La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

COFEB, 24 – 28 mars 2014 Régine Monfront, Responsable Macroéconomie et Statistiques Les outils pour lanalyse dune économie Chapitres 5-6 I NSTITUT B ANCAIRE.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "COFEB, 24 – 28 mars 2014 Régine Monfront, Responsable Macroéconomie et Statistiques Les outils pour lanalyse dune économie Chapitres 5-6 I NSTITUT B ANCAIRE."— Transcription de la présentation:

1 COFEB, 24 – 28 mars 2014 Régine Monfront, Responsable Macroéconomie et Statistiques Les outils pour lanalyse dune économie Chapitres 5-6 I NSTITUT B ANCAIRE ET F INANCIER I NTERNATIONAL

2 COFEB Les outils pour lanalyse dune économie Banque de France Institut Bancaire et Financier International Régine Monfront Vrai/Faux 3 1. Des investisseurs anticipant soudainement une dévaluation sévère dans un pays qui sest engagé à maintenir un taux de change fixe peuvent provoquer une crise. Vrai – Faux 2. La banque centrale peut agir simultanément sur les taux dintérêt et la base monétaire. Vrai – Faux 3. Si la croissance étrangère est plus forte que la croissance domestique, il y a appréciation de la monnaie nationale. Vrai – Faux 4. Les fluctuations des changes à court terme sont expliquées par le différentiel dinflation. Vrai – Faux

3 COFEB Les outils pour lanalyse dune économie Banque de France Institut Bancaire et Financier International Régine Monfront Vrai/Faux 3 1. Le principal objectif de la politique monétaire est M2. Vrai – Faux 2. Les intérêts reçus sur investissements de portefeuille sont comptabilisés dans le compte financier de la balance des paiements. Vrai – Faux 3. La balance des paiements est toujours à léquilibre Vrai – Faux

4 COFEB Les outils pour lanalyse dune économie Banque de France Institut Bancaire et Financier International Régine Monfront Étude de cas 5 Calcul de la production dune banque : commissions sur change : commissions sur opérations de bourse : intérêts reçus : intérêts versés : achats matières : achats de conseils informatiques : achats de logiciels : stocks matières début dexercice : ; fin dexercice : En faisant apparaître les calculs, calculer la production Production =ventes de services facturés (commissions) + SIFIM (mesuré par les intérêts reçus – intérêts versés) : Production = – = la consommation intermédiaire Consommation intermédiaire = achats de matières + variation des stocks matières + achats de services informatiques (les achats de logiciels sont de la FBCF) : Consommation intermédiaire = – = la valeur ajoutée

5 COFEB Les outils pour lanalyse dune économie Banque de France Institut Bancaire et Financier International Régine Monfront Étude de cas 5 Calcul de la production dune banque : commissions sur change : commissions sur opérations de bourse : intérêts reçus : intérêts versés : achats matières : achats de conseils informatiques : achats de logiciels : stocks matières début dexercice : ; fin dexercice : la valeur ajoutée Valeur ajoutée = production –consommation intermédiaire : Valeur ajoutée = – =

6 COFEB Les outils pour lanalyse dune économie Banque de France Institut Bancaire et Financier International Régine Monfront Étude de cas 6 Le taux dintérêt nominal sur les obligations est de 10% dans le pays A et de 6% à létranger. Le taux dinflation prévue est de 6% dans le pays A et de 3% à létranger. On suppose que la parité des taux dintérêt est respectée. A quelle dépréciation nominale doit-on sattendre pour lannée suivante ? 10 % = 6 % – la dépréciation nominale anticipée. La dépréciation nominale anticipée est donc de 4 % par an. A quelle dépréciation réelle doit-on sattendre pour lannée suivante ? 10 % – 6 %= 6 % – 3 % – la dépréciation réelle anticipée. La dépréciation réelle anticipée est égale à 1 % par an. Si lon sattend à une appréciation nominale de la monnaie au cours de lannée suivante, quels titres achèteriez-vous de préférence ? Vous achèteriez des titres nationaux parce que les titres étrangers ne rapporteraient que 6 %, et vous risqueriez une moins-value sur la devise étrangère.

7 COFEB Les outils pour lanalyse dune économie Banque de France Institut Bancaire et Financier International Régine Monfront Étude de cas 7 Soit une économie en régime de change fixe. Le tableau ci-dessous présente les éléments de sa balance des paiements (en millions). Calculer le solde des transactions courantes. Sagit-il dun excédent ou dun déficit ? Interpréter le signe des lignes « investissements directs étrangers nets » et « opérations sur les réserves officielles ». Calculer le solde du compte financier. Vérifier que la balance des paiements est équilibrée. Si la banque centrale nétait pas intervenue sur le marché des changes, la devise se serait-elle appréciée ou dépréciée ? pourquoi ?

8 COFEB Les outils pour lanalyse dune économie Banque de France Institut Bancaire et Financier International Régine Monfront Étude de cas 7 Calculer le solde des transactions courantes. Sagit-il dun excédent ou dun déficit ? Solde des transactions courantes = , , , ,7 = ,5 millions (déficit). Interpréter le signe des lignes « investissements directs étrangers nets » et « opérations sur les réserves officielles ». Investissements directs étrangers : le solde positif signifie que les investissements étrangers dans le pays ont été supérieurs aux investissements de ce pays à létranger. Opérations sur les réserves officielles : le signe négatif signifie que les autorités monétaires ont accru leurs avoirs en devises étrangères (sorties de capitaux).

9 COFEB Les outils pour lanalyse dune économie Banque de France Institut Bancaire et Financier International Régine Monfront Étude de cas 7 Calculer le solde du compte financier. Vérifier que la balance des paiements est équilibrée. Solde du compte financier = ,7 millions. Solde compte courant + Solde compte de capital + Solde compte financier + erreurs et omissions = 0. En effet, , , ,7 – 74,7 = 0 Si la banque centrale nétait pas intervenue sur le marché des changes, la devise se serait-elle appréciée ou dépréciée ? pourquoi ? Si la banque centrale nétait pas intervenue, la devise se serait appréciée. En effet, si lon exclut les interventions officielles, la balance des paiements devient excédentaire : il y a trop de demande pour les biens, services et actifs domestiques, pas assez pour les biens, services et actifs étrangers.


Télécharger ppt "COFEB, 24 – 28 mars 2014 Régine Monfront, Responsable Macroéconomie et Statistiques Les outils pour lanalyse dune économie Chapitres 5-6 I NSTITUT B ANCAIRE."

Présentations similaires


Annonces Google