La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Un grand merci à toutes les personnes qui, par leurs témoignages, ont fait avancer cette recherche.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Un grand merci à toutes les personnes qui, par leurs témoignages, ont fait avancer cette recherche."— Transcription de la présentation:

1 Un grand merci à toutes les personnes qui, par leurs témoignages, ont fait avancer cette recherche.

2 ESCAÏS & OSTALS de Haute-Viadène Daprès les recherches de Jean-Michel ARCHAMBEAU

3 Définitions, constats et exemples Sources : où les trouver ? Origines : doù proviennent-ils ? Le cas de Sainte-Geneviève Noms dEscaïs ou Escaïre-noms

4 Vient du patois rouergat faisant partie du dialecte languedocien. Veut dire « Sobriquet ». (Dictionnaire occitan-français de Louis ALIBERT) Sobriquet : Surnom familier généralement moqueur (Dictionnaire Le Robert). N.B. Parmi les escaïre-noms recensés sur le canton de Ste Geneviève, ces surnoms sont rarement moqueurs. Selon les dictionnaires

5 En général, autrefois, on donnait à la maison le surnom (ou sobriquet) ou bien le nom de famille ou encore le prénom du chef de maison : celui qui avait fait construire cette habitation et/ou qui lhabitait. Le chef de famille pouvait être un homme mais aussi une femme. Suite à labandon dune maison dû à diverses causes (exemples : incendie, décès du dernier habitant) et si la maison est inoccupée pendant longtemps, elle peut perdre son « escaïs », son nom, personne ne se rappelant comment elle se nommait autrefois. Les escaïs permettent de différencier des familles portant le même patronyme et dont les membres portent le même prénom. Ils permettent aussi didentifier clairement deux branches dune même famille. Selon nos constats

6 Exemples 1.Cas de la maison dite «Chez MAZARD » à La Borie dOrlhaguet. Létude du cadastre napoléonien (terminé le 10 juillet 1841 pour la commune de Ste Geneviève) nous permet de situer la date de sa démolition en Juste avant cette date elle appartenait à une famille CHAUDIERES. En comparant ce cadastre avec létat des lieux tel quil se présente de nos jours, nous nous sommes rendu compte que cette maison a été reconstruite exactement sur ses bases anciennes et elle se trouve exactement au même endroit quavant sa démolition en Le nom de cette maison était perdu. Nous avons pu déterminer quil provient du patronyme dune famille qui lhabitait au moins dès le 17e siècle.

7

8 Exemples 2. Cas de la maison dite «chez Bezamat » à Espinasse. BEZAMAT est le nom dun habitant de Montpeyroux qui est venu se marier en 1858 à Ste Geneviève et vivre dans la maison de sa femme, une fille de Pierre-Jean CAYRON ( 1866). Pierre-Jean CAYRON était le propriétaire de cette maison avant que ce BEZAMAT y vienne pour gendre. Par la suite les habitants des alentours ont pris lhabitude dappeler cette maison « la maison de BEZAMAT », alors quelle devait avoir un nom beaucoup plus ancien puisque habitée avant 1858 par la famille CAYRON, comme nous le précise le cadastre napoléonien. Nos recherches nous ont permis de déterminer que cette maison appartenait jadis à la famille de Foy PONS épouse de ce Pierre- Jean CAYRON, laquelle descendait de BÈS dits « Parro ». « Parro » était donc lancien « escaïs » oublié de cette maison et devenu « Bezamat » après 1858.

9

10 Conclusions (1) Un escaïs est le plus souvent le nom dune maison. Il sapplique aussi à son propriétaire. Une maison peut porter, au cours du temps, un, deux ou plusieurs noms différents selon les évènements qui sy rapportent. selon la mémoire des habitants des environs.

11 Une maison peut porter un nom de famille (nom porté par celui qui a construit la maison) un nom descaïs (vrai sobriquet) Un même nom de maison peut se retrouver dans plusieurs endroits différents, plusieurs villages. Exemple : Chez madame TEYSSEDRE à la Vaysse Haute : « Chez Moutou » Chez monsieur BOUYSSOU à Paulhac : « Chez Moutou » N.B. Madame TEYSSEDRE nous a confirmé un lien de parenté ancien entre les habitants de ces deux maisons. Conclusions (2)

12 Les sources (1) 1.Vieux cadastres (descriptifs) ou Compoix (compoids) : n.m. Notamment dans le Sud de la France (Languedoc), registre public servant de cadastre permettant détablir lassiette de la taille et autres impôts. Sur ces registres se notaient la description, la situation des terres, les noms des tenanciers, etc. (17 e – 18 e siècles).

13 Les sources (2) 2.Terriers : n.m. État descriptif des droits et biens dun seigneur à une date donnée. (Cet état contient la liste des terres de la seigneurie, avec leur superficie, les redevances qui y sont assujetties et dues par leurs tenanciers. Cest lancêtre du cadastre. Les terriers étaient périodiquement renouvelés pour éviter leur prescription. (Comme pour les compoix, on en trouve de nombreux aux AD, notamment dans les séries C, E, G et J.)

14 Les sources (3) 3.Liève : n.f. Extrait de terrier qui énonçait les héritages dune seigneurie, dune abbaye, les noms de leurs tenanciers, les redevances qui y étaient attachées et qui était utilisé par le receveur des droits seigneuriaux ou abbatiaux pour encaisser les sommes dues.

15 Les sources (4) 4.Cadastre napoléonien (dans de rares cas) : Base de limpôt foncier, il a été mis en place en Dans les matrices cadastrales, on peut trouver des noms de maisons qui suivent les noms des propriétaires. (Consultable aux AD, en série P.) 5.Registres paroissiaux : Baptêmes, Mariages, Sépultures (BMS), avant 1790.

16 Les sources (5) 6.Registres du vieil état civil : Naissances, Mariages, Décès (NMD) entre 1790 et (Sous-série 2E)

17 Les sources (6) 7.Registres des notaires. Consultables aux AD (Sous-série 3E ou série E – sous-série 1E)

18 Les sources (7) 8.Recensements (ou dénombrements). Le premier recensement général de la population date du 16 mai Autrefois, les recensements comptabilisaient les feux (foyers) sans précision des patronymes, à un moment et pour un territoire donnés. 9.Recensements pour service militaire. 10.Actes de justice (jugements, arrêts, etc.). (Séries B et U) 11.Auprès de nos Anciens qui ont gardé la mémoire des noms et des lieux qui sy rattachent.

19 Origines (1) Un nom descaïs ou escaïre-nom peut venir : 1.dun patronyme : chez VACARESSE à Rouchaudy de Graissac (maison de Mme DUBOR) chez FROMENT à Orlhaguet (moulin tenu par la famille BARRIÈ dite « Froment » en 1664) chez COUDOUEL à Bénaven (maison de M. GUITARD) chez GASTAL à Bénaven (maison de M. Henri GOUTAL) chez VALETTE aux Rosières chez MAZARD à La Borie dOrlhaguet chez de CHAUMEIL aux Enfruts (selon CM du 15/02/1779 devant Pierre VAYSSIER notaire royal, fait « dans la maison dite de Chaumeil aux Enfruts entre Sieur Jacques BARTHE de La Bouscarie de St Gervais et honnête fille demoiselle Anne de CHAUMEIL, fille de noble Jean-Pierre de CHAUMEIL et de feue Jeanne JALBERT, présente maison »)

20

21 Origines (2) 2.dun prénom (nom de baptême) : chez MATHELY aux Puechs dOrlhaguet (Famille COUDERC) chez MATHELYN (MATHELY) à Carmensac (anciennement chez PONTIER, de nos jours DI MEGLIO) chez LUC à Vitrac (maison BOUNIOL) – Chez Luc FRANC chez JEAN LUC à Cissac (maison PELAPRAT) chez FLEURET au Viala (maison FONTANIER)

22 Origines (3) 3.dun diminutif (de prénom) : chez JOANIOU – racine Jean- à Espinasse (maison MAJOREL) chez JOUANDOU à Vabres chez PIERREÇOU au Born de Vitrac (maison dite aussi PIERRET au 18e siècle) chez CATINEL à Lacalm ou encore à Banes de Graissac (famille RIGAL- LOUVRIER) chez CATIN à Banes (maison SABA)

23 Origines (4) 4.dun métier : Lo Fabre (le forgeron) Lo Cardayre (le tireur de laine) – Orlhaguet, Les Barrières Lo Taillur (le tailleur) - Vernholes Lo Sastre (le raccommodeur de vêtements) au Born de Vitrac Lo Tengieyre (le teinturier) à Ste Geneviève Piquepeyre (ancienne maison SIRVEN au Quié, qui a été démolie) Lo Bourdié (le métayer : métairie de lAlbaret) Lo Bouriayre (le métayer : au Born de Vitrac)

24 Origines (5) 5.dun lieu (de provenance) : chez Jean de Laussac ou chez Laussac (vieille maison PERIER à Vernholes) Gabach (le lozérien) Paulhac (maison FABRE au Quié, très vieil escaïs) Le Bourdalais (maison CHAMPREDONDE à Vitrac)

25 Origines (6) 6.dun lieu où le propriétaire ou tenancier avait lhabitude daller travailler : LEspagnol (à Ste Geneviève, Graissac, Orlhaguet, Les Capelles) Le Parisien (à Falachoux de Vitrac) 7.dun lieu particulier : Peyregran (à Vernholes) Lo Fau (au Fau de Bénaven, à Rouchaudy) – du nom de larbre : le hêtre. Le Mazet (= petit mas, qui a fini par devenir lescaïs du tenancier de la terre où se trouvait cette maison – untel dit Mazet) Lo Caminado (= le presbytère)

26 Origines (7) 8.Du caractère de certaines personnes : La Trone (à Védrines de Vitrac, au Quié de Graissac) Lo Ganèl (= moqueur, bluffeur, trompeur, railleur, goguenard voire traître) – étymologiquement vient de loccitan ancien « ganhar » = railler (Dictionnaire occitan-français de Louis ALIBERT) 9.dune espèce animale : Lo Cat Negre (= le chat noir, à Vernholes : le vieille maison BOUSQUET anciennement dite aussi « Thibaud » - Double escaïs !!!)

27 Origines (8) 10.dune particularité physique ou à limportance dune personne : Raymond Gran (à Ste Geneviève, ancien nom de la maison JOANY(?)) Monsieur Jacques (à Ste Geneviève, Pierre FONTALBAT, école privée ou « couvent ») Lo Pape (vieille maison au-dessus de chez CHARDENOUX à Lacalm) 11.dun type de maison : Barraco (chez RIGAL à Lacroix Rouge)

28 Origines (9) 12.escaïs non élucidés : Catouo (Maison CARBONNEL à Cissac de Cantoin) Moriou (chez VAYSSIER à Cissac de Cantoin) Ziniou (chez VALADIER à Niergourg) Plone (chez COHEN à Rouchaudy) Peneque (chez GIRBAL à Lacalm) Lo Tic (chez GIRBAL à Lacalm) Boer (chez AMPOULIER à La Borie de Graissac : Les anciens ne savent plus !) Lamistat (chez VENZAC à Lacalm) Cotolo (chez Baptiste SALTEL à Lacalm)

29 Le cas de Sainte-Geneviève Le point de départ (1) A Sainte Geneviève, au départ de notre recherche, nous ne connaissions avec certitude que deux noms descaïs que nous avons su situer : Valetou Courtino

30 Valetou Courtino Le cas de Sainte-Geneviève Le point de départ (2)

31 Le cas de Sainte-Geneviève La méthode (1) Pour situer des maisons portant des noms descaïs, il faut partir dun point fixe. Il faut également une famille, qui est connue vers 1665, (date de la rédaction du compoix de la Baronnie de Bénaven dont une grande partie de Sainte Geneviève faisait partie) et dont les descendants sont aussi connus au temps de la rédaction du plan napoléonien (1841 pour Sainte- Geneviève). Après lecture attentive des deux documents, la famille DUBERTHIER, chirurgiens et bourgeois du village de Ste Geneviève, est retenue.

32 Le cas de Sainte-Geneviève La méthode (2) La famille DUBERTHIER vit à Ste Geneviève depuis très longtemps (au moins 200 ans avant la rédaction du plan napoléonien). Les registres paroissiaux permettent de connaître lescaïs de cette famille : « Devèze ». Mais où habitaient-ils ? Une forme géométrique (ci-dessous rectangle) représentera la maison DUBERTHIER. DUBERTHIER

33 Le cas de Sainte-Geneviève Construction du quartier (1) La partie du compoix concernant cette famille décrit leurs biens de la façon suivante : « Maître Pierre DUBERTHIER chirurgien dit « Devèze » tient une maison couverte de tuiles. Elle confronte » : Pierre DUBERTHIER di t Devèze, chirurgien du levant (est) avec les chazals des héritiers de feu maître Isac VIGNES du midi (sud) rue publique allant dudit Ste Geneviève à lAlbaret du couchant (ouest) maison de Pierre CROS du septentrion (nord) jardin de maître Arnaud DUBORN N S E O Chazals des héritiers de + Me Isac VIGNES Rue publique de Ste Geneviève à lAlbaret Pierre CROS Jardin de Me Arnaud DUBORN

34 Le cas de Sainte-Geneviève Construction du quartier (2) Le compoix décrit ainsi les biens des héritiers de Maître Yzac VIGNES * : « Tient deux chazals de maison qui confrontent » : du levant avec la place publique du midi rue publique allant à lAlbaret du couchant maison de Pierre DUBERTHIER chirurgien du septentrion maison de François ASTRUC N S E O Chazals des héritiers de + Me Isac VIGNES Pierre CROS Jardin de Me Arnaud DUBORN Rue publique de Ste Geneviève à lAlbaret François ASTRUC * Yzac VIGNES (x Jeanne SOULTRAC) sont les parents de Jean VIGNES (x Paule GUITARD) Pierre DUBERTHIER di t Devèze, chirurgien Place publique

35 Le cas de Sainte-Geneviève Construction du quartier (3) François ASTRUC dit Montalayrac * : « Tient une maison couverte de paille, un petit jardin et un chazal, qui confrontent » : du levant avec la place publique dudit lieu (= Ste Geneviève) du midi chazal de feu maître Yzac VIGNES du couchant jardin de Me Arnaud DUBORN du septentrion rue publique N S E O Chazals des héritiers de + Me Isac VIGNES Rue publique de Ste Geneviève à lAlbaret Pierre CROS Jardin de Me Arnaud DUBORN Place publique François ASTRUC dit Montalayrac * Montalayrac se trouve près de Fournels en Lozère (1 seul Montalayrac trouvé !) Rue publique Pierre DUBERTHIER di t Devèze, chirurgien

36 Le cas de Sainte-Geneviève Construction du quartier (3bis)

37 Le cas de Sainte-Geneviève Construction du quartier (4) Pierre CROS dit Barbié : « Tient une maison couverte de paille, elle confronte » : du levant avec la maison de Pierre DUBERTHIER chirurgien du midi rue publique allant de Ste Geneviève à lAlbaret du couchant avec la maison de maître Jean VIGNES notaire du septentrion avec le jardin de maître Arnaud DUBORN N S E O Chazals des héritiers de + Me Isac VIGNES Rue publique de Ste Geneviève à lAlbaret Pierre CROS dit Barbié Place publique François ASTRUC dit Montalayrac Rue publique Jean VIGNES notaire Pierre DUBERTHIER di t Devèze, chirurgien Jardin de Me Arnaud DUBORN

38 Le cas de Sainte-Geneviève Construction du quartier (5) Maître Jean VIGNES, notaire royal et Paule de GUITARD mariés *: « Tient une maison et étude confrontant » : du levant avec la maison de Pierre CROS du midi rue publique du couchant maison dAntoine BARBÈS du septentrion jardin de Raymond CHASTAN N S E O Chazals des héritiers de + Me Isac VIGNES Rue publique de Ste Geneviève à lAlbaret Pierre CROS dit Barbié Jardin de Me Arnaud DUBORN Place publique François ASTRUC dit Montalayrac Rue publique Jean VIGNES (x Paule de GUITARD) notaire royal Antoine BARBÈS Jardin de Raymond CHASTAN Jean VIGNES et Paule GUITARD se sont mariés par CM devant BALDIN notaire royal à Graissac,le 2 mars1658 … Pierre DUBERTHIER di t Devèze, chirurgien

39 Le cas de Sainte-Geneviève Construction du quartier (5 suite)

40 Le cas de Sainte-Geneviève Construction du quartier (5 suite) Le même jour (2 mars 1658), maître Jean GUITARD, notaire et père de Paule GUITARD, pour la dot de sa fille, transmet son office de notaire à son nouveau gendre Jean VIGNES (Résignation doffice).

41 Le cas de Sainte-Geneviève Construction du quartier (5 suite) Le 17 mai 1639, Jeanne CARBONNEL et Jean GUITARD, mère et fils sont propriétaires de la maison dite « de Gary » (à côté de ce qui sera plus tard loffice et maison de Jean GUITARD). - Devant Pierre FRANC notaire royal à Ste Geneviève – A cette date (1639) la maison dite « de Gary » confrontait le petit pré de Jean FRANC docteur (à la place du jardin CHASTAN), ainsi quune étable, jardin et un potager qui appartenaient aux deux tenanciers cités plus haut. Donc loffice notarial et la maison ont dû être construits plus tard par maître Jean GUITARD notaire royal.

42 Le cas de Sainte-Geneviève Construction du quartier (6) Jardin de Raymond CHASTAN Antoine BARBÈS dit Gary : « Tient une maison couverte de tuiles confrontant » : du levant avec la maison de maître Jean VIGNES notaire du midi rue publique du couchant rue publique du septentrion jardin de Raymond CHASTAN, marchand N S E O Chazals des héritiers de + Me Isac VIGNES Rue publique de Ste Geneviève à lAlbaret Pierre CROS dit Barbié Jardin de Me Arnaud DUBORN Place publique François ASTRUC dit Montalayrac Rue publique Jean VIGNES (x Paule de GUITARD) notaire royal Jardin de Raymond CHASTAN, marchand Rue publique Pierre DUBERTHIER di t Devèze, chirurgien Antoine BARBÈS Antoine BARBÈS dit Gary

43 Le cas de Sainte-Geneviève Construction du quartier (7) Raymond CHASTAN, marchand : « Tient un jardin appelé del Four confrontant » : du levant avec jardin de maître Arnaud DUBORN du midi avec maison de maître Jean VIGNES, notaire du midi avec maison dAntoine BARBÈS (dit Gary) du couchant avec la rue del Four du septentrion avec la rue del Four N S E O Jardin de Raymond CHASTAN Chazals des héritiers de + Me Isac VIGNES Rue publique de Ste Geneviève à lAlbaret Pierre CROS dit Barbié Jardin de Me Arnaud DUBORN Place publique François ASTRUC dit Montalayrac Rue publique Jean VIGNES (x Paule de GUITARD) notaire royal Jardin de Raymond CHASTAN, marchand Rue publique Pierre DUBERTHIER di t Devèze, chirurgien Antoine BARBÈS Antoine BARBÈS dit Gary Jardin del Four de Raymond CHASTAN, marchand Rue del Four

44 Le cas de Sainte-Geneviève Construction du quartier (8) Maître Arnaud DUBORN, praticien (= avoué) : « Tient un jardin appelé de lOrte confrontant » : du levant avec chazal de François ASTRUC du midi avec maison de Pierre DUBERTHIER, chirurgien du midi avec maison de Pierre CROS du couchant jardin de Raymond CHASTAN, marchand du septentrion avec la rue del Four N S E O Chazals des héritiers de + Me Isac VIGNES Rue publique de Ste Geneviève à lAlbaret Pierre CROS dit Barbié Jardin de Me Arnaud DUBORN Place publique François ASTRUC dit Montalayrac Rue del Four Jean VIGNES (x Paule de GUITARD) notaire royal Antoine BARBÈS dit Gary Jardin del Four de Raymond CHASTAN, marchand Rue del Four Pierre DUBERTHIER di t Devèze, chirurgien Four et fournil communs (banaux) ? Jardin de lOrte de Me Arnaud DUBORN

45 Le cas de Sainte-Geneviève Construction du quartier (9) N S E O Chazals des héritiers de + Me Isac VIGNES Rue publique de Ste Geneviève à lAlbaret Pierre CROS dit Barbié Jardin de lOrte de Me Arnaud DUBORN Place publique François ASTRUC dit Montalayrac Rue del Four Jean VIGNES (x Paule de GUITARD) notaire royal Antoine BARBÈS dit Gary Jardin del Four de Raymond CHASTAN, marchand Rue del Four Pierre DUBERTHIER di t Devèze, chirurgien Four et fournil communs (banaux) ? Que constatons-nous ? Ce quartier est délimité par : La rue de lAlbaret La rue du Four La place publique

46 Le cas de Sainte-Geneviève Construction du quartier (10) N S E O Chazals des héritiers de + Me Isac VIGNES Rue publique de Ste Geneviève à lAlbaret Pierre CROS dit Barbié Jardin de lOrte de Me Arnaud DUBORN Place publique François ASTRUC dit Montalayrac Rue del Four Jean VIGNES (x Paule de GUITARD) notaire royal Antoine BARBÈS dit Gary Jardin del Four de Raymond CHASTAN, marchand Rue del Four Pierre DUBERTHIER di t Devèze, chirurgien Four et fournil communs (banaux) Pourquoi « rue du Four » ? Une consultation du plan cadastral de 1841 signale une parcelle n° 103 située en plein milieu de la rue pas loin de léglise, entre les actuelles maison JANY et CHICHARD, voisines de celle de maître COUDERC, notaire.

47 Le cas de Sainte-Geneviève Construction du quartier (10 suite)

48 Le cas de Sainte-Geneviève Construction du quartier (11) N S E O Chazals des héritiers de + Me Isac VIGNES Rue publique de Ste Geneviève à lAlbaret Pierre CROS dit Barbié Jardin de lOrte de Me Arnaud DUBORN Place publique François ASTRUC dit Montalayrac Rue del Four Jean VIGNES (x Paule de GUITARD) notaire royal Antoine BARBÈS dit Gary Jardin del Four de Raymond CHASTAN, marchand Rue del Four Pierre DUBERTHIER di t Devèze, chirurgien Four et fournil communs (banaux) Vérification Une vérification sur la matrice cadastrale du plan napoléonien de 1841 donne les habitants de Ste Geneviève comme propriétaires de cette parcelle n°103. Elle correspond à un four avec fournil (détruit en 1852). Le four banal est bien identifié !

49 Le cas de Sainte-Geneviève Construction du quartier (11 suite)

50 Le cas de Sainte-Geneviève Construction du quartier (12) N S E O Chazals des héritiers de + Me Isac VIGNES Rue publique de Ste Geneviève à lAlbaret Pierre CROS dit Barbié Jardin de lOrte de Me Arnaud DUBORN Place publique François ASTRUC dit Montalayrac Rue del Four Jean VIGNES (x Paule de GUITARD) notaire royal Antoine BARBÈS dit Gary Jardin del Four de Raymond CHASTAN, marchand Rue del Four Pierre DUBERTHIER di t Devèze, chirurgien Four et fournil communs (banaux) Les lieux publics La rue publique allant de Ste Geneviève à lAlbaret correspond à la rue des Barrages actuelle. La place publique correspond à la place de lÉglise actuelle. La rue du Four correspond à une partie de la rue de Thénières et à une partie de la rue de lÉglise daujourdhui.

51 Le cas de Sainte-Geneviève Résultats de létude Le quartier est clairement identifié. Lancien four y était implanté à proximité de léglise. Les biens de huit tenanciers ont pu être situés avec exactitude. Quatre maisons ont pu retrouver leur nom / escaïs : Montalayrac Devèze Barbié Gary Emplacement du Four

52 FIN ESCAÏS & OSTALS de Haute-Viadène


Télécharger ppt "Un grand merci à toutes les personnes qui, par leurs témoignages, ont fait avancer cette recherche."

Présentations similaires


Annonces Google