La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

HYPERCOAGULABILITE DANS LA DREPANOCYTOSE: UN NOUVEL OUTIL DIAGNOSTIQUE? Denis NOUBOUOSSIE, Anne DEMULDER CHU Brugmann, Bruxelles Journée de la drépanocytose,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "HYPERCOAGULABILITE DANS LA DREPANOCYTOSE: UN NOUVEL OUTIL DIAGNOSTIQUE? Denis NOUBOUOSSIE, Anne DEMULDER CHU Brugmann, Bruxelles Journée de la drépanocytose,"— Transcription de la présentation:

1 HYPERCOAGULABILITE DANS LA DREPANOCYTOSE: UN NOUVEL OUTIL DIAGNOSTIQUE? Denis NOUBOUOSSIE, Anne DEMULDER CHU Brugmann, Bruxelles Journée de la drépanocytose, Hôpital Erasme, Février 2009

2 PLAN Hypercoagulabilité dans les syndromes drépanocytaires (SD) –Définition et arguments –Mécanismes pathogéniques –Faiblesse des méthodes diagnostiques actuelles Test de Génération de Thrombine in vitro (TGT) –Principe et technique (CAT) –Avantages et limites Etude préliminaire de la GT chez les enfants SD

3 Etat dhypercoagulabilité Définition Situation clinique associée à une tendance anormale à développer une thrombose (caillot de fibrine) dans la circulation veineuse et/ou artérielle. Causes constitutionnelles ou acquises Triade de Virchow: la thrombose résulte dune anomalie du vaisseau, du flux ou dun constituant du sang NB –Possible thrombose sans facteur de risque identifié –Possible facteur de risque identifié sans thrombose

4 Hypercoagulabilité dans les SD Arguments cliniques et radiologiques Etude CSSCD USA (n=4082, durée moyenne de suivi: 5,2 ± 2 ans) (Semin Cerebrovasc Dis Stroke 2002;2:143-50) –Incidence AVC: 0,46% patients/an –Anomalies cérébrales IRM: 22% (patients >6 ans) –Infarcissements cérébraux infracliniques: 13% Registre national Belgique (Le et al, présentation orale, Oct 2009) –AVC/AIT: 3% –Anomalies cérébrales à lIRM: 18% –STA: 19% Etude Turkie: IRM chez 50 patients avec symptomes du SNC (Alkan et al. 2009; Eur J Radiol: in press) –Infarcissements cérébraux: 32% –Thrombose sinus veineux: 2%

5 Hypercoagulabilité dans les SD Arguments anatomopathologiques Thrombi in situ retrouvés à lautopsie: –Dans les artères cérébrales des patients décédés dAVC (Rothman et al, Ann neurol 1986) –Dans les artères pulmonaires des patients décédés de STA (Adedeji et al, Arch Pathol Lab Med 2001)

6 Hypercoagulabilité dans les SD Arguments biologiques (Ataga and Key, Hematology 2007) Hyperactivation des plaquettes –Agrégométrie, cytométrie en flux des paramètres dactivation de thrombine in vivo –Fragments de thrombine, complexes T-AT des paramètres de fibrinolyse in vivo –D-dimers, complexes P-AP des anticogulants physiologiques –Système protéine C/protéine S Présence des anticorps anti-phospholipides Pas de facteur de risque thrombotique constitutionnel associé aux SD

7 Hypercoagulabilité dans les SD Pathogénèse From Ataga. Haematologica 2009;14(11):1481-4

8 Phosphatidylserine exposition From Piccin et al. Blood Rev 2007;21:

9 Microparticules

10 Microparticules et hémostase Certaines MP sont dites procoagulantes car véhiculent le FT et les PPL (PS) MP procoagulantes en nombre augmenté chez les patients à risque de thrombose: –Dans les maladies cardiovasculaires –Dans les cancers Dans les SD –MP FT+ dérivant des monocytes et des cellules endothéliales (Shet et al, Blood 2003) –MP PS+ dérivant des GR et des plaquettes (Westermann et al, Br J Haematol 2008)

11 Points faibles de létude de lhémostase dans les SD Etude segmentaire et non intégrée de lhémostase Paramètres étudiés: –Ne miment pas la physiologie de lhémostase –Peuvent être influencés par leur élimination –Bonne VPN mais mauvaise VPP Participations non prises en compte –Cellules du sang –Vaisseau sanguin –Flux sanguin

12 Test de génération de trombine in vitro (TGT) Connu depuis les années 1950, mais difficile à réaliser Abandonné au profit des tests en un seul temps (aPTT, PTT, dosage des facteurs) Travaux de Hemker et al, –Améliorations techniques –Mise au point dun software –Interprétation par des paramètres précis –Calibrated Automated Thrombinography (CAT)

13 Calibrated Automated Thrombinography (CAT) Principe –Activation par un mélange de facteur tissulaire (FT) + phospholipides (PL) –Cascade de réactions aboutissant à la génération de thrombine –Activité de la thrombine générée sur un substrat fluorescent –Mesure continue de la fluorescence –Conversion automatique de la fluorescence en concentration de thrombine active grâce à un calibrant analysé en parallèle

14 Courbe de génération de thrombine Daprès Josso, Hemker et Mann, modifié par F. Debaugnies

15 Avantages –Il mesure directement lactivité de lenzyme clé de la coagulation –Intègre lactivité des facteurs procoagulants et anticoagulants –Mime mieux la physiologie de la génération de thrombine in vivo –Technique automatisée avec une bonne reproductibilité Limites –Défaut de standardisation –Importante variabilité inter-individus –Pas de participation des cellules sanguines, du vaisseau et du flux sanguin Calibrated Automated Thrombinography (CAT)

16 CAT et hypercoagulabilité chez les enfants drépanocytaires: étude préliminaire But: caractériser les différentes phases de la génération de thrombine chez les enfants drépanocytaires cliniquement stables

17 Méthodologie (1) Patients –n = 19 HbSS stables suivis à lHUDERF –Age: 4 – 20 ans, médiane = 8 –Sexe: M = 10; F = 9 Groupe témoins –n = 8 pré-op petite chirurgie –Age: 4 – 20 ans, médiane = 8,5 –Sexe: M = 4; F = 4

18 Méthodologie (2) Prélèvement: Sang veineux,tube citraté à 0,109M Double centrifugation: Obtention dun PPP Conservation à -80°C TGT par technique CAT –Activation par 1pM FT + 4µM PL ± Thrombomoduline (TM) Six paramètres analysés: Lagtime(min), Peak(nM), Ttpeak(min), Vel ind(nM/min), ETP(nM), Starttail(min) Comparaison des 2 groupes: test de Mann Withney; p<0,05 = significatif

19

20 Résultats Without thrombomodulin With addition of thrombomodulin % of reduction after addition of thrombomodulin Controls (n=8) SCD (n=19) Controls (n=8) SCD (n=19) Controls (n=8) SCD (n=19) Lagtime (min) 5,1(3,9-8,3)5(2,5-8,8) 5,2(4,07- 8,3) 5,1(2,5- 10,1) NE Peak (nM) 96,7 (48,8-199,8) 141,1 (57,1-230,6) 88,6 (49,2-177) 145,2 * (56,0-225,8) NE TtPeak (min) 10,1 (8,4-14) 8,7 * (5,2-13,9) 10,8 (9,2-14,9) 9,3 (4,8-16,4) NE Velocity Index (nM/min) 22,5 (8,1-46,1) 36,3 * (10,7-99,9) 26,1 (11,4-52,2) 40,8 (14,9-117,5) NE ETP (nM) 855,5 (604, ) 861 ( ) 562 ( ) 706 ( ) 36,5 (22-44) 14 * (-4-50) Startail (min) 30,7 (23,9-44,4) 24,9 (15,7-38,0) 24,5 (19,3-28,5) 21,0 (15,4-28,5) 20 (14-36) 12 * (1-31)

21 p Sans TMAvec TM Lag time1,0000,936 TtPeak0,0270,056 Velocity Index0,0270,059 Peak0,0980,046 ETP0,9780,253 Start tail0,0750,094 Sans TMAvec TM

22 Augmentation des vélocités chez les SD Discussion Chaari et al, abstract ASH 2009 – vitesse GT liée à la présence des MP de GR Shah et al, abstract ASH 2009 –Pas de différence entre plasma riche et dépourvu de MP Rôle de FVIII!!

23 Anomalie de la régulation de la génération de thrombine par le système TM/PC/PS! p = 0,038 p = 0,024

24 Réduction ETP et activité PC: Nx vs PC>50 vs PC<50 n = 8 n = 5 n = 8 p = 0,040

25 Conclusion Le TGT permet une meilleure évaluation du phénotype hémostatique des patients SD Il montre –Une accélération de la phase de propagation –Une augmentation des concentrations de thrombine générée –Un défaut de neutralisation par le système TM/PC/PS probablement compensé par les autres anticoagulants physiologiques Cependant, nécessité: –Études à plus grande échelle –Standardisation de la méthode

26 Remerciements HUDERF –Médecins du service dhémato-oncologie –Personnel de S60 –Personnel service du prélèvement –Personnel des S66 CHU Brugmann –Personnel du tri –Personnel du laboratoire dhématologie et de coagulation

27 Merci pour votre attention!


Télécharger ppt "HYPERCOAGULABILITE DANS LA DREPANOCYTOSE: UN NOUVEL OUTIL DIAGNOSTIQUE? Denis NOUBOUOSSIE, Anne DEMULDER CHU Brugmann, Bruxelles Journée de la drépanocytose,"

Présentations similaires


Annonces Google