La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Chapitre 1 Objectifs financiers et gouvernement dentreprise.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Chapitre 1 Objectifs financiers et gouvernement dentreprise."— Transcription de la présentation:

1 Chapitre 1 Objectifs financiers et gouvernement dentreprise

2 Copyright © 2004 Pearson Addison-Wesley. All rights reserved. 1-2 Lentreprise multinationale (MNE) Une entreprise multinationale (MNE) est une entité privée opérant à travers des filiales, succursales ou bureaux de représentation dans des pays étrangers. La détention de la propriété des actifs des MNE est si dispersée à travers le monde que celles-ci sont dénommées transnationales. Leur gestion seffectuent généralement dans la perspective dun marché mondial plutôt que dans celle dun marché national.

3 Copyright © 2004 Pearson Addison-Wesley. All rights reserved. 1-3 Activités internationales des entreprises nationales Les entreprises nationales ont également des activités internationales: –Import- export de biens, marchandises, capitaux, services. –Sous-traitance de leurs activités à des sociétés étrangères sur des marchés internationaux. –Exposition à la concurrence internationale sur leur propre marché national. –Exposition indirecte au risque international à travers leurs relations avec leur clients et fournisseurs.

4 Copyright © 2004 Pearson Addison-Wesley. All rights reserved. 1-4 Gestion financière internationale Il y a des différences significatives entre la gestion financière nationale et la gestion financière internationale du fait de différences culturelles, politiques, institutionnelles, historiques… Ces différences affectent lenvironnement dans lequel lentreprise doit opérer, faisant face à des risques spécifiques: risque de change étrangers; risque politique; gouvernance. Ceci entraîne une modification: - des théories financières en environnement purement national; - des instruments financiers domestiques: contrats à terme et options sur devises; swaps de devises et de taux dintérêt.

5 Copyright © 2004 Pearson Addison-Wesley. All rights reserved. 1-5 Lobjectif majeur de la gestion Dans le monde anglo-saxon, cet objectif est la maximisation de la richesse des actionnaires. Dans le reste du monde, cet objectif tient également (mais dans une moindre mesure dans certains pays). Sur les marchés anglo-saxons, cet objectif est réaliste; dans beaucoup dautres pays, il ne lest pas.

6 Copyright © 2004 Pearson Addison-Wesley. All rights reserved. 1-6 Lobjectif de la gestion Il existe des différences substantielles de référence de valeurs et de cultures pour le gestionnaire et linvestisseur. Dans ce contexte, les vérités universelles de la finance deviennent culturellement déterminées par des normes.

7 Copyright © 2004 Pearson Addison-Wesley. All rights reserved. 1-7 La maximisation de la richesse de lactionnaire Dans le modèle anglo-saxon, lobjectif principal de lentreprise devrait être la maximisation du profit des actionnaires, défini comme la somme des gains en capital et en dividendes, pour un niveau de risque donné. Réciproquement, lentreprise devrait minimiser le risque des actionnaires pour un niveau de profit donné.

8 Copyright © 2004 Pearson Addison-Wesley. All rights reserved. 1-8 La maximisation de la richesse de lactionnaire Le modèle anglo-saxon fait lhypothèse que le marché boursier est efficient: toute linformation pertinente est reflétée presque instantanément dans les cours boursiers. Ceci implique que le cours dune action est toujours correct puisquil incorpore toutes les anticipations de risque et de profit perçues par les investisseurs, ces derniers intégrant toute information nouvelle dans leurs anticipations. Les prix des actifs sont donc considérés comme la meilleure allocation du capital dans léconomie du pays.

9 Copyright © 2004 Pearson Addison-Wesley. All rights reserved. 1-9 La maximisation de la richesse de lactionnaire Le modèle anglo-saxon considère sa définition du risque comme une vérité universelle. Le risque est défini comme le risque additionnel que les actions de lentreprise ajoutent dans un portefeuille diversifié. Distinction entre le risque systématique (risque de marché) et celui non systématique (diversifiable ou opérationnel): le risque opérationnel ne devrait pas être une menace pour linvestisseur (sauf en cas de banqueroute) car il peut être réduit ou complètement éliminé en diversifiant efficacement son portefeuille. Le risque systématique ne peut toutefois pas être éliminé.

10 Copyright © 2004 Pearson Addison-Wesley. All rights reserved La maximisation de la richesse de lactionnaire La théorie de lagence étudie les relations entre les dirigeants de lentreprise et les actionnaires. Il sagit de trouver des moyens pour motiver les actionnaires à accepter les prescriptions du modèle anglo-saxon. Lutilisation des stock-options est un moyen dinciter les gestionnaires à réagir comme des actionnaires. Si les dirigeants de lentreprise dévie trop des objectifs du modèle, le conseil dadministration peut dans ce cas extrême les révoquer. Si le conseil dadministration est trop laxiste, la discipline du marché boursier devrait conduire à une OPA ou une faillite. Cette discipline est rendue possible dans le modèle anglo- saxon par la règle: une action = un vote.

11 Copyright © 2004 Pearson Addison-Wesley. All rights reserved La maximisation de la richesse de lactionnaire Faiblesse du modèle anglo-saxon: polarisation des investisseurs sur les résultats immédiats plutôt que sur la maximisation de la valeur à long terme. Les actions spéculatives de court terme prises par les dirigeants dentreprise, qui sont destructrices sur le long terme, ont été appelées capitalisme impatient. Doù limportance du facteur temps dans les décisions dinvestissement de lentreprise concernant ses décisions dinvestissement ou de financement.

12 Copyright © 2004 Pearson Addison-Wesley. All rights reserved La maximisation de la richesse de lentreprise (MRE) A linverse du modèle anglo-saxon, les marchés européens et japonais ont pour objectif la maximisation de la valeur de lentreprise. Il sagit de réaliser une rentabilité forte sur le long terme, tout en dégageant assez de profits pour les intérêts du groupe. Dans ce modèle qualifié de modèle de capitalisme participatif, les actionnaires sont traités de la même manière que les dirigeants, employés, fournisseurs, créanciers ou encore les communautés locales ou le gouvernement.

13 Copyright © 2004 Pearson Addison-Wesley. All rights reserved La maximisation de la richesse de lentreprise Par valeur de lentreprise, on entend non seulement sa valeur financière, mais également les ressources techniques, humaines, intellectuelles… Le modèle MRE ne fait pas lhypothèse defficience et de rationalité parfaite du marché ceci car les objectif financiers de la firme ne sont pas exclusivement orientés en fonction des actionnaires. Ce modèle suppose que cest lactionnariat loyal de long terme qui devrait influencer la stratégie de lentreprise et pas les objectifs spéculatifs dinvestisseurs éphémères.

14 Copyright © 2004 Pearson Addison-Wesley. All rights reserved La maximisation de la richesse de lentreprise Le modèle MRE suppose que cest le risque total, à savoir le risque financier et le risque opérationnel, qui importe. Lobjectif de la firme est de générer des profits et dividendes sur le long terme dans un environnement avec le moins dincertitude possible. Le risque est mesuré davantage par la variabilité de la part de marché du produit que par la variation à court terme des profits et du cours de laction.

15 Copyright © 2004 Pearson Addison-Wesley. All rights reserved La maximisation de la richesse de lentreprise Faiblesse du modèle MRE: Bien que ce modèle permette déviter le capitalisme impatient, vouloir satisfaire plusieurs groupes dacteurs économiques risque de laisser les dirigeants sans priorités claires. Les dirigeants peuvent alors être incités à changer les priorités au travers de déclarations, prises de position,…

16 Copyright © 2004 Pearson Addison-Wesley. All rights reserved Lequel de ces 2 modèles dominent sur la scène internationale ? Des tendances récentes mettent laccent sur lobjectif de richesse des actionnaires (modèle anglo-saxon): –Cette approche est privilégiée afin dattirer les capitaux étrangers (ceci car les marchés non américains ont multiplié leur privatisation). –Beaucoup danalystes pensent que ce sont les multinationales favorables à leur actionnariat qui dominent de plus en plus leurs marchés.

17 Copyright © 2004 Pearson Addison-Wesley. All rights reserved Le gouvernement dentreprise Le gouvernement dentreprise est la méthode par laquelle une société gère ces relations pour assurer la cohérence des décisions avec les objectifs déclarés de lentreprise. Il implique le respect de normes quant à la composition du conseil dadministration, le rôle du conseil de surveillance, le rythme et la qualité de linformation soumise aux actionnaires, la transparence concernant lintéressement des dirigeants… Le gouvernement dentreprise peut être considéré comme un renforcement du contre- pouvoir actionnarial.

18 Copyright © 2004 Pearson Addison-Wesley. All rights reserved Le gouvernement dentreprise Il existe des spécificités propres à chaque pays dans la réglementation du gouvernement dentreprise: au Japon, il existe un capitalisme « de connivence » qui se caractérise par des relations de conflits dintérêt entre dirigeants, créanciers et gouvernement; en France et en Allemagne, il sagit du capitalisme familial: certaines entreprises sont détenues et contrôlées par un petit groupe dactionnaires aux liens familiaux (Lagardère, Michelin, LOréal)

19 Copyright © 2004 Pearson Addison-Wesley. All rights reserved Les échecs dans la gouvernance dentreprise Exemple déchec à la gouvernance dentreprise: –Enron – novembre 2001: prise de risque sans couverture sur le marché de lénergie et manipulation comptable. –WorldCom – mars 2002: fraude pour détournement de fonds. – Vivendi – juillet 2002: accusation du président JM Messier par la COB pour indemnité de départ jugé excessive, prise de décision sans concertation et opacité des comptes du groupe. –Elf – novembre 2003: condamnation des dirigeants pour détournement de fonds. –Crédit lyonnais: condamnation des dirigeants pour prises de risques spéculatives.

20 Copyright © 2004 Pearson Addison-Wesley. All rights reserved Réglementation du gouvernement dentreprise La structure de surveillance du marché boursier aux Etats-Unis est de type pyramidal: –Au sommet: le Congrès –Securities and Exchange Commission (SEC) –New York Stock Exchange –Sociétés de courtage

21 Copyright © 2004 Pearson Addison-Wesley. All rights reserved Réglementation du gouvernement dentreprise Surveillance et régulation en France: Ministère de lÉconomie et des Finances Autorité des marchés financiers (AMF) Euronext – Paris Les prestataires de services dinvestissement (établissements de crédit, négociateurs et courtiers)

22 Copyright © 2004 Pearson Addison-Wesley. All rights reserved La loi Sarbanes-Oxley de juillet 2002 Cette loi, votée par le Congrès américain et signée par George W. Bush en 2002, stipule trois exigences concernant les entreprises américaines : –Les directeurs exécutifs dune entreprise doivent certifier la véracité des comptes. –Les conseils dadministration doivent être soumis à des comités daudit composés de membres indépendants. –Les entreprises ne peuvent plus octroyer de prêts aux dirigeants. Rigueur de cette loi: des pénalités ont été clairement définies pour diverses fraudes. Objectif de la loi: renforcer la réglementation des marchés et promouvoir la bonne gouvernance.


Télécharger ppt "Chapitre 1 Objectifs financiers et gouvernement dentreprise."

Présentations similaires


Annonces Google