeus tente déviter la mélancolie qui a marqué son grand père OURANOS et son père CRONOS / SATURNE mais il reste dans une rivalité envieuse et mimétique de leur puissante sexualité. Zeus Zeus est devenu un obsédé sexuel. La JOUISSANCE est sa seule compensation, sa seule victoire contre le risque de ne pas ÊTRE. LA VIOLENCE AUTORITAIRE surgit !!! Personne ne doit sopposer à son autorité à son pouvoir absolu sur les dieux, sur les hommes et sur les femmes.

19 LINACESSIBLE SENSATION DÊTRE LIMAGE DE SOI ET LA JOUISSANCE

20 Lidentité consciente tiendrait sa validité, sa densité, la qualité de sa somatisation dun doublement, de la RE connaissance de soi venant dun autre dont serait porteuse limage de soi, le reflet qui fait relai dans nos rapport à nous-même et la RE présentation de SOI. Elle sinsère dans une dynamique de la maturation et de ladaptabilité. Cette identité consciente serait paisible de ne pas entrer en conflit avec une image inconsciente mortifère qui viendrait la contredire, la déstabiliser. La re présentation consciente doublement La re présentation consciente de résulte dun doublement

21 Nous voyons dans cette démarche du doublement, lattente qui existe dans les rapports FAMIMIAUX, dans les rapports SOCIAUX et dans les rapports AMOUREUX. La jouissance viendrait tel un bouche trou combler le manque, labsence de la mentalisation du doublement. La re présentation consciente doublement La re présentation consciente de résulte dun doublement

22 La RE présentation consciente La RE présentation consciente de qui vise doublement FUSIONNEL grâce à la JOUISSANCE un lien à soi-même comme un doublement FUSIONNEL grâce à la JOUISSANCE est vouée à léchec. Le déficit relationnel en psychiatrie Le schizophrène, dissocié, le regard concentré, dans un repli sur lui-même, sans autre, sarrache le sexe dans la souffrance ou se masturbe sans arrêt dans la jouissance dans une tentative désespérée dêtre.

23 Réduit à ses besoins par labsence de liens à lautre. La panique et le viol des nymphes Seule demeure la nécessité dassouvir sa pulsion au risque terrorisant de sa dissociation : «Jouissance, dis moi que jexiste » ce qui renforce lerreur et la pression pulsionnelle. La jouissance en place du plaisir

24 LE DIEU PAN et le VIOL est l OTAGE de ses PULSIONS sexuelles

25 La PULSION sexuelle La JOUISSANCE La JOUISSANCE est anonyme, amorale, a culturelle, asociale. La fatalité La fatalité du repli du corps sur lui- même sans autre perspective LE RUT ILLIMITÉ BESTIAL, LE BOUC LUBRIQUE

26 LE DIEU PAN Le BESOIN et la PULSION simposent par leur force en place du DÉSIR qui se partage dans lalliance avec lautre. Musée dATHÈNES

27 La PANIQUE Musée dATHÈNES Elle surgit chez les nymphes confrontées PAN à la pulsion de viol du DIEU PAN, confrontée à la recherche de la jouissance pour la jouissance dans laquelle lautre est réduit à être un objet.

28 La PANIQUE La déesse DIANEa fui les hommes au fond des bois La déesse DIANE a fui les hommes au fond des bois. Musée dATHÈNES Dr Henry Thomas

29 LE POUVOIR FÉMININ DIANE et la Dame à la LICORNEdomine lhomme, réduit à un cerf en RUT à ses pieds… DIANE et la Dame à la LICORNE domine lhomme, réduit à un cerf en RUT à ses pieds… Musée dATHÈNES

30 La PANIQUE et la chasteté DIANE et les adolescentes, les nymphes adeptes de la chasteté dansent LE REJET des hommes et la LIBERTÉ féminine.

31 La chasteté et la peur du désir des hommes FUIR LE désir des hommes

32 La PANIQUE Les nymphes et la sexualité masculine Dr Henry Thomas

33 La PANIQUE Le DIEU PAN ne peut résister à

34 La PANIQUE Le DIEU PAN ne peut résister à La JOUISSANCE La JOUISSANCE se déplace dans celle de la CHASSE, dans le pouvoir de créer la panique, dexercer un pouvoir de terreur, celui du prédateur, celui dominer lautre…

35 La PANIQUE La nymphe SYRINX fuit et se suicide en se transformant en ROSEAU… La nymphe SYRINX fuit et se suicide en se transformant en ROSEAU… La flûte de PAN…

36 La PANIQUE Les prédateurs, les soldats, les mercenaires, les tueurs et les violeurs, les délinquants arrivent…

37 NARCISSE PAN Ainsi tel NARCISSE, PAN SE VIT SOUS LA CONTRAINTE ADDICTIVE dune fusion non pas à son image mais, à son corps, à la pulsion sexuelle, à la jouissance pour être…

38 DIONYSOS Ainsi tel DIONYSOS qui sans interdit, sans repère fiable, reste la proie de son imaginaire mégalomaniaque, dans lindifférenciation, dans la lutte avec son image quil ne peut pas consolider, qui ne peut prendre consistance, qui reste incertaine la proie de ses appétits de jouissance, sans partage, dans le rêve idéal dune toute puissance qui se dérobe.

39 ZEUS Ainsi tel ZEUS lobsédé sexuel qui remplace la honte de cette pulsion incontrôlable par la FIERTÉ admirative de son PÉNIS dans une tentative désespérée de mettre un terme à son ANGOISSE de CASTRATION, dans sa lutte contre linhibition au père…

40 PAN PAN sinscrit sur internet, dans des chats de prédateurs à web Cam. Il chasse, dans des RENCONTRES marquées par lespoir dune nouveauté, de chair fraîche à volonté.

41 PAN Tout se mêle, lespoir de créer un couple, un compagnonnage, de quitter la solitude, labsence de rencontre, dans lespoir de rencontrer lamour ou de soffrir à deux une bonne baise gratuite sans engagement, de faire des essais ou de trouver une proie fragile, une nymphe imprudente, une nymphomane, une fille de PAN … Démontrer sa puissance séduire, chasser encore et encore, subjuguer lautre pour mieux le quitter, pour mieux lavilir, pour lexploiter, pour en faire un objet à sa convenance…pour JOUIR !!!

42 Qui est la proie, qui est le prédateur ? Tous consentants.

43 Au bout de la mascarade jubilatoire, limpasse déprimante, leffondrement dans le sentiment de linutile répétition qui jamais nassouvit, ni ne résoud lénigme de cette contrainte addictive dont on ne peut se délivrer. Bacchantes, Ménades, Silènes, Satyres Silènes, Satyres sébattent dans le commerce du porno…

44 La MENTALISATION EMPHÉMÉ, EMPHÉMÉ, la nourrice des MUSES va guérir PAN le DIEU PAN. Elle lui offre une écoute une relation paisible… qui lui redonne confiance dans la relation à lautre et dans le VERBE. Elle lui donnera des mots qui lui permettront de créer une distance entre lui et ses pulsions.

45 Le GRAND PAN est MORT Cette métaphore nous renvoie la pulsion de JOUISSANCE à la maturation qui nous permet de contrôler la pulsion de JOUISSANCE.

46 Le MANQUE, la jouissance et lamour Ainsi certains FUIENT la pulsion/jouissance source de leur déshumanisation dans une loi du tout ou rien enfantine, sans négociations, sans nuances, sans autre maîtrise…sans découvrir le désir/plaisir. On assiste à la fuite vers un ailleurs merveilleux IDÉAL, à un déplacement des investissements vers laffectif, le sentiment, le sentimental, laltruisme, le spirituel tazndis que demeure langoisse de ne pas ÊTRE

47 Le MANQUE, la jouissance et lamour Tandis que dautres SE RÉFUGIENT dans des victoires différentes : dans loubli de soi en fuyant dans le travail, dans les dominations liées au POUVOIR et à largent, dans une activité sportive de lextrême à mort, dans lhédonisme manipulateur désespéré….

48 Le MANQUE, la jouissance et lamour Lattente de quelle jouissance en réponse à quel manque de soi, à quel manque chez lautre, à quel manque dans la relation à lautre. Dans lécart entre la jouissance attendue et la jouissance obtenue, dans ce MANQUE se met le mécanisme de défense. Lécart incomblable laisse à jamais une insatisfaction à celui qui reste dans lESPOIR que le corps pourrait procurer autre chose que lapaisement transitoire dune tension, le répit éphémère vite dérisoire.

49 Le MANQUE, la jouissance et lamour La jouissance est du côté de la pulsion et du besoin, du côté de lespoir dune perfection et ainsi du côté de la pulsion de mort, de léchec dune mentalisation dun renoncement qui ferait vie. Le plaisir est du côté du désir, de lacceptation dune limite et du partage dans un manque admissible, négociable.

50 Le MANQUE, la jouissance et lamour Tout dépend de la nature du manque, de son intensité, de la pression quil exerce. La cruelle réalité, linjustice des privations (la bêtise, la laideur, les malformations, les anomalies organiques) La castration psychique, linhibition, les renoncements multiples à la fusion, à lespoir de perfection, la défaillance dun moi fragile pris dans des errances douloureuses varie suivant les uns et les autres doù lattente de jouissance différente et le malentendu dans la rencontre.

51 Le MANQUE Tout dépend de la nature du manque, de son intensité, de la pression quil exerce. La création dun MANQUE dynamique celui où sexerce le pouvoir de la représentation de soi, celui où sinscrit lamour, où se remet en jeu la qualité de nos adaptations, de nos mécanismes de défense, là où sexerce notre liberté, la possibilité à notre identité de prendre corps. Ceci est lopposé dun manque IMMUABLE, FATAL et INTOLÉRABLE qui nous laisse impuissant.

52 À ladolescence EMPHÉMÉ il est souhaitable que dans léducation nationale comme EMPHÉMÉ de mettre en jeu une réflexion partagée sur la sexualité ( pas seulement sur le planning familial, la contraception, les préservatifs et la protection contre le SIDA) mais aussi sur lINTENTION, sur le passage de la pulsion au désir, sur la différence entre jouissance et plaisir. Lenseignant

53 La transmission Premièrement ne pas nuire ! Savoir diriger sur quelquun de compétent. Savoir se taire et ne pas interpréter à tout va dans un prosélytisme de projections STÉRÉOTYPÉES, sentencieuses ou militantes. Savoir dépister les troubles et savoir diriger vers ceux qui peuvent prendre en charge ; Ne pas aller au-delà de ses compétences. Ne pas interpréter à la place de ladolescent mais proposer à linterprétation les textes Grecs suffit à la tâche… Lenseignant

54 BIBLIOGRAPHIE ESCHYLE ESCHYLE, Prométhée enchainé OVIDE OVIDE, LES MÉTAMORPHOSES. Textes sur Internet WIKISOURCE WIKISOURCE Par Publius Ovidius Naso 2 AP C

55 BIBLIOGRAPHIE CHASSEGNET - SMIRGEL CHASSEGNET - SMIRGEL: Les maladies de lidéalité, LHarmattan AULAGNIER: AULAGNIER: La violence de linterprétation, PUF, 1975 VIORST: VIORST: Les renoncements nécessaires, LAFFONT, 1988 LENTIN Jean-Pierre : LENTIN Jean-Pierre : Je pense donc je me trompe, A. Michel

56 BIBLIOGRAPHIE CYRULNICK Boris CYRULNICK Boris, Le visage sens et contre sens, Eshel CYRULNICK Boris CYRULNICK Boris, Sous le signe du lien, Hachette, DEGUY Michel -GIRARD René: DEGUY Michel -GIRARD René: Le problème du mal, Grasset, GIL José GIL José, Les métamorphoses du corps, Editions de la différence, KRAJZMAN Maurice - Moshe: KRAJZMAN Maurice - Moshe: La place de lamour en psychanalyse, Point Hors Ligne, 1986

57 BIBLIOGRAPHIE KRISTEVA Julia KRISTEVA Julia, Les pouvoirs de lhorreur, Point Seuil, KRISTEVA Julia KRISTEVA Julia, Histoires damour, Folio, KRISTEVA Julia KRISTEVA Julia, Etrangers à nous-mêmes, Fayard, KRISTEVA Julia KRISTEVA Julia, Psychanalyse et foi, Hachette, KRISTEVA Julia KRISTEVA Julia, Visions capitales, Réunion des musées nationaux, KLIMA Ivan KLIMA Ivan, Amour et ordures, Seuil, 1991.

58 BIBLIOGRAPHIE DOLTO Françoise: DOLTO Françoise: Au jeu du désir, Points Seuil, 1985 CRÉATION DES MAISONS VERTES Prise en charge de la famille, de la grossesse au début de la scolarisation qui nest pas souhaitable avant trois ans et demi. Cest ce qui permet de soutenir la famille au tout début de la relation à lenfant. Cest ce qui permet de dépister précocement les troubles de lenfant et de les dénouer le plus facilement au risque de les voir se figer et senvenimer…

59 FILMOGRAPHIE LUBITSCH Ernest LA FOLLE INGÉNUE QUEST CE QUI FAIT QUE LES JEUNES FILLES QUIITENT LEUR FAMILLE ?

60 Éditions IMAGO Diffusion P.U.F imago.fr Un livre par Henry THOMAS LES REFUS DE LA RÉALITÉ

61 Souffrances denfance Souffrances denfance de la MYTHOLOGIE à la PSYCHANALYSE Éditions IMAGO Diffusion P.U.F imago.fr Un livre par Henry THOMAS


Télécharger ppt "LE MYTHE DU DIEU PAN ENFANCE MALTRAITÉE et La MISÈRE SEXUELLE et LE MANQUE Musée dATHÈNES « Car le besoin pour lhomme est lécole du mal » EURIPIDE."

Présentations similaires


Annonces Google