La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Labsence de cadre de référence pour les établissements privés et les lacunes du dispositif appellent chaque établissement à un travail de réflexion.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Labsence de cadre de référence pour les établissements privés et les lacunes du dispositif appellent chaque établissement à un travail de réflexion."— Transcription de la présentation:

1

2

3

4 Labsence de cadre de référence pour les établissements privés et les lacunes du dispositif appellent chaque établissement à un travail de réflexion et de concertation approfondi pour décider sil est possible et raisonnable de sengager dans la réforme. Sagissant dune réforme quil a pourtant appelée de ses vœux, lEnseignement Catholique est traversé par des doutes et interrogations. lEnseignement Catholique sest déclaré favorable sur le principe à un réaménagement du rythme hebdomadaire de lécole, en souhaitant que soit aussi prise en compte la question de lannée scolaire et celle de linévitable allègement des programmes, mesures indispensables pour repenser totalement les rythmes des apprentissages.

5 Le projet éducatif de létablissement Quelles que soient les décisions prises sur le principe (modifier ou non les rythmes scolaires) ou en termes dorganisation, dhoraires, de propositions éducatives, dappel à des partenaires extérieurs … ce qui doit déterminer les solutions retenues, cest le projet éducatif de létablissement, choisi par les familles et fondé sur les orientations et valeurs de lEnseignement Catholique. Cest notamment à la lumière du projet éducatif que létablissement peut décider, de sinscrire ou non dans des activités proposées par des partenaires extérieurs à létablissement (mairie ou association).

6 Le projet de modification des rythmes scolaires est une question importante. Elle doit être loccasion de mettre en œuvre, dans les établissements, sous la conduite du chef d'établissement, une concertation de qualité associant lensemble des partenaires concernés. Cette concertation sera nourrie de lapport de chacune des parties prenantes de la communauté éducative : Equipe éducative (enseignants et personnels de létablissement), APEL, Organisme de gestion. Elle prendra place dans le cadre de la concertation pédagogique et au sein du conseil détablissement.. En outre, les institutions représentatives du personnel seront consultées. On noubliera pas dassocier à cette concertation les partenaires extérieurs qui pourraient être impactés par les décisions prises : associations partenaires, mairie. Enfin, la question de lorganisation de la catéchèse fera lobjet dune attention particulière en relation avec les paroisses concernées. La démarche de travail

7 Le calendrier La construction dun projet ambitieux et original dans lintérêt des enfants et de la vie de la communauté éducative est une exigence prioritaire dans la gestion du calendrier. Ainsi, on considérera que la question de savoir si, dans le cas dun changement de rythme, celui-ci est opéré à la rentrée 2013 ou en septembre 2014, est une question de très peu dimportance au regard des autres enjeux. Les contraintes dorganisation Parce quun projet na de sens que lorsquil peut réellement être mis en œuvre, on ne saurait faire abstraction des contraintes de toutes sortes qui simposent aux écoles. Cependant limagination, la créativité et linnovation peuvent permettre de dépasser les contraintes. Tout lart dune équipe éducative sera de les prendre en compte, à leur juste mesure, afin den faire des éléments du cahier des charges du projet et non des obstacles infranchissables.

8 Une réforme : « dune réflexion intéressée à une réserve prudente, voire même un attentisme inquiet » Réformer les rythmes scolaires dans lintérêt……… des enfants Se questionner par rapport aux projets………aux pratiques……….. Cadencer la réflexion pour une mise en application réfléchie et cohérente Questionner et se laisser questionner par lenvironnement de létablissement

9

10 REVENIR AU PROJET DE LENSEIGNEMENT CATHOLIQUE SUR LA PERSONNE Les relations sont constituantes des personnes La personne se construit peu à peu La personne sinscrit dans une histoire La personne est sacrée La personne est sauvée La personne est un être sexué La personne nest pas réductible à une image La personne participe à la construction du monde POUR QUIL RENOUVELLE SA CONTRIBUTION ORIGINALE AU SEIN DU SYSTÈME ÉDUCATIF Sortir de soi Comprendre Prendre sur soi Donner Être fidèle

11

12

13 Les rythmes de vie de lenfant 1. La chronobiologie Dans une journée : Début de matinée et début daprès-midi : deux moments difficiles. Périodes faibles : Lundi, vendredi après-midi (si samedi libéré), samedi matin (si semaine classique) 2. La chronopsychologie Niveau des performances intellectuelles : Augmentation progressive au cours de la matinée Chute forte en début daprès-midi Remontée plus ou moins en 2 ème partie de laprès-midi.

14 Préconisations effectuées par les scientifiques Priorité à porter sur la journée (beaucoup trop longue) Conserver la régularité des rythmes journaliers. Revenir à une semaine de 4,5 jours priorité du mercredi matin scolarisé répartir le travail sur davantage de jours diminuer la durée de toutes les journées scolaires éviter la rupture de rythme (rupture du mercredi matin préjudiciable aux apprentissages des enfants) Avoir une approche globale du temps de lenfant prendre en compte la nature des 3 temps qui composent sa journée : o Temps familiaux. o Temps scolaires. o Temps récréatifs, sociaux, associatifs, artistiques, culturels (hors école et famille). Tendre vers un système dalternance régulière des plages scolaires et des périodes de vacances. (Alternance 7-2 préconisée). Penser lécole comme un lieu de vie et déducation.

15

16

17 Cadre réglementaire national de la semaine pour lenseignement public Neuf demi-journées de classe 5h30 maximum par jour + une demi-journée de 3h30 maximum Une pause méridienne non compressible de 1h30 minimum Des temps péri éducatifs et/ou dActivités Pédagogiques Complémentaires (APC) (temps facultatifs pour les élèves soumis à laccord des familles)

18 Obligations des établissements privés sous contrat Liberté et responsabilité du chef d'établissement privé article R : Les classes sous contrat d'association respectent les programmes et les règles appliquées dans l'enseignement public en matière d'horaires. Le Code de l'éducation précise les obligations touchant au calendrier scolaire et à l'organisation horaire dans les établissements privés du fait du contrat d'association : Ce respect sentend du volume global, annuel, des heures denseignement, soit 24h x 36 semaines. Il peut être décliné sur une autre modalité que la seule division par 24h hebdomadaires. article R : Le chef d'établissement assume la responsabilité de l'établissement et de la vie scolaire. Décret du 24 janvier 2013 Ce décret relatif à lorganisation du temps scolaire dans les écoles maternelles et primaires ne concerne que les seuls établissements de lenseignement public. En conséquence, aucune des dispositions prévues par ce décret ne simpose règlementairement aux établissements denseignement privé associé à lÉtat par contrat.

19 Lobligation réglementaire de service des enseignants Par la circulaire du 4 février 2013, lorganisation de lobligation réglementaire de services des professeurs des écoles simpose aux personnels enseignants des établissements denseignement privé associé à lEtat par contrat. 24h devant élèves 1h par semaine APC 72h (2h par semaine annualisées) - concertation - formation - relations école / familles Les différents temps de lélève 24 heures denseignement par semaine des Activités Pédagogiques Complémentaires (APC) des activités périscolaires (éducatives, culturelles, artistiques, sportives…)

20 LES ACTIVITÉS PÉDAGOGIQUES COMPLÉMENTAIRES : APC Remplacent laide personnalisée 36 heures annuelles assurées par lenseignant Ne relèvent pas du temps denseignement obligatoire pour les élèves Requièrent laccord des parents Les APC Pour laide aux élèves rencontrant des difficultés dans leurs apprentissages Pour accompagner le travail personnel des élèves Pour organiser une activité prévue par le projet décole, le cas échéant, en lien avec le projet éducatif territorial Donc les APC Couvrent un champ beaucoup plus large dactivités pédagogiques Concernent un nombre plus important délèves Peuvent sinscrire à différents moments de lannée Sadressent à des groupes plus restreints que le groupe classe Durent 1h maximum par semaine

21 LES ACTIVITÉS PÉRISCOLAIRES Ne relèvent pas du temps denseignement obligatoire pour les élèves Concernent des groupes restreints délèves Requièrent laccord des parents Lencadrement sera assuré par des personnels de létablissement ou des intervenants extérieurs placés sous la responsabilité du chef détablissement. Ces activités peuvent se dérouler en dehors de létablissement à partir dune convention écrite et connue des parents, précisant les conditions du transfert de responsabilité dencadrement des élèves concernés et la cohérence avec le projet éducatif de lécole. Dans un établissement catholique denseignement, ces activités comprennent lheure de catéchèse ou dactivités pastorales.

22

23

24 La question des rythmes scolaires engage des choix quant à la conception de lacte dapprentissage et de la mission de lécole Elle place les intérêts de lélève au cœur du questionnement en privilégiant 4 enjeux : La réduction des inégalités Laccès de tous aux fondamentaux et la culture La recherche du bien-être à lécole Le développement dun esprit de coopération Une école semi-ouverte pour entendre et relever les défis éducatifs daujourdhui Une école semi-fermée pour construire ensemble, dans un travail conjoint école/famille/association, une forme de sagesse et de patience éducative Pour retrouver une école de la vie, de lapaisement, du calme.

25 Ce qui suppose un projet pédagogique fort, tenu, partagé, agi par lensemble de la communauté 8 points pour construire, dans le respect de lâge, et du rythme du développement des enfants Les temps de transition et darticulation o Refuser la course à lanticipation qui voudrait faire grandir les enfants trop vite o Entre les niveaux au sein de chaque cycle et entre les cycles o Entre les activités pédagogiques et les activités péri –éducatives pour mettre en valeur dautres compétences qui pourraient trouver leur place dans le livret de compétences o Entre les activités dapprentissages et les activités pédagogiques complémentaires o Entre les temps très brefs de devoir de répétition en autonomie complète pour lélève à la maison et un temps détude dirigée pendant le péri scolaire

26 Les temps dapprentissage conduits et dirigés dans lesquels on aurait à distinguer : o les temps courts et intenses de concentration absolue o les temps dinteraction entre pairs o les temps dexploration individuels et collectifs pour se questionner, sinterroger, sétonner, sémerveiller o les temps de reprise, de consolidation, de conclusion o les temps longs o les temps dallers et retours Les temps dapprentissage entre pairs dans les entre-deux : la cour de récréation, la cantine, etc…dont on sous-estime la portée et lefficacité éducatives Les temps de pause, de repos, de gratuité, de silence, de calme intérieur o où lon sapaise, se sécurise, se nourrit o où lon fait des retours sur soi sans jugement o où lon écoute son corps, ses sensations o où lon observe ses pensées

27 Les temps de prise de distance pour apprendre à discerner Les temps de relecture pour définir les priorités et intégrer ce qui caractérise la dynamique de vie Les temps dévaluation au sens étymologique où lon donne de la valeur à ce que lon a appris tant individuellement que collectivement Les temps de fête, de célébration, de participation à des groupes où lon construit une appartenance qui donne une place à chacun Autant de temps différents quil faut tresser dans ce lieu école dans lequel lenfant vient faire société: la classe

28

29 Des points dattention La mobilisation de tous les enseignants autour du projet (on noubliera pas notamment lapport que peut constituer lintervention des enseignants des classes maternelles pendant le temps de la sieste des petites et moyennes sections), La disponibilité du personnel de létablissement et les capacités de recrutement de personnels nouveaux, La disponibilité des locaux, La mobilisation, plus ou moins aisée, de partenaires extérieurs, La capacité financière de létablissement. Lorsque sera envisagée lembauche de personnels supplémentaires, on sera particulièrement attentif à la situation de personnels à temps partiel pour lesquels une nouvelle organisation de leur temps de travail, compatible avec les besoins de létablissement, tant en matière de disponibilité que de compétences, pourrait permettre, sils le souhaitent, une augmentation de leur temps de travail.

30 Le financement o Le financement interne à létablissement ou dun réseau détablissements o Le financement public Requiert que les communes financent, à parité, les activités mises en œuvre par les écoles privées associées à lEtat par contrat dans des conditions analogues à celles mises en œuvre pour les élèves des écoles publiques. Dans le cas où une école sengage dans la réforme, elle veille à établir des relations étroites avec la commune ou lintercommunalité de référence dès la première année de mise en œuvre des évolutions, de façon à construire avec les responsables locaux une relation durable et de qualité. o Une participation des familles On veillera à réduire au maximum cette participation des familles afin de permettre à tous de sinscrire à lensemble des activités proposées.

31 La réforme des rythmes scolaires à lécole primaire donne loccasion à lEnseignement Catholique de semparer de la question du temps scolaire dune manière originale et ainsi, de renforcer le dynamisme des établissements catholiques du premier degré.


Télécharger ppt "Labsence de cadre de référence pour les établissements privés et les lacunes du dispositif appellent chaque établissement à un travail de réflexion."

Présentations similaires


Annonces Google