La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

SENEGAL : ENQUETE 123 – PHASE I PLAN DE LA PRESENTATION 1.CHAMP DE LENQUETE 2.METHODOLOGIE 3.SITUATION SOCIO-DEMOGRAPHIQUE 4.ACTIVITE ET CHOMAGE 5.STRUCTURE.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "SENEGAL : ENQUETE 123 – PHASE I PLAN DE LA PRESENTATION 1.CHAMP DE LENQUETE 2.METHODOLOGIE 3.SITUATION SOCIO-DEMOGRAPHIQUE 4.ACTIVITE ET CHOMAGE 5.STRUCTURE."— Transcription de la présentation:

1 SENEGAL : ENQUETE 123 – PHASE I PLAN DE LA PRESENTATION 1.CHAMP DE LENQUETE 2.METHODOLOGIE 3.SITUATION SOCIO-DEMOGRAPHIQUE 4.ACTIVITE ET CHOMAGE 5.STRUCTURE ET DYNAMIQUE DES EMPLOIS 6.INSERTION SUR LE MARCHE DU TRAVAIL 7.HABITAT, STATUT DOCCUPATION ET EQUIPEMENT 8.TRAJECTOIRES ET PERSPECTIVES 9.CONCLUSION

2 1.LE CHAMP DE LENQUETE Lenquête couvre la partie urbaine de la région de Dakar, soit 97% de la population. Elle comprend : les communes de Dakar, Guédiawaye, Pikine, Rufisque, Bargny et Sébikhotane Superficie = 550 Km 2, soit 0,3% du territoire national Population = environ dhts, soit plus de 20% de la population du pays Densité = plus de 4100 hts/ Km 2, soit près de 20 fois celle de la 2 eme région la plus densément peuplée et près de 300 fois la moins peuplée.

3 2.LA METHODOLOGIE PLAN DE SONDAGE : Echantillon stratifié à deux degrés 1er degré = Districts de Recensement (DR) 2ème degré = Ménages Echantillon de départ : 125 DR 2500 Ménages Echantillon final : 2479 Ménages Cibles: individus de 10 ans et plus COLLECTE : 1ère période : Septembre – Novembre ème période : Février 2003

4 3.LA SITUATION SOCIO-DEMOGRAPHIQUE (1/6) Lagglomération dakaroise compte hts dont 51,5% de femmes La population - Age moyen = 23,9 ans est très jeune - Près de la moitié a moins de 20ans Lethnie Wolof prédomine Wolof41,1 Lébou9,1 Pular18,4 Serer 12,7 Autres 18,7

5 Une forte migration vers Dakar : attraction due à son statut de Capitale politique et économique migrants à Dakar, soit plus du quart de la population (25,7%) La migration est dorigine urbaine et touche les deux sexes : 75% des migrants proviennent dune ville 26% des migrants viennent dune capitale régionale et plus de 32% dun chef lieu de département 3.LA SITUATION SOCIO-DEMOGRAPHIQUE (2/6)

6 Les motifs de la migration Les raisons familiales prédominent : - 77,4% des femmes - 39,7% des hommes Suivent la quête demplois : - 14,0% des femmes - 44,3% des hommes ……enfin les études et la formation : - 4,5% des femmes - 10,1% des hommes 3.LA SITUATION SOCIO-DEMOGRAPHIQUE (3/6)

7 La scolarité A Dakar, la fréquentation scolaire est faible : 58,8% de la population de 7 ans et +)…...et doublée dinégalités: la fréquentation actuelle est de 23,3% pour les garçons 20,7% pour les filles …….mais ces inégalités qui se resserrent aux jeunes générations, finissent par sestomper à 7- 9 ans: 65,4% pour les filles 63,2% pour les garçons 3.SITUATION SOCIO-DEMOGRAPHIQUE (4/6)

8 3.LA SITUATION SOCIO-DEMOGRAPHIQUE (5/6) La durée des études est courte 4,8 ans pour les 15 ans et + ayant été à lécole Elle est plus longue pour les jeunes générations : 5,7 ans à ans 2,0 ans à 60 ans et plus ….mais les femmes restent défavorisées : 5,7 ans pour les hommes 4,1 ans pour les femmes

9 3.LA SITUATION SOCIO-DEMOGRAPHIQUE (6/6) La composition des ménages ménages de taille moyenne 7,4 dont plus du quart (27%) est dirigé par des femmes. La famille élargie prédomine dans les ménages dirigés par un homme et la famille monoparentale dans les ménages de femmes Type de ménagesHommesFemmesEnsemble Modèle de Famille élargie53,512,142,5 Ménage de type monoparental4,78024,6 Couple avec enfants30,11,522,5 Personnes seules8,86,68,2

10 4.LACTIVITE ET LE CHOMAGE (1/7) Lactivité Population potentiellement active = Population active = Le taux dactivité augmente avec lâge jusquà 49 ans mais les femmes sont défavorisées : 51% à 10 ans et plus - 61,4% à 15 ans et plus 41% pour les femmes - 62% pour les hommes - Le taux de dépendance est assez élevé : Une personne occupée prend la charge de 189 personnes sans activité

11 4.LACTIVITE ET LE CHOMAGE (2/7) Linactivité Les inactifs représentent près de la moitié (49,3%) de la population potentiellement active près de la moitié constituée délèves et étudiants plus du quart composé de femmes au foyer Seulement 12% disposent dun revenu hors emploi près de la moitié na pas besoin de travailler 38% ne sont pas en âge de travailler

12 4.LACTIVITE ET LE CHOMAGE (3/7) Le chômage Chômeurs BIT = dont 51% de femmes Chômeurs découragés = dont 78% de femmes Le taux de chômage BIT estimé à 11,7%, baisse avec lâge et touche plus les femmes (Taux élargi = 18,9%) et +Tous âges Taux masculin11,58,38,89,9 Taux féminin18,512,23,714,1 Taux global14,410,06,711,7

13 4.LACTIVITE ET LE CHOMAGE (4/7) Le chômage Le risque dêtre au chômage est aussi plus élevée pour les personnes instruites et les non-mariées Niveau dinstructionTaux Niveau supérieur24,0 Secondaire18,0 Primaire13,3 Sans instruction9,7

14 4.LACTIVITE ET LE CHOMAGE (5/7) Les types de chômeurs Les Primo-demandeurs = ( 57% de femmes) Ils sont plus jeunes et plus instruits : âge moyen = 27 ans durée moyenne des études = 6 ans Les Anciens occupés sont légèrement plus nombreux âge moyen = plus de 33 ans durée moyenne des études = 5 ans

15 4.LACTIVITE ET LE CHOMAGE (6/7) La durée du chômage En moyenne elle est assez longue: près de 4 ans Encore plus longue pour les primo-demandeurs et les femmes La recherche de travail Les relations personnelles constituent de loin le Moyen de recherche le plus utilisé: Relations personnelles = près de 2 chômeurs sur 3 Demandes = 1 chômeur sur 4 Concours = 2 chômeurs sur 100

16 4.LACTIVITE ET LE CHOMAGE (7/7) Le type demplois recherchés Les chômeurs sont plus attirés par le salariat : Emploi salarié = 4 chômeurs sur 10 Emploi non salarié = près d1 chômeur sur 4 Indifférent = 1 chômeur sur 3 Les prétentions salariales Le salaire moyen désiré est estimé à : FCFA Ce salaire est plus élevé pour : - les primo-demandeurs - et les hommes 80% des chômeurs prêts à réviser leurs prétentions jusquà soit une baisse de plus de 30%

17 5.STRUCTURE ET DYNAMIQUE DES EMPLOIS (1/5) La répartition des emplois Linformel emploie plus de 3 occupés sur 4 Le Public = 7,5% Le Privé formel = 16,1% En revanche, le taux de salarisation y est plus faible Estimé à 37,5% pour lensemble, il est de: 99,6% dans le Public 84,0% dans le Privé formel 21,5% dans le Privé informel

18 5.STRUCTURE ET DYNAMIQUE DES EMPLOIS (2/5) La répartition des emplois Linformel se caractérise par : des travailleurs plus jeunes = 31 ans un % de femmes plus important = 46,o% un % de migrants plus faible = 38,5% un niveau détudes plus faible = 3,3 ans une ancienneté plus courte = 7,6 ans un taux de salarisation plus bas = 21,5%

19 5.STRUCTURE ET DYNAMIQUE DES EMPLOIS (3/5) La répartition des emplois La répartition des branches par secteur institutionnel nest pas uniforme: les services dominent partout alors quavec 3% des emplois, le primaire est absent de la Capitale : Dans le public, les services occupent 93% Dans le privé formel = 53%) Dans linformel = 35%

20 5.STRUCTURE ET DYNAMIQUE DES EMPLOIS (4/5) La Dynamique des emplois Ancienneté: estimé globalement à 8,2 ans, le temps moyen passé dans lemploi est plus long dans le Public et plus court dans linformel Dans le public: 13,6 ans Dans le privé formel: 8,6 ans Dans linformel : 7,6 ans La pluri-activité concerne occupés sur , soit 4,3% de lensemble des travailleurs

21 5.STRUCTURE ET DYNAMIQUE DES EMPLOIS (5/5) La Dynamique des emplois Les préférences des chômeurs par rapport à la nature de lemploi : travail permanent à temps plein: 6 sur 10 travail permanent à temps partiel: 1 sur 10 travail temporaire: 5 sur 100 Indifférent : 1 sur 4

22 6.REVENUS ET CONDITIONS DACTIVITE Les revenus de lemploi principal P our une charge de travail plus lourde et un revenu moyen nettement plus faible (inférieur au SMIG fixé à FCFA), les travailleurs du secteur informel sont les plus défavorisés RevenusHeures/Semaine Administration ,2 Entreprises publiques ,9 Privé formel ,8 Privé informel ,0

23 6.REVENUS ET CONDITIONS DACTIVITE Les revenus dans lemploi principal par catégorie socio-professionnelle Les Indépendants de linformel ont des revenus moyens plus faibles que ceux des travailleurs du secteur formel (sauf ceux des manœuvres/ouvriers du privé formel) Indépendants informel : Cadres du formel à Employés/ouvriers du formel : à Manœuvres/autres : à

24 6.REVENUS ET CONDITIONS DACTIVITE Le Sous emploi apparaît comme le principal problème du marché du travail à Dakar ; il touche plus particulièrement le secteur informel Le Sous emploi visible (moins de 35 heures de travail par semaine de façon involontaire): Le Sous emploi invisible(salaire inférieur au SMIG) Visible Invisible Global Informel : 16,6% 65,2% Privé formel: 13,0% 21,3% Public: 14,2% 3,4% Ensemble: 15,4% 53,5% 72,5%

25 7.REVENUS ET CONDITIONS DACTIVITE Les conditions de travail: la précarité, une caractéristique du secteur informel où le contrat de travail, le bulletin de paie, les prestations sociales et laffiliation à un syndicat sont des pratiques presque inconnues contratBulletin Informel7,02,9 Privé formel64,078,0 Public94,090,0

26 7.REVENUS ET CONDITIONS DACTIVITE Les conditions de travail La précarité, une caractéristique principale du secteur informel Si au total moins de 8,0% bénéficient de prestations sociales, l es travailleurs les mieux rémunérés sont aussi plus nombreux à en bénéficier : Cadres public = 36,2% Employés public = 23,6% Cadres privé formel = 28,4% Employés public = 18,6% Contre: moins de 4,0% pour les manœuvres

27 7.REVENUS ET CONDITIONS DACTIVITE Les conditions de travail La précarité, une caractéristique principale du secteur informel : le taux de syndicalisation reste encore très faible: 5,9% pour les salariés et les non salariés 14,8% pour les salariés 52,7% dans les entreprises avec un syndicat

28 8.INSERTION DANS LE MARCHE DU TRAVAIL Les types de ménages La plupart des chefs de ménage travaillent dans linformel ou sont chômeurs/inactifs Privé informel = 39,7% Chômeurs/inactifs = 33,8% Privé formel = 15,9% Public = 10,6%

29 8.INSERTION DANS LE MARCHE DU TRAVAIL A lopposé du secteur informel, les emplois les plus qualifiés, les mieux payés et les plus protégés sont dans le public Avec des revenus dactivité plus faibles que ceux de privé formel, les CM de linformel sont mieux lotis que leurs homologues Chômeurs et Inactifs

30 8.HABITAT, STATUT DOCCUPATION et EQUIPT La propriété avec ou sans titre foncier est le type doccupation dominant : propriétaires: 49,4% dont 7% sans titre locataires: 44,5% Le niveau de confort mesuré par le matériau de construction, laccès à lélectricité et à leau et le type daisance est plus élevé dans: les ménages privés formels et publics

31 8.HABITAT, STATUT DOCCUPATION et EQUIPT Les disparités mises à part, laccès aux principaux éléments de confort est globalement acceptable : la construction en dur: 92% lélectricité : 87% leau courante: 88% Aisance avec chasse: 79%

32 8.TRAJECTOIRES ET PERSPECTIVES La mobilité sociale intergénérationnelle Par la mobilité scolaire : Une amélioration de la scolarisation dune génération à lautre: un enfant a près de 2 ans détudes de plus que son père lécart augmente pour ceux qui ont terminé leurs études : 3 ans à ans les écarts sont plus importants pour les garçons (3 ans) que pour les filles (1 an)

33 8.TRAJECTOIRES ET PERSPECTIVES Par la mobilité scolaire Le niveau dinstruction sest nettement amélioré. Ainsi, pour ceux dont le père na pas été à lécole : 23% ont atteint le primaire 24% ont atteint le secondaire 6% ont atteint le supérieur

34 8.TRAJECTOIRES ET PERSPECTIVES Par la mobilité scolaire: L e niveau détudes comparé confirme lamélioration de la scolarisation NiveauPèreEnfant Pas décole67,236,1 Primaire13,824,2 Secondaire11,431,1 universitaire7,78,6

35 8.TRAJECTOIRES ET PERSPECTIVES Par la mobilité professionnelle Au détriment de lagriculture, les enfants sorientent vers les industries, les services et le commerce Branche dactivitéPèreEnfant Agriculture30,03,6 Industrie15,027,7 Commerce22,125,8 Services32,842,9

36 8.TRAJECTOIRES ET PERSPECTIVES Par la mobilité professionnelle Changement aussi dans la catégorie socio- Professionnelle: les pères mieux lotis PèreEnfant Cadres12,66,8 Employés et ouvriers25,517,9 Salarié non qualifié5,313,0 Emploi non salarié56,662,3

37 8.TRAJECTOIRES ET PERSPECTIVES Les types demplois que désirent les jeunes Dakarois Qui sont-ils…? Ils ont 15 à 24 ans et comptent membres dont: occupés chômeurs BIT chômeurs découragés Ils ont un taux de chômage (13,2%) plus élevé que la moyenne (11,7%)

38 8.TRAJECTOIRES ET PERSPECTIVES Les types demplois que désirent les jeunes Dakarois Constat : I nadéquation entre préférences et opportunités demplois dans le choix du secteur institutionnel comme dans celui de la catégorie socio-professionnelle

39 8.TRAJECTOIRES ET PERSPECTIVES Le secteur institutionnel Les jeunes préfèrent des emplois dans : - linformel : 53,6% - le privé formel : 30,6% Léconomie en a créé trop ou pas assez : - linformel : 84,6% - le privé formel : 14,0% Alors que 13% des jeunes rêvent demplois dans ladministration, celle-ci en a créé 1% à peine.

40 8.TRAJECTOIRES ET PERSPECTIVES La catégorie socio-professionnelle Les jeunes voudraient être : - Cadres : 22,1% - Employés/ouvriers : 12,0% Les emplois créés en 2001 : - ne comptent pas de poste de cadres - mais peu de postes demployés (4,3%) Les emplois créés comportent 22% de postes de manœuvres dont 6% seulement des jeunes en voudraient.

41 9.CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS Toutes les phases de lenquête ont été menées avec succès mais non sans quelques difficultés liées : aux contraints de la méthodologie et du calendrier ainsi quaux des problèmes nés de la sous estimation de la charge de travail, en particulier en ce qui concerne la collecte (grande taille des ménages et mobilité des enquêtés), la saisie et lapurement des données Linsuffisance des ressources humaines du fait de la concomitance dopérations de grandes envergure à la DPS La non prise en compte des spécificités nationales dans la confection des budgets et lexpérience acquise en 1996 dans ce domaine lors de la réalisation des EDMC

42 9.CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS Recommandations Réfléchir sur les moyens datténuer les difficultés déjà rencontrées avant détendre le projet au niveau national Rationaliser les ateliers de traitement et danalyse en mettant laccès sur la validation et lharmonisation des programmes informatiques afin déviter les révisions répétées


Télécharger ppt "SENEGAL : ENQUETE 123 – PHASE I PLAN DE LA PRESENTATION 1.CHAMP DE LENQUETE 2.METHODOLOGIE 3.SITUATION SOCIO-DEMOGRAPHIQUE 4.ACTIVITE ET CHOMAGE 5.STRUCTURE."

Présentations similaires


Annonces Google