La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Epistemic dependence John Hardwig. Qui est John Hardwig ?

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Epistemic dependence John Hardwig. Qui est John Hardwig ?"— Transcription de la présentation:

1 Epistemic dependence John Hardwig

2 Qui est John Hardwig ?

3 Le problème de Hardwig Je crois beaucoup de choses que je ne peux pas étayer personnellement par manque : Je crois beaucoup de choses que je ne peux pas étayer personnellement par manque : - de compétences scientifiques. - de temps. - de moyens techniques. Exemples : - En France, 78% de l'électricité est d'origine nucléaire 1. - Le boson de Higgs existe. 1 : Source : (consulté le 28 septembre 2013).

4 Le problème de Hardwig Existe-t-il une façon rationnelle de fonder nos croyances sans les étayer personnellement ?

5 Thèse 1 : Oui, il existe une solution de substitution : faire confiance à ceux qui ont des « evidence ». Raisonnement par labsurde Admettons que : seules les croyances étayées sont justifiées. Problèmes : (1) Pour certaines de nos croyances, on ne peut pas accéder aux « evidence ». (2) Pour certaines de nos croyances, on naura jamais la compétence pour accéder aux « evidence ». (3) La plupart de nos croyances sont dans le cas de (1) ou de (2). (4) Donc, la plupart de nos croyances sont injustifiées. (Conclusion) : il est rationnel de croire ceux qui ont des « evidence » (à certaines conditions).

6 A quelle condition croire ceux qui ont des « evidence » ? A quelle condition croire ceux qui ont des « evidence » ? Il faut avoir de bonnes raisons de croire quils ont mené lenquête nécessaire pour collecter des evidence. Exemple : Mon garagiste vérifie devant moi le niveau dhuile de ma voiture. - Je lai vu vérifier le niveau dhuile. - Je nai pas de raison de penser quil me ment. Conclusion : jai de bonnes raison de croire que mon garagiste a mené lenquête et connaît mon niveau dhuile.

7 Problème : et dans les cas plus compliqués ? Problème : et dans les cas plus compliqués ? Exemple : - « 75 % des français aiment les chats ». Enquête dopinion menée avec la méthode des quotas. Si je ne comprends pas les « evidence », dois-je toujours croire lexpert ?

8 Thèse 2 : Oui, il est parfois rationnel de refuser de penser par soi-même et de faire plutôt confiance aux experts. Argument (simplifié) : (1) Les croyances des experts relatives à leur domaine de prédilection sont meilleures que celles des profanes (les experts sont « épistémiquement supérieurs »). (2) Il est plus rationnel dadopter les croyances dun supérieur épistémique que de conserver les siennes dans le domaine de prédilection du supérieur épistémique. (Conclu.) Il est parfois rationnel dadopter les croyances des experts (au détriment de nos précautions épistémologiques habituelles).

9 En résumé Thèse 1 : Si on ne peut pas vérifier nos croyances personnellement, il faut croire ceux qui les ont vérifiées, à condition davoir de bonnes raisons de croire quils ont des evidence. Problème : on ne peut pas toujours comprendre les « evidence ». Thèse 2 (réponse) : Oui, mais les experts sont les supérieurs épistémiques des profanes. On peut donc leur faire confiance. Problème supplémentaire (non-traité) : comment identifier les experts ?

10 Problème additionnel Jusquici, on sest intéressés aux croyances. Nos connaissances peuvent-elles, elles, reposer sur des arguments dautorité ?

11 Thèse 3 : Oui, certaines connaissances dépendent parfois dun lien « expert-profane », même entre experts. Exemple paradigmatique : La constitution du savoir dans les communautés scientifiques modernes. La complexité des sciences contemporaines oblige les scientifiques à se spécialiser. Aucun dentre eux ne peut : La complexité des sciences contemporaines oblige les scientifiques à se spécialiser. Aucun dentre eux ne peut : - Vérifier toutes les expériences de ses collègues. - Acquérir les connaissances suffisantes pour les vérifier.

12 Les connaissances scientifiques contemporaines se constituent souvent selon le modèle suivant : Les connaissances scientifiques contemporaines se constituent souvent selon le modèle suivant : - - A sait que m. - - B sait que n. - - C sait que (1) A sait que m, et que (2) si m, alors o. - - D sait que (1) B sait que n, que (2) C sait que o, et que (3) si n et o, alors p. - - E sait que D sait que p. - - Etc. Notez que… A sait que m = D sait que p.

13 Conclusions Soit on considère quun individu peut savoir quelque chose en se reposant sur lautorité dun expert (réponse au problème de Hardwig). Soit on considère quun individu peut savoir quelque chose en se reposant sur lautorité dun expert (réponse au problème de Hardwig). Soit on considère que le savoir/la connaissance se constitue à léchelle communautaire (la communauté est un individu épistémologique). Soit on considère que le savoir/la connaissance se constitue à léchelle communautaire (la communauté est un individu épistémologique).

14


Télécharger ppt "Epistemic dependence John Hardwig. Qui est John Hardwig ?"

Présentations similaires


Annonces Google