La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Eléments de lexicologie (3) Pr. François MANIEZ Directeur du CRTT, EA 4162 (Centre de Recherche en Terminologie et Traduction) Université Lumière Lyon.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Eléments de lexicologie (3) Pr. François MANIEZ Directeur du CRTT, EA 4162 (Centre de Recherche en Terminologie et Traduction) Université Lumière Lyon."— Transcription de la présentation:

1 Eléments de lexicologie (3) Pr. François MANIEZ Directeur du CRTT, EA 4162 (Centre de Recherche en Terminologie et Traduction) Université Lumière Lyon 2 requête Google : maniezf

2 La formation des mots I. La formation des mots en diachronie. A. Mots héréditaires et mots empruntés. Les mots héréditaires sont ceux que le français a hérités dune langue ancienne (latin, francique, gaulois). Létymologie étudie les mots en remontant jusquà leur forme la plus ancienne, létymon (attesté ou reconstitué). « âme » et anima sont un même lexème historiquement.

3 On ignore parfois lorigine dun mot, et certains autres ne sont que des onomatopées (japper, grommeler, ouf !) emprunts : bravade, képi, golf, chiffre, euphorie, fragile Formes savantes / populaires doublets frêle/fragile, écouter/ausculter, naïf/natif, nager/naviguer. Doublets par suffixation : originel/original, inclinaison/inclination 3

4 B. Les mots construits Mots créés à partir du fonds primitif : les éléments des mots héréditaires ou des emprunts sont réemployés dans de nouvelles combinaisons : misanthrope et androgyne (Gr.) misogyne impossible, fragilité (Lat.) spontanéité (Fr), instantané 4

5 Deux procédés de construction : Composition (poisson-chat, omnivore) Dérivation (impoli, spontanéité) Deux types de dérivation : affixale (ajout dun affixe) : navig-ateur régressive (back-formation) : somnolen[t/ce] somnoler, baby-sitter baby-sit, agress[eur/ion] agresser 5

6 Dérivation impropre (conversion) : Changement de catégorie grammaticale personne (je nai vu aucune personne) sauf (votre respect étant sauf) mauve (adj. Depuis 1829) déverbaux (ou postverbaux) : substantifs dont le suffixe est zéro par rapport au verbe correspondant : crier/cri, oublier/oubli, appeler/appel, avouer/aveu, 6

7 II. La formation des mots en synchronie. 1. Mots construits et mots simples Les mots construits sont ceux qui ont une structure interne qui les met en relation avec dautres mots de la langue. = dérivés + composés Opposé à « mot fléchi », « mot construit » désigne spécifiquement les dérivés. 7

8 2. La motivation Les mots simples sont arbitraires, mais les mots construits sont relativement motivés : « vingt est immotivé, mais dix-neuf ne lest pas au même degré » (FDS) poirier/cerisier/pommier chêne, frêne concierge/portier, jadis/autrefois, souvent/fréquemment 8

9 La démotivation Chacun des supports de métal que l'on place dans le foyer d'une cheminée afin de maintenir les bûches au dessus de l'âtre pour en faciliter la combustion. Retranchement improvisé avec des objets ou des matériaux divers (poutres, pieux, pavés, voitures, etc.) pour interdire l'accès d'un lieu ou pour se mettre à couvert de l'adversaire dans un combat de rues. Impression pénible laissée par un événement malheureux ou décevant. 9

10 Il y a divers degrés de démotivation : plafond, embonpoint, débonnaire fourchette, trottoir, déjeuner 10

11 La remotivation Rattachement dun mot à un autre à cause dune ressemblance de forme accidentelle. = fausse motivation, étymologie populaire Abondance de paroles vides de sens ou qui disent peu. Synon. fam. blablabla. Dér., à l'aide du suff. -age*, de l'anc. verbe verbier « chanter en modulant » (1530) 11

12 Certains mots semblent avoir une étymologie commune : [ À propos d'une activité hum.] Résultat négatif, et généralement d'une certaine gravité, d'une entreprise. [En parlant d'une pers. ou de ce qu'elle a entrepris ou produit] Se heurter à un obstacle social, moral ou intellectuel et ne pas réussir à le surmonter. ] Heurter le rivage ou le fond marin et s'y immobiliser. 12

13 A. Jour ~. Jour consacré au travail. B. [En parlant de matériaux] Qui peut être façonné. Les fausses motivations montrent lindépendance des perspectives synchronique et diachronique : elles sont fausses historiquement, mais vraies du point de vue du fonctionnement actuel de la langue. 13

14 B. Lanalyse en éléments 1. Identification des éléments Morphèmes : unités significatives minimales Les commutations paradigmatiques permettent leur identification : embarquement / débarquement embarquement / emprisonnement embarquement / embarcation somnambule / noctambule / … / somnifère 14

15 Le fait de retrouver des éléments combinés à dautres avec le même sens et avec la même forme confirme leur existence en tant que morphème. ambul- est présent dans ambulance/ambulant. –fère est présent dans pétrolifère. Les variantes (somn/somni, barqu/barc) sont appelées allomorphes. 15

16 Quand la variation entre ces formes devient plus importante (allégr- esse/alacr-ité), on ne parle plus dallomorphie : les deux formes, qui ont le même étymon, sont considérées comme des synonymes. Barc-, somn- et dé- sont des morphèmes liés, alors que barque est un morphème libre.

17 Pseudo-affixes : -onge (mensonge) ou -our (amour) Quasi-affixes : -as dans coutelas, fatras, canevas, plâtras -as est également la finale de déverbaux (-asser) : débarras, embarras, tracas, trépas 2. Péj. [En parlant de la manière d'être d'une pers. ou, p. ext., d'une pers.] Qui est mesuré, étudié, retenu dans de strictes limites, qui bannit toute spontanéité, toute vivacité.

18 Segments radicaux non identifiés : in- dans insolite (= inhabituel, mais –solite ne peut être interprété en synchronie). Éléments grecs ou latins à emploi unique étymo- dans étymologie, aristo- dans aristocrate. Éléments grecs ou latins plus ou moins identifiés : mélo- dans mélodrame Chef d'État qui exerce le pouvoir seul et sans contrôle et qui gouverne avec une autorité absolue et arbitraire; Rapport avec potentat, impotent, mais interprétation de des- ?

19 2. Les familles de mots Elles sont formées de mots qui ont un élément radical commun : Accélérer, célérité, décélération : (-)célèr- (rapide, rapidité) Ambulance, ambulant, ambulatoire, déambuler, funambule, noctambule, somnambule : (-)ambul- (se déplacer)

20 Ce sont des familles morphosémantiques synchroniques morphosémantiques : le sens de lélément doit être constant. Cest un point difficile à établir, car le sens na pas lobjectivité de la forme : Sentiment de honte, de gêne qu'une personne éprouve à faire, à envisager ou à être témoin des choses de nature sexuelle. (GR) Effronterie audacieuse ou cynique qui choque, indigne, révolte. (GR) pudeur, pudique, pudibond (du Lat. pudere « avoir honte »). impudent ?

21 synchroniques : un mot démotivé sort de sa famille. chenil, canin sont en relation avec chien. 1. Partie la plus basse du peuple considérée comme méprisable dans ses idées, ses goûts, ses actes. 2. Individu malhonnête et sans scrupules. Personne que l'absence de scrupules et de sens moral, rend capable de méfaits divers. Fausse étymologie (schnappen + Hahn)

22 Un exemple de dérivation complexe fait de rompre le lien de territorialité entre une société et un territoire. déterritorialisation Le TLF ne donne que territoire et territorial, le GR territorialisme et territorialité pour déterritorialisation pour territorialisation pour territorialiser pour déterritorialiser

23 TLF : Empr. au lat. territorium « id. », dér. de terra « terre »; v. aussi terroir, forme pop. issue de territorium. Autres sources : terrere (terrifier), participe passé territus, (espace sur lequel le proconsul a le droit de vie et de mort). En principe les mots latins suffixés en -torium sont eux-mêmes dérivés de -tor (agent d'une action). Écritoire, conservatoire, laboratoire sont des déverbaux.


Télécharger ppt "Eléments de lexicologie (3) Pr. François MANIEZ Directeur du CRTT, EA 4162 (Centre de Recherche en Terminologie et Traduction) Université Lumière Lyon."

Présentations similaires


Annonces Google