La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Révolutions & tranformations silencieuses Lectures croisées de Thomas Kuhn (1962) et de François Jullien (2009) Lambesc, 4 Juin 2009 Marlis Krichewsky.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Révolutions & tranformations silencieuses Lectures croisées de Thomas Kuhn (1962) et de François Jullien (2009) Lambesc, 4 Juin 2009 Marlis Krichewsky."— Transcription de la présentation:

1 Révolutions & tranformations silencieuses Lectures croisées de Thomas Kuhn (1962) et de François Jullien (2009) Lambesc, 4 Juin 2009 Marlis Krichewsky

2 Lintérêt de ces livres Kuhn ( ): penser le changement en Sciences Jullien (* 1951): penser le changement autrement (à la chinoise) Les deux croisés: penser le changement en Sciences autrement !

3 Kuhn: La structure des révolutions scientifiques. Remarquez le singulier : LA structure. Il y en aurait donc une seule, un pattern du changement ? Autre hypothèse: la Sciences ne progresse guère de façon linéaire, mais par révolutions. Si Kuhn montre que les progès importants ne découlent dun processus ni cumulatif ni linéaire, il ne prouve pas pour autant que la « révolution » est la seule forme de changement scientifique possible !

4 Lalternance entre science normale et science révolutionnaire Science normale: le paradigme « marche bien », est productif et satisfait les praticiens de la recherche. Cest somme toute assez cumulatif ! Crise: des anomalies se produisent. Le paradigme échoue à expliquer certains phénomènes. Révolution: une nouvelle façon de voir et dinterpréter apparaît, parfois, mais pas toujours soutenue par un nouvel outil ou une découverte fortuite.

5 Rapports entre paradigmes dépassés et nouveaux Kuhn parle de conflit, détat anarchique « Une théorie dépassée peut toujours être considérée comme un cas particulier de la théorie qui lui succède ». Mais: « les différences entre les paradigmes sont à la fois nécessaires et irréconciliables. »

6 « Progrès » ? « Le bilan dune révolution scientifique comporte des pertes comme des gains. » En quoi peut-on parler de progrès ? A cause de la maîtrise croissante prétendue de la techno-science ? Maîrise dapprenti sorcier ! Nous voyons les choses autrement quavant.... Mais quest -ce qui nous dit que nous les comprenons mieux ?

7 Critique des manuels: Ils prétendent que le progrès scientifique se fait de façon cumulative et linéaire. Cest une fiction! Kuhn par contre enseigne la dramatique de la recherche scientifique. Ce nest quainsi que les jeunes chercheurs comprennent que chercher comporte des risques: des risques derreur!

8 Paradigmes « Un paradigme est indispensable à la perception elle-m ê me. » « Les paradigmes déterminent en m ê me temps de grands domaines de lexpérience. »

9 Incommensurabilité des paradigmes Les nouveaux concepts qui apparaissent sont « incommensurables » car non réductibles à lancien paradigme, au déjà-là. Le langage scientifique existant e suffit pas à les saisir. Le nouveau paradigme engendrera donc un nouveau langage. (voir Esfeld 2006)

10 Lesthétique de la science Le changement dun paradigme à lautre se fait à cause de son élégance et de sa précision. Est-ce que cela vaut pour les Sciences Humaines, notamment la sociologie clinique ? Les nuances et la complexité interprétative ici sopposent à la simplicité dun algorithme. Y a-t-il des esthétiques ? Style baroque et style scandinave ?

11 François Jullien, Les transformations silencieuses. FJ pense le changement à la manière chinoise. Déjà, contrairement à la révolution, la transformation-transition dont il parle est la plupart du temps silencieuse, presque imperceptible. (comme le vieillissement) Contrairement à la façon occidentale, ontologique, de concevoir le changement, la Chine ne suppose pas de substrat identitaire sous-jacent aux états. Le tao est essentiellement changement, pas quelque chose qui change.

12 Le renversement est la norme « Lessor appelle le déclin, et même contient déjà le déclin. » « Faiblesse inénarrable des chefs. » « Fallait-il inventer le Temps ? » « Le tort du langage commun, est dattribuer au temps lui-m ê me les caractères des phénomènes temporels qui sy déroulent. »

13 Rupture et transition « Le mythe invétéré de la rupture nous voile les transitions silencieuses qui préparent le basculement qui en est la manifestation bruyante. »

14 Lévénement « Car lévénement nest pas seulement ce qui accapare lattention, il est aussi ce qui structure le récit et sert à sa dramatisation. Cest un construit par nous et nos habitudes culturelles. Lévénement se trouve résorbé dans son avant comme dans son après... maturations discrètes, lente assimilation.

15 Révolution « à la Jullien » Ce qui fissure de jour en jour les dictatures et, se ramifiant en silence, permet un beau jour un beau jour de croire la Révolution possible et de les renverser.... ni le poids des structures ni les forces anonymes mais ces orientations densemble et propensions discrètes infléchissant leur époque.

16 Comment alors penser le changement scientifique avec les concepts de Jullien ? Encore dune autre façon « non linéaire », car la pensée chinoise est fondamentalement cyclique. Sans doute arriverons-nous à la spirale en intégrant cycle et ligne !

17 Des liens entre la pensée chinoise et la dialectique (Hegel) ou la dialogique (Morin)? Tension et lien entre lidée et son contraire (à peu de chose près) Peut-on favoriser la novation scientifique comme on peut influer sur lissue de la guerre (traité de lefficacité)? Comment agir « indirectement » pour favoriser des transformations dans le domaine scientifique ?

18 Tentatives Préparer le nouveau par la vigilance, lécoute ? (Accueil, aspiration) La création dun environnement stimulant (Bouillon de culture) ? Pousser la logique du paradigme dominant jusquà lexacerbation ? (Approche paradoxale)

19 Une gestion par induction... Une « gestion par induction »... induire, cest savoir engager discrètement un processus, de loin, mais tel quil soit porté de lui-m ê me à se développer. » jeu de go : « contr ô ler le plus despace possible en construisant des réseaux ainsi quen étendant par un enchev ê trement de plus en plus serré son influence. »

20 En amont... intervenir discrètement en amont, au niveau des conditions, pour infléchir la situation dans le sens souhaité

21 Préparer les percées scientifiques... Envisager, face aux pouvoirs de la modélisation, dont nous connaissons les effets détonants dans la Science et qui ont assuré le succès technique de lOccident moderne, quel serait un art de la maturation ?

22 Merci de mavoir prêté vos oreilles!

23 Bibliographie Esfeld M. (2006) Philosophie des sciences: Une introduction. Paris: PPUR presses polytechniques. 286 pages. Jullien F. (2009) Les transformations silencieuses. (Chantiers 1). Paris : Grasset. 197 pages. Kuhn T. S. (1962 éd.1972) La Structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion, (nouvelle trad. par Laure Meyer, 1983).( traduction de The Structure of Scientific Revolutions, Chicago, The University of Chicago Press, 1962 (2ème éd., 1970). - (1973) La Révolution copernicienne, Paris, Fayard, Traduction de The Copernican Revolution: Planetary Astronomy in the Development of Western Thought, Cambridge, Harvard University Press, (1977) The Essential Tension, Selected Studies in Scientific Tradition and Change, Chicago, The University of Chicago Press, Laugier S. (2003) Kuhn, les révolutions cientifiques et lincommensurabilité. Présentation, Archives des Philosophie 2003/4, Vol.66, p Dossier sur Kuhn: Archives de Philosophie, Centre SèvresTome 66 –2003/4 sommaire: Nadeau R. (1996) Un philosophe des siences révolutionnaire: Thomas Kuhn( ). Dans Le Devoir du 15 Juillet 1996, p.A6.


Télécharger ppt "Révolutions & tranformations silencieuses Lectures croisées de Thomas Kuhn (1962) et de François Jullien (2009) Lambesc, 4 Juin 2009 Marlis Krichewsky."

Présentations similaires


Annonces Google