La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Chapitre 1 -------- Perception Naturelle et Artificielle de la Parole Jean-Sylvain Liénard LIMSI-CNRS ORSAY M2 Recherche Informatique Filière Sciences.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Chapitre 1 -------- Perception Naturelle et Artificielle de la Parole Jean-Sylvain Liénard LIMSI-CNRS ORSAY M2 Recherche Informatique Filière Sciences."— Transcription de la présentation:

1 Chapitre Perception Naturelle et Artificielle de la Parole Jean-Sylvain Liénard LIMSI-CNRS ORSAY M2 Recherche Informatique Filière Sciences Cognitives Module PNPA Déc 04 – Fév 05

2 1. 1.Perception naturelle et artificielle de la parole 2. 2.Audition et modèles auditifs bas niveau 3. 3.Perception auditive 4. 4.Intelligibilité et contenu non linguistique de la parole 5. 5.Modèles perceptifs de haut niveau 6. 6.Analyse de scènes acoustiques: ASA et CASA Organisation du cours 04-05

3 Quelques propriétés de la Perception Naturelle

4 Definition : perception naturelle fonction par laquelle un organisme prend connaissance de son environnement contribue à élaborer un comportement fonction vitale pour la survie du signal au sens: monde physique, monde cognitif, logiques différentes multiples modalités, une seule interprétation

5 Catégorisation l'identification des objets du monde implique que des signaux différents soient placés dans la même catégorie la catégorisation selon Eleanor Rosch – –principe du monde perçu – –principe d'économie cognitive – –---> organisation hiérarchique des concepts, peu de rapports avec la perception. cf "ontologies" en IA catégorisation perceptive – –perception catégorielle vs continue – –cf Reconnaissance des Formes, processus ascendants

6 Utilisation des régularités le monde change peu et lentement: régularités spatiales et temporelles la perception utilise massivement la prédiction, à toutes les échelles de temps. il faut aller plus vite que le phénomène considéré rôle de l'attention, processus descendants La perception est plus une projection sur le monde que l'activation d'une représentation BN du monde

7 Utilisation de tous les indices le monde est perçu par le biais de multiples canaux d'information; multimodalité exploitation simultanée de tous ces canaux, en fonction du but détection immédiate de toute incohérence, si elle a une importance pour la poursuite du but à l'intérieur d'un même canal on peut avoir plusieurs types d'information complémentaires

8 Dualité perception-action la perception sert à guider l'action (p.ex. regarder où l'on va), et l'action à affiner la perception (p.ex. s'approcher pour mieux voir un objet) perception "active", double sens : – –complémentarité flux ascendant et descendant – –association avec une action comportementale

9 Représentations intermédiaires le passage du bas au haut niveau ne peut se faire en une seule étape comment déterminer les niveaux intermédiaires ? Sont-ils identiques pour tous les individus ? Problème d'apprentissage

10 Problèmes et modèles pour la Perception Artificielle

11 Repères années : théorie de l'information, cybernétique, reconnaissance des formes, systèmes cellulaires années 60-80: perceptron et XOR, divorce IA/RF années : connexionnisme, sciences cognitives, cognition et perception situées, société de l'information Actuellement : l'IA nouvelle, apprentissage, fouille de données, méthodes probabilistes, IA distribuée

12 Variabilité du signal, à "contenu constant" ; mais à quel contenu se réfère-t-on ? – –en reconnaissance de la parole : l'information "linguistique " (celle qui correspond à la langue écrite) – –en reconnaissance du locuteur : l'identité du locuteur (quoi qu'il dise ?) – –en reconnaissance d'objets : le label de l'objet (quelles que soient les conditions de prise de vue et d'éclairement ?) Hypothèse : contenu du signal = toute l'information perceptible par un humain Proposition : la variabilité reflète la non-prise en compte d'une partie de l'information perceptive du signal le grand problème: la variabilité

13 Maj. Min. ABAB Gauche Droite A Maj. Min. ABAB Gauche Droite A Maj. Min. ABAB Gauche Droite A ABAB Maj. Min. Gauche Droite B pixels identité casse position description bas niveau description haut niveau Multicatégorisation Maj. Min. ABAB Gauche Droite a A ABAB A ABAB A ABAB B ABAB Catégorisation pixels identité description bas niveau description haut niveau ABAB a Catégorisation vs Multicatégorisation En Catégorisation, seul un descripteur haut niveau est défini (ici l'identité de l'objet). Il en résulte une grande variabilité (non-coïncidence des classes bas et haut niveau). En définissant plusieurs descripteurs haut niveau (multicatégorisation = plusieurs points de vue sur l'objet) la variabilité est fortement réduite. La catégorisation est une forme particulière de multicatégorisation. En ingéniérie : Traitement des Formes vs Reconnaissance des Formes

14 Perception Située la perception est contextuelle – –prend en compte la situation du système dans son contexte la perception est active – –double flux ascendant et descendant – –action sur l'environnement la perception est multicatégorielle – –tout signal perceptivement significatif peut faire l'objet d'une description complète à tout niveau d'abstraction – –c'est le système cognitif qui choisit les aspects pertinents du signal, selon la situation

15 hn bn entités longues et décorrélées entités courtes et mélangées La perception comme changement de représentation

16 Divers modes de fonctionnement ascendant hn bn hn bndescendant l'information bn est prédominante prévisibilité nulle streaming, pop-up, descripteurs intrinsèques (bn), Gestalt, émergence l'information hn est prédominante prévisibilité totale attention et connaissances attachées aux niveaux supérieurs les informations hn et bn sont partielles prédominance d'un niveau (plus proche hn ou bn, ou mieux structuré) conflit possible hn bn Double flux

17 Monde (interne/externe) SYSTEME COGNITIF Sous-but hiérarchies sensori-motrices couplages sensori moteurs concepts signaux Perception Située

18 Analyse, reconnaissance et perception de la parole

19 Sert à la communication entre humains - différences avec communication écrite Le signal de parole double structure acoustique - spectrale ou segmentale, mieux visible en bande large - harmonique ou suprasegmentale, mieux visible en bande étroite Modèle source-filtre - inspiré par les mécanismes de la production

20 Communication : oral vs écrit Communication orale Communication écrite

21 Transmission Le problème du débit d'information ---> comment supprimer l'information "superflue" ?

22

23 L'appareil vocal

24 Analyse acoustique de la parole Exemples de spectrogrammes – –Winsnoori 101.wavGuy a péri bêtement du diabète en Italie voix H 201.wavid voix F 102.wavLa porte du garage tomba avec lourdeur voix H 202.wavid voix F – –Sections en bande large et bande étroite – –Evolution de Fo

25 spectrogrammes des voyelles Les voyelles F1 et F2 prépondérants: démo Snack Formants

26 Fricatives (constrictives)

27 Plosives (occlusives)

28 Synthèse à partir des phonèmesSynthèse à partir des phonèmes - A chaque phonème est associé un état stable - Le problème de coarticulation : ch + a ne fait pas cha - Il faut donc respecter les transitions - Synthèse par règles Avec un synthétiseur paramétrique (à formants) : calcul des transitions acoustiques

29 Reconnaissance par mots isolésReconnaissance par mots isolés Apprentissage Reconnaissance

30 Le problème de l'alignement temporelLe problème de l'alignement temporel Alignement par programmation dynamique DTW

31 Reconnaissance par mots enchaînés Extension de la programmation dynamique

32 Reconnaissance par modèles de Markov cachés - Le signal est représenté par une suite d'états acoustiques - le nombre d'états possibles est limité (d'après corpus) - probabilités de transition et d'émission (d'après corpus) - programmation dynamique Formulation bayésienne - Le message est représenté par une suite de mots - Probabilités déterminées d'après corpus - Proba message :: proba suite acoustique x proba suite de mots Modèle de mot

33 Performances actuelles (2000) Machine ~ 10% des performances humaines... Mesurées en termes de taux derreurs de mots nécessite un corpus transcrit manuellement (référence) 0.7% 7% 40% 0.01% 0.5% 4% ChiffresJournaux lus Conversations tel. 20% Journaux televises

34 Point de vue sur la reconnaissance de la parole Les approches actuelles sont limitées – –méthodes essentiellement ascendantes et monocatégorielles, basées sur la Reconnaissance des Formes – –suffisantes pour certaines applications – –mais progrès asymptotiques, dûs seulement à puissance de calcul et collecte de bases de données Point de vue situé – –prendre en compte simultanément tous les aspects perceptifs du signal : parole, locuteur, situation, contexte, prise de son – –chercher les lois de variation du signal en fonction des descripteurs non-linguistiques

35 Variabilité du signal de parole Le signal de parole varie considérablement selon le locuteur et la situation, à contenu linguistique constant --> Rechercher des invariants ? La reconnaissance automatique : trop de variabilité ? – –principes actuels : alignement temporel, modélisation probabiliste (acoustique et lexicale). Puissance de calcul, grandes bases de données – –limitations : variations du locuteur et de la prise de son; domaine sémantique restreint (cf systèmes experts). Problème artificiellement contraint. – –proposition : reconnaître à la fois ce qui est dit, qui le dit, où et comment La synthèse : pas assez de variabilité ? – –voix synthétique ennuyeuse et inexpressive. Comment déduire du texte écrit les descripteurs non-linguistiques qui n'y sont pas ?

36

37

38

39

40 Perception de la parole les niveaux d'abstraction sont déterminés par la résolution temporelle à chaque niveau la description du contenu perceptif est complète descripteurs de plus en plus indépendants traitement conjoint des informations linguistiques et non-linguistiques deux flux d'information: ascendant et descendant niveau 6 500ms unités cognitives niveau 2 15ms indices acoustiques niveau 1 1ms unités cochléaires niveau 0 0.1ms Signal niveau 3 30ms traits phonétiques niveau 4 60ms unités phonetiques niveau 5 200ms unités lexicales branche verbalebranche prosodique

41

42


Télécharger ppt "Chapitre 1 -------- Perception Naturelle et Artificielle de la Parole Jean-Sylvain Liénard LIMSI-CNRS ORSAY M2 Recherche Informatique Filière Sciences."

Présentations similaires


Annonces Google