La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

L’inquiétude environnementale comme ressort de la demande d’amélioration de l’habitat Eric Lagandré eric.lagandre@anah.gouv.fr.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "L’inquiétude environnementale comme ressort de la demande d’amélioration de l’habitat Eric Lagandré eric.lagandre@anah.gouv.fr."— Transcription de la présentation:

1 L’inquiétude environnementale comme ressort de la demande d’amélioration de l’habitat
Eric Lagandré

2 Rappel de l’objectif de la recherche
comprendre la portée dans le public de l’inquiétude relative au changement climatique comprendre la relation entre ces inquiétudes et les comportements et attentes des ménages en matière de travaux d’amélioration de l’habitat identifier des leviers de communication, pour dynamiser la réalisation de travaux de maîtrise de l’énergie dans l’habitat existant Une recherche financée par le Club de l’Amélioration de l’Habitat et par l’ADEME

3 Un dispositif en trois temps
1.Phase d’analyse de l’offre d’informations 2.Phase de consultation des particuliers 3. Phase d’élaboration de recommandations opérationnelles

4 méthodologie Phase 1 10 entretiens avec les responsables de la communication « développement durable » d’acteurs publics et privés du bâtiment analyse des outils et documents de communication utilisés Phase 2 6 réunions de groupes de propriétaires de logements construits avant 1975 centrés sur l’exploration de la préoccupation environnementale et la responsabilité de la maison 32 entretiens individuels approfondis auprès de ménages ayant réalisé des travaux significatifs dans les 24 mois précédents centrés sur les processus de décision de travaux et l’impact de la sensibilité environnementale Phase 3 Élaboration de recommandations après 3 réunions de travail en mars et avril 2005, ayant réuni 50 responsables du secteur issus du Club de l’Amélioration de l’Habitat

5 L’inquiétude des particuliers vis-à-vis du changement climatique
La communication des acteurs de l’offre vis-à-vis du changement climatique L’inquiétude des particuliers vis-à-vis du changement climatique Les attentes des particuliers susceptibles d’engager des travaux de maîtrise de l’énergie dans leurs logements Conclusions et recommandations opérationnelles

6 Une communication hétérogène et réservée
vise les professionnels plus que les particuliers reste elliptique sur les causes et conséquences du changement climatique vise le processus de production ou le respect des normes et réglementations … … plus que les qualités produits et leurs bénéfices utilisateurs utilise l’argument écologique avec prudence et réserve dans une forme minimisant l’implication de l’offre

7 Une préoccupation bien réelle
le concept d’environnement suscite, en positif, l’évocation d’un paradis perdu… … et, en négatif, un monde pollué, dangereux, en danger. une angoisse importante, régulièrement réactivée par une expression des médias et des scientifiques, alarmiste, souvent difficilement compréhensible, à intermittence, sans bonne nouvelle.

8 Les contenus de la préoccupation environnementale
dans l’ordre du micro, du tangible : les papiers gras non ramassés, les crottes de chiens, la pollution des nappes phréatiques, les marées noires, les accidents industriels, … dans l’ordre du macro, du plus global, du moins maîtrisable, de l’incertain : la réduction de la bio-diversité, la déforestation, l’épuisement des ressources, le changement climatique, les nouvelles maladies, le risque terroriste, la mise en danger des générations futures

9 L’attribution des responsabilités vis-à-vis de l’effet de serre
le public a une vision encore confuse de l’effet de serre (smog, couche d’ozone, autres polluants… ) l’industrie, les transports, le système de consommation dans sa globalité, sont désignés spontanément comme les responsables des émissions de gaz à effet de serre la maison n’est pas citée spontanément …

10 La maison … coupable impossible
l’idée de la responsabilité de la maison est écartée … lieu de protection contre l’angoisse ‡ source de menace planétaire membrane ou corps sain ‡ organisme pathologique la sphère privée ‡ les intrusions de problématiques externes un bien à habiter, à transmettre ‡ patrimoine à long terme un bien distinctif, une récompense ‡ un objet de culpabilité …elle génère une inquiétude amplifiée de culpabilité dès lors qu’elle est révélée

11 Les responsabilités de l’habitat vis-à-vis de l’effet de serre
la responsabilité de l’habitat est vécue comme non crédible car disproportionnée relativement à l’ampleur planétaire du risque climatique en réaction à la révélation de sa responsabilité réelle, l’état, les politiques, et les grands acteurs économiques sont mis en cause pour leur passivité supposée des risques réels de montée du sentiment d’impuissance et du découragement sont avérés d’où une certaine réceptivité à tout ce qui peut minorer le phénomène et finalement un déni de la responsabilité individuelle

12 Les démarches de réalisation de travaux
travaux d’optimisation appropriation progressive, organisation de l’espace, décoration, … rénovations de fond dans un cycle de vie du logement et des propriétaires achat du logement, modifications de la composition du foyer, retraite, vieillissement. le bricolage comme point d’entrée

13 La réalisation de travaux par les particuliers
un univers technique peu accessible (vocabulaire opaque, pages jaunes insuffisamment explicites, devis peu déchiffrables,difficiles à comparer, …) la crainte de mauvais choix (sur les solutions techniques, sur la qualité et les justes prix,…) une information éparpillée qu’il faut rechercher (alors que les consommateurs sont habitués à ce que l’information vienne à eux) l’inconfort et le risque liés aux travaux (gêne dans la vie quotidienne et non-maîtrise des délais)

14 Le besoin d’être informés, conseillés et rassurés
sur la performance thermique des logements sur les bonnes solutions à mettre en œuvre, en réponse à des situations spécifiques à la fois par les artisans et les entreprises, par des lieux de conseil rassemblant les informations, neutres et faciles d’accès. par l’engagement de collectivités et de professionnels convaincus

15 Les bien-voulants (+/-) Les bien-faisants (+) Les technophiles (+)
Des attentes communes mais une réceptivité contrastée de 7 types de propriétaires Les pragmatiques (--) Les accommodants (-) Les esthètes (-/+) Les bien-voulants (+/-) Les bien-faisants (+) Les technophiles (+) Les alter-bâtisseurs (+++)

16 Conclusions Les craintes environnementales peuvent devenir une motivation supplémentaire et permettre aux particuliers d’assumer leur sentiment de culpabilité en réalisant des travaux MAIS Il existe un risque réel de contre-productivité d’une communication trop anxiogène

17 Les recommandations opérationnelles du Club de l’Amélioration de l’Habitat
développer un discours positif fondé sur des résultats concrets pour rassurer, crédibiliser et rendre attractives les solutions proposées privilégier des actions concertées pour renforcer la communication de proximité au moyen de partenariats associant : les collectivités locales les industriels et les distributeurs de matériaux les artisans et les entreprises du bâtiment


Télécharger ppt "L’inquiétude environnementale comme ressort de la demande d’amélioration de l’habitat Eric Lagandré eric.lagandre@anah.gouv.fr."

Présentations similaires


Annonces Google