La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

UNIVERSITE DE TLEMCEN UNIVERSITE DE TLEMCEN Faculté de médecine Faculté de médecine PROMOTION DE SIXIEMME PROMOTION DE SIXIEMME ANNEE DE MEDECINE ANNEE.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "UNIVERSITE DE TLEMCEN UNIVERSITE DE TLEMCEN Faculté de médecine Faculté de médecine PROMOTION DE SIXIEMME PROMOTION DE SIXIEMME ANNEE DE MEDECINE ANNEE."— Transcription de la présentation:

1 UNIVERSITE DE TLEMCEN UNIVERSITE DE TLEMCEN Faculté de médecine Faculté de médecine PROMOTION DE SIXIEMME PROMOTION DE SIXIEMME ANNEE DE MEDECINE ANNEE DE MEDECINE MODULE DE LEPIDEMIOLOGIE ET LA MEDECINE PREVENTIVE

2 Les intoxications médicamenteuses

3 Les membres du groupe: Zellat Mahammed. Zellat Mahammed. Hamdache Mohammed. Hamdache Mohammed. Rahila Houari. Rahila Houari. Guitoun Ali. Guitoun Ali. Kebir Abdelali. Kebir Abdelali.

4 Plan du travail: Introduction(ampleur du problème). Introduction(ampleur du problème). Rappel clinique. Rappel clinique. Rappel sur la conduite à tenir. Rappel sur la conduite à tenir. Étude épidémiologique au niveau du service de réanimation CHU Tlemcen. Étude épidémiologique au niveau du service de réanimation CHU Tlemcen. Matériel et méthodes. Matériel et méthodes. Résultats + discussion. Résultats + discussion. Principe de prévention. Principe de prévention.

5 Introduction: Tous les médicaments sont des toxiques potentiels et cest la dose qui fait le poison, il est vrai qu'un simple surdosage peut transformer un effet thérapeutique bénéfique en effet toxique. Les médicaments incriminés dans les intoxications sont appartenus aux classes pharmaceutiques et formes galéniques différents.

6 Il faut savoir que lintoxication médicamenteuse représente une cause fréquente dadmission au niveau du service durgence et de réanimation. Il faut savoir que lintoxication médicamenteuse représente une cause fréquente dadmission au niveau du service durgence et de réanimation. le diagnostic est parfois difficile et la prise en charge est lourde,les risques de complications et de décès ne sont pas exclues..mais le risque majeur est la récidive. le diagnostic est parfois difficile et la prise en charge est lourde,les risques de complications et de décès ne sont pas exclues..mais le risque majeur est la récidive. Ainsi le meilleur traitement reste la prévention. Ainsi le meilleur traitement reste la prévention.

7 Rappel clinique : Les intoxications se traduisent par des symptômes qui varient suivant les molécules en cause. Les symptômes peuvent être neurologiques, cardiovasculaires,respiratoires,digestifs,rénaux..

8 1-Interrogatoire: Joue un rôle primordial,du patient ou de son entourage.il a pour but de prouver la réalité de lintoxication,didentifier le ou(les) médicament(s) responsable(s),quantité ingérée et le délais qui découle entre lingestion et ladmission au niveau des urgences. Joue un rôle primordial,du patient ou de son entourage.il a pour but de prouver la réalité de lintoxication,didentifier le ou(les) médicament(s) responsable(s),quantité ingérée et le délais qui découle entre lingestion et ladmission au niveau des urgences. Suspecter demblée le diagnostic devant un sujet jeune sans antécédents particuliers qui présente des troubles de la conscience et ou de la vigilance..aussi devant certains terrains particuliers :sujet âgé,enfant,antécédents psychiatriques. Suspecter demblée le diagnostic devant un sujet jeune sans antécédents particuliers qui présente des troubles de la conscience et ou de la vigilance..aussi devant certains terrains particuliers :sujet âgé,enfant,antécédents psychiatriques.

9 2-signes cliniques : A)rechercher les signes de gravité: A)rechercher les signes de gravité: âges extrêmes âges extrêmes délai important avant la prise en charge médicale délai important avant la prise en charge médicale notion dintoxication massive poly médicamenteuse notion dintoxication massive poly médicamenteuse toxicité propre du produit ou absence didentification toxicité propre du produit ou absence didentification détresse respiratoire aiguë détresse respiratoire aiguë troubles de conscience, de lobnubilation au coma, des convulsions troubles de conscience, de lobnubilation au coma, des convulsions hypothermie sévère hypothermie sévère lésions associées lésions associées collapsus avec état de choc collapsus avec état de choc arrêt cardio-respiratoire arrêt cardio-respiratoire

10 Signes cliniques en fonction des médicaments utilisés: Les benzodiazépines: Les benzodiazépines: dépression du SNC pouvant aller de la somnolence jusqu'au coma. confusion mentale, une léthargie. une ataxie, une hypotonie, une hypotension. une dépression respiratoire Les antidépresseurs imipraminiques: Les antidépresseurs imipraminiques: troubles de la conduction cardiaque. renforcement des symptômes anticholinergiques. un état confusionnel ou un coma (parfois retardé).

11 Les neuroleptiques: Les neuroleptiques: réactions extrapyramidales sévères : rigidité musculaire tremblement généralisé ou localisé -hypotension ou hypertension -sédation. Dans les cas extrêmes: : coma avec dépression respiratoire et hypotension pouvant entraîner un état de choc. Prolongation QT, troubles du rythme dont torsade de pointe

12 Les antiépileptiques: Les antiépileptiques: nausées, vomissements, céphalées, obnubilation, confusion mentale, voire coma accompagné d'un syndrome neurovégétatif caractéristique (bradypnée irrégulière, encombrement trachéo- bronchique, hypotension artérielle).

13 La théophylline: La théophylline: Nausée Vomissement Douleur épigastrique Céphalée Excitation psychomotrice Insomnie Tachycardie Crise convulsive Reflux gastro-oesophagien Enfant: Ulcération digestive Hémorragie digestive Sub-occlusion

14 Les digitaliques: Les digitaliques: Troubles digestifs: (anorexie, nausées, vomissements, diarrhées), céphalées, vertiges, coloration en jaune de la vision ; troubles cardiaques : tous les troubles de conduction et d'excitabilité peuvent être observés.

15 Conduite à tenir: 2 modalités du traitement 1)traitement non spécifique : 1)traitement non spécifique : Levée durgence. Levée durgence. Voie dabord. Voie dabord. Libération des voies aériennes supérieurs. Libération des voies aériennes supérieurs. Sonde urinaire. Sonde urinaire. Sonde naso-gastrique. Sonde naso-gastrique. Effectuer des prélèvements durgence. Effectuer des prélèvements durgence. Évacuation du toxique:lavage gastrique,charbon activé,diurèse provoquée(osmotique,alcaline). Évacuation du toxique:lavage gastrique,charbon activé,diurèse provoquée(osmotique,alcaline).

16 Épuration extra rénale: Épuration extra rénale: Hémodialyse et exsanguino-transfusion. Hémodialyse et exsanguino-transfusion. 2)traitement spécifique: 2)traitement spécifique: 1) Administration dantidotes ex :( flumazénil pour les benzodiazépines - N acétyl cystéine pour paracétamol – NALOXONE pour les morphiniques). 1) Administration dantidotes ex :( flumazénil pour les benzodiazépines - N acétyl cystéine pour paracétamol – NALOXONE pour les morphiniques). 2)surveillance. 2)surveillance. 3)soutien et psychothérapie. 3)soutien et psychothérapie.

17 Etude épidémiologique Etude épidémiologique

18 MATERIELS ET METHODES: Il sagit dune étude descriptive transversale réalisée au niveau du service de réanimation du centre hospitalo-universitaire de Tlemcen, et portant sur tous les patients présentant une intoxication médicamenteuses aigues ayant consulté à nos urgences ou ayant été évacué dun autre hôpital pour cela nous avons consultés les dossiers des patients les deux années 2005 et 2006.

19 RESULTATS

20 Camembert montrant le nombre des cas dintoxication médicamenteuses par rapport au nombre dhospitalisation au niveau de rea 2005.

21 Camembert montrant le nombre des cas dintoxication médicamenteuses par rapport au nombre dhospitalisation au niveau de rea 2006.

22 la répartition des intoxications médicamenteuses selon le sexe ( service de réanimation de Tlemcen 2005 & 2006)

23 La répartition des intoxications médicamenteuses selon les tranches dâges (service de réanimation CHU Tlemcen)

24

25 Quel est le type de médicament utilisé?

26 Répartition des intoxications médicamenteuses selon les classes pharmaceutiques des médicaments (année 2005)

27 Répartition des intoxications médicamenteuses selon le type de médicament (2006)

28 DISCUSSION DISCUSSION Daprès notre enquête nous avons remarqué que : Daprès notre enquête nous avons remarqué que : -Lintoxication médicamenteuse demeure de plus en plus fréquente; sa fréquence touche la jeune femme suite a une prise volontaire dans un but suicidaire. parfois accidentelle : parfois accidentelle : *chez lenfant (négligence des parents) *chez lenfant (négligence des parents) *chez le sujet âgé: par surdosage ou une mauvaise prise médicamenteuse. *chez le sujet âgé: par surdosage ou une mauvaise prise médicamenteuse. - sans oublier lintoxication polymédicamenteuse qui aggrave le pronostic. -Nous avons remarqué aussi que les médicaments incriminé sont les psychotropes.

29 PREVENTION

30 Principes de prévention: Éviter lautomédication. Éviter lautomédication. Certains médicaments ne doivent pas être délivrés que sur ordonnance surtout les psychotropes. Certains médicaments ne doivent pas être délivrés que sur ordonnance surtout les psychotropes. Control de la prise médicamenteuse chez le sujet âgé,enfant. Control de la prise médicamenteuse chez le sujet âgé,enfant. Control régulier des malades au antécédents psychiatriques. Control régulier des malades au antécédents psychiatriques. La règle dor: ne pas laisser les médicaments à la portée des enfants. La règle dor: ne pas laisser les médicaments à la portée des enfants. intérêt dintroduire des unités de psychologie dans les lycées les universités,et les maisons des jeunes.. intérêt dintroduire des unités de psychologie dans les lycées les universités,et les maisons des jeunes..

31 Intérêt de consultation psychologique ou psychiatrique après une première tentative de suicide pour éviter la récidive. Intérêt de consultation psychologique ou psychiatrique après une première tentative de suicide pour éviter la récidive. Éducation des jeunes comment quils affrontent leur problèmes psychologiques,familiaux et sociaux.. Éducation des jeunes comment quils affrontent leur problèmes psychologiques,familiaux et sociaux.. Renforcement des relations familiales. Renforcement des relations familiales. Et enfin il faut savoir que le suicide nest ni un acte de lâcheté ni un acte de courage ;et lidée de suicide est étrangère au monde islamique pour cela il faut une bonne éducation religieuse. Et enfin il faut savoir que le suicide nest ni un acte de lâcheté ni un acte de courage ;et lidée de suicide est étrangère au monde islamique pour cela il faut une bonne éducation religieuse.

32 conclusion: La prescription élargie des psychotropes dans les manifestations dordre psychiatrique par les médecins généralistes sans donner des conseils et des informations concernant le danger présenté par ces drogues pour lentourage des patients présentant des troubles psychiatriques peut être un facteur de risque dans le passage à lacte suicidaire. La prescription élargie des psychotropes dans les manifestations dordre psychiatrique par les médecins généralistes sans donner des conseils et des informations concernant le danger présenté par ces drogues pour lentourage des patients présentant des troubles psychiatriques peut être un facteur de risque dans le passage à lacte suicidaire.

33 REFERENCES: Toxicologie clinique.Chantal et Bismuth. 5eme édition. Toxicologie clinique.Chantal et Bismuth. 5eme édition. www. www. Vidal Vidal 2004.

34 Merci pour votre attention


Télécharger ppt "UNIVERSITE DE TLEMCEN UNIVERSITE DE TLEMCEN Faculté de médecine Faculté de médecine PROMOTION DE SIXIEMME PROMOTION DE SIXIEMME ANNEE DE MEDECINE ANNEE."

Présentations similaires


Annonces Google