La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Programmes de maîtrise et de doctorat en démographie Fécondité et famille Cours 11 Séance du 25 mars 2014 Benoît Laplante, professeur.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Programmes de maîtrise et de doctorat en démographie Fécondité et famille Cours 11 Séance du 25 mars 2014 Benoît Laplante, professeur."— Transcription de la présentation:

1

2 Programmes de maîtrise et de doctorat en démographie Fécondité et famille Cours 11 Séance du 25 mars 2014 Benoît Laplante, professeur

3 Théories La culture Les explications culturelles Autres auteurs et explications apparentés à lexplication culturelle La notion de culture

4 De Bruijn, Bart, « Fécondité,: théories, structures, modèles, concepts » dans G. Caselli, J. Vallin et G. Wunsch (dirs.) Démographie: analyse et synthèse, vol. II, Les déterminants de la fécondité ( ), Paris, Éditions de lINED, 2002.

5

6 Les explications culturelles Retour sur les explications culturelles en démographie Les différences entre cultures Le changement des valeurs R. Lesthaeghe et D. van de Kaa Lexplication culturelle La deuxième transition démographique Les travaux de Ph. Ariès R. Inglehart: les valeurs postmodernes

7 Les explications culturelles Les différences entre cultures Lidée même renvoie au problème mentionné par de Bruijn. La culture est ramenée à la langue, à lethnie ou la région, … … liste à laquelle il faut ajouter la religion et la pratique religieuse. La différence entre cultures est ainsi ramenée à la différence entre les modalités dun petit nombre de variables, différence qui demeure généralement peu analysée. Ce cas est le contraire dautres variables, comme le revenu ou léducation, auxquelles on sépuise à trouver du sens à partir dun grand nombre de théories différentes.

8 Les différences entre cultures Les régimes démographiques des catholiques et des protestants à Montréal au XIX e siècle (D. Gauvreau et coll.) Catholiques Prote stants MariageTardTôt FéconditéÉlevéeFaible Mortalité infantileForteFaible

9 Les différences entre cultures Kevin McQuillan trouve les mêmes différences entre les catholiques et les luthériens dAlsace entre 1750 et Il propose une explication qui va au-delà de la constatation de la différence entre les groupes définis par la religion: Le luthérianisme fait du mariage la condition normale de lHomme. Le luthérianisme favorise lalphabétisation (mais il ne développe pas). Le luthérianisme est plus ouvert au changement (mais il nexplique pas exactement pourquoi).

10 Le changement des valeurs Les travaux de Ph. Ariès Ph. Ariès est historien. Il est associé à la démographie au moins depuis sa collaboration à louvrage de lINED sur La prévention des naissances dans la famille en Ph. Ariès se concentre sur lépoque moderne et ne traite pas de lAntiquité. Son explication porte sur la baisse séculaire de la fécondité au sens où lentendent les démographes. Sa thèse centrale est la montée de lindividualisme dans tous les aspects de la vie.

11 Philippe Ariès Daprès Wikipédia

12 Philippe Ariès Daprès Wikipédia

13 Le changement des valeurs Les travaux de Ph. Ariès La thèse de Ph. Ariès est incontournable, mais elle pose des problèmes LAntiquité a connu des périodes de faible fécondité alors que Ph. Ariès situe le début de la montée de lindividualisme après la fin du Moyen-Âge. Dautres auteurs, notamment Jack Goody, trouvent des indices forts dindividualisation même dans des périodes très reculées. La thèse nexplique pas vraiment pourquoi lindividualisme apparaît. On peut rapprocher la thèse de Ph. Ariès de la thèse dArsène Dumont sur la capillarité sociale.

14 Ronald Inglehart Daprès Wikipédia

15 Ronald Inglehart Ronald Inglehart et la montée des valeurs postmatérialistes

16 Le changement des valeurs Ronald Inglehart et la montée des valeurs postmatérialistes

17 Le changement des valeurs Ronald Inglehart et la montée des valeurs postmatérialistes

18 P. Norris et R. Inglehart, Sacred and Secular, Religion and Politics Worldwide, Cambridge UK, Cambridge University Press, 2004.

19 Le changement des valeurs Ronald Inglehart et la montée des valeurs postmatérialistes

20 Le changement des valeurs Ronald Inglehart et la montée des valeurs postmatérialistes

21 Le changement des valeurs Ronald Inglehart et la montée des valeurs postmatérialistes

22 Les explications culturelles Autres auteurs et explications apparentés à lexplication culturelle Emmanuel Todd et lalphabétisation des femmes Arland Thornton et le paradigme développementaliste La limitation des naissances comme projet politique

23 Emmanuel Todd Daprès Wikipédia

24 Les explications culturelles Emmanuel Todd et lalphabétisation Lalphabétisation, et spécialement lalphabétisation des femmes, est le préalable de la transition démographique. Quand les femmes sont alphabétisées, la mortalité infantile se met à baisser et la fécondité se met à baisser. Corollaire amusant Le lien entre la transition démographique et le développement est une corrélation fallacieuse. Les deux sont des conséquences de lalphabétisation.

25 Les explications culturelles Emmanuel Todd et lalphabétisation Emmanuel Todd, La Diversité du monde, Seuil, 1983, 1984, 1999, p. 365.

26 Les explications culturelles Emmanuel Todd et lalphabétisation Emmanuel Todd, La Diversité du monde, Seuil, 1983, 1984, 1999, p. 364.

27 Arland Thornton Daprès Wikipédia

28 Les explications culturelles Arland Thornton et le paradigme développementaliste Reading history sideways: The fallacy and enduring impact of the developmental paradigm on family life. Chicago, Univesity of Chicago Press, Le lien entre la transition démographique et le développement économique repose sur une erreur de perception. Les démographes se sont inventé une histoire dans laquelle les pays peu développés représentent le passé et les pays développés représentent le présent. Ils sont en quelque sorte tenté dappliquer la méthode de la cohorte fictive à lhistoire démographique des peuples.

29 Les explications culturelles Arland Thornton et le paradigme développementaliste Les intellectuels occidentaux ont associé la transition démographique et le développement économique en supposant que lEurope médiévale avait eu un régime démographique semblable à celui des pays peu développés contemporains et que la transition démographique avait permis le développement Les démographes occidentaux ont prêché la contraception et la lutte contre la mortalité infantile dans les pays peu développés en posant que ces comportements étaient le préalable du développement économique.

30 Les explications culturelles Arland Thornton et le paradigme développementaliste Or on sait aujourdhui que le régime démographique européen était différent dès le Moyen- Âge et se caractérisait par le mariage tardif, un célibat définitif important, une fécondité pas si élevée et la famille nucléaire. Il nexiste donc rien pour soutenir que le passage au régime démographique qui suit la transition est une condition préalable au développement économique.

31 Les origines de la notion de « culture » Lorigne de la notion de « culture » Le rapport de A. L. Kroeber et Clyde Kluckhohn Lorigine latine de la notion de « culture » Le mot « cultura » Le mot « cultus » Lorigine germanique de la notion de « culture » Les travaux de Norbert Elias

32

33 A. L. Kroeber et Clyde Kluckhohn, Culture, A critical review of concepts and definitions, cambridge MA, Peabody Museum of American Archaeology Harvard University

34

35 Lorigine latine de la notion de « culture » Le mot « cultura » sic animi non omnes culti fructum ferunt. Atque, ut in eodem simili verser, ut ager quamvis fertilis sine cultura fructuosus esse non potest, sic sine doctrina animus; ita est utraque res sine altera debilis. Cultura autem animi philosophia est; haec extrahit vitia radicitus et praeparat animos ad satus accipiendos eaque mandat eis et, ut ita dicam, serit, quae adulta fructus uberrimos ferant. car, de même que tous les champs, quoique cultivés, ne rapportent pas […], de même tous les esprits, quoique cultivés, ne fructifient point. Et, pour continuer ma comparaison, je dis qu'il en est d'une âme heureusement née comme d'une bonne terre; qu'avec leur bonté naturelle, l'une et l'autre ont encore besoin de culture, si l'on veut qu'elles rapportent. Or, la culture de l'âme, c'est la philosophie. Elle déracine les vices; elle prépare l'âme à recevoir de nouvelles semences; elle les y jette, les y fait germer, et avec le temps il s'y trouve abondance de fruits. Cicéron, Deuxième tusculane.

36

37 Lorigine latine de la notion de « culture » Le mot « cultura » cultura, ae, f. : 1 - culture, agriculture. 2 - culture (de l'âme, de l'esprit). 3 - action de cultiver qqn, action de lui faire la cour. 4 - objet d'un culte, idole. « commodare aurem culturae », Hor. : prêter l'oreille à la voix d'un maître.

38 Lorigine latine de la notion de « culture » Le mot « cultus » Horum primo circiter milia XV Rhenum transisse; postea quam agros et cultum et copias Gallorum homines feri ac barbari adamassent, traductos plures; nunc esse in Gallia ad C et XX milium numerum Quinze mille de ces derniers passèrent d'abord le Rhin ; la fertilité du sol, la civilisation, les richesses des Gaulois, ayant charmé ces hommes grossiers et barbares, il s'en présenta un plus grand nombre, et il y en a maintenant cent vingt mille dans la Gaule. Caius Iulius Caesar, Commentaires sur la guerre des Gaules, livre 1, 31.

39 Lorigine latine de la notion de « culture » Le mot « cultus » cultus : 1 - cultus, a, um : part. passé de colo. a - cultivé, soigné. b - élégant. c - vêtu, orné. d - honoré, respecté, adoré. 2 - cultŭs, ūs, m. : a - culture du sol, travail du laboureur, labour, labourage; soin matériel. b - culture, éducation. c - culte (respect rendu aux dieux ou à des hommes), témoignages de respect, respect, honneurs, égards. d - genre de vie, genre de civilisation; moeurs; vie de plaisir, luxe. e - appareil, parure, toilette, costume, habit; ornement (du style). « agrorum cultus » : les travaux des champs. « deorum cultus » : culte des dieux. « regius cultus » : costume royal. « cultu quam maxume miserabili », Sall. J. 33, 1: dans la tenue la plus misérable.

40 Norbert Elias Dparès Wikipédia

41 Norbert Elias Daprès Wikipédia

42 Norbert Elias [1939], La civilisation des mœurs

43 Norbert Elias [1939], La civilisation des mœurs

44 Lorigine germanique de la notion de « culture » Les travaux de Norbert Elias La Gaule a été conquise par Rome. La France assume son passé romain, elle se prétend héritière de luniversalité romaine et prône la civilisation quelle prétend incarner. La Germanie na jamais été conquise par Rome. Herman est un vainqueur alors que que Vercingétorix est un vaincu. On y lit La Germanie de Tacite, pas seulement La Guerre des Gaules de César. LAllemagne na pas de passé romain et ne peut pas se prétendre héritière de luniversalité romaine.

45 Lorigine germanique de la notion de « culture » Les travaux de Norbert Elias Au XVIII e siècle, la bourgeoisie éduquée allemande oppose la culture, production intellectuelle nationale (à tendance immanente) à la civilisation à la française entendu comme bonnes manières et art du courtisan.

46 Lorigine germanique de la notion de « culture » Cest cette notion de culture, outil symbolique de lutte politique, qui donne naissance à la notion de culture des anthropologues. La culture, comme concept scientifique, est donc née comme outil de lutte sociale. On peut dès lors se demander pourquoi les explications démographiques qui font appel aux « valeurs » sont dites « culturelles ».

47 La notion de culture De Bruijn note que la notion de culture semble encore plus difficile à conceptualiser que celle de structure sociale. Le problème semble venir du fait que le mot sert à couvrir la conjonction dun grand nombre déléments sociaux (normes, pouvoir, etc.) dans des groupes sociaux par ailleurs repérables par des caractéristiques qui peuvent être substantiellement reliées à ces éléments (p. ex. la religion) ou pas (p. ex. la langue, la localisation).

48 La notion de culture La confusion tient aussi, comme on la vu, à lhistoire du mot culture et notamment aux circonstances qui ont mené à lacception quil en est venu à voir en sciences sociales. Au sens de Cicéron, qui se trouve derrière le sens français premier du mot culture, la culture est le processus par lequel l'individu acquière certaines des connaissances et des manières supérieures de même que plus tard l'ensemble de ces connaissances et manières acquises par l'individu. L'ancêtre de la notion anthropologique de culture apparaît en Allemagne, apparemment surtout à partir du sens du mot cultus (mode de vie matériel et moral d'un peuple) ce qui permet de faire de la culture un contenu, plutôt qu'un processus, immanent et partagé par un peuple. Cest ce sens du mot culture qui s'oppose au mot civilisation qui désigne alors une couche extérieure acquise plus ou moins par imitation.

49 La notion de culture À ces deux acceptions sajoute une troisième, dérivée de la première: la culture qui désigne les arts et les lettres, au sens que le mot a généralement dans lexpression « ministère de la Culture » depuis A. Malraux. Lorsquon utilise le mot « culture », linterlocuteur peut donc comprendre trois choses différentes.

50 La notion de culture Pourquoi lavortement est-il un enjeu politique aux États-Unis et dans dautres pays occidentaux, mais pas à Cuba ni dans certains pays dAsie du Sud-est et si peu au Québec? Pourquoi Malthus proposait-il le report du mariage plutôt que la contraception comme moyen de réduire la fécondité? Pourquoi les Chinois accordent-t-ils une importance si grande à léducation? En quoi les réponses à ces questions sont-elles culturelles?


Télécharger ppt "Programmes de maîtrise et de doctorat en démographie Fécondité et famille Cours 11 Séance du 25 mars 2014 Benoît Laplante, professeur."

Présentations similaires


Annonces Google