La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Des indicateurs aux plans daction Quelques Réflexions Michel RENAULT Université de Rennes 1-CREM (UMR CNRS) PEKEA ( Political and Ethical Knowledge on.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Des indicateurs aux plans daction Quelques Réflexions Michel RENAULT Université de Rennes 1-CREM (UMR CNRS) PEKEA ( Political and Ethical Knowledge on."— Transcription de la présentation:

1 Des indicateurs aux plans daction Quelques Réflexions Michel RENAULT Université de Rennes 1-CREM (UMR CNRS) PEKEA ( Political and Ethical Knowledge on Economic Activities-www.pekea.org ) FAIR (Forum pour dAutres Indicateurs de Richesses)

2 Pour bien commencer… …quelques raccourcis historiques 2

3 « Le bonheur public doit être l'objet du législateur : l'utilité générale doit être le principe du raisonnement en législation » J.Bentham 3

4 « Si leuthanasie des vieillards tend vraiment au bien commun tout en abrégeant leur souffrance, cela apparaît sans doute justifié […]. Si une race faible ou difforme ne pouvait jamais, malgré la technique et lingéniosité se rendre utile à lhumanité mais devenait au contraire un poids si lourd quil atteindrait une limite insupportable pour conduire tout un pays à la ruine, il serait juste de la supprimer » F.Hutcheson 4

5 Cessez donc de vous plaindre : seuls les fous veulent Rendre honnête une grande ruche. Jouir des commodités du monde, Etre illustres à la guerre, mais vivre dans le confort. Sans de grands vices, c'est une vaine Utopie, installée dans la cervelle. Il faut qu'existent la malhonnêteté, le luxe et l'orgueil, Si nous voulons en retirer le fruit. La vertu seule ne peut faire vivre les nations Dans la magnificence B.Mandeville (1714) 5

6 Les « mesures » sont donc avant tout des instruments, des outils qui explicitent une vision de la société et influencent les actions que lon va mener… …cest le cas du PIB ou de la croissance Dont on voit aujourdhui quelle ne contribue au « bonheur » que dune minorité 6

7 « si nous voulons favoriser un autre type de croissance nous devons changer notre instrument de mesure de la croissance » « Les Français nen peuvent plus de lécart grandissant entre des statistiques qui affichent un progrès continu et les difficultés croissantes quils éprouvent dans leur vie quotidienne ». Nicolas Sarkozy (2008) 7

8 Cela implique de se mettre daccord sur ce qui compte et sur la façon de compter ce qui compte… …ce qui ne va pas de soi et implique de trouver des procédures pour cela 8

9 « Le verbe quantifier, dans sa forme active (faire du nombre), suppose que soit élaborée et explicitée une série de conventions déquivalences préalables, impliquant des comparaisons, des négociations, des compromis, des traductions, des inscriptions, des codages, des procédures codifiées et réplicables, et des calculs conduisant à la mise en nombre. La mesure proprement dite vient ensuite, comme mise en œuvre réglée de ces conventions. De ce point de vue, la quantification se décompose en deux moments : convenir et mesurer. » A.Desrosières 9

10 Les démarches de construction/utilisation dindicateurs avec les citoyens posent des questions Quelle articulation entre démocratie participative/implicative et démocratie représentative par exemple dans le projet de lEtat de Victoria qui pilote et qui décide ? Sur quelle base est constituée le comité de pilotage ? Quel est lengagement du politique par rapport aux citoyens ?

11 Cette démarche et les autres expériences posent des questions Quels citoyens participent? Et comment sont-ils mobilisés? En France les processus participatifs sont souvent limités et circonscrits Exemple: Rennes Métropole: habitants; participants dans le cadre du Plan Climat Territorial: moins de 150 personnes Exemple: Nord Pas de Calais, conférence citoyenne 15 personnes Même si le nombre ou la représentativité ne sont pas tout cela renvoie à une question de légitimité

12 Cette démarche et les autres expériences posent des questions Quels citoyens participent? Et comment sont-ils mobilisés? Toujours dans cette optique il me semble quon sous estime la phase de mobilisation, son importance et les moyens à y consacrer… …mais dun autre côté aurait-on les moyens de faire face à une participation massive ? Que ferait-on si au lieu de 150 personnes, 1000 personnes ou plus voulaient participer ??? Comment est organisée la participation citoyenne en Australie ?

13 Cette démarche et les autres expériences posent des questions Comment organiser une société de participation et passer dune démocratie agrégative à une démocratie participative/délibérative ? Les réflexions précédentes interrogent les limites sociales à la participation: comment procède t-on en Australie ou ailleurs pour « faire mieux »? Comment les procédures de lEtat de Victoria ont- elles été institutionnalisées au cours du temps

14 Cette démarche et les autres expériences posent des questions La construction des indicateurs pose également Question -dans lEtat de Victoria doù viennent ces « indicateurs » et à quel processus de quantification, de « mise en nombre » de la réalité renvoient-ils ? -quelle est la part des citoyens dans leur élaboration, leur choix, leur renseignement ?

15 Cette démarche et les autres expériences posent des questions La construction des indicateurs pose également Question -Dans dautre cas, par exemple dans le cas de la méthode CoE la « mise en nombre » pose aussi Question -les « représentations » des citoyens lors de lélaboration des indicateurs sont importantes et mériteraient dêtre mieux dévoilées -quen est-il de la temporalité et de lévolution dans le Temps, des échelles pertinentes de territoire etc

16 Cette démarche et les autres expériences posent des questions Comment sur la base dindicateurs élaborer des plans daction ? …mais qui est « avant » ?, les plans daction ou les indicateurs ? …ces derniers ne peuvent-il pas alors devenir de simple dispositifs de justification de lordre établi ?

17 Cette démarche et les autres expériences posent des questions Comment sur la base dindicateurs élaborer des plans daction ? Comme pour lélaboration des indicateurs comment combiner, articuler, mettre ensemble le « participatif » et le « représentatif » Ou pour le dire autrement une logique horizontale est-elle compatible avec une société et des institutions « verticales » Le temps politique, court, est-il compatible avec le temps long de la participation ?

18 Cette démarche et les autres expériences posent des questions Ce ne sont là que quelques réflexions qui appellent me semble t-il à la construction dune véritable science sociale de la quantification… Que nous sommes tous appelés à constituer 18

19 Merci de votre attention… …et de votre indulgence 19


Télécharger ppt "Des indicateurs aux plans daction Quelques Réflexions Michel RENAULT Université de Rennes 1-CREM (UMR CNRS) PEKEA ( Political and Ethical Knowledge on."

Présentations similaires


Annonces Google