La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

PLAISIR DE LIRE Concours littéraire Collégiens-Lycéens Tanger-Tétouan Propositions de lecture Balkissou Mohamadou - Frédéric Bulfone.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "PLAISIR DE LIRE Concours littéraire Collégiens-Lycéens Tanger-Tétouan Propositions de lecture Balkissou Mohamadou - Frédéric Bulfone."— Transcription de la présentation:

1 PLAISIR DE LIRE Concours littéraire Collégiens-Lycéens Tanger-Tétouan Propositions de lecture Balkissou Mohamadou - Frédéric Bulfone

2 PROGRAMME 10h – Faire connaissance (Qui sommes-nous ? Expérience avec Plaisir de Lire ? Œuvres lues ? Niveau de français des élèves ? etc.) 10h30 – Présentation des œuvres 11h45 – Pause 12h – Présentation des œuvres (suite et fin) 13h – Pause 14h – Réflexion sur le mot « Lire » (Pourquoi, comment, où et quand lire ?) 14h30 – Réflexions sur les stratégies à mettre en œuvre pour choisir un passage et le justifier : Travaux en atelier 16h - Mise en commun => Objectif : Préparer les activités qui permettront de choisir un passage et de le justifier en 3 parties : Par rapport à lœuvre Par rapport à la thématique du concours Par rapport à une appréciation personnelle 17h – Fin de la formation

3 INTRODUCTION Vous avez dit « Afriques »?

4 Oui!!! Au regard de ces 3 trois romans, ce ne sont pas les visages dune Afrique, mais des Afriques : Celle de la fatalité et de la pauvreté, Celle des villages sans route, où les enfants sont traités presque en esclaves ( lEcole perdue,) celle qui fait travailler une petite de six ans au fond dune mine, (le destin dAissata), celle de lenfant qui ne va pas à lécole faute de moyens, (Ali boum yé) Mais aussi des Afriques, celle dune jeunesse déterminée (Monsieur Abid retourne dans son village pour aider les siens, Aissata partira de sa mine pour devenir une chanteuse internationale) de la forêt et ses connaissances médicinales.( Nago est devenu un tradi praticien de renom)

5 Lécole perdue. Tahar Ben Jelloun Folio junior, éditeur

6 Proposition de lecture La construction du récit Les personnages Analyse thématique du roman Propositions dactivités

7 La construction du récit

8 Le roman est compartimenté en deux volets La première partie présente quelques aspects du paysage africain: Le village. Le narrateur le décrit avec ses maisons en terre argileuse car on dit « que le béton naime pas la nature, quil mange les arbres et les plantes, et quil détruit la beauté du paysage. » (p ). Il le situe un peu hors du temps, où les rares véhicules qui s y hasardent ségarent. Cest « le néant », victime de la sécheresse Le ciel Sa pureté nannonce pas toujours la pluie mais enferme le rêve. Les pauvres et les prophètes « Le ciel naime pas les pauvres » (p.17) disait le grand-père du narrateur faisant échos aux paroles du maître Thierno dans laventure ambiguë de Cheik Hamidou Kane: « La misère est, ici-bas, le principal ennemi de Dieu. »( p.42 ) lauteur décrit la pauvreté, les illusions quelle suscite, et les véritables causes contre lesquelles il faut lutter.

9 Le village vit dans lextrême pauvreté et aussi dans lattente du sauveur, qui daprès le narrateur ne sera ni un prophète, ni un magicien mais peut-être juste quelquun qui saura expliqué comment lAfrique est pauvre malgré ses richesses exploitation des ressources africaines, corruption, détournements des deniers publics etc., etc., etc. Il pense que la prière ne remplace pas « laction » et « la volonté », elle ne fera reculer ni la famine, ni linjustice dont souffre le village. lauteur appelle à laction, au refus de linjustice par le réveil des consciences

10 Lécole et la mosquée Lécole se trouve à lintérieur de la mosquée, on y entre en se déchaussant. Le narrateur nen dit pas plus sur lécole mais insiste sur la ferveur des habitants du village qui espèrent résoudre tous leurs problèmes grâces aux prières dont lui doute en son fort intérieur lefficacité. « Cest curieux, plus on est pauvre, plus on fait appel à Dieu.[…] Mes parents prient tout le temps. Moi, je doute de lefficacité de ces prières mais je ne le proclame pas. » (p. 25)

11 La vie en ville: PP Le narrateur évoque la ville comme un lieu inhospitalier, où lavidité est le maître mot. « Ici, cest largent qui est roi. Largent est le chef du village et de tout ce que nous faisons. Sans argent, personne ne te connaît. Cest pourquoi je travaille tous les jours de la semaine et la nuit (…). Largent, largent, les gens ne parlent que de ça, comme si la vie était un immense billet de banque. Tu imagines, ce morceau de papier est plus important que lamitié ou lamour entre les humains » Cest aussi dans ce passage que lauteur présente le narrateur: Un enfant du village qui est venu en ville chez oncle pour étudier. Il obtient son diplôme dinstituteur et y retourne travailler. La ville en ville na pas été très facile. La femme de son oncle le considérait comme un boulet, collégien il travaillait comme serveur le soir.

12 Deuxième partie L'instituteur. PP Il vient dêtre affecté dans son village où il pense pouvoir être utile, répugnant la passivité de ceux qui attendent Dieu. «…jai compris que Dieu était très occupé ailleurs et que de toute façon, il ne descend jamais sur terre ni ne se mêle aux humains. Cest là aussi que jai compris que Dieu est partout. On ne le voit pas mais on sent sa présence. » (p. 36). La rentrée des classes PP37-40 La première difficulté quil rencontre, est le problème dinfrastructure, en attendant la réalisation des promesses des uns et des autres.

13 De moins en moins d'élèves PP Le nouvel instituteur constate quil y a de moins en moins délèves. Il sinquiète et va en discute avec le chef du village Hadj Baba qui lui, ne sen soucie guère, mais loriente vers un autre horizon: « la bâtisse blanche », où selon le petit berger on gagne de largent A lintérieur de la bâtisse blanche PP Il y entre et découvre tous ses élèves en train de travailler. Il est indigné et menace le directeur de la fabrique en lui rappelant lartcle4 de la déclaration des droits de lhomme, en vain.

14 Il est désemparé et repart chez le chef Hadj Baba qui na pas changé de discours. Il reconnaît la valeur de lécole mais se résigne à penser que « cest important, mais pour nous en ce moment, cest un luxe. » p55 Il exhorte linstituteur à la patience, en lui promettant que les élèves reviendront un jour. Cest en ce moment que linstituteur repense à lhistoire du petit pakistanais et aux paroles de son sage maître pour qui la misère nest pas une fatalité « La misère nest pas une fatalité, ni quelque chose dinévitable. Il nest écrit nulle part que ce village est destiné à rester maudit, sans prospérité, sans eau, sans école, sans avenir. Il faut abattre la fatalité et la réduire en poussière. Il ne faut pas baisser les bras et attendre comme des animaux.» p.57

15 Les élèves ayant compris tous seuls limportance de lécole, regagnent la classe et linstituteur commence sa première leçon La première Leçon. PP Linstituteur débute son enseignement en racontant à ses élèves lhistoire du petit pakistanais qui sappelait Iqbal Masih, le héros moderne. « Il est devenu le porte parole de millions denfants traités en esclaves par des patrons sans scrupules et sans morale. » p.70

16 La pire chose au monde PP A la question de savoir quelle est la pire chose au monde, qui rend les hommes hargneux et dangereux. Les élèves de monsieur Abid ont énuméré tout ce que leur esprit denfants conçoit comme danger et les principaux maux qui gangrènent une société mais il leur dit que la pire cest « lignorance » et il lillustre dans la seconde leçon La seconde leçon PP Monsieur Abid démontre à ses élèves les conséquences de lignorance, à travers lhistoire des deux amis. Et lauteur termine le roman par la victoire des enfants

17 Lanalyse thématique

18 La religion et la pauvreté Tahar ben Jelloun reprend ici une dichotomie quon retrouve dans la littérature africaine. Certains titres sont dailleurs très évocateurs Allah nest pas obligé dAhmadou Kourouma ou «Dieu nest pas un parent » que Cheik hamidou Kane avait choisi pour son roman laventure ambiguë Lauteur ne remet pas en question la prière, mais appelle à laction. « La prière cest bien, surtout dans une mosquée, mais je ne pense pas quelle remplace la volonté et laction » (P.25) Cest bien dit dans la bible: « Aide-toi, le ciel taidera »

19 Le travail des enfants Le ton employé par lauteur est un peu moralisateur parce quil veut sensibiliser avant tout les enfants, les pauvres victimes de la cupidité des hommes de tout bord, et peut-être de la pauvreté liée à linertie. Lhistoire dIqbal est en cela très édifiante. Lauteur le présente comme un héros « un enfant qui est devenu un héros des temps modernes » afin que les enfants aient un modèle et refusent dêtre réduits en esclavage. Dailleurs le maitre termine la leçon par cette phrase« un enfant de votre âge, qui défend la liberté… dénonce le travail des enfants… » (p.71)

20 Monsieur Abid Il représente le rêve davenir de lAfrique, ce retour aux sources est un symbole. Cest un appel à tous les fils de lAfrique de revenir travailler à son développement. Veut-il attirer notre attention sur le problème de la fuite des cerveaux?

21 ACTIVITÉS AUTOUR DU ROMAN I- Hypothèses de lecture, étude du paratexte Observez la première et la quatrième de couverture, de quoi pourrait-on parler dans ce roman ? Ce titre vous attire-t-il ? Connaissez-vous cet auteur ? Avez-vous envie de le lire ? Les commentaires de quatrième de couverture, vous incitent-il à lire le livre ? En feuilletant : Comment se présente le livre ? Observez la typographie : facilite-t-elle la lecture ? Les images vous aident-elles à mieux comprendre le livre?

22 II - Activités sur le roman Dans quelle région se déroule l'histoire ? Pourquoi le village est-il surnommé « le néant » ? Quel est l'âge de l'arbre ? Quel est le matériau des murs des maisons ? Quel visage le narrateur voit-il dans le ciel ? Qui peut sauver le village ? Pourquoi les habitants du village ont-ils faim ? Que symbolisent les oiseaux (voir aussi illustration)? Où l'humanité est-elle apparue ? Que faut-il faire en entrant dans une mosquée ? Où se trouve l'école ? 12 Qu'est ce qu'un hadj ? 13 Qui est Mohammed ? 14 Quelles étaient les prières de Baba et Moha, partis en pèlerinage ? 15 Plutôt que prier quelle est la solution, selon le

23 Qu'est ce qu'un hadj ? Qui est Mohammed ? Quelles étaient les prières de Baba et Moha, partis en pèlerinage ? Plutôt que prier quelle est la solution, selon le narrateur, pour que le village souffre moins ? De quelle maladie des yeux a souffert le narrateur ? Quel est le métier de l'oncle Issa? Quel est le métier de l'oncle Bédyé, émigré en France ? Pendant ses études au collège, quel est le métier du narrateur ? Où le narrateur accompagne-t-il son oncle le vendredi ?

24 Qu'achète le narrateur après ses études ? Qui envoie l'instituteur dans son village après sa formation ? Que font les élèves le jour de la rentrée ? Qui doit fournir les tables et les chaises ? Au bout d'un mois combien d'élèves sont absents ? Avec qui l'instituteur prend-il rendez-vous pour retrouver les enfants absents ? Plutôt qu'un instituteur, qu'attendait le chef de village de la part des autorités ? Qui indique au narrateur où se trouvent les enfants ? Pourquoi le gardien de la bâtisse laisse-t-il entrer l'instituteur ? Dessiner le sigle de la marque. Quel est son nom ?

25 Que propose le chef à l'instituteur pendant que les enfants déjeunent? Que dit l'article 4 de la déclaration universelle des Droits de l'Homme? En travaillant dans la bâtisse, combien gagne un enfant par jour ? Que proclamait Iqbal Masih ? Pourquoi l'instituteur ne peut-il aller en ville à vélo ? Que demandent les enfants à l'instituteur ? Pourquoi le berger revient-il à l'école ? Pourquoi Iqbal est-il devenu un héros ? Quel âge avait Iqbal quand ses parents l'ont vendu ?

26 Que demande Iqbal aux journalistes venus d'Inde et du Pakistan ? Qu'offre le patron aux parents des enfants ? Sur quoi se fonde le racisme ? Quels sont les 3 arguments que donne l'ignorant pour justifier que la chèvre vole ? Quel élément déclenche la bagarre ? Qu'est ce qu'un fanatique ? Qui travaille désormais à la fabrique ? Comment les enfants vont-ils à la ville ? Comment les enfants ont-ils aidé Zidane a marqué un but en finale de la coupe du monde?


Télécharger ppt "PLAISIR DE LIRE Concours littéraire Collégiens-Lycéens Tanger-Tétouan Propositions de lecture Balkissou Mohamadou - Frédéric Bulfone."

Présentations similaires


Annonces Google