La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Nous avons été à Ars, sur les pas de Jean-Marie Vianney. Sur des cartes postales et des photos personnelles prises à cette occasion, je préfère vous.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Nous avons été à Ars, sur les pas de Jean-Marie Vianney. Sur des cartes postales et des photos personnelles prises à cette occasion, je préfère vous."— Transcription de la présentation:

1

2

3 Nous avons été à Ars, sur les pas de Jean-Marie Vianney. Sur des cartes postales et des photos personnelles prises à cette occasion, je préfère vous raconter la vie de ce saint prêtre. Ce sera ma façon de massocier aux prières et festivités qui soulignent le 150 e anniversaire de sa mort.

4 De loin, la basilique nous fait signe…

5 Jean-Marie Vianney est né dans une famille de cultivateurs originaire de Dardilly, dans la région lyonnaise. Il fut envoyé au petit sémi-naire, mais il nétait pas bon élève ! Il narrivait pas à étudier le latin, et beaucoup de cours se faisaient en latin ! Cependant, ses maîtres, qui voyaient sa piété, étaient certains quil serait un bon prêtre, Il fut ordonné prêtre en Il alla dabord comme vicaire à Écully, puis fut nommé curé à Ars, en région lyonnaise. Ars comptait alors environ 200 habitants.

6 La statue de la Vierge domine la basilique et le village.

7 Fin psychologue, il se mit à l'écoute des paroissiens. Partant de la réalité de leur quo- tidien de simples paysans, il tentait cons- tamment de les " tirer vers le haut ". Il les rendait responsables du bien commun en leur demandant de réaménager le cimetière, d'entretenir l'église, d'organiser des fêtes qui ne fussent plus des lieux de perdition. Il était convaincu que l'éducation et l'enseignement du catéchisme stimuleraient les âmes pour les conduire vers la sainteté.

8 Deux des tableaux relatant la vie du saint curé.

9 Voyant en chacun de ses frères le Seigneur présent, il naura de cesse de les secourir, les aider, apaiser les souffrances ou les blessures, permettre à chacun dêtre libre et heureux. Orphelinats, écoles, attentions aux plus pau- vres et aux malades, rien ne lui échappe… Il accompagne les familles et il cherche à les protéger de tout ce qui peut les détruire. ( Ars, Guide du pèlerinage)

10 Ce mur magnifique constitue lenceinte du parvis.

11 À partir de 1830, des milliers de personnes viennent pour se confesser à lui. Rivé dans son confessionnal (jusquà 17 heures par jour les dernières années), il veut réconcilier les hommes avec Dieu et entre eux. Émerveillé devant la vocation de lhomme, il mesu- rait la folie quil y avait à vouloir être séparé de Dieu. Il voulait que chaque homme fut libre de goûter à lamour de Dieu. ( Ars, Guide du pèlerinage)

12 Je me demande si limposante basilique que nous découvrons enfin serait du goût du curé dArs ?

13 En 1824, il ouvrit une école de filles dite " Maison de la Providence ", car pour lui léducation était primordiale. Il fit de Catherine Lassagne, humble femme et sa fidèle servante, responsable de son école après l'avoir catéchisée. Il l'appelait « la plus belle fleur de mon jardin » car il avait perçu chez elle le don de comprendre l'amour de Dieu. Il savait déceler et utiliser les capacités et les dons de chacun. En 1849, il fonda l'école des garçons, confiée aux Frères de la Sainte Famille de Belley.

14 Admirez la délicatesse des sculptures, la dentelle de pierre de la rosace.

15 « Laissez vingt ans une paroisse sans prêtre, on y adorera les bêtes » avait-il constaté. Sa piété, ses sermons et son zèle de pasteur ramenèrent peu à peu la ferveur religieuse dans sa paroisse. Homme de prières, il dormait très peu, il se levait tous les matins très tôt pour aller prier dans l'église glacée. Il passait des journées entières à confesser, convaincu que son pari de ramener ses paroissiens vers Dieu pouvait être gagné à condition de faire confiance à la miséricorde divine.

16 Une foule très recueillie…

17 Le saint curé d'Ars était déjà considéré comme un saint de son vivant, tant il était dévoué à l'œuvre de Dieu. Il disposait de grâces étonnantes, notamment comme confesseur. Sa charité était par ailleurs sans limite : il mangeait peu, passait des heures entières en adoration du Saint Sacrement ; il dormait peu, surtout à la fin de sa vie, passant jusqu'à seize heures par jour à confesser. Il redistribuait tout ce qu'on lui donnait et il n'hésitait pas à se démunir encore pour subvenir aux besoins de plus pauvre que lui.

18 Soumis durant sa vie à de nombreuses et violentes tentations et épreuves (même son lit prit feu mystérieusement une nuit, alors quil y dormait…) il appelait Satan « le Grappin ». Lobjet à lorigine de ce nom est une fourche à manche court servant à arracher les pommes de terre. Évidemment, les paysans connais- saient bien cet objet, dont ils se servaient pour leurs récoltes. Se servant dune comparaison vraiment parlante, le curé dArs leur dit un jour : « de même que le grappin vous sert à arracher les pommes de terre du milieu qui leur a permis de vivre, de grossir dans le milieu pour lequel elles sont faites, de même Satan peut et cherche à nous arracher à la vie divine, milieu pour lequel nous sommes faits et qui seul peut nous rendre féconds. »

19 Les pèlerins sont toujours nombreux à Ars.

20 Cette carte postale nous montre en contre-jour la statue réalisée par Louis Castex en 1938, dite " Statue de la Rencontre ". Ce monument rappelle le rencontre entre le jeune prêtre, qui demandait le chemin de sa future paroisse, et le jeune Antoine Givre, le 13 février 1818.

21 L'église Saint-Sixte d'Ars date de la fin du XXVIe siècle. Elle fut construite, comme beaucoup, sur un ancien lieu de culte dont il ne reste rien. Elle a été construite selon les normes énergétiques courantes à toutes les églises, avec la présence de deux courants d'eau parallèles à la nef et deux autres sensiblement perpendiculaires, dont l'un sert de " Jourdain ". Par contre, la nouvelle basilique, construite fin XIXe en extension de l'ancienne église, et la crypte, construite en 1961, n'ont rien d'énergé- tique. Les tonnes d'acier et de béton, plus les installations électriques véhiculent même des énergies que l'on nomme " vert électrique ".

22 La seule présence de la chasse du curé d'Ars fait que ce lieu se classe parmi les lieux sacrés. Il se dégage une énergie protectrice incroyable de son corps, exhumé au XXe siècle. Il n'a pas subi de putréfaction, et seul son visage a été recouvert de cire.

23 Le curé dArs fut enterré le 16 août 1859 dans la nef de léglise. Le corps du saint y demeura jusquen juin Encore intact au moment de la béatification, il fut alors placé dans une châs- se en avril En 1925, à loccasion de sa béatification, une nouvelle châsse fut exécutée, offerte par les prêtres de France. Aujourdhui, le corps est toujours intact. Seul le visage a été recouvert dune couche de cire.

24

25 Quelques dates : Le 4 août 1859, il meurt à Ars, complètement épuisé. En 1905, il est béatifié par Pie X qui le déclare " patron des prêtres de France ". En 1925, il est canonisé par Pie XI. En 1929, il est déclaré " patron de tous les prêtres de lunivers " par Pie XI. En 1945, visite à Ars de Mgr Angelo Roncalli, alors nonce apostolique en France (futur Jean XXIII) En 1986, visite à Ars du pape Jean-Paul II.

26 Photos : Yvonne Ollier ou cartes postales Pour le texte, jai largement puisé sur Google, et sur le Guide des Pèlerinages édité par Ars. Musique : Franz Schubert : Impromptu Diaporama de Jacky Questel, ambassadrice de la Paix


Télécharger ppt "Nous avons été à Ars, sur les pas de Jean-Marie Vianney. Sur des cartes postales et des photos personnelles prises à cette occasion, je préfère vous."

Présentations similaires


Annonces Google