La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

HISTOLOGIE CUTANEE NORMALE. TROIS COUCHES bien délimitées et aux fonctions bien différentes : - EPIDERME en surface : recouvrement, protection, sensibilité

Présentations similaires


Présentation au sujet: "HISTOLOGIE CUTANEE NORMALE. TROIS COUCHES bien délimitées et aux fonctions bien différentes : - EPIDERME en surface : recouvrement, protection, sensibilité"— Transcription de la présentation:

1 HISTOLOGIE CUTANEE NORMALE

2 TROIS COUCHES bien délimitées et aux fonctions bien différentes : - EPIDERME en surface : recouvrement, protection, sensibilité - DERME : souplesse, résistance, sensibilité, annexes - HYPODERME : souplesse, isolation, réserve

3 EPIDERME Épithélium multistratifié kératinisant 4 types de cellules : - kératinocytes en 4 couches - mélanocytes - cellules de Langerhans - cellules de Merckel Séparé du derme par une membrane basale

4 DERME Tissu conjonctif classique avec cellules, fibres, glycosaminoglycans, vx sanguins, terminaisons nerveuses et corpuscules (pression, douleur, thermique) Contient en grande partie les annexes Follicules pileux Glandes sébacées Glandes sudorales Tissu de soutien à la fois souple résistant et sensible

5 HYPODERME Organisé en lobules graisseux séparés par des cloisons fibro-vasculaires lobules : adipocytes matures rôle de protection mécanique (matelas) thermique et de réserve dénergie

6 LA PEAU

7 PHYSIOLOGIE CUTANEE PEAU : bouclier, parapluie et ombrelle ROLES TRES VARIES ! - protection détection - échanges - endocrinien

8 PROTECTION Mécanique par la couverture épithéliale continue et étanche la résistance du derme et de lhypoderme Contre les autres agents extérieurs : Contre les pertes : de fluide, dions, de protéines par lépiderme de chaleur Contre les agents infectieux : épiderme continu, défensines, sébum, pH flore commensale, immunité spécifique - fluides, agents caustiques - UV +++ : mélanine

9 AUTRES FONCTIONS Thermorégulation : rôle fondamental production de chaleur et réduction des pertes perte de chaleur : sudation (tube sudoral = alambic) Mouvements deau et dions Sensibilité somesthésique générale, tactile, thermique et douloureuse Production de vitamine D3

10 DYNAMIQUE DE LA CICATRISATION NORMALE

11 INTRODUCTION Processus très incomplètement connu ! ensemble des phénomènes de détersion, prolifération, migration et différenciation cellulaires qui aboutissent à la reconstitution (non ad integrum) dun tissu lésé par une agression exogène ou endogène orchestré et guidé par des médiateurs inflammatoires, des petits peptides (facteurs de croissance), et les macro-molécules de la matrice extra-cellulaire

12 PLAN DU COURS PRESENTATION DES ACTEURS DEROULEMENT DUNE CICATRISATION TYPE (plaie cutanée aigue) : - phase détersivo-inflammatoire - phase de prolifération cellulaire - phase de remodelage

13 PRESENTATION DES ACTEURS (I) Cellules : leucocytes : PNN, macrophages, lymphocytes plaquettes (hémostase et cicatrisation) endothéliocytes (myo)fibroblastes cellules épithéliales (kératinocytes +++) autres : mélanocytes etc

14 EN GENERAL CELLULES : CIBLES DES FACTEURS DE CROISSANCE SOUS FORME DUNE SOMME ALGEBRIQUE PROLIFERATION FAVORISEE PAR température, hygrométrie pH relativement acide PO2 relativement basse PCO2 relativement haute

15 FACTEURS DE CROISSANCE Protéines de petite taille, souvent glycosylées transmission de messages de cellules en cellules par lintermédiaire de récepteurs spécifiques (notion de cascade) induisent une réponse génique modifiant prolifération, sécrétion (autre FC) et/ou différenciation réponse = f (somme « algébrique » des effets des FC reçus)

16 DEROULEMENT DUNE CICATRISATION TYPE : PLAIE CUTANEE Modèle général à quelques variantes prés classiquement divisé en trois phases : - détersivo-inflammatoire + hémostase - proliférative « cellulaire » - remodelage le tout sur environ 1 an/1 an et demi en fait séparation spatio-temporelle illusoire pour les deux premières phases quasi- simultanées !

17 QUELQUES NOTIONS GENERALES Mécanismes en « cascade » avec inductions successives et réciproques, chaque phase induisant la suivante qui ne peut apparaître que si le précédente laisse la place (apoptose massive de ses acteurs) pas si simple ! avec notamment sources et cibles multiples des facteurs de croissance minutage très précis et mal connu notamment pour les FC (gênant en thérapeutique !) deux buts essentiels : lutte anti-infectieuse réparation tissulaire

18 PROBLEME CAPITAL… …MAIS NON RESOLU ! Quest-ce qui met fin à une étape indispensable mais nécessairement limitée dans le temps ? apoptose massive ? Apparition dinhibiteurs ? Explication dun certain nombre de plaies chroniques ?

19 PHASE 1 : VASCULO- DETERSIVO-INFLAMMATOIRE Plaie : perte de substance +/-nette, +/- importante Buts : stop hémorragie couverture provisoire par fibrine, caillot lutte anti-infectieuse élimination des débris endo et exogènes

20 PHENOMENE INTIAL ET CAPITAL : HEMOSTASE Arrêt de lhémorragie apport de cellules sanguines (leucocytes, plaquettes) matrice provisoire de fibrine libération de médiateurs par les plaquettes : - réaction inflammatoire (recrutement, chimiotactisme, activation des leucocytes) - détersion débris, attaque non-spécifique puis spécifique des bactéries - libération des premiers FC pour la phase de prolifération

21 PHASE 2 : PROLIFERATIVE Improprement appelée « cellulaire » assure la reconstitution dune MEC dun tissu conjonctif dun épithélium mais tous ces éléments sont initialement imparfaits : phase de remodelage suffisant pour faire disparaître la perte de substance

22 PHASE PROLIFERATIVE (SUITE) orchestré par des vagues successives de FC avec un effet en cascade selon un minutage précis nécessite un mécanisme darrêt mal connu… …pour passer à la phase de différenciation passage dune catégorie à une autre de FC ? (rôle du TGF ?) phase trés dépendante des conditions vasculaires et nutritionnelles

23 PHASE PROLIFERATIVE (FIN) Schématiquement : 4 étapes successives en un point donné - réapparition dune MEC provisoire à partir des lisières du foyer - néoangiogénèse rudimentaire puis plus fine - infiltration par prolifération et migration (« glissement ») de myofibroblastes dans le foyer classique « tissu de granulation » - réépithélialisation par les berges avec prolifération, et migration des cellules épithéliales (phase horizontale, puis verticale)

24 PHASE DE REMODELAGE Mystérieuse, longue (18 mois), non-évidente, mal étudiée… pourtant capitale pour la qualité esthétique, structurale et fonctionnelle (solidité, épaisseur, sensibilité, défense, etc) du tissu obtenu !!

25 Marquée par : - contraction de la plaie (myofibroblastes) - différenciation du néo-tissu obtenu en fin de phase de prolifération : - matrice : collagène III I, élastine - conjonctif : vx, filets nerveux - épithélium : basale, cellules annexes donc modifications qualitatives et non quantitatives

26 JOURS3 Effet maximum Inflammatoire Réparation Remodelage épithélialisation contraction Les phases de la cicatrisation

27 La cicatrisation = cascade Hémostases : Formation d un bouchon de fibrine Synthèse de collagène Angiogénèse Epidermisation Défense et nettoyage de la plaie Libération de facteurs de croissance Neutrophiles Macrophages Stimulation de l arrivée des cellules responsables de la réaction inflammatoire INFLAMMATIONINFLAMMATION INFLAMMATIONINFLAMMATION Libération de facteurs de croissance Fibroblastes Cellules endothéliales vasculaires Cellules endothéliales vasculaires Kératinocytes REPARATIONREPARATION REPARATIONREPARATION Remodelage : maturation de la matrice extracellulaire Protéases

28 CONCLUSION Compréhension biologique en progrès utilisation thérapeutique actuelle......et future (FC, Apoptose etc) Cicatrisation supra-physiologique ? Pansements biologiques ? Problèmes de sécurité sanitaire et de coûts


Télécharger ppt "HISTOLOGIE CUTANEE NORMALE. TROIS COUCHES bien délimitées et aux fonctions bien différentes : - EPIDERME en surface : recouvrement, protection, sensibilité"

Présentations similaires


Annonces Google