La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le texte poétique Français, 1re année du 2e cycle.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le texte poétique Français, 1re année du 2e cycle."— Transcription de la présentation:

1 Le texte poétique Français, 1re année du 2e cycle

2 Le Rythme Créé par la longueur des vers Déterminé par le nombre de pieds (syllabes) Le E muet est compté sil est entre 2 consonnes Exemple Quand / gron / de / lo / rage5 pieds vers / le / soir3 pieds cest / que / le / me / nui / sier / du / ciel 8 pieds un / peu / las /3 pieds r a / b o / t e / t r op / r u / d e / m e n t 7 pieds s e s / n u / a g e s3 pieds Joel Sadeler, Quand

3 Les Rimes Rimes plates 1-A 2-A 3-B 4-B Rimes embrassées 1-A 2-B 3-B 4-A Rimes croisées 1-A 2-B 3-A 4-B Les rimes marquent la fin des vers et rythme le poème.

4 LAllitération Répétition dun ou plusieurs sons consonantiques Exemples Le vent rafle le long de leau, Les feuilles mortes des bouleaux, Le vent sauvage de novembre, Le vent mord, dans les branches; Des nids doiseaux, Emile Verhaeren, Le Vent La répétition du son V et R évoque : le vent Quand la pluie pique Son plic est réciproque : Le choc sapplique Et réplique ploc! Alain Serres, Soliloque La répétition des sons « p », « pl » et « k » évoque : la pluie

5 LAssonance Répétition dun ou plusieurs sons vocaliques Exemples Le vent senroule autour des pins Souffle tout au long de la plaine Sème des fleurs dans les jardins Joue avec leau de la fontaine Claire de La Soujeole, Ordre cosmique La répétition du son « ou » rappelle : le bruit du vent. Mon pauvre cœur est un hibou, Quon cloue, quon décloue, quon recloue Guillaume Apollinaire, Le bestiaire La répétition du son « ou » rappelle : le rythme du coeur qui bat.

6 Le Point de vue Le point de vue est la manière dont le poète considère son sujet. Le point de vue peut être neutre, favorable ou défavorable. Le ton : Cest la façon de sexprimer. Il peut être humoristique, familier, ironique, autoritaire, hésitant, passionné… Le vocabulaire connotatif : Il révèle lopinion, le sentiment de lénonciateur par rapport à son sujet. Ce sont des mots évocateurs. Les figures de style : Cela permet de renforcer un jugement ou un sentiment (répétition et accumulation). Cela permet aussi de traduire lattitude du poète (comparaison, métaphore).

7 Le Point de vue (suite...) Le destinataire : Lorsque le poète interpelle un destinataire, il laisse deviner sil a une image favorable ou défavorable du destinataire ou des rapports quil veut créer avec lui (rapport de complicité, dautorité, de supériorité, de sympathie…) Le jugement du poète : Dans les poèmes engagés, le poète émet clairement son opinion.

8 Les Variétés de langue Langue littéraire La nuit dhiver étend son aile diaphane (déf. : translucide) William Chapman, LAurore Boréale Langue familière La trentaine, la bédaine, Les morveux, lhypothèque Les Cowboys Fringants, Les Étoiles filantes Archaïsme Tous les preux étaient morts, mais aucun navait fui. Alfred de Vigny, Le Cor Synonyme : Chevalier Néologisme Jai le coeur en chanson Damourer comme jamoure Jean-Pierre Ferland, J'amoure Mot-valise Notre tactique est unique et consiste en la verbalistique. Loco Locass, Malamalangue Jeu de Mots Avec des histoires dinternes minables Des histoires à dormir assis Sol, LOdieux Visuel

9 Les Figures de style Répétition de mots Répétition de mots dans le but de créer un effet. Une répétition de mots ou de groupes de mots, en tête de vers ou de strophe, est une anaphore. Ce quil faut de malheurs pour la moindre chanson Ce quil faut de regrets pour payer un frisson Ce quil faut de sanglots pour un air de guitare Louis Aragon, Il ny a pas damour heureux Accumulation de mots Énumération d une suite de détails dans une phrase ou dans plusieurs phrases qui se suivent pour développer ou rendre plus frappante une idée, une description, une caractérisation Sans un sou, sans bazou, sans amis, sans abri, Pis lhiver qui sévit … Richard Desjardins, le chant dun bum Cela crée un effet de : solitude, sa vie va mal. Gradation de mots Énumération de mots ou des groupes de mots qui sont disposés dans un ordre de progression croissante ou décroissante. Un enfant est en train de bâtir un village C est une ville, un comté Et qui sait Tantôt lunivers Il joue. Hector de St-Denys Garneau, Le jeu L ombre croît, le jour meurt, tout sefface et tout fuit Victor Hugo, Ce que dit la bouche dombre Ellipse Omission de mots ou de groupes de mots, tout en assurant, malgré tout, la cohérence du texte. C est le pouvoir des mots le pouvoir de la parole le pouvoir de la pensée

10 Les Figures de style (suite...) Antithèse Emploi de deux expressions ou de deux mots opposés dans un même vers ou une même strophe. Elle présente deux aspects contradictoires de la réalité ou souligne une opposition afin de créer un contraste. Sur le tableau noir du malheur Il dessine le visage du bonheur Jacques Prévert, Le cancre Même géants Tout petits nous sommes Pierre Lapointe, Tel un seul homme Comparaison Exprime une ressemblance entre deux réalités à l aide d un outil de comparaison Un beau palmier, comme un panache vert, Dresse la tête Théophile Gauthier, Les colombes Cela veut dire : imposant avec toutes ses feuilles. Métaphore Exprime une ressemblance entre deux réalités, mais contrairement à la comparaison, elle le fait sans l aide d un outil de comparaison Ma vitre est un jardin de givre Emile Nelligan, Soirs dhiver Cela veut dire : que la vitre est remplie de givre. Métonymie Remplacement d un mot par un autre qui a un lien logique avec lui Lété sur mes joues Claude Dubois, Laisser lété avoir quinze ans¸ L été est : les rayons du soleil.

11 Les Figures de style (suite...) Périphrase GN étendu qui remplace le GN minimal habituel Lastre au front dargent qui blanchit ta surface de ses molles clartés Alphonse de Lamartine, Le lac L astre au front d argent est : la lune. Personnification Attribution de caractéristiques humaines à des animaux, à des objets Les cent mille doigts de la pluie Tambourinent sur mon toit gris Pierre Gamarra, La pluie Allégorie Personnification d une idée abstraite. Ô Mort, vieux capitaine, il est temps ! Ô Mort, capitaine de mes angoisses.


Télécharger ppt "Le texte poétique Français, 1re année du 2e cycle."

Présentations similaires


Annonces Google