La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Satané concours !. Cher journal,Mardi 30 septembre, Ce matin, tout avait déjà mal commencé. Mes sœurs et moi, nous nous sommes disputées pour la place.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Satané concours !. Cher journal,Mardi 30 septembre, Ce matin, tout avait déjà mal commencé. Mes sœurs et moi, nous nous sommes disputées pour la place."— Transcription de la présentation:

1 Satané concours !

2 Cher journal,Mardi 30 septembre, Ce matin, tout avait déjà mal commencé. Mes sœurs et moi, nous nous sommes disputées pour la place dans la salle de bains comme tous les matins. Puis, dans le bus à huit heures ça a été lenfer, nous avons été écrasées et poussées pendant tout le trajet. En sport, nous avons passé les tests dendurance, cétait long et difficile mais le plus pénible fut en cours de français lorsque, tout à coup, notre professeure de français, Madame M., nous a annoncé : « Je vous propose un concours décriture. » Lécriture et moi, tu le sais bien, ça fait deux. Il faut insérer dans un texte quelques phrases et une image. Les phrases, je les trouve très bien écrites, très bien formulées mais difficiles à placer dans un texte. Jy ai beaucoup réfléchi. La première me fait penser à un grand voyage ou à une personne qui se serait perdue en forêt. Mais Madame nous a dit que cela pouvait aussi vouloir dire que quelquun avait frôlé la mort. Rachel dit que « son cœur était de glace » signifie que le cœur est gelé par des températures inférieures à 0 degré. Quant à moi, cela mévoque une personne qui néprouverait plus aucun sentiment.

3 Mardi 30 Septembre, « Le froid ralentit même les cœurs purs » peut laisser entendre que même les bonnes personnes, les plus courageuses, peuvent être confrontées à des dangers et plein dautres malheurs. Pour être honnête, cela me rappelle le cours de sport quand on a couru pendant six minutes sous la pluie et quil faisait vraiment froid, jai vu Philippe sarrêter avant la fin alors jai pensé que le froid ralentissait même les cœurs purs. Mais je nai pas dinspiration… Enfin jai passé tout le reste de la journée à chercher mon livre de français alors que cétait mon voisin qui lavait. Quelle journée !

4 Mon journal, Mardi 7 octobre, Je ne tai plus rien confié depuis une semaine. En fait, depuis samedi, jessaie de ranger ma chambre et je nen vois pas la fin : jai rangé mes vêtements, nettoyé mes tiroirs et commencé mon mur-photo. Dailleurs, je me demande comment jai pu te retrouver. En français, je ne sais plus comment ça a démarré mais Philippe a parlé de la faillite des banques, cest incroyable. Pour revenir au concours, aujourdhui, comme je nai pas trouvé linspiration, Maxime ma proposé dintégrer les trois phrases dans le Roman de Renart dont il se souvenait bien de lannée dernière.

5 Mardi 7 octobre, Et plus précisément dans le passage où Renart piège Ysengrin dans le lac gelé. Je me souviens quYsengrin a bien failli mourir après la ruse de Renart et son cœur était glacé après être resté des heures avec ce seau de glace au bout de la queue. Finalement, ce sont les chiens des chasseurs qui lont fait fuir en lui arrachant la queue : « il revenait de loin ». Je ne suis pas vraiment daccord avec son idée car lon ne peut pas dire que Renart soit un cœur pur. Non, cest une fripouille ! Pour moi, un cœur pur, cest une personne qui na jamais pensé à faire du mal dans sa vie. Pour le moment je nai toujours aucune idée !

6 Cher journal,Mardi 21 octobre, Aujourdhui, je nai pas du tout envie de travailler, alors jai regardé sur la feuille de Sylvie qui avait écrit ça au sujet dun camarade qui était malade : « Il revenait de loin, il ne me reconnaissait pas, la sonnerie retentit. Je vis tout le monde se ranger et Madame M. le regarda dun air inquiet. Dès que lheure de français fut terminée, jallai le rejoindre car je naimais pas quil fût seul. Soudain, il eut terriblement mal, je laccompagnai donc à linfirmerie et je regagnai le cours. Le lendemain, il revint en pleine forme sans un remerciement : son cœur était de glace. » Il me semble que Sylvie non plus na pas beaucoup dinspiration !

7 Cher confident, Mardi 18 novembre, Quelle poisse ce concours ! Je ne sais plus qui ma proposé dintroduire limage et les trois phrases dans Yvain et le chevalier au lion, soit disant pour maider parce que je nai toujours rien écrit ; mais comme je nai pas étudié ce livre, je suis désespérée. Philippe a compris quArthur demanda à Yvain de repartir en tournoi bien quil fût marié à Laudine parce que sinon, il allait rester dans son canapé à sengraisser. Son cœur était de glace car il était désespéré davoir perdu lamour de sa bien-aimée, dailleurs il en devient fou, il paraît quil a mangé du gibier cru. Personnellement, je trouve que la phrase « le froid ralentit même les cœurs purs » ne correspond pas car les aventures dYvain prouvent quil est très sportif et donc son cœur ne peut pas ralentir… En revanche, jai pensé à un livre que les trois phrases illustreraient bien. Cest Frère de loup de Michelle Paver mais je nose pas en parler; peut-être devrais-je amener le livre à Madame M. Jhésite… A propos dYvain, tu sais ce que ma avoué Anthony : « je voudrais faire comme lui, avoir une femme et faire des conquêtes ! » Etrange…

8 Cher journal,Mardi 14 octobre, Je suis de mauvaise humeur car nous avons fait sport sous la pluie. Ce matin, pour le concours, jai pensé au livre que javais étudié en cinquième : Himalaya ou lenfance dun chef. Je vais te raconter brièvement lhistoire : dans un petit village du Tibet, vivaient un enfant nommé Tséring, son père Lapka, sa mère Péma et son grand-père Tinlé. Cétaient des porteurs de sel qui traversaient la montagne. Souvent Lapka partait longtemps et il revenait de loin pour échanger le sel contre des marchandises. Un jour, Lapka nen revint pas vivant et dorénavant ce serait Tséring qui aurait la charge du sel. Mais la place était convoitée par Karma un ami de Lapka. Karma nattendit pas la date fixée par les lamas et partit avec ses hommes. Tinlé était très affaibli et très fatigué car le froid et laltitude ralentissent même les coeurs purs, Tséring, Péma et lui se résolurent à partir. Pour rattraper Karma, ils décidèrent demprunter un chemin dangereux, le chemin des démons. Ils rejoignirent le groupe de karma. Mais une tempête arriva. Tinlé, épuisé, sévanouit, et leur demanda de labandonner au milieu des montagnes et de continuer le voyage pour trouver de quoi se nourrir. Cest ce quils firent. Ils rentrèrent alors au village après avoir échangé le sel. Mais Tséring était triste : son cœur était définitivement de glace. Il me semble intéressant ce livre, mais jen chercherai peut-être un autre pour la semaine prochaine.

9 Mon journal, Mardi 25 novembre, Aujourdhui, bien que nous soyons mardi, nous navons pas fait de course. Oui, cet après-midi, il y a cross. Je suis trop stressée et tu sais que le stress me donne mal au ventre Jai décidé de laisser le livre Frère de loup à Madame M. comme ça elle pourra le lire pendant les vacances et vérifier si jai une bonne idée. Sinon au cross, je suis arrivée vingt-sixième. Demain, je vais me reposer chez mamie, chez elle on se sent zen avec toutes ses bougies !! Finalement, cest Mathieu mon voisin de derrière qui a écrit le plus beau texte, car non seulement, les trois phrases sinsèrent bien dans le contexte, mais limage illustre parfaitement son texte. Il a décidé de faire la suite dUn hivernage dans les glaces. Cest Jules verne qui la écrit : il relate lexpédition de Jean Cornbutte jusquau Groënland pour retrouver son fils Louis disparu dans les glaces. Je ten rapporte un extrait :

10 « Quelques années sécoulent, Louis et Marie Cornbutte ont emménagé en pleine campagne ; cest lété avec son odeur aromatisée et un superbe soleil qui illumine leur journée mais le cœur de Louis était de glace. Pourtant, Marie a offert le plus beau des cadeaux à Louis : un fils. Chaque soir, avant daller le coucher, Louis raconte à son fils son périple à travers les glaces et la mort de son grand-père, Jean, un courageux matelot qui na pas hésité à braver toutes les mers pour retrouver son fils dans les glaces. Ainsi plus tard son enfant saurait que son père revenait de loin. » Quelle belle fin ! Jamais je nen trouverai de meilleure…


Télécharger ppt "Satané concours !. Cher journal,Mardi 30 septembre, Ce matin, tout avait déjà mal commencé. Mes sœurs et moi, nous nous sommes disputées pour la place."

Présentations similaires


Annonces Google