La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Caroline STIASSNIE, Psychologue Clinicienne, CUMP 67, Mars 2009 10 ans de Cellule dUrgence Médico Psychologique Des chiffres à la réalité subjective.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Caroline STIASSNIE, Psychologue Clinicienne, CUMP 67, Mars 2009 10 ans de Cellule dUrgence Médico Psychologique Des chiffres à la réalité subjective."— Transcription de la présentation:

1 Caroline STIASSNIE, Psychologue Clinicienne, CUMP 67, Mars ans de Cellule dUrgence Médico Psychologique Des chiffres à la réalité subjective

2 10 ans de Cellule dUrgence Médico Psychologique PLAN -Introduction -Historique -Missions -Fonctionnement sur le terrain -Bilan de lactivité de la CUMP 67

3 10 ans de Cellule dUrgence Médico Psychologique « Lhomme est désemparé quand il se trouve soudain nez à nez avec un avenir qui nest pas fait pour advenir empiriquement. (…) Notre désarroi tient ici à la brusque transformation de la mort en donnée immédiate » (V.Jankélévitch « La mort », 1977, page 7)

4 INTRODUCTION 1 En France, depuis quelques années, la souffrance psychique des victimes dévénements dramatiques est prise en compte autant que leurs blessures psychiques. Sur le site dune catastrophe : SAMU + CUMP

5 INTRODUCTION 2 La CUMP a été instaurée par les pouvoirs publics en tant que système de prévention Les mesures de prévention à légard des blessés psychiques sont dautant plus efficaces quelles sont précocement initiées, voire immédiatement après lévénement

6 HISTORIQUE La constitution de la CUMP est régie par 2 circulaires: –28 mai 1997: bases légales dune prise en charge médico-psychologique durgence –20 mai 2003: relative au renforcement du réseau national de lurgence médico- psychologique en cas de catastrophe

7 MISSIONS 1 La cellule durgence médico-psychologique intervient, à partir d'un appel au centre 15, lors : –de catastrophes –dévénements catastrophiques à effets limités –dévénements à fort retentissement psychologique

8 MISSIONS 2 1) Coordonner et assurer un dispositif de prise en charge immédiate (sur le terrain), post-immédiate (dans les jours qui suivent) et au long cours des victimes et des impliqués - dun plan rouge (plus que 10 victimes somatiques) -dun événement individuel ou collectif à fort retentissement psychologique 2) Avertir les victimes des mesures daccompagnements possibles. 3) Établir, réactualiser et assurer la formation des équipes de volontaires 4) Assurer des consultations de psycho traumatisme

9 FONCTIONNEMENT Lorsquune catastrophe survient, le médecin du SAMU sur les lieux évalue: –Les besoins en moyens somatiques –Les 1er besoins en moyens psychiques Il alerte le médecin référent de la CUMP qui fait appeler les volontaires.

10 BILAN DE LACTIVITE CUMP67 Création en septembre 1997 Implantation au Pôle de Psychiatrie et de Santé Mentale des HUS Fonctionnement sur la base du volontariat jusquen 2004 Février 2004: création de postes de permanents

11 Difficultés de notre pratique Les volontaires ninterviennent pas dans leur cadre habituel : –lieu souvent non propice –aller vers les victimes avec une absence de demande au départ –Intervention 24h / 24 –Équipe souvent différente

12 Quelques remarques… « Lintervention psychologique sera dautant plus efficace quelle interviendra plus tôt afin de se situer au plus près du traumatisme » (Damiani). La présence sécurisante dun spécialiste est un facteur important dans son intervention Pas cette neutralité bienveillante du psychiatre ou psychologue, cest la présence et le temps qui est consacré à ces personnes qui sont importants, les soutenir, établir un lien de confiance et une sécurité.

13 Faire intervenir la CUMP peut-il survictimiser ? La CUMP a surtout un rôle préventif au départ, elle intervient sans quil y ait forcément une demande apparente des victimes.

14 Intervention en milieu scolaire 1 Faits : décès dune élève de 14 ans suite à un accident de la circulation dans un collège Contexte : lélève a été écrasée par un bus devant le collège Personnes concernées : élèves et le personnel du collège Briefing avec le personnel de lécole Débriefing avec le personnel de lécole

15 Intervention en milieu scolaire 2 En conclusion: - - importance de lattitude des professeurs, des parents, et des professionnels. Plus il y a dintervenants extérieurs et plus cela peut être perçu comme un drame. - Cadre souple en fonction de la demande - Le volontaire de la CUMP est là en tant quhumain plus quen tant quexpert - Repérer les enfants « à risque » cest-à-dire qui paraissent particulièrement touchés ou déstabilisés.

16 Catastrophes ? A lheure actuelle, lactivité de la CUMP, tend de plus en plus à se développer dans le domaine de la catastrophe micro sociale, dite « individuelle ».

17 Les motifs de consultations les plus fréquents –les agressions –les découvertes de blessés, de cadavres –les suicides –la mort soudaine de quelquun de proche –les hold-up –les accidents de la circulation

18 Quelques statistiques 90% de notre activité sont des consultations individuelles. Ce chiffre est en augmentation depuis 2004 (+142%).

19 Entretiens cliniques… - « sur le coup ça allait, après ça ma travaillé » - « ce que jai vu, jy crois toujours pas » - « je dors plus, jai peur » - « je revois les images en boucle » - « je me sens coupable davoir rien pu faire » - « impression de me sentir toute seule » - « je me pose des questions, cest de mon bureau quil a sauté » - « cétait sous ma fenêtre. Une collègue a dit : « jai vu ses bras bouger ». Ca ma travaillé. Je réalise quil a sauté » - « jai hurlé, crié, pleuré, je tremblais, je transpirais beaucoup… Elle était en train de suffoquer »

20 MAIS, LES LIMITES… Face à la multiplication des interventions, trop souvent en dehors des indications définie pour le dispositif, la question des limites a été posée Exemple: le licenciement.

21 La CUMP n intervient pas - « Au cas où… » - Pour régler des problèmes de société, de violence - Dans des mouvements de revendication - A la place dinstitutions défaillantes - Dans les cas durgences psychiatriques

22 CONCLUSION La CUMP fait partie intégrante des dispositifs médicaux à mettre en œuvre en cas de catastrophe ou daccident collectif impliquant un grand nombre de blessés. La CUMP fait maintenant partie des habitudes de travail des urgentistes. Lintervention de la CUMP ne peut pas empêcher linstallation du syndrome de stress post-traumatique mais elle a une visée préventive. La CUMP prend en charge des personnes qui sont en bonne santé et qui ne sont pas, à priori, des malades mentaux.


Télécharger ppt "Caroline STIASSNIE, Psychologue Clinicienne, CUMP 67, Mars 2009 10 ans de Cellule dUrgence Médico Psychologique Des chiffres à la réalité subjective."

Présentations similaires


Annonces Google